Monday, July 31, 2006


Vous avez dit une trêve de 48h?
1er août 2006

Mes amis-es, le premier ministre israélien Olmert vient d'annoncer qu'à partir de minuit, le pilonnage de tout le territoire Libanais va recommencer, et avec plus de "force" et "d'envergure". Entretemps, les raids aériens ne cessent de s'intensifier au fil des heures... Entretemps, je vous laisse avec l'article suivant publié dans le journal israélien HAARETZ (eh oui!) et par la suite, un article de Mohamed Kacimi, ainsi que quelques témoignages:
From Haaretz newspaper in israel. Gives you a hint (in their own words)of how a bunch of 1970 Kalashnikov armed but convinced bunch of resistants have managed to break the myth of the 4th strongest army in the world and the most technologically advanced, who are, all in all, pussies on the ground. Moreso, I believe that if they try to attack Sour (Tyr), it will be their Stalingrad.This is a First in 50 years, since the creation of the State if Israel (M., Montréal)
Let's declare victory and start talking
By Ze'ev Sternhell
It's a widely accepted idea that an Israeli who returns home, even after a short period of time, feels as if he has come to another country. But the opposite is the case: He returns to the same situation, the same problems, the same thought patterns and mainly, the same solutions. Apparently, we did not learn a thing from the first Lebanon War or from the American defeat in Iraq. If the definition of Israel's strategic goal given by the head of Military Intelligence at the beginning of the week reflects the government's position, we are in big trouble. If Israel really did embark on the war in order to force Lebanon to impose its authority on the south, which is in Hezbollah's hands - or in other words, to force the Lebanese government to begin a civil war in the service of Israel - that is a sign that it is dominated by thinking even more primitive than the thinking that led Ariel Sharon to Beirut about a quarter of a century ago. But this time, we have exacerbated the problem: At the beginning of the third week of fighting, in spite of the determination and courage of the attacking soldiers, the war seems only to be beginning. That is why we should achieve a cease-fire before the campaign gets out of control, claims victims in vain and, in the long run, even turns into a strategic failure. In the more distant future, it will be necessary to carry out a fundamental structural reform of the government's work procedures and to examine its dependence on the Israel Defense Forces' General Staff. These are truths that are not pleasant to voice at this time, but that is the reality, and we are obliged to confront it.
And in fact, considering the means that the IDF is employing and the ratio of forces in the field, any outcome less than the elimination of Hezbollah as a fighting force will be considered an Israeli failure and a great achievement for the enemy. But since it is impossible to uproot Hezbollah from among the Shiites without destroying the population itself, wisdom requires us to refrain from positing goals that are unachievable. The inability of a major power to put an end to a guerrilla war is not a new phenomenon: From Napoleon in Spain, through his successors in Algeria, to the Americans in Vietnam and now in Iraq, well-organized armies equipped with modern technology have always failed in attempts to defeat irregular forces. The latter know how to adapt themselves to their surroundings, they are an inseparable part of the population and they serve its material, religious and emotional needs. When there is fighting, guerrilla organizations want the entire population to be harmed. When everyone is a victim, the hatred will be directed at the enemy more forcefully. That is why bombing residential neighborhoods, power plants, bridges and highways is an act of folly, which plays into Hezbollah's hands and serves its strategic goals: An attack on the overall fabric of life creates a common fate for the fighters and those standing on the sidelines. At the same time, the greater the population's suffering, the greater its alienation from the formal ruling institutions - the government, the parliament and the various security forces that are powerless to save them. It is an illusion to hope that the 700,000 Lebanese refugees will direct their fury at their government, or that the population that still remains in place will evict the Hezbollah members from among it. As far as the population is concerned, responsibility for its catastrophe lies entirely with Israel, and failure to cooperate with whoever fights against Israel would be considered national treason. It was foolish to assume that the Lebanese political elite would dare to confront Hezbollah and use force against it. And anyway, who was even capable of using force? The Lebanese Army, whose bases were bombed as well? That is why Israel's interest must be to isolate Hezbollah, to strike a hard blow at its bases and camps, but to avoid harming the infrastructure of life for the general population, even when its gives refuge to those bearing arms. This is not a matter of military ethics, but of a cold practical considerations. The goal of the war is to restrain Hezbollah, because nobody is dreaming any longer of destroying it. As things look today, at best, Israel will make do with removing it from the border. There, behind the back of an international force, which in the Arab world will in any case be seen as protecting Israel, Hezbollah will be able to reorganize, train, equip itself with more modern weapons and prepare for the next round. There is no military solution for this situation. IDF Chief of Staff Dan Halutz has already implied that the solution is political. The prime minister, who bears overall responsibility and will be required to give an accounting in the future, would do well not to lag behind the person who in any case will pass him the hot potato. And a word about the price of American support. Sometimes it seems as if U.S. President George W. Bush wants Israel both to destroy Lebanon and to sustain painful losses. That way, Israel provides him with an excellent alibi for the war in Iraq: The fight against terror is global, the blood price is the same, the methods of operation and the means are identical, and the time needed for victory is long. The Israeli vassal is serving its master no less than the master is providing for its needs.
En s'attaquant à un régime arabe des plus permissif, Israël ne peut qu'affaiblir sa position.
Faut-il raser le Liban ?
Par Mohamed KACIMI

QUOTIDIEN : Mardi 1er août 2006 - 06:00
Par Mohamed Kacimi écrivain.
Certes, Israël a «le droit de se défendre», mais au nom de quelle loi a-t-il la liberté de saccager la vie et l'avenir de tout un pays ? Aujourd'hui, il faut être d'une naïveté américaine pour croire que la nouvelle guerre contre le Liban a été déclenchée à cause de l'enlèvement de deux soldats israéliens (au demeurant druzes). Connaissant le rôle que concède l'armée israélienne aux soldats issus de cette communauté, il est étonnant de voir Israël lever une armée de 100 000 hommes pour voler au secours de deux de ses supplétifs.
Dans les colonnes de Libération, l'un des stratèges israéliens reconnaissait, aux premiers jours de la guerre, que l'invasion du Liban était programmée de longue date. Dans cet Orient, imprévisible, instable et parfois incompréhensible, il y a très peu de place pour l'improvisation et surtout quand il s'agit d'orchestrer avec autant de minutie la mise en coupe réglée de tout un pays. A voir l'ampleur des dégâts et la puissance démentielle de feu utilisée par Israël, on se demande si la véritable cible est bien le Hezbollah et non le Liban. Depuis près de trois semaines, les missiles et les bombes ont rasé les usines, les écoles, les aéroports, les écoles, des cinémas, des champs d'oliviers et jeté sur les routes plus de 600 000 personnes. Le Liban coule, mais les roquettes du Hezbollah tombent toujours sur la Galilée et rien, bien sûr, ne peut justifier ces actes criminels qui visent des civils.
Depuis la fin de la guerre civile, le Liban, Sisyphe d'Orient, s'est reconstruit d'une façon miraculeuse. Une nouvelle ville est née à Beyrouth, peu importent les moyens déployés pour sa renaissance. Une nouvelle génération née durant la guerre est venue au monde qui voulait fermer définitivement la page des guerres et des conflits. Durant un an, toute la société civile s'est mobilisée pour chasser l'armée d'occupation, si ce n'est de colonisation syrienne, et se battait pour chasser de la tête de l'Etat un président inféodé à Damas. Israël intervient pour réduire en poussière tout ce chemin parcouru. Car la principale victime, c'est bien le Liban dont les infrastructures mais surtout la confiance en soi sont aujourd'hui réduites à néant. Quant au Hezbollah, quelle que soit l'issue de ce conflit, il sortira vainqueur de cette épreuve. L'adversité a toujours été une bénédiction pour les mouvements religieux.
Au moment où l'Amérique de Bush rêve d'inculquer ou d'inoculer la démocratie aux pays d'Orient, il serait bon de rappeler que le Liban est aujourd'hui l'unique et seul pays du monde arabe où il existe une presse libre, des télévisions libres, des élections libres. Un pays où l'on peut prier en arabe, en syriaque ou en grec dans des églises orthodoxes ou catholiques sans être lynché comme à Alexandrie où décapité comme à Alger. Un pays où les femmes libres, comme nulle part ailleurs, peuvent s'afficher en plein ramadan avec leur verre de vin ou leur cigarette sans être vitriolées. Un pays où il existe, malgré l'indigence des pouvoirs publics, un cinéma, une presse digne de ce nom et une tradition théâtrale unique en son genre qui fait qu'il y a un mois une troupe de jeunes filles jouait à Beyrouth les Monologues du vagin en arabe. Un pays où tout un peuple peut descendre dans la rue pour réclamer la vérité à son gouvernement, sans être fauché par les balles des mitrailleuses, comme à Damas ou finir dans les geôles, comme dans le Goulag de la Tunisie. Ce n'est pas le Hezbollah qu'on casse, c'est l'ultime et unique espace de liberté, de création et de subversion arabe qu'on détruit.
En fait, Israël réalise pour la deuxième fois le rêve secret de tous les Etats arabes de la région, détruire cette cité paillarde, frondeuse et insensée. Beyrouth, c'est Sodome pour les wahhabites d'Arabie, Beyrouth, c'est Carthage pour les Alaouites de Syrie. Damas, Aman, Riyad, Bagdad, La Mecque, l'ont rêvé, Tsahal l'a fait. La preuve : les premiers à applaudir cette «intervention» furent les Saoudiens, non par peur des Chiites, comme on veut le faire croire, mais par haine de cette terre singulière du Liban où, malgré quinze siècles de guerres et de persécutions, la voix des muezzins n'a pas fait taire les cloches des églises. Ce n'est pas un fruit du hasard si les missiles américains au laser qui se déversent sur le Liban passent par les bases des Emirats arabes.
J'ai toujours pensé que toute concession faite aux islamistes est un renoncement à la liberté, mais le Hezbollah n'est ni la nébuleuse terroriste d'Al-Qaeda ni l'inculte et barbare GIA algérien. Au-delà de sa milice ­ mais que pèse-t-elle face à l'armée israélienne ? ­ c'est un parti qui siège au gouvernement et qui joue pleinement le jeu démocratique. Il encadre, scolarise, et soigne la communauté la plus importante du pays. Vouloir l'extirper du Liban comme l'OLP est une grave erreur. Le Hezbollah n'est pas un corps étranger : il est l'émanation, la respiration et la pensée de toute une communauté pauvre et démunie. Depuis Kaboul, on sait que le désarroi des gens n'est pas soluble dans le napalm. Quand j'entends «Condi» Rice parler de cette guerre comme de la naissance d'un autre bébé-Orient, je tremble pour le Liban. On sait les beaux bébés de démocratie faits par les Américains en Somalie, en Afghanistan et en Irak. C'est devenu un théorème physique : toute société plongée dans un plan américain reçoit une poussée de haut en bas égale au nombre de marines et de GI déplacés. Je parie même que si, un jour, les troupes américaines occupaient le Vatican, on verrait au bout d'une semaine le pape crier depuis le balcon de la place Saint-Pierre : Allah Akbar !
Il reste une idée, si ce n'est un fantasme, à laquelle il faudrait un jour ou l'autre tordre le coup, c'est «la menace arabe sur Israël», «Ils veulent raser Israël». Ce fantasme est parfois à la limite du risible. Chacun sait pourtant la nature totalitaire des régimes de la région et du monde arabe, un chapelet de dictatures qui s'égrène de Rabat à Bagdad, leur corruption, leur arriération, leur sous-développement en tout, le sous-équipement de leurs armées. Je ne sais quel dirigeant aurait demain le projet de s'attaquer à Israël, à commencer par la Syrie qui, malgré l'occupation du Golan, n'a jamais toléré le moindre jet de pierre depuis son territoire sur le sol israélien. Non, les régimes arabes ne rêvent de raser qu'une seule chose : leurs peuples. Comme le dit si bien ce proverbe palestinien : «Le dirigeant juif a le cul sur le trône et les yeux sur son peuple alors que le dirigeant arabe a les yeux sur le trône et le cul sur le peuple.»
Israël n'a pas d'autre ennemi que lui-même, cette folie de destruction de l'autre, que ce soit à Gaza ou à Beyrouth, ne lui épargnera jamais la nécessité de voir la réalité en face, d'accepter l'indépendance des Palestiniens, de reconnaître la souveraineté du Liban. Les faits sont têtus, il faudra qu'un jour ou l'autre Israël accepte le fait de ne pas être implanté en Floride et ce ne sont surtout pas les bombes à fragmentation qui transformeront en un siècle ou en mille les habitants de Damas, de Naplouse ou de Tyr en Séfarades inconditionnels du Likoud.
Cette guerre fait d'autres dégâts qu'on ne soupçonne guère, car si du côté français on veille, tous médias confondus, à la reléguer bien loin derrière Zidane et la canicule et à n'en donner que les images les plus soft, du côté des chaînes arabes, c'est une boucherie que des millions de foyers vivent en direct avec les envoyés spéciaux d'Al-Jezira et d'Al-Arabiya. Rien n'est épargné aux spectateurs, ni les ambulances pulvérisées ni les corps fumants des enfants qui se déversent par centaines dans les morgues du pays. Voilà les images, les seules que les enfants du monde arabe ont d'Israël. Si Israël réclame à chaque fois, et à juste titre, une condamnation de l'antisémitisme qui se propage dans les communautés maghrébines et arabes, il faudra qu'il donne une autre image que celle des drones et des F16.
Nous sommes de plus en plus rares à défendre l'idée insensée mais inéluctable d'une reconnaissance mutuelle entre Palestiniens et Israéliens, rares à croire, envers et contre tous, en un avenir possible et partagé pour les deux peuples, seule condition pour une paix au Moyen-Orient. La paix d'Israël ne passera que par la liberté du Liban. Et si cette vision paraît idéaliste, il est temps de se souvenir de l'un des préceptes de mon cher Rabbi Nahman de Braslav : «Si la paix se sauve, cours vite la rattraper.»
Dernier ouvrage paru : Terre Sainte , éd. l'Avant-scène 2006, 60 pp. 9 euros.
Hi Pam, J'espère que le moral tient. Ça y est, c'Est commencé,le Liban ne fait plus partie de les unes deRadio-Canada, la Presse,, et autres médias canadiens!Je suppose qu'il fallait s'y attendre, ça dure trop etles cotes d'écoutes risquent de baisser, alorsppassons tranquillement à autre chose...Agh ya'l hayet...Continue ce que tu fais...le contact est primordial (Katia, Montréal).

