Wednesday, October 01, 2014

Peace is an ordinary possibility

When one encounters a feeling of being stuck, it takes often a while to ask oneself: "What can I do?" Even more time to ask together, as one nation: ‘What can WE do?’

But once one and many acknowledge the magnitude of stuckness and start asking questions, when one and many allow grief to do its overwhelming justice without committing intellectual/spiritual/psychological suicide,  then things are already put in the motion of change.

The Greeks called this way of nature Enantiodromiaenantios = opposite, dromos = running course.  When something is fully admitted and recognized, it begins to turn into its opposite.

In the Lebanese case and most South Western Asian countries caught in the fires of war, once violence in all its forms, from domestic violence to A la Da3ech violence, is recognized by the local populations - recognition means here that the so-called invincible aura surrounding violence is no more -, then peace can be.

Auras disappear, or at least, could become dim lightbulbs.

I admit that a cursory look at contemporary Lebanese and South Western Asian history might seem to confirm that war is part of many individuals’ genetic code and-or part of their culture. Murderers, humans living in this region may sometimes be, but they are not all the died-in-the-wool warriors of anthropological legends and geopolitical gurus/experts.

Peace is also a past and present local reality/experience/praxis. It is part of the local DNA. It is not exceptional, nor impossible. It is, as described in many of the spiritual traditions, including the monotheistic religions that emerged from the South Western Asian mindset, the realization of humanity’s nature.

Peace is, simply put, an ordinary possibility… 

Tuesday, September 23, 2014

Dr. Pamela Chrabieh - AUD profile

SOURCE: http://www.aud.edu/About_AUD/directory.asp



DR. PAMELA CHRABIEH
Assistant Professor of Middle Eastern Studies
Ph.D., Theology-Sciences of Religions, University of Montreal, Canada
M.A., Theology, Religions and Cultures, University of Montreal, Canada
Higher Diploma (DES) , Plastic Arts-Religious Arts and Icons’ Restoration, ALBA-University of Balamand, Lebanon

Dr. Chrabieh completed her doctoral dissertation in 2005 at the University of Montreal on sectarianism, interfaith dialogue and religions-politics relations in Lebanon, followed by two post-doctoral researches from 2005 till 2008 on war memory, youth and peacebuilding, financed by the University of Montreal and the Social Sciences and Humanities Research Council of Canada.
She taught undergraduate and graduate courses/seminars in English, Arabic and French, from 2004 till 2014, in Canada (University of Montreal) and Lebanon (St Josef University, Holy Spirit University and Notre Dame University). She joined AUD in Fall 2014.
Dr. Chrabieh has also been an academic researcher since 2001, conducting individual researches and participating in local, regional and international collective researches - including Canada, Lebanon, France and Denmark. She was Associate-Researcher and Director of International Relations at the Canada Research Chair – Islam, Pluralism and Globalization (University of Montreal) from 2007 till 2012, and currently acts as Senior-Expert at the same chair.

Research interests

 War memory and peacebuilding, interfaith/Intercultural relations, diversity management, politics-religions relations in the Middle East, theology of dialogue, youth and new media, women’s rights in Western Asia, migration studies, religious arts in the Middle East, etc.
Artist-painter since 1995, Dr. Chrabieh’s artwork has been mainly exhibited in Canada and Lebanon. Activist for peacebuilding and human rights/women’s rights since 1995, she has been a member of several local and international organizations. She founded in 2012 an online platform for Middle Eastern authors named ‘Red Lips High Heels’ (blog and Facebook page), intellectually engaged for peace and human rights/women’s rights.
Selected as one of the 100 most influential women in Lebanon (Women Leaders Directory 2013, Smart Center and Women in Front, Beirut), and ‘Most Exceptional Teaching Fellow’ in 2008 (University of Montreal), Dr. Chrabieh won several national and regional prizes in Canada (Forces Avenir Université de Montréal, Forces Avenir Québec, Prix Lieutenant-Gouverneur du Québec).
Dr. Chrabieh is the author of several academic papers, online articles and of the following books and book chapters.
 Books
  • المرأة في غرب آسيا، رحلة إلى الماضي. دار المشرق، 'دراسات في الأديان'، بيروت، ٢٠١٣
    Womanhood in Western Asia, A Journey to the Past (Beirut: Dar el-Machreq, 2013).
  • Quelle gestion des diversités au Liban ? Du confessionnalisme au pluralisme médiateur (Sarrebruck, Allemagne : Editions Universitaires Européennes, 2010).
  • Pamela Chrabieh Badine, Salim Daccache s.j. (ed.), La gestion de la diversité religieuse (Liban-Québec). Perspectives comparatives dans les secteurs juridique, politique et éducatif (Beyrouth : Publications de la Faculté des Sciences Religieuses, Institut d’études islamo-chrétiennes, Université Saint-Joseph, 2010).
  • La gestion de la diversité au Liban. Visions de jeunes du secondaire (Beyrouth : Dar el-Machreq, collection ‘Interaction islamo-chrétienne ’- Institut d’études islamo-chrétiennes de l’Université Saint-Joseph de Beyrouth, 2009).
  • Voix-es de paix au Liban. Contribution de jeunes de 25-40 ans à la reconstruction nationale (Beyrouth : Dar el-Machreq, collection ‘Interaction islamo-chrétienne’- Institut d’études islamo-chrétiennes de l’Université Saint-Joseph de Beyrouth, 2008).
  • A la rencontre de l’Islam. Itinéraire d’une spiritualité composite et engagée (Montréal : Médiaspaul, Collection ‘Spiritualités en dialogue’, 2006).
  • Icônes du Liban, au carrefour du dialogue des cultures (Montréal : Carte Blanche, 2003).