Bonjour courageuse Pamela,
que dire devant ce qui se passe ? Les mots sont inutiles, presque obscènes. Lorsque j'entends Israël s'excuser pour le massacre de Cana qu'ils qualifient d'erreur, j'en ai la nausée. On a un ami, colonel èa la retraite qui est souvent interviewé èa la télé: Rémi Landry. Il avait peine èa contenir sa colèere quand on l'a interrogé sur Cana. Il a affirmé qu'Israël a une des armées les plus sophistiquée du monde et ne peut pas commettre de telles "erreurs", tout comme pour le bombrdement le l'ONU au Liban.
Ici, les sondages sont décourageants: une majorité de canadiens appuie la position de Harper. Par contre au Québec, c'est différent: une majorité lui reproche son alignement sur Bush et de ne pas condamner les "erreurs" israéliennes. Quand le taux des morts de chaque côté est dans un rapport de 10 pour un, on ne peut plus parler de "droit de se défendre". Et avec leur droit de veto, les "amirequins" décident de tout à l'échelle mondiale. Je ne sais que penser...
Malgré tout, je ne perd pas espoir que le bon sens et l'humanité vont finir par se frayer un chemin à travers les consciences embrouillées de ceux qui ne comprennent rien. Et je suis édifiée par le courage dont toi et ton peuple faite preuve. Nous suivons les infos constamment et prions pour vous et pour que le bon sens règne enfin. J'ai refilé l'adresse de ton site à plein de mes contacts afin qu'ils aient une info de première main. Ton travail n'est pas inutile: il aide plusieurs personnes à se conscientiser. e te souhaite de pouvoir continuer longtemps car ton témoignage est important.
Bon courage à toi, ton mari et toute ta famille. J'espère te serrer dans mes bras dans un proche avenir (Sylvie, Montréal)
Voilà ce qu'il y a dans un coin de cyberpresse... Le mardi 01 août 2006: Les Canadiens n'apprécient pas l'appui de Harper àIsraël: Toronto - Un nouveau sondage démontre maintenant que lesCanadiens n'apprécient pas l'appui du premier ministreStephen Harper à Israël dans l'actuelle crise auProche-Orient. L'enquête menée par Strategic Counsel pour le réseauCTV et le quotidien The Globe and Mail démontre que 77% des Canadiens préféreraient que leur pays s'entienne à sa position neutre traditionnelle.Quarante-cinq % déplorent la position de StephenHarper, alors que 32 % l'approuvent. Au Québec, seulement 17 % des répondants sont d'accordavec M. Harper, tandis que 61 % rejettent son appuienvers Israël. De plus, 53 % des Canadiens et 72 % des Québécoispensent que le premier ministre Harper supportel'offensive de l'État hébreu principalement parce quec'est ce que fait l'administration de George Bush, auxÉtats-Unis. Quant à savoir si une force multinationale de maintiende la paix devrait être déployée au Liban, 53 % desCanadiens et 67 % des Québécois estiment que c'estbien la chose à faire. Et 72 % des Canadien disent suivre de près le conflitau Proche-Orient. Pour ce qui est des intentions de vote, lesconservateurs dominent tout de même avec un score de38 %, contre 29 % pour les libéraux, 15 % pour lesnéodémocrates, 11 % pour les bloquistes, et 8 % pourles verts. Un millier de personnes ont été interrogées du 27 au30 juillet. Ce sondage est considéré précis à plus oumoins 3,1 %, 19 fois sur 20.
Il est midi:
Non seulement les combats se poursuivent, les mensonges affluent de plus belle...
Une trêve de 48h? Les bombardements aériens de la banlieue sud de Beyrouth ont certes été suspendus, mais le Sud du Liban et la Békaa (Baalbeck, Hermel, etc.) sont pilonnés, ainsi que les principales routes qui lient le Liban à la Syrie. Un monastère au Sud a aussi été détruit depuis peu. Et nos cieux sont constamment envahis par les avions-sentinelles à la manière des robots-sentinelles de Matrix. Comme il n’y a plus de bateaux de secours canadiens, nos chances de quitter par la suite si nous décidons de le faire sont de plus en plus minimes. Mais nous n’y pensons pas pour le moment… Nous attendons encore, nous espérons encore, en dépit de tout.
La croix-rouge, la défense civile et des journalistes ont pu rejoindre certains villages éloignés du Sud hier dans la journée pour retirer les morts des décombres, secourir les blessés et les habitants affamés. Bint Jbeil, la ville proche de Yaroun - village de la famille de mon mari, à la frontière avec Israël -, est rasée ! Il paraît que Yaroun également est rasée. Les cousins de mon mari ont pu fuir vers Rmeich et y sont restés pour une dizaine de jours dans un abri, puis ont pu quitté pour Beyrouth, sains et saufs. Images de destruction, de désolation, de corps démembrés, de vieilles personnes qui ne veulent pas quitter leur terre, qui s’y accrochent, et les secouristes qui les emportent de force. Des habitants du Sud continuent de se réfugier vers le nord. Le nombre des déplacés a dépassé depuis longtemps le million, a donc dépassé le tiers de la population libanaise. Le nombre de morts civils a dépassé 1000 et on continue de découvrir des corps sous les décombres à chaque heure de la journée.
Selon la Knesset, le gouvernement israélien et les principaux journaux israéliens ce matin: "il n'y aura pas de cessez-le-feu au Liban. Et Israël est prête pour une plus grande offensive, ainsi qu'une invasion terrestre du Sud". Donc, nous craignons tous que les jours à venir consisteraient en de multiples Cana de plus grande envergure. Politique de la « terre brûlée » si chère à l’armée israélienne (al ‘ard al-mahrû’a) : on détruit tout, on rase tout, puis on pénètre ! Comment répondre à cette politique? Comment répondre à cette horreur? Comment répondre à ces bourreaux sanguinaires qui se croient tout permis? Comment se taire devant le ‘feu vert’ des Nations Unies pour une poursuite de l’offensive israélienne? Comment comprendre le fait que ce maudit cessez-le-feu ne soit pas annoncé formellement par la communauté internationale et ne soit pas implanté? Pourquoi reporter la rencontre du Conseil de Sécurité à la semaine prochaine? Qu’attendent-ils ces faiseurs du mauvais temps? Que le Liban soit une terre rasée, brûlée? Je ne crois plus aux Nations Unies, au Conseil de Sécurité, aux Conventions internationales – du moins dans leur application sélective -, aux belles paroles « démocratiques », aux discours mielleux de Bush, Blair et compagnie sur la « liberté », la « sécurité », et la « paix durable ».
En dépit de tout, je crois profondément à la Paix qui se construit par la paix et non par les armes, à la convivialité - d’ailleurs l’unité nationale au-delà des clivages est de plus en plus forte -, au dialogue… La violence ne fait qu’entraîner la violence. Ces paroles de mon amie Nadia tirés des Béatitudes résonnent encore en moi : "Heureux les artisans de paix, car ils seront appelés fils de Dieu." Et ces artisans, il y en a beaucoup au sein de la population libanaise, de ses associations, de ses ONG, de ses jeunes qui s’attèlent nuit et jour à venir en aide aux déplacés et réfugiés, à crier haut et fort leur refus de la guerre et de la violence. Ces artisans, il y en a beaucoup partout dans le monde… Mais comment se fait-il que ceux qui nous gouvernent et que nous avons élus directement ou indirectement, consciemment ou inconsciemment, sont les « artisans de guerre » ? COMMENT?????
Sunday 29 July, 2006
13:02 & 16:02 p.m.

A hell of a morning! Israelis’ breakfast à la carte: rare, medium and well done children and women in one of South Lebanon’s villages, Qana. An order large enough to feed an entire battalion and to make the Lebanese roar. Even our futile government had finally spoken up and asked Senora Condolisa to halt her sojourn to Lebanon until the fires and fumes disappear once and for all. In other words, she’d better stay the hell out of our Tierra Firma. An unconditional immediate cease-fire is a must should Lebanon not grow to be a slaughterhouse for our darling neighbors who seem to have forgotten so suddenly what a massacre means. Or is the latter only pertinent when the chosen people’s lives are at stake! Never have I believed that my pen will be overflowing such harsh words. Still, they are surely worthless and ineffectual as they will not resurrect all those dead innocent civilians whose birthright was to live free and die old of a natural death. Now, will Israel be dragged to the International Court of Justice or do her god and earthly rights to defend itself against Hezbollah allow her to commit the most dreadful atrocities and go on living unpunished?

Michèle Chrabieh
Gemmayze & Sanayeh, Lebanon
Tuesday 1 August, 2006.
10:06 a.m.

Yesterday afternoon was my first encounter along with five of my friends (Lea, Nisrine, Tania, Dalia and Maria) with some of the refugees’ children in a Law Faculty in Sanayeh (Beirut). The purpose was to entertain them. At first, not knowing what to expect and how to react even if most of the games and coloring were decided upon, I realized more than ever, the minute I walked into the faculty’s premises, how fortunate I was, especially nowadays, to have been born in my family and in a region quite remote to the Israelis’ targets and aggression. I didn’t believe I could tolerate the trash and the stench for more than a couple of seconds. My stomach turned upside down and I had to make an enormous effort not to expose my disgust to the families there. I was a two-hour “day-tripper” with an aim, futile for some and a necessity for others, and they had to breathe it and endure it, who knows for how long. The children were divided into groups according to their interests: playing with the ball or coloring, etc. My first attempt to assemble two football teams was abortive. I left it to my friend Nisrine who seemed to know better the rules of the game. I found myself with my other friend Dalia coloring with around twenty children and trying to tutor some of them the “maze, connect the dots & cut and paste games”. I can’t really say how old these children were, but I can still perceive the tiny Abbas with his exquisitely angelical smile while poking at all those who dared to sit next to him, the other minuscule fellow Ali with his timid and sweet gaze, the two practically mute twins with curly hair, Fattoume and Zeinab, and the tall Noura with her intelligent grim. To our surprise, all smiled and demanded for more. Why did I picture myself with noisy children, crying, shouting and booting me in the arse? At the end, my friends and I were jubilating, yet tired and asking for a massage and a hairdresser. I can imagine what you must be thinking. Nevertheless, know that we settled for a beer and planned our next encounter with those and other lovely children. In the hope that that they will not be needing us for long as they will be playing in their homes and resting in their beds.

Michèle Chrabieh
Bab Idriss, Lebanon.


Mi querida amiga, he hecho llegar tu mensaje a todas las personas de quienes tengo su correo. Se que tus palabras transmiten la desesperacion y el desconsuelo de todos los libaneses.... no poder sentirse tranquilos en su propia tierra, ver como el trabajo de reconstruccion de anos se echa por la borda de un dia al otro... es como el agua que corre por tus dedos...incapaz de detener.
Quiero que sepas que a pesar de la distancia estoy contigo siempre te llevo en mi corazon y a Dios le pido que terminen estos dias de angustia que estas experimentando de nuevo, mi querida y dulce amiga.
Dios no nos deja solos nunca y yo se que esta con tu familia y con todas las personas que estan sufriendo sin encontrar consuelo. Te quiero muuuuuucho sigue asi transmitiendo lo que estas viviendo, ya es hora de que la gente comprenda que todos los seres humanos necesitamos de respeto y que lo que hasta ahora se ha hecho ha sido una completa violacion a la soberania del pueblo libanes.
Te quiero por siempre,
Paulita (Costa Rica)
Pamela, Pamela, Ce cauchemar en est une que je partage avec toi, quenous partageons tous, même ces bourreaux qui secroient intouchés par l'horreur qu'ils font subir auxautres. Nous continuerons de lutter, jusqu'à la findes temps, parce que fin des temps il doit y avoirpour nettoyer ce monde si magnifique, du cancer quenous représentons.Si je le pouvais, je serais à tes côtés, aux côtés desmiens, et je lutterais avec vous qui êtes si courageuxd'être si en colère. Une colère et un désespoir que jepartage. Oui, le désespoir de voir que cette racaillehumaine qui fait tant souffrir a le dessus sur lesMILLIARDS qui ne voulons qu'on nous foutent la paix. Je reviens à ma question initiale, comment peut-onrésister... de voir la haine grandir en nous, issue dela colère, et mère de l'anéantissement de l'espoir? Approvisionnez-vous tous ma famille chérie, et gardezen tête que vous N'ÊTES PAS SEULS, la planête entièrepleure avec vous. Piètre consolation je le sais, maisdis-toi ma petite Pam d'amour que notre tour arrive àgrand pas, et que lorsqu'on arrêtera de se battre aunom d'un dieu qui est à la base UN DIEU DE GUERRE, ouau nom de l'argent qui est son bras droit; lorsqu'oncomprendra que la Terre est notre déité et notreberceau, et que en faisons partie, alors peut-être quela différence mortelle (contrairement à la différencequi est la base de la diversité, de la vie) n'existeraplus, et n'existera plus non plus cette foliemeurtrière qui va contre tout instinct de vie qui faitpartie du reste du vivant. Je ne sais plus comment penser, comment réfléchir, monquotidien est futile et absurde, je devrais être dansla rue, avec des millions d'autres (encore invisibles)et crier que nous sommes le pouvoir, et que nous nevoulons rien de ce qui se fait de si vil. Je devraisêtre en mesure, avec mes semblables, d'arracher lepouvoir à ceux qui ne savent pas le gérer. PauvreLiban, pauvre nous tous qui vivons une page siterrible de notre histoire planétaire, événements quin'annoncent absolument rien de bon. Mais nous avons oublié que nous sommes ce-dit pouvoir,et nous avons, jusqu'au plus misérable de notreespèce, effacé de nos mémoires ces gènes qui nouspoussent à VIVRE comme il se doit, en LAISSANT VIVRE. En acceptant d'être soumis à l'establishment, noussommes tous complices des horreurs que nous ne pouvonspas combattre seuls. Alors comment faire pour alerter nos semblables quipleurent tous dans leurs coins? Comment faire pourleurs faire se souvenir que c'est NOUS qui l'avons cesatané POUVOIR de MERDE????? Je ne veux pas être coupée de toute communication avectoi ma Pam, avec ma famille, avec la raison etl'espoir. Continue d'écrire, je continuerai de te lire, etprions pour que nous nous réveillions enfin de cemisérable cauchemar que représente notre ère... Je t'aime, Katia (Montréal)
Chère Paméla,
Ce petit message d'Eastman, Québec, en espérant que tu puisses toujours recevoir tes courriels... Je réponds, attristée, à tonmessage d'hier, les nouvelles TV le complète, hélas quelle horreur! Cesenfants, innocents, victimes de la folie des hommes qui perdent lesens... Je pense beaucoup, beaucoup, à toi. Hier matin, des amiesétaient chez-moi et nous avons pris connaissance ensemble de tonmessage. Je suis sans mots, je voudrais être là, mais si impuissante...J'aimerais seulement te serrer et te dire de tenir bon, le Liban comptesur toi. Je sais les libanais fiers et courageux. Hier, j'ai parlé detoi avec un libanais qui vit à Eastman et qui arrive du Liban par lesbateaux tout mal organisés mais il a pu revenir. Il était en vacancesdans sa famille, à Beyrouth, et son père était en visite en Syrielorsque les israélites ont attaqué l'aéroport. Ce libanais, (…), s'était aussi réfugié dans la montagne avec des groupeschrétiens. Il sympathise beaucoup avec ce que tu vis. Il me demande delui redonner des nouvelles, bien sûr, si tu peux continuer de le faire. Je t'embrasse fort et te dis mon affection et te souhaite tout lecourage qui vient de tes racines libanaises et canadiennes!

(D., Québec)

OM Pamela, Nicolas et Michèle et votre famille,

Les experts Jocelyn Coulon et madame Azrar, tous deux du CERIUM ont répondu aux questions de l’animatrice de rdi tout à l’heure.

Selon M. Coulon, les Etats-Unis s’arrangent pour donner à Israël les 10 ou 15 jours dont ils ont besoin pour poursuivre leur lutte contre le Hezbollah. Il y a bien des politiques, des républicains, qui commencent de s’opposer, mais, de toute manière, avant qu’ils ne réussissent à faire quelque chose, ainsi que du côté de l’ONU, les 10 jours auront passé. Par conséquent, il sera alors facile à Israël de dire oui au cessez-le-feu. Apparemment Michel Aoun a écrit dans le New York Times (je crois) et dénonce la politique étrangère des Etats-Unis. Il a dit quelque chose d’intéressant : il suffirait que 30 membres du Congrès américain se lève et demandent le cessez-le-feu; cette pression obligerait Bush a changé d’attitude selon lui. Prions donc pour que 30 membres du Congrès agissent en ce sens.