Book Chapters
  • ‘Youth, New Media and Peace in the Middle East’, with Charlotte Karagheuzian, in Anthropology of the Middle East and North Africa, Sherine Hafez & Susan Slyomovics (ed.), Indiana University Press, 2013.
  • ‘Youth and Peace: Alternative Voices in Lebanon’, The Metamorphosis of War. Plaw, Avery (Ed.) Rodopi, Amsterdam/New York, NY, 2012, XVIII, p.149-165.
  • ‘Civil and Human Rights in the Muslim World’, Modern Muslim Societies, Florian Pohl (ed.), New York (United States), Marshall Cavendish, 2010, p.168-187 (Chapter 8).
  • ‘Contributions of young Lebanese Canadians to Peacebuilding in Lebanon’, Politics, Culture and the Lebanese Diaspora, Paul Tabar and Jennifer Skulte-Ouaiss (ed.), United Kingdom, Cambridge Scholars Publishing, 2010, p.176-192.
  • ‘Mémoires de guerre et blogosphère libanaise’, Mémoires de guerres au Liban (1975-1990), Franck Mermier et Christophe Varin (dir.), Arles, IFPO/Sindbad/Actes Sud, 2010, p.165-183.
  • ‘Dialogues islamo-chrétiens au Liban’/ Islamic-Christian Dialogues in Lebanon’, Trait d’union Islam-Christianisme/ Hyphen Islam-Christianity, ed. By Nada Raphael, Electrochocks Productions - Editions (Montreal, Canada) and Arab Printing Press (Lebanon), 2009, p. 646-655.
  • ‘Peut-on penser la fin de l’extrémisme islamique au Liban ?’, La religion à l’extrême, Martin Geoffroy et Jean-Guy Vaillancourt (dir.), Montréal, Médiaspaul, 2009, p.197-228.
  • ‘Is it still relevant to talk about Religion, Democracy and Human Rights in Lebanon?’, The World’s Religions after September 11, ed. By Arvind Sharma (4 volumes, 996 p.), Santa Barbara (California, USA), Praeger Publishers, volume 1, chapter 8, 2008.
  • ‘Breaking the Vicious Circle! Contributions of the 25-35 Lebanese Age Group’, Breaking the Cycle. Civil Wars in Lebanon, ed. By Youssef Choueiri, Center for Lebanese Studies (Oxford University) - Stacey International (London, United Kingdom), 2007, p.69-88.
  • 'Le 11 septembre 2001 ou l’inauguration de l’ère du choc des identités?’, La mondialisation du phénomène religieux, Michel Gardaz, Martin Geoffroy, Jean-Guy Vaillancourt (dir.), Montréal, Médiaspaul, 2007, p.91-105.
  • ‘L’engagement pour la réconciliation et la paix : actualisations de la pensée de Gibran Khalil Gibran’, Gibran K. Gibran, Pionnier de la Renaissance à venir (10 avril 1931- 10 avril 2006), Kaslik (Liban), Publications de l’Université Saint-Esprit de Kaslik, Faculté des Lettres, 11, 2006, p.89-94.

Sunday, September 14, 2014

AUD Welcomes New Faculty Members For The Fall 2014 Semester

News Source: http://aud.edu/index.asp


(August 2014)


AUD welcomed new fulltime and part-time faculty members with a complete day of presentations and activities designed to introduce the newcomers to the university’s leadership, culture, programs, services, procedures, and policies as well as to familiarize them with life at AUD and in Dubai. “We are pleased to welcome such a talented and diverse group of individuals on board. All of us here at AUD really look forward to an academic year characterized by collaboration among all faculty and staff in fulfilling AUD’s mission,” said Mrs. Angele El Khoury, Director of Human Resources.

Dr. Lance de Masi, President of AUD, spoke to the new faculty members about AUD; its mission, objectives and their role in achieving them, as well as offered the ‘ten ‘presidential’ suggestions for their success at the university. He added, “To get to the essence of AUD, one must take seriously the most important claim we make in addressing our students: ‘Your success is our success’”. Moreover, Dr. Jihad Nader, Provost/Chief Academic Officer introduced the new faculty to the programs and key academic policies at AUD.

The day also included presentations from different AUD Administrative Offices including Admissions, Registrar, Finance, Institutional Effectiveness, Student Services, IT Services, External Relations, Marketing Communications, and Library Services – introducing AUD’s organizational structure to the new faculty members and familiarizing them with the university’s various functions. In addition, the Human Resources Office scheduled various breaks during the day allowing for socializing opportunities by the new faculty members where they mingled and networked with their colleagues and the AUD community.

This year’s new faculty recruits boast diversity, with members coming from more than a dozen different backgrounds and nationalities. Professors joining this year come from all corners of the world including the United States, Canada, Australia, Switzerland, England, and Japan.

The new faculty members include Dr. Layan El Hajj, Assistant Professor of Mathematics; Dr. Micah Robbins, Assistant Professor of English; Dr. Nadia Radwan, Assistant Professor of Art History; Dr. Marguerite Connor, Assistant Professor of English; Dr. Jonathan York, Assistant Professor of History; 
Dr. Pamela Chrabieh, Assistant Professor of Middle Eastern Studies; Prof. Loulou Malaeb, Assistant Professor of Humanities; Dr. Magdy El-Shamma, Assistant Professor of Middle Eastern Studies; Dr. Karen Mc Kinney, Assistant Professor of English; Dr. Omar Sabbagh, Assistant Professor of English; Dr. Tabitha Kenlon, Assistant Professor of English; Dr. Ann Marie Simmonds, Assistant Professor of English; Prof. Giscard El Khoury, Instructor in English; Prof. Takeshi Maruyama, Assistant Professor of Architecture; Prof. Michael Rice, Associate Professor of Studio Art; Prof. Flounder Lee, Assistant Professor of Studio Art; Dr. Annarita Cornaro, Assistant Professor of Architecture; Dr. Subramaniam Ponnaiyan , Assistant Professor of Decision Sciences; Dr. Odekhiren Amaize , Professor of Marketing Communications; Dr. Akram Al Matarneh, Assistant Professor of Business Administration; Dr. Nasreddine Saadouli, Associate Professor of Management; Prof. Nathaniel Light, Assistant Professor of Finance; Prof. Sumaya Kubeisy, Assistant Professor of Digital Production and Storytelling; Prof. Yasmine Bahrani, Assistant Professor of Communication and Information Studies - (Journalism); Dr. Vinod Pangracious, Assistant Professor of Electrical Engineering; Dr. Mona Nabhani, Visiting Associate Professor of Education.
The mission of the Office of Human Resources at AUD is to foster a positive work environment and to act as a resource for the university’s staff and faculty. The office acts to support AUD staff and faculty in their service to the university through a commitment to attract, orient, retain, motivate, and develop members of the university’s population to their fullest potential. The HR team provides services to impact and promote equity and impartial human relations.


Saturday, September 13, 2014

Red Lips High Heels: Un espace en ligne dédié aux droits de la femme

By Florence KANAAN 
(WE Initiative - PAMELA CHRABIEH, SUCCESS STORY OF A WOMAN)