Quant à madame Azrar, la crainte est que l’armée de terre d’Israël pousse vers la frontière syrienne et apparemment l’armée syrienne s’y prépare. Cela dégénèrerait en un conflit régional beaucoup plus important. C’est une possibilité. Cela n’augure rien de bon.

Je crois que c’est M. Aoun qui a dit que les israéliens ont raté une bonne occasion de dialoguer plutôt que de partir une guerre.

Bon courage! Vous avez mes meilleures pensées de soutien moral et spirituel.
(Divya, Montréal)


À Bint Jbeil, des dizaines de vieillards refont surface dans une ville en ruine
Le reportage d’Émilie SUEUR

«C’est la première fois depuis deux semaines que nous voyons le soleil. » Mahdi Hakim, 73 ans, vêtu d’un costume sombre et poussiéreux, marche péniblement dans les ruines de Bint Jbeil. Lui et sa femme, Samiha, sont restés prisonniers de « la ville de la libération » (une référence à la libération du Sud de l’occupation israélienne en 2000). « Notre maison a été bombardée, nous nous sommes réfugiés dans le sous-sol de l’immeuble de mon frère. Ces derniers jours, nous ne nous sommes nourris que d’un bonbon par jour », explique Samiha. « Aujourd’hui, nous voulons partir vers Beyrouth. Nous voulons juste quitter cet enfer », ajoute-t-elle. Samiha et Mahdi ne sont que les deux premiers représentants d’une cohorte de survivants, pour la majeure partie des vieillards, qui profitent de la suspension des bombardements annoncée par Israël pour quitter ce qui était, il y a une vingtaine de jours seulement, une ville de 45000 habitants.Aujourd’hui, Bint Jbeil, comme la plupart des villages du Sud, est une ville fantôme, la majorité des habitants ayant pris la fuite. Ses vieillards sont toutefois restés. « Tout le monde est parti. Mon fils est à Beyrouth, ma fille en Australie. Je suis restée seule ici ! Il n’y avait personne pour venir me chercher », explique Zeina, une femme de 75 ans, très affaiblie. Assise sur le bord de la route principale, elle multiplie les appels à l’aide. « Mon cousin était avec moi dans l’abri. Il a 80 ans, il est aveugle. Il est toujours là-bas, il faut aller le chercher. » À ses côtés, un journaliste explique à voix basse : « Quand nous l’avons repérée, elle creusait à mains nues dans les gravats. Mais nous n’avons trouvé personne d’autre. » Soumise à d’intenses bombardements israéliens, Bint Jbeil n’est plus qu’un amas de ruines. La route principale est jonchée de blocs de béton, de débris en tout genre et de fils électriques. Au milieu d’une rue trône un obus non explosé. Les voies d’accès étant coupées, les ambulances de la Croix-Rouge et de la Défense civile ne peuvent entrer dans la ville. Les sauveteurs attendent à l’entrée de Bint Jbeil. Face au spectacle terrifiant de ces civils âgés, sortant de terre, les journalistes ont décidé d’agir. Au bout d’une allée, une femme est extraite des ruines de sa maison. Ne pouvant marcher, elle est allongée sur une civière. Six journalistes se saisissent du brancard et tentent de la ramener vers les ambulances. D’autres utilisent une vieille échelle pour transporter une femme. Le chemin est périlleux. Au milieu de la route, un vieillard est porté à dos d’homme. Il est pieds nus, en pyjama. Visiblement choqué, il ne parvient qu’à cafouiller quelques mots incompréhensibles. Au sol, une vieille femme est allongée sur une longue enseigne métallique, arrachée de son socle par les bombardements. « Ah, Bint Jbeil, Ah, Bint Jbeil », murmure-t-elle.Pour ces rescapés, Bint Jbeil, c’est fini. Ils vont être évacués vers les hôpitaux de la région. Du moins les hôpitaux encore en service. Au sommet de Bint Jbeil, l’hôpital de Chahid Ghandour a également été visé par les avions israéliens. « Voyez cette horloge, elle s’est arrêtée quand un obus est tombé sur le bâtiment, il y a deux jours, en pleine nuit », explique le directeur de l’établissement, Fouad Taha.L’horloge marque 2h31. L’hôpital est financé par la Islamic Health Society, une organisation proche du Hezbollah. Un portrait géant de Hassan Nasrallah, le secrétaire général du parti de Dieu, est accroché sur le toit. Au Liban-Sud, la présence du Hezbollah n’est pas seulement marquée par les portraits de Nasrallah ou ceux des martyrs du parti. Dans la région de Cana, deux missiles rutilants brillent au milieu des fourrés, prêts à être lancés.D’autres rescapés de l’enfer du Liban-Sud ont également profité de l’annonce israélienne de la suspension des bombardements pour fuir. Suspension bien théorique, car les bruits sourds de nouvelles explosions ne cessent de retentir au loin. Pas suffisant pour empêcher la population de fuir. Des colonnes de voitures, bondées de passagers et parfois sans pare-brise, se dirigent vers Tyr, première étape de l’exode vers Saïda ou Beyrouth. Des familles venues de Jibbayn, un village des montagnes de l’extrême sud, viennent d’arriver à Tyr. Il n’y avait plus de voitures, ces familles ont dû utiliser des tracteurs sur lesquels ont été hissés des drapeaux blancs. À Tyr, leur terrible aventure n’est toutefois pas finie. « On ne connaît personne ici. Où va-t-on aller ? » lâche Khadija, une jeune fille aux yeux verts dans lesquels perce une panique évidente (OJ, 1er août 2006)
L’inqualifiable tuerie
L'article de Fady NOUN
L’inqualifiable tuerie. Ce que cette guerre a révélé de façon éclatante, c’est le visage terroriste d’Israël. Celui de l’Irgoun, celui de Deir Yassine. Certes, l’étincelle qui a provoqué cet incendie est venue du Liban. Mais par l’ampleur de la riposte israélienne, on s’est très vite rendu compte qu’il s’agissait d’un plan d’agression plutôt que d’une réaction de défense. La politique israélienne est une politique de domination, de conquête, non de défense.Mais quelle que soit la barbarie dont Israël a fait preuve, les civils devraient toujours être tenus à l’écart d’actions qui pourraient entraîner des représailles qui les affecteraient, prévoit la convention de Genève.Cela dit, affirmons haut et fort qu’il n’y a pas d’issue à cette guerre. Nous sommes en présence d’un conflit stérile dont un pays tout entier est l’otage. Le Premier ministre israélien se fait des illusions : on ne brise pas une Résistance qui fait preuve d’autant de pugnacité que de mobilité. La seule issue du conflit est une issue négociée, et le seul plan de règlement viable est le plan en sept points approuvé par le gouvernement, qui commence par un cessez-le-feu immédiat et inconditionnel et s’achève par l’extension de l’autorité de l’État au Liban-Sud.D’ores et déjà, c’est aux retombées de cette guerre sur l’équilibre des forces internes au Liban qu’il faut accorder toute notre attention. C’est la tâche délicate qui va incomber au Premier ministre. Le salut réside dans l’intégration à l’État de la Résistance. Mais à quel prix, cela reste à discuter. Une chose est sûre, l’équilibre communautaire sur lequel repose le Liban n’en sera pas modifié, car cela signifierait le naufrage même du Liban.Walid Joumblatt a affirmé craindre les retombées d’une « victoire » du Hezbollah sur le pluralisme et les libertés publiques. Comme lui, avec lui, on a le droit de poser certaines questions au Hezbollah, et d’en attendre des réponses claires. Ses forces sont-elles proportionnelles aux besoins « défensifs » du Liban ? Que veut exactement le Hezbollah ? Défendre le Liban ou détruire Israël ? Jusqu’où compte-t-il remonter dans la chaîne des causes et effets ? Cherche-t-il à inscrire le conflit dans une problématique sans autre solution qu’une défaite absolue ou une victoire absolue ? Ce serait se diriger droit vers un « combat final » qui ressemble à un suicide collectif.Enfin, au sujet de la présence de Tarek Mitri à l’ONU. Homme de culture et de dialogue, il sait mieux que personne les enjeux culturels et religieux de l’affrontement en cours. Un affrontement qui, qu’on le reconnaisse ou non, est un choc entre deux cultures théocentriques, quel que soit le degré de sécularisation de la société israélienne. Qui mieux que le vrai Liban, « le Liban message de pluralisme », peut se poser en meilleur médiateur pour résoudre ce conflit au niveau non des armes, mais des valeurs ? (OJ, 1er août 2006)
Aoun : La vie d’un Israélien est aussi importante que celle d’un Libanais
« Si elle est soutenue par des garanties internationales qui proscriraient l’implantation des Palestiniens au Liban, protégeraient le Liban des incursions israéliennes et si elle est accompagnée, au plan local, d’une loi électorale juste et équitable, l’entente conclue entre le Hezbollah et le Courant patriotique libre pourrait être la meilleure chance pour résoudre pacifiquement la question des armes du Hezbollah. » C’est ce qu’a déclaré hier le général Michel Aoun dans un entretien accordé au quotidien Financial Times. Pour le chef du CPL, cette proposition est le fondement d’une solution globale. « Elle constitue le passage d’une politique basée sur la force militaire à une politique fondée sur les valeurs humaines qui réconcilie les droits des différentes parties », a-t-il ajouté. Rappelant que le CPL avait, à plusieurs reprises, avancé cet avis à la communauté internationale, « y compris à l’Administration US », M. Aoun a critiqué l’attitude de la communauté internationale qui, a-t-il dit, « au lieu de nous aider à résoudre le problème des armes (du Hezbollah) par des moyens pacifiques, et éviter l’agonie que notre pays vit actuellement, a simplement ignoré notre proposition ». Pour le député, « toutes les vies humaines sont également précieuses – la vie d’un Israélien est aussi importante que celle d’un Libanais à mon avis ».Et d’ajouter : « Les leaders des autres pays arabes ont-ils assez de courage pour reconnaître que la vie d’un Israélien est tout aussi importante que celle d’un Arabe ? Israël a-t-il à son tour le courage d’admettre que la vie d’un Libanais est égale à celle d’un Israélien et que toute vie humaine est inestimable ? »Et le chef du CPL de conclure que les différences idéologiques, politiques et religieuses entre son mouvement et le Hezbollah auraient pu être réglées par la confrontation ou par le dialogue. Or « nous avons choisi la seconde option pour discuter de nos différences », a-t-il dit. Dans la soirée, M. Aoun a indiqué, à l’issue de la réunion hebdomadaire du CPL, que le massacre de Cana « n’est pas le premier du genre » depuis le déclenchement des hostilités. Il a rappelé, un par un, les noms des familles qui ont été tuées collectivement sous les bombardements israéliens, « sans parler de ceux qui ont péri sur la route », a-t-il dit. « Où sont les lance-roquettes dont on dit qu’ils se positionnaient à Cana ? Ont-ils été retrouvés une fois que la localité a été complètement détruite ? » s’est encore interrogé le général Aoun. Et de lancer un appel à la communauté internationale qui, a-t-il dit, doit comprendre que les milliers de morts qui seront causés par le fait « du délai de 15 jours accordé à Ehud Olmert (le Premier ministre israélien), ne seront pas décisifs dans la bataille ». « L’important est de trouver une solution définitive », a-t-il conclu (OJ, 1er août 2006)
Les réactions locales au massacre se poursuivent : demandes unanimes pour un jugement d’Israël

Les réactions au massacre de Cana se sont poursuivies hier, sous forme de manifestations ou de messages qui ont vivement stigmatisé le carnage au cours duquel plus de 60 civils, la plupart des femmes et des enfants, ont trouvé la mort dans un abri. Outre le fait qu’elles exprimaient l’horreur face à l’ampleur du carnage qu’elles ont souvent qualifié d’« acte lâche et barbare », les réactions ont insisté sur le soutien au gouvernement et au plan de paix en sept points présenté par son chef, sur la nécessité d’imposer un cessez-le-feu immédiat et sur la revendication d’un jugement d’Israël pour « crimes de guerre ».Par ailleurs, des manifestations de protestation ont encore eu lieu hier dans plusieurs régions, notamment à Beyrouth, à Tripoli, à Douma et même à Nice (dimanche soir), en France. Les médecins et le personnel médical de l’AUB, environ un millier de personnes, ont effectué un sit-in devant l’AUH.Pour sa part, le ministre de la Justice, Charles Rizk, a adressé une lettre au Premier ministre Fouad Siniora, soulignant la nécessité de rassembler les preuves sur les crimes commis par Israël afin de les transmettre au Conseil des ministres, pour que celui-ci prenne la décision de charger les ministères de la Défense et de l’Intérieur d’effectuer un recensement des dégâts et de regrouper les preuves concernant chaque agression.Plusieurs partis ont également exprimé leur indignation face au crime. L’ancien président Amine Gemayel a appelé à « un retour rapide à la table de dialogue pour faire face aux graves conséquences de l’agression ». Par ailleurs, à l’issue d’une réunion, le Courant du futur a réexprimé son soutien au chef du gouvernement et au président du Parlement, soulignant qu’un cessez-le-feu immédiat était la seule voie vers un règlement de la crise.Les Forces libanaises ont elles aussi appuyé fortement la position du gouvernement, appelant toutes les parties à se ranger derrière le gouvernement afin que celui-ci puisse faire le nécessaire pour sauver le Liban. Les présidents de l’ordre des journalistes, Melhem Karam, et de celui de la presse, Mohammad Baalbacki, ont reçu, d’autre part, une lettre de soutien du président de l’Union des journalistes arabes. M. Karam a demandé aux journalistes libanais et arabes de faire la lumière sur les agissements d’Israël en vue de son jugement par un tribunal international.Par ailleurs, plusieurs personnalités, partis, organisations, syndicats, rassemblements de commerçants, communautés libanaises à l’étranger, organisations communautaires ont dénoncé en des termes très durs le massacre de Cana (OJ, 1er août 2006)
Le décompte macabre de Kassem Chalhoub
Kassem Chalhoub fait un décompte macabre, alors que le silence est tombé sur les ruines de l’abri où lui et sa famille avaient trouvé refuge à Cana. Ses proches sont tous morts dans le bombardement aérien le plus meurtrier depuis le début de l’offensive israélienne au Liban, rapporte Charles Levinson, de l’AFP.« Mes cinq enfants sont morts. Ma femme est morte. Ma mère est morte », sanglote M. Chalhoub sur son lit d’hôpital à Tyr, où il a été transporté plusieurs heures après que les bombes de l’armée israélienne eurent frappé l’abri où il passait la nuit avec 60 autres personnes.Il poursuit sa litanie : « Mes neveux sont morts. Mon oncle, du côté de mon père, mort, ses enfants, morts. Mon oncle, du côté de ma mère et ses enfants, tous morts. »À environ 01h00 dimanche, le bombardement aérien a frappé le village endormi de Cana. Selon un témoin, 80 bombes ont explosé sur la bourgade et ses alentours entre le coucher et le lever du soleil. Et les deux missiles qui ont détruit l’abri où Kassem Chalhoub s’était installé ont tué plus de 50 personnes, dont de nombreux enfants.La première chose dont je me souviens, c’est que l’explosion m’a fait dégringoler. « Ma tête s’est cognée contre le mur et j’ai entendu des cris », a poursuivi Kassem. « Ils m’appelaient tous. » Ils disaient : « Il faut arrêter le sang. » D’autres disaient : « Sors mon fils de sous les décombres. »Kassem Chalhoub affirme qu’il a réussi à sortir trois blessés des gravats, mais les autres sont restés prisonniers de la gangue de béton et de terre qui les a recouverts. Quand les secouristes sont arrivés, il était trop tard : ils ont retiré des brèches de l’immeuble effondré, les corps sans vie pris dans un linceul de poussière et de sang.Ceux qui ont trouvé la mort ici sont des femmes, des enfants et des infirmes, et deux familles en particulier ont été décimées, les Chalhoub et les Hachem. Leurs cadavres ont été extraits de leur sépulcre de béton tout au long de la journée de dimanche et transportés à la morgue de la ville de Tyr.Lorsque le premier missile a touché le bâtiment, Rabab Chalhoub, une parente de Kassem, tenait son enfant de quatre ans sur ses genoux.« J’étais allongée là, couverte de décombres », explique-t-elle, couchée sur son lit d’hôpital. Elle tend la main dans un geste d’infinie tendresse vers le berceau dans lequel repose son fils de quatre ans, le seul qu’elle a pu sauver. « Au début, je me suis libérée et ensuite j’ai dégagé mon fils et je l’ai donné à mon voisin. » « Mon mari me criait : « Je suis près de toi. » « J’ai essayé de le dégager des débris qui le couvraient. Il était paralysé. Deux garçons sont venus et l’ont emmené. »Rabab n’a jamais retrouvé sa fille âgée de six ans. « J’ai commencé à chercher ma petite fille. J’essayais de la sauver. Je n’ai pas réussi. Je n’ai pas réussi à la trouver. Je l’ai laissée parce que j’avais peur qu’ils frappent le bâtiment à nouveau. »Rabab est une des huit rescapés qui ont survécu à l’attaque et ont pu fuir, saignant de la tête, des membres fracturés, et serrant contre eux des enfants morts. Mais ils devront attendre des heures avant que l’aide n’arrive.Les survivants ont affirmé qu’un torrent de missiles et de bombes a continué à pleuvoir jusqu’à l’aube. « Si Israël n’avait pas continué à nous bombarder, nous aurions pu sauver la moitié des enfants », poursuit Rabab.Ils ont passé la nuit, soignant leurs blessures sous un arbre ou dans les maisons de leurs voisins, alors que les hélicoptères, des avions et des drones continuaient de survoler le village.Ceux qui ont survécu laissent exploser leur colère. Hala Chalhoub, 24 ans, a réussi à s’enfuir avec une simple blessure à la tête. Ses deux filles, âgées de 1 et 3 ans, sont mortes. Elle a passé la nuit attendant l’aide, récitant des versets du Coran et jurant vengeance. « Les juifs sont lâches et ils paieront pour ce qu’ils ont fait », assure-t-elle sur son lit d’hôpital, une lueur de rage dans les yeux.« Ils ne pourront pas défaire la Résistance. Ils le savent bien, ces animaux, et c’est pour cela qu’ils se vengent contre des civils innocents. » (OJ, 1er août 2006)
II - La naissance du Hezbollah et les racines de son action politique
L’étude réalisée par Michel HAJJI GEORGIOU et Michel TOUMA
L’émergence du Hezbollah sur la scène libanaise au début des années 80 est incontestablement le fruit de la mise en place de la République islamique en Iran. L’opération israélienne « Paix en Galilée », en 1982, a constitué dans ce cadre un catalyseur à la création du parti intégriste chiite. Après avoir exposé le lent processus historique et sociopolitique qui a pavé la voie à l’implantation du Hezbollah au Liban (voir L’Orient-Le Jour du samedi 29 juillet), Michel Hajji Georgiou et Michel Touma abordent, dans un deuxième article, le contexte qui a accompagné la naissance et la diffusion du parti chiite au Liban, évoquant en outre l’importance du culte du martyre chez le Hezbollah, et les chiites en général, ainsi que les grandes orientations politiques de la formation intégriste.Ces articles sont tirés d’une étude publiée par les auteurs dans le numéro 77 de la revue Travaux et jours de l’Université Saint-Joseph.L’instauration de la République islamique en Iran, en février 1979, et la politique d’exportation de la révolution pratiquée au début par le nouveau pouvoir ont été, à l’évidence, le principal catalyseur du développement de la mouvance intégriste chiite dans le pays. Lorsque l’Ayatollah Khomeyni prit les commandes à Téhéran, des groupuscules islamistes chiites étaient déjà actifs au Liban, mais à une échelle réduite. Il s’agissait essentiellement du Rassemblement des ulémas de la Békaa, des « comités islamiques », et de la branche libanaise du parti chiite irakien al-Daawa (dont sayyed Mohammad Hussein Fadlallah se faisait le porte-étendard au Liban).Cette nébuleuse s’est maintenue jusqu’à l’opération israélienne « Paix en Galilée », en juin 1982. La rapide percée des troupes de Tsahal jusqu’aux portes de Beyrouth a incité ces groupuscules chiites à mener des opérations ponctuelles de résistance. Les rangs de cette mouvance intégriste ont été renforcés durant ce mois de juin par l’apparition d’une dissidence au sein du mouvement Amal, dirigé par Nabih Berry depuis la disparition de Moussa Sadr en Libye, en août 1978. À la suite de la décision de Nabih Berry de faire partie du Comité de salut formé en juin 1982 par le président Élias Sarkis (et regroupant le chef du gouvernement, Chafic Wazzan, ainsi que Béchir Gemayel et Walid Joumblatt), plusieurs responsables et cadres mèneront une dissidence en créant le mouvement Amal islamique.Face à l’ampleur de l’offensive israélienne, les responsables des différents groupuscules en question ont pris conscience de la nécessité de mettre sur pied une structure partisane bien organisée dont les fondements et la stratégie d’action seraient basés sur les trois axes suivants : – L’islam constitue la ligne de conduite globale en vue d’une vie meilleure. Il représente le fondement idéologique, pratique, de la pensée et de la foi sur lequel devrait être bâtie la nouvelle formation politique.– La résistance contre l’occupation israélienne est une priorité. Il est par conséquent nécessaire de créer une structure adéquate pour le jihad et de mobiliser toutes les potentialités nécessaires sur ce plan.– Le commandement revient au guide suprême (à l’époque l’Ayatollah Khomeyni), en tant qu’héritier du Prophète et des imams. C’est à lui que revient la charge de définir les grandes lignes de l’action au sein de la nation (islamique), et ses décisions sont contraignantes1.À la lumière de ces trois principes fondamentaux, les responsables des groupuscules chiites multiplieront les réunions et les débats internes afin de jeter les bases de la nouvelle formation politique en gestation. Ces débats déboucheront sur l’élaboration d’un document politique fondateur. Un comité de neuf – trois représentants du Rassemblement des ulémas de la Békaa, trois des Comités islamiques et trois du mouvement Amal islamique – sera chargé de soumettre ce document au guide suprême. Après avoir obtenu l’aval de l’Ayatollah Khomeyni, les différents groupuscules concernés se sont autodissous pour former un seul parti fédérateur qui prendra pour nom le Hezbollah2.Ce processus de fusion a donc été lancé dans le courant de l’été 1982, mais ce n’est qu’à la fin de l’année 1983 que le Hezbollah verra formellement le jour. Le processus ne viendra à maturation qu’au début de 1985 lorsque le Hezbollah dévoilera son premier programme politique.Rapidement, la nouvelle formation bénéficiera de l’appui politique, logistique et militaire de l’Iran par le biais, notamment, de l’envoi, via la Syrie, de cadres et d’experts des Gardiens de la révolution qui mettront sur pied des camps d’entraînement militaire dans la Békaa afin de former les militants du Hezbollah.Le culte du martyreDans un premier temps, entre 1982 et 1985, la mouvance intégriste accordera la priorité absolue aux opérations de résistance contre Tsahal. En dépit du profond déséquilibre des forces en présence, les combattants chiites ont rapidement réussi à porter des coups durs à l’armée israélienne. Ces réussites ponctuelles contre le géant israélien s’expliquent essentiellement par l’importance que revêt la notion de martyre dans l’inconscient chiite.Le martyre de l’imam Hussein lors de la bataille de Kerbala (680) constitue pour les chiites croyants un mythe, un exemple à suivre au niveau de chaque individu. Le jeune chiite reçoit, dès son jeune âge, une éducation basée sur l’idéal du martyre. Le « numéro deux » du Hezbollah, cheikh Naïm Kassem, souligne à ce propos, dans son livre sur le parti, que « si les gens reçoivent une éducation fondée uniquement sur la recherche de la victoire, qui devient ainsi à la base de leur action, leur lutte contre l’ennemi s’estompera s’ils réalisent que la victoire est lointaine ou incertaine ». « Par contre, précise-t-il, si les gens reçoivent une éducation fondée sur le martyre, leur don de soi a pour effet d’accroître au maximum l’efficacité de leur action. S’ils tombent martyrs, ils auront réalisé leurs vœux. S’ils réalisent une victoire, ils auront obtenu une vive satisfaction au cours de leur vie ici-bas. L’éducation basée sur la notion de victoire ne garantit pas la victoire et inhibe la force potentielle de la nation. Par contre, inculquer la notion de martyre revient à tirer profit de toutes les potentialités, ce qui permet de réaliser le martyre ou la victoire, ou les deux en même temps. Cela ouvre la voie à toutes les possibilités. Inculquer la notion de victoire implique de miser sur les moyens matériels, mais inculquer la notion de martyre a un effet mobilisateur au niveau du moral (de la population), ce qui implique que des moyens limités deviennent nécessaires » pour mener la lutte3.Tomber martyr au service des préceptes de Dieu devient ainsi un honneur suprême pour tout jeune chiite. Et l’objectif sur ce plan n’est pas tant de remporter une victoire militaire directe et immédiate, mais plutôt d’avoir eu le privilège d’être martyr, de s’être sacrifié par amour du Tout-Puissant, d’autant que la vie dans l’au-delà promet le bonheur éternel. Rester attaché à la vie d’ici-bas, motivée par les contingences matérielles, est donc insignifiant devant l’honneur que représente le martyre au service de Dieu.C’est cette profonde divergence au niveau de la valeur accordée à la vie terrestre qui fait toute la différence avec l’Occident, tant au niveau de la perception du sens de la vie que du comportement dans la gestion de la chose publique. « L’Occident, du fait des fondements de sa pensée, sacralise la vie matérielle et y reste attaché, quel que soit le prix, souligne cheikh Kassem. Il n’est donc pas en mesure d’assimiler le sens du martyre. Il est normal que les Occidentaux ne comprennent pas le sens spirituel de l’orientation de l’islam car une telle compréhension ne peut se limiter à la seule perception rationnelle. Elle nécessite de côtoyer de près et d’observer les étapes de la vie des moudjahidine, ainsi que les réalités de la société islamique en général. »4La résistance menée par les jeunes de la mouvance intégriste chiite avait ainsi pour élément moteur un cadre socioculturel qui correspond à l’inconscient populaire chiite et qui explique le succès aussi bien de la Résistance que du Hezbollah. Le précédent du Vietnam, en tant que soulèvement populaire contre l’occupant, a constitué sur ce plan un exemple à suivre5.Les grandes orientations politiquesC’est donc sur la base de cette sacralisation de la notion de martyre que les combattants de la mouvance intégriste chiite ont axé leurs opérations, dès 1982, contre les forces israéliennes. La priorité étant accordée à la résistance, l’élaboration du projet politique portant sur le contexte libanais sera reléguée au second plan, d’autant que face à l’occupation israélienne d’une large partie du territoire libanais, le Hezbollah adoptera, jusqu’au milieu des années 80, un profil bas. Il ne sortira pratiquement de la clandestinité qu’à la suite du soulèvement du 6 février 1984 mené par les milices du mouvement Amal et du Parti socialiste progressiste de Walid Joumblatt à Beyrouth-Ouest contre le pouvoir du président Amine Gemayel. Ce soulèvement permettra au Hezbollah d’installer toutes ses institutions et son quartier général dans la banlieue sud de Beyrouth6.Ce n’est qu’en février 1985 que le Hezbollah rendra public son projet politique sous la forme d’un « Appel aux déshérités ». Ce document définit les grandes orientations du parti, tant sur le plan idéologique et doctrinal, qu’au niveau de la conjoncture politique libanaise ou la position à l’égard d’Israël et des États-Unis. Les dirigeants actuels du Hezbollah soulignent que ce texte est aujourd’hui dépassé et obsolète du fait qu’il avait été élaboré à la lumière de la conjoncture du moment. C’est sans doute sur les plans doctrinal et idéologique que le document de 1985 revêt encore un certain intérêt, notamment en ce qui concerne la question de l’établissement d’un État islamique. Le texte établit clairement une distinction entre « la position doctrinale et le volet pratique ». Sur le plan du principe, le Hezbollah se déclare favorable à l’établissement d’un État islamique, mais précise tout de suite que, dans la pratique, la réalisation d’un tel projet doit se faire sur base d’un choix libre de la part de la population et il ne saurait donc être imposé par une quelconque partie.Cette option est reprise, d’une manière encore plus soutenue par le directoire actuel du parti, qui affirme qu’il n’est nullement dans l’intention du Hezbollah d’établir une République islamique au Liban, même s’il reste attaché à l’islam comme fondement de son action et de sa pensée. Il soutient que, tenant compte des réalités libanaises, son but est de contribuer à la consolidation d’un pouvoir pluriconfessionnel, garantissant une participation équitable de toutes les communautés à la gestion de la chose publique.Concrètement, les responsables du parti se prononcent pour le maintien du système politique tel qu’il est actuellement pratiqué, sur la base d’une juste participation de toutes les communautés au pouvoir7. D’où la décision prise par le parti en 1992 de participer aux élections législatives, et donc d’accepter d’être partie prenante au système multiconfessionnel libanais, en dépit du fait que sur le plan dogmatique, une telle participation a suscité de sérieuses réserves au niveau de certains cadres dirigeants. Les responsables du Hezbollah précisent à cet égard que leur soutien au principe d’un pouvoir pluriconfessionnel, au détriment du projet de République islamique, est dû à leur volonté de présenter au monde la formule libanaise comme un exemple réussi de convivialité entre diverses communautés, laquelle est l’antithèse du projet sioniste basé sur l’édification d’un État au service d’une seule communauté. Il s’agit donc pour le Hezbollah d’opposer à la formule sioniste la formule libanaise fondée sur le pluralisme communautaire, le respect de la diversité et la sauvegarde des libertés. Se montrant pragmatique à ce sujet, le directoire du parti prône une application stricte de l’accord de Taëf, après élaboration d’une nouvelle loi électorale qui maintiendrait les équilibres communautaires actuels8.L’hostilité à l’égard de l’entité israélienne sous-tend, par ailleurs, constamment le discours politique du Hezbollah. Le directoire du parti va même jusqu’à tourner en dérision les appels au pragmatisme pour trouver une solution susceptible de mettre un terme au conflit avec Israël. Et dans ce cadre, les responsables du parti ne cachent pas leur solidarité totale avec la lutte menée par le peule palestinien, sans aller toutefois jusqu’à évoquer explicitement une aide ou un soutien concret à la population de Cisjordanie et Gaza. Tout en affirmant rejeter le terrorisme aveugle, ils refusent de condamner les opérations-suicide menées par les Palestiniens.Quant à la position vis-à-vis de l’Occident, les responsables du Hezbollah se défendent d’avoir une attitude de principe hostile à la civilisation occidentale, affirmant qu’ils s’opposent non pas aux pays occidentaux en tant quel tels, mais plutôt au « comportement colonialiste » de certains États occidentaux9.Michel HAJJI GEORGIOUMichel TOUMAProchain article : La « wilayat el-fakih » ;culture de l’espace ou culture du territoire1. Naïm KASSEM, Le Hezbollah, orientation, expérience et avenir, op.cit. 2. Ibid. 3. Naïm KASSEM, Le Hezbollah, orientation, expérience et avenir, op.cit, pages 58-59.4. Ibid. Page 58.5. Nawaf MOUSSAOUI, entretien avec les auteurs, mai 2006.6. Walid CHERARA et Frédéric Domont, Le Hezbollah, un mouvement islamo-nationaliste, op.cit.7. Nawaf MOUSSAOUI, entretien avec les auteurs.8. Nawaf MOUSSAOUI, entretien avec les auteurs.9. Nawaf MOUSSAOUI, entretien avec les auteurs.