Dr. Pamela Chrabieh


Qui dit Red Lips High Heels, dit droits de la femme et dit Pamela Chrabieh. Mais qui est cette femme au regard assuré, vif et tendre, qui lutte et débâtât pour défendre et protéger le droit de l’être humain et de la femme et spécialement au Liban? 
1- Qui est Pamela Chrabieh?
Libanaise et canadienne, épouse et mère, docteure en sciences des religions, professeur d’université, chercheuse, auteure, activiste et artiste, croyant fermement  au génie des êtres humains au-delà des empêchements, doutes et difficultés, au-delà de la culture de la violence
2-  Qu’est-ce que Red Lips High Heels?
Red Lips High Heels est une plateforme en ligne (blog et page Facebook) pour des auteurs-es et activistes luttant pour la paix et les droits humains/droits des femmes, en particulier au Liban, ainsi qu’au Moyen-Orient ou l’Asie du Sud-Ouest. Depuis que je l’ai créée en 2012, elle compte plus de 80 personnes engagées de manière régulière ou sporadique, de diverses appartenances ethniques, nationales, religieuses, confessionnelles, socio-économiques, générationnelles etc., écrivant en Arabe, Français, Anglais et parfois aussi, en Espagnol. La pluralité des approches féministes y est au rendez-vous, ainsi que la pluridisciplinarité académique, la poésie et l’écriture grand public (creative writing). La liberté d’expression, le respect mutuel et le dialogue constituent les règles d’or de la plateforme, et ses objectifs peuvent être résumés en ce qui suit : la contribution à la production d’un savoir contextuel,  pluriel et engagé, et à sa dissémination auprès d’un large public, au-delà des tours d’ivoire académiques ; la conscientisation (awareness) face au clash des ignorances et la contribution au changement des mentalités – beaucoup plus importante, à mon avis, qu’un changement de lois ; la déconstruction de stéréotypes, tabous et idéologies ‘normalisés’ au sein de nos sociétés et la reconstruction progressive de voix alternatives.
3- Pourquoi avoir choisi le nom “Red Lips High Heels” pour le blog?
Red Lips et High Heels ne devraient pas être compris d’une manière littérale mais symbolique : les lèvres rouges (longtemps perçues dans notre région comme appartenant au monde de l’interdit, du tabou) communicatrices de l’acceptation personnelle, de la transformation, du dynamisme et du courage. Des lèvres qui vibrent du passage du silence à la parole créatrice, de la mémoire meurtrie à la mémoire constructrice, de la survie à la vie. Porter des talons hauts (High Heels) d’une manière métaphorique et en maîtriser l’art/la technique réfère à l’autonomie et la capacitation, au-delà des obstacles dont le système patriarcal et la culture de la violence. Il s’agit aussi de rechercher l’équilibre entre l’interne et l’externe – les relations entre les appartenances qui constituent une partie du ‘moi’ et celles qui adviennent avec les ‘autres’ -, une meilleure gestion de la diversité des identités, basée sur le respect, le dialogue et ayant pour objectif la convivialité ou le vivre ensemble.
3- Comment réagit le public libanais, surtout la femme libanaise vis-à-vis de ce blog?
Suite au lancement de la plateforme, les réactions furent partagées, surtout de la part des organisations féministes établies dans le pays – hormis Women in Front par exemple qui milite pour les droits politiques des femmes libanaises  et qui m’invita à maintes reprises à participer à ses réunions et à présenter des conférences -, ainsi que du public anti-féministe lequel est constitué de femmes et d’hommes. Le passage du pensable (la ‘norme’ sociétale) à l’impensable/l’impensé (ce qui fut ou est marginalisé) crée nécessairement des remous. Toutefois, les réactions positives furent nombreuses : de la part d’un public averti (femmes et hommes), mais aussi qui ne l’était pas et découvrait pour la première fois ce genre de discours, visions et pratiques (femmes au foyer, femmes de carrière, des libanaises vivant au Liban et en diaspora, étudiantes au secondaire et à l’université, et des femmes de diverses nationalités interpellées par les causes des droits humains/droits des femmes et de la paix au niveau mondial); de la part de certains médias traditionnels (chaînes télévisées locales, européennes et nord-américaines, presse écrite et électronique)…
4- Quel a été l’impact de ce blog en réalité sur le terrain libanais?
Le blog compte actuellement des centaines de lecteurs-lectrices réguliers-ères et des milliers de lecteurs-lectrices irréguliers. La page Facebook compte plus de 17000 personnes (un nombre qui fut atteint progressivement, donc qui diffère d’une campagne ponctuelle ou d’un effet mode), avec une majorité de femmes libanaises (public cible en premier lieu, mais pas le seul) de toutes générations, confessions, statuts sociaux et tendances politiques. Certaines d’entre elles lisent, d’autres commentent et –ou partagent leurs histoires, et je reçois souvent des demandes d’aide – femmes battues, tentatives de suicide, etc. – que je redirige vers des organisations spécialisées dans l’assistance immédiate comme Kafa pour les cas de violence domestique. Des étudiantes d’université furent inspirées par la plateforme et le mouvement qui fut créé par la suite : certaines ont présenté des exposés dans leurs écoles et universités ; d’autres ont publié des articles et livres, ou ont produit des documentaires. Je reçois souvent des messages d’encouragement et de remerciements de la part de femmes vivant dans des conditions difficiles. L’impact est réel, au-delà du virtuel. 
5- Comment évaluez-vous le statut de la femme libanaise ?
A première vue, l’on peut affirmer qu’une partie des libanaises jouissent d’une marge de liberté introuvable dans certains pays avoisinants, et l’on peut se réjouir de certains acquis et avancées : la Constitution libanaise engage le Liban à appliquer la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme et les traités relatifs aux droits humains. Cette constitution proclame entre autres, l’égalité politique des libanais : égalité de l’admissibilité aux fonctions politiques, au droit de vote et d’éligibilité. Le Liban a ratifié la Convention sur l’élimination de toutes les formes de discrimination à l’égard des femmes en 1997 (avec réserves). Quelques progrès furent réalisés dans le domaine de l’éducation des femmes, en particulier l’éducation supérieure. Selon le Programme des Nations Unies pour le développement, les femmes représentent la moitié de la population universitaire libanaise.  Le crime d’honneur qui était légitimé au Liban jusqu’en 1999, est considéré comme crime pénal depuis 2011 (l’article 562 du Code pénal fut aboli : il permettait à l’auteur d’un crime dit d’honneur de bénéficier d’une circonstance atténuante et d’une peine réduite lorsque le crime avait été perpétré à l’encontre d’une personne prise en flagrant délit d’adultère ou de rapports sexuels illégitimes). La société civile inclue des individus, des groupes et des associations militant pour les droits des femmes depuis des décennies, et dont les initiatives ne peuvent qu’être louées.
Toutefois, selon le rapport mondial sur l’écart entre les genres publié en 2013 par le Forum économique mondial (WEF) à Genève, le Liban occupe la 123e place sur 136 pays, en chute d’une place par rapport à 2012 et de cinq places par rapport à 2011. Au niveau de l’égalité économique (participation et opportunités économiques), le Liban occupe la 126e place, la 87e place en matière d’éducation (avec un écart complètement comblé en ce qui concerne les inscriptions pour des études secondaires et supérieures) et la 133e place au niveau de la participation à la vie politique. En effet, 3% des Parlementaires sont des femmes. Les dispositions légales discriminatoires à l’égard des femmes persistent dans la loi sur le statut personnel, dans le Code pénal ainsi que dans d’autres lois. Le taux d’activité des Libanaises ne culminait qu’à 22 % en 2011 (rapport de la Banque mondiale). Ce n’est pourtant pas par manque de diplômes mais davantage pour des raisons culturelles et logistiques que les femmes ne travaillent pas. S’occuper des tâches ménagères et des enfants reste majoritairement dévolu aux femmes. Elles sont nombreuses à arrêter de travailler quand elles fondent une famille. En effet, 68 % des Libanaises qui travaillent sont célibataires. Le bas taux de femmes actives dans le milieu du travail s’explique aussi en partie par le manque d’aide et de structures pour la garde des enfants, ainsi que par des salaires trop bas.
6- Quel rôle doit-elle principalement jouer?
Il n’existe pas un rôle spécifique pour la femme libanaise. Ses rôles peuvent être multiples, tout comme ceux des hommes d’ailleurs ; des rôles pareils, différents et complémentaires dans les secteurs privé et public, au niveau micro (la famille) et macro (la société). Il est vrai que divers obstacles limitent les choix. Pour que ceux-ci soient permis et accessibles, il est urgent d’agir à partir de la base et d’élargir les lieux de lutte déjà en place. Une révolution des mentalités devrait advenir, accompagnant le changement de lois, même si celle-ci prendrait des décennies. Pour que, justement, les femmes (la plupart) cessent d’être spectatrices, figurantes, mineures qui ne peuvent décider, exclues de la vie publique, de la politique, de l’histoire, et cessent d’être réduites à leur seule nature et condition de mère/épouse soumise ou de bel objet à admirer et baiser. Avec Red Lips High Heels, il s’agit d’affirmer par exemple que les femmes ne doivent et ne peuvent être tenues à l’écart de l’étude et de la réflexion, ni de la dissémination du savoir, de la liberté de créer et d’imposer leurs talents de créatrices.