**please circulate**
Candlelight silent sit-in to mourn the dead of Qana and everywhere in Lebanon
McGill College and Ste. Catherine Monday, 31 July from 8pm til midnight Sunday saw the worst attack on Lebanon in this latest string of Israeli aggression. Qana is now witness to yet another massacre. A residential building was brought down by an Israeli bomb. 65 people lost their lives, 37 of which were children. Qana has seen such events 10 years ago at the hands of the same killers. The massacres are piling up in Lebanon and the UN has to start acting on its responsibility. Let us all unite in the face of this tragedy; join us for a candle-light SILENT sit-in tomorrow Monday July 31st, from 8PM to 12:00 Midnight on McGill College and Ste. Catherine, to pray for our beloved ones that died in Qana and everywhere in Lebanon these past 3 weeks and to denounce this tragedy as utterly unacceptable. Please bring your humility, solidarity, some candles and Lebanese flags. in solidarity and grief, Imad More info: Imad Hoteit, tel. 514 690 7412, Organised by: members of Montreal's Lebanese community
Montreal does not support war crimes
MONTREAL DOES NOT SUPPORT WAR CRIMES **Monday and Tuesday: PLEASE CALL MAYOR TREMBLAY** On Thursday, Montreal Mayor Gerald Tremblay participated in a public event named the "Blue and White Rally for Peace", called by the pro-Israeli organisation B'nai Brith. It was a pro-Israel rally which portrayed Israel as acting in self-defence and its attacks on people in Lebanon as legitimate. La Presse reported that Mayor Tremblay defended his participation in the rally by saying that it was a gathering for peace. At the same time, he refused to call for a cease-fire and or to acknowledge the disproportionality of Israel's actions. Even as Mayor Tremblay stood amidst the Israeli flags at the "rally for peace", the Israeli Justice Minister was calling for further acts of terrorism against the civilian population of southern Lebanon. In a security cabinet meeting, he argued that, if necessary, villages should be "flattened" in southern Lebanon (Globe and Mail, 28 July 2006, A1). In the UK paper the Telegraph he was quoted as saying, "Everyone in southern Lebanon is a terrorist and is connected to Hizbollah"
( Less than three days later, Israel hit Qana, killing over 55 civilians, mainly kids. Qana was the site of a similar massacre at the hands of Israel in 1996, when Israel bombed a UN base and killed more than 100 civilians taking shelter there. PLEASE call into Mayor Tremblay TODAY and TOMORROW and politely let him know that Montrealers will not tolerate a mayor supporting war crimes. Ask him to make a public statement: * calling for an immediate ceasefire; * condemning the war crimes Israel is committing in Lebanon and Gaza; and * calling for a swift and proportionate humanitarian response from Quebec and Canada to the disaster in Lebanon. In your call, please remind Mayor Tremblay of the following facts: -- Hezbollah, a political party with seats in Lebanese parliament and roots in a popular movement which led the successful resistance against the Israeli occupation of southern Lebanon, has called for a ceasefire. Israel and its backers have refused the offer, despite calls from the UN and the government of Lebanon for an immediate ceasefire. -- Israel has one of the top militaries in the world (often ranked as the fourth most powerful) and includes nuclear weapons among its arsenal. It is inaccurate to pretend that Israel is threatened by Hezbollah. -- Latest estimates on the situation in Lebanon are that over 650 civilians have died, 1800 have been wounded, and between 500,000 and 800,000 been forced to flee their homes. An unknown number of homes in villages, apartment buildings and civilian and commercial vehicles have been destroyed. Sixity-six bridges have been destroyed, 80% of the country's main roads damaged, 3 seaports hit, the Beirut airport was incapacitated, two hospitals were hit, a water treatment plant bombed, a power station and an electricity generator hit, as well as schools, telecom sites and TV towers (50% broadcasting capacity destroyed), a milk factory, paper mill, paper factory, medical supplies company, and warehouses (as of last week). -- Israel is bombing in majority civilian areas. There are persistent reports that it is using chemical weapons, cluster bombs and depleted uranium weapons. Such conduct constitutes war crimes, as UN High Commissioner for Human Rights Louise Arbour reminded the world on July 20th. These actions and statements made by Israeli cabinet ministers are consistent with the following definition of terrorism: "the use of violence against civilians for political means." -- The context for the conflict is that Israel is continuing to expand its occupation of Palestine, is building an apartheid wall, is refusing Palestinian refugees displaced in 1947 and in 1967 the right to return, and is holding hundreds of Lebanese and Palestinian prisoners in their jails. The context is that Israel has consistently refused to abide by UN resolutions to address these injustices. The context is that Israel has carried out countless air raids on Lebanon and committed clandestine assassinations inside Lebanon in contravention of international law for years. The capture of two Israeli soldiers by Hezbollah with the explicit purpose of bargaining for the release of Lebanese prisoners held in Israeli jails, was not the beginning of the current bloodbath. CONTACTS Gerald Tremblay, Mayor of Montreal 275 Notre Dame E. Montreal, QC H2Y 1C6 Phone : (514) 872 3101 Fax: (514) 872 4059
Jeudi le 3 Aout 2006 a partir de 21h30 au ClubMix Inferno 1592 Ste-Catherine Est
Billets : 15$ à la porte - 12$ en prévente Folie en vrac 1254 Ste. Catherine Est.



31 juillet 2006

Tout est fermé aujourd’hui… Jour de deuil national symbolique en mémoire des victimes de Cana. En ce moment, ma mère me rappelle ce passage du livre de Job :
« Reconnaissez au moins à présent que ce n’est pas avec équité que Dieu m’a ainsi affligé et m’a environné de ses fléaux. Je crierai dans la violence que je souffre et personne ne m’écoutera. J’élèverai ma voix et personne ne se présentera pour me faire justice… Il a répandu des ténèbres sur mon chemin. Les larrons sont venus et se sont fait passage dans moy et ils ont investi ma maison tout à l’entour… Mes proches m’ont abandonné et ceux qui me connaissaient le plus m’ont oublié ». La malédiction de Cana, ce petit village biblique sur lequel s’abat la fatalité effroyable… Bilan provisoire du pilonnage israélien par air, mer et terre ayant duré deux heures: des dizaines de bâtiments se sont effondrés, et plus de 63 civils Libanais ont été tués, dont une majorité de femmes et 37 enfants parmi lesquels quinze étaient handicapés physiques ou mentaux. A Cana, des femmes ont enlacé leurs enfants pour les protéger de la mort…Protection illusoire hélas! Selon Khadige de l’Agence France Presse, « les mères, dans leurs pantalons fleuris, gisaient sur le sol, les yeux épouvantés, seraient jusqu’à étouffer leurs enfants pour les protéger ».
« J’ai vu des femmes, en position fœtale, collées contre le mur, pensant que la cloison les protègerait, mais c’est le contraire qui s’est produit. Leur choix leur a été fatal, les cloisons se sont effondrées sur elles », raconte, entre deux sanglots, Naïm Rakka, responsable de l’équipe de la Défense civile dépêchée sur les lieux. « Le pilonnage était tellement intense que personne ne pouvait bouger. Les secours n’ont commencé que ce matin (hier) », ajoute cet homme, l’un des cinq survivants de l’abri. « J’ai sorti mon fils et mon mari, cheikh Mohammad Chalhoub, un paraplégique de 35 ans, je l’ai déposé dans un immeuble car je ne pouvais plus le porter. Mais quand je suis venue pour sortir ma fille restée dans l’abri, il était trop tard, l’immeuble s’était effondré », raconte, éplorée, Rabab (OJ, 31 juillet 2006).
Les sauveteurs de la Défense civile craquent aussi
Naïm Rakka, 50 ans, chef de l’équipe de la Défense civile dépêchée à Cana, s’enfonce dans la cavité pour ressortir à trois reprises en serrant chaque fois contre son cœur un enfant sans vie. Puis, brusquement, ses nerfs lâchent et il ne peut plus retenir ses larmes, rapporte Béatrice Khadige de l’AFP.« Cessez de me poser des questions, cessez de me demander les chiffres. Vous ne voyez pas par vous-mêmes l’horreur autour de vous? » lance aux journalistes cet homme carré, aux cheveux gris et au regard direct, avant de se reprendre et de se remettre à la tâche. Si cela fait plus de 20 ans qu’il est employé de la Défense civile et que l’horreur n’a plus vraiment de secret pour lui, ce qu’il a vu hier à Cana l’a profondément remué. Les 25 membres de la Défense civile et les 55 volontaires de la Croix-Rouge libanaise de la région de Tyr au Liban-Sud, qui sont intrépides au feu, ont eu au total, depuis le déclenchement, le 12 juillet, de l’offensive israélienne contre le Liban, 15 blessés, en sus de deux ambulances et une pelleteuse détruites.« Ma pire expérience a été de retirer les corps calcinés d’une camionnette à Marwahine. J’ai vu des enfants brûlés, j’ai dû retirer des bras ou des jambes. C’était insupportable. J’en fais encore des cauchemars », confie Ismaïl Chahine, 22 ans, qui, sans travail, s’est porté volontaire il y a deux ans. Dix-huit personnes, dont onze enfants, ont été brûlées vives le 15 juillet, dans le bombardement de la camionnette à bord de laquelle elles fuyaient leur village frontalier, sur ordre de l’armée israélienne. Tous les sauveteurs reconnaissent que le plus dur est de porter secours aux enfants. « Mon cœur est noir de tristesse comme la chemise que je porte, et je n’ai plus de larmes car je sais que chaque fois que je trouve un enfant mort, je trouverai pire la prochaine fois », confie Abou Ali, 42 ans. Les membres de la Défense civile sont vêtus d’un pantalon et d’une chemise noirs avec des bandes jaunes. Cet homme, qui, en 23 ans de service, a vu tous les drames de la vie, confie que le plus dur est de porter secours à des enfants blessés. « Je vois des souffrances horribles, mais le pire ce sont les enfants, car ils ne comprennent pas ce qui se passe », assure-t-il.« Chaque fois que j’essaie de retirer un enfant des décombres, mon cœur se brise quand il crie en se débattant : “Je veux rester avec ma mère”, et, souvent, elle a déjà rendu l’âme. C’est bouleversant », ajoute-t-il.Alors que les dépouilles, enveloppées dans des couvertures, sont alignées dans un terrain vague à Cana et que les avions israéliens continuent à bombarder les collines environnantes, Khaled Yazbeck, 42 ans, actif au sein de la Défense civile depuis 1986, considère que cette « guerre est la pire, car la plus meurtrière ».En 19 jours, il y a eu au moins 750 tués et plus de 2 000 blessés, la grande majorité des civils, soit 40 victimes par jour, selon les estimations officielles.« Je n’ai secouru pour le moment que des civils et pas de combattants. La souffrance des survivants est terrible et me retourne plus encore que la vision des cadavres », dit-il (OJ, 31 juillet 2006).
Voici deux textes poignants de Issa Goraieb et Nagib Aoun :

L'éditorial de Issa GORAIEB
La revanche des martyrs
C’est sur ces mêmes lieux, aiment à croire les Libanais, que le Christ, convié à une noce, changea l’eau en vin. Par deux fois ces dix dernières années, c’est à des noces de sang qu’aura été vouée toutefois la localité martyre de Cana. À deux reprises en effet Israël, dans de criminels accès de folie, y a impitoyablement écrasé sous les bombes des dizaines de civils innocents, dont de nombreux femmes et enfants. Aveuglé par la haine, il prétendait punir, intimider, épouvanter, terroriser, briser les volontés, à commencer par celle de vivre obstinément accroché à sa terre. Israël aspirait par-dessus tout à diviser, à instiller par le fer et le feu le venin du doute et de la désunion face à cette guerre que les Libanais n’ont jamais voulue. Mais tout ce que réussit à faire tant de sauvagerie, c’est de réunir au contraire. De ré-unir plus exactement ; de faire taire toutes les réserves, objections ou contestations que suscitait la poursuite sine die de la Résistance armée ; d’associer les Libanais, toutes croyances et tendances confondues, dans une même dénonciation de la barbarie. Dans son délire meurtrier, Israël se serait-il donc mis en tête de faire de tous les Libanais des hezbollahis ?
Impuissant depuis plus de deux semaines à imposer sa solution, c’est à tuer tout espoir de solution qu’œuvre, à l’évidence, un Ehud Olmert se disant pas pressé de faire taire le canon. Le Hezbollah faisait sensation, à la fin de la semaine dernière, en se ralliant au plan en sept points de Fouad Siniora, et même Washington n’a pu que saluer ce développement positif. Or la boucherie d’hier, dans son atrocité, est une invite on ne peut plus explicite à une escalade de la violence, à des tirs de missiles qui pourraient atteindre cette fois Tel-Aviv. Elle commandait, en tout cas, le refus des dirigeants libanais de recevoir, dans un tel climat de douleur et de colère, la secrétaire d’État américaine.
Le singulier prodige de Cana ne s’arrête peut-être pas là, cependant. En avril 1996, c’est un vin bien aigre que tira Israël de l’opération Raisins de la colère. Le bombardement systématique des hangars de l’ONU où avaient cherché refuge les habitants souleva un tel tollé de protestations dans le monde et en Israël même qu’il provoqua la chute du gouvernement de Shimon Peres. Auparavant déjà, la sanglante bavure de Sabra-Chatila, dont Israël assumait la responsabilité pour le moins morale, avait emporté le tandem Begin-Sharon. À leur tour, Olmert et ses acolytes ne sont pas à l’abri d’un tel retour de bâton, lequel serait en quelque sorte la revanche posthume des martyrs.
Car d’avoir appelé les habitants de Cana à se désenraciner de leur maigre sol, à aller grossir les longues files de déplacés et de réfugiés ne dédouane en rien l’agresseur, ne saurait le soustraire à l’accusation infamante de crime contre l’enfance et l’humanité qui lui colle désormais à la peau. Horrible, inqualifiable, injustifiable, choquant : c’est le même jugement sans appel, d’ailleurs, que la planète tout entière, ou presque, a prononcé. Hier même une première brèche est apparue dans le soutien inconditionnel qu’ont apporté les États-Unis à l’aventureuse expédition israélienne, quand Condoleezza Rice a fait part de son mécontentement à Ehud Olmert, quand elle a enfin constaté qu’il était temps de parvenir à un cessez-le-feu. À Londres, Tony Blair a de plus en plus de mal à endiguer la fronde qui s’est déclarée au sein de son propre cabinet. Mais surtout, il n’est plus exclu que l’opinion publique israélienne, tenue pour définitivement acquise par les sondages, en vienne à contester le bien-fondé d’une guerre longue, improductive et sale. Davantage que sur le terrain gorgé du sang des innocents, c’est au Conseil de sécurité de l’ONU, réuni d’urgence dès hier à la double demande de Kofi Annan et du Liban, que va se jouer l’issue de cette guerre en tous points démente. Ce n’est pas l’effet du hasard si le salut se présente sous la forme d’un projet de résolution français. Profondément divisées sur l’Irak, l’Amérique et l’Europe s’étaient retrouvées en 2004-2005 sur le Liban. Et c’est pour exorciser le spectre d’un Irak libanais que les diplomates montent en première ligne (O.J, 31 juillet 2006).

La chronique de Nagib AOUN
Deux fois crucifiée
L’horreur ! L’apocalypse en une seule image : Cana la martyre, Cana symbole de toutes les atrocités subies, de toutes les souffrances endurées. Cana, un nom biblique, un nom épelé en lettres de sang, Cana deux fois crucifiée, deux fois suppliciée. Vingt jours; vingt jours déjà que l’Homme est assassiné au Liban, humilié, poignardé au cœur ; vingt jours que le Liban est transformé en un champ de ruines, réduit en lambeaux ; vingt jours que les gens meurent sur les routes, agonisent sous les décombres, vivent l’indignité de l’exode, de l’exil. Le massacre doit s’arrêter. Aujourd’hui même, dans les heures qui viennent. Les armes doivent se taire, les barbares se terrer loin des lieux de leurs tueries.Hier, à Cana, c’est l’humanité même qui a été assassinée, ce sont les valeurs universelles qui ont été bafouées, pulvérisées. Le monde ne peut plus garder le silence, les agresseurs, les meurtriers doivent être mis hors d’état de nuire, sanctionnés, voués aux gémonies, à l’opprobre mondial.Alors de grâce, que cessent les explications oiseuses, le verbiage indécent, les fanfaronnades d’un autre âge. Que se taisent les analystes, les politologues en mal de reconnaissance, que se fassent tout petits les politiciens qui exploitent la tragédie pour se faire valoir.
Dimanche 30 juillet : une date noire dans l’histoire du monde, une date couleur de sang dans l’histoire du Liban. Aucune explication, aucune justification ne tiennent plus ! Hier, à Rome, les grands de ce monde avaient failli à leur devoir, échoué dans une tâche impérative, élémentaire : appeler à un cessez-le-feu immédiat, secourir une nation en danger de mort. Aujourd’hui, au Palais de Verre à New York, l’Organisation des Nations unies doit prouver que sa charte, son texte fondateur, n’est pas devenue une simple feuille de papier oubliée dans le bureau d’une salle abandonnée.Condoleezza Rice a bien fait de ne pas revenir au Liban. Cette visite aurait été inutile, aurait été perçue comme une provocation. Son travail, c’est auprès d’Israël qu’il doit être achevé : stopper l’agression, établir les bases d’un accord prévoyant nécessairement un échange de prisonniers et l’évacuation de Chebaa.Mais Fouad Siniora a d’ores et déjà clairement énoncé l’urgence : un cessez-le-feu immédiat, inconditionnel et une enquête internationale sur le massacre.En ces temps troubles, en ces temps de barbarie, alors même que l’État hébreu annonce cyniquement que la tuerie de Cana ne le dissuadera pas de poursuivre sa sale guerre contre le Liban, le ralliement unanime à la position adoptée par le gouvernement est indispensable. Nabih Berry, en homme d’État responsable, a donné le ton, plaçant toutes les potentialités au service du pouvoir exécutif.Mais attention : ne permettons pas, sous le coup de l’émotion, de la colère, que des dérapages surviennent, que des actes répréhensibles, comme l’attaque contre le siège de l’Escwa, se produisent. Ce serait desservir la cause pour laquelle nous luttons, rendre service à l’ennemi qui nous agresse. Redisons-le une fois de plus, une fois pour toutes : hors de la légalité, il n’y a point d’espoir, point de salut ; hors de la légalité, c’est la voie ouverte aux aventures, au chaos généralisé, aux guerres intestines ; hors de la légalité, le monde, révulsé par le massacre de Cana, ne viendra pas à notre secours (OJ, 31 juillet 2006).
Ma chère Pamela,
Heureusement que tu es là pour nous tenir au courant. Ici aux nouvelles on ne parle que très peu de cette guerre. Elle fait rarement la Une desjournaux. On te pousse à oublier que depuis 3 semaines on massacre sansraison un pays, une nation.Je ne sais quoi te dire...Je suis moi même enragée face à tout ce qui arrive. Alors je vais continuer à prier pour que la paix revienne au plus vite et que les innovents cessent de payer le prix de la haine américo-israelienne. Je pense fort à toi, à michèle, à nicholas et à toute ta famille. J'admire votre courage, ne baissez pas les bras (S., Montréal).
Salut Pamela.
Je viens de prendre connaissance des dernières nouvelles te concernant sur ton blog. Tu dis que tu n'as plus peur maintenant et que tu éprouves de la colère. Ça se comprend. C'est très sain ce que tu vis présentement. On le serait à moins... Les mots me manquent, Pamela. Nous (moi et des millions d'autres personnes) continuons de prier pour un cessez-le-feu immédiat, pour que la paix survienne le plus rapidement possible. Et je sais que toi aussi ainsi que ta famille priez aussi pour cela. C'est aussi une forme de résistance, je crois. Que tu aies choisi de rester avec ta famille est également une forme de résistance, toute ta vie en témoigne (comme tu l'indiques dans ton blog: la peinture, l'écriture, etc.) Tiens bon. Tenez bon. Dieu vous assiste présentement. Lui qui est un Dieu de paix (malheureusement, on dirait que pas tous ne le connaît ainsi). Si c'est la colère maintenant qui s'élève en toi, eh bien, qu'elle s'élève pour quelques temps, mais qu'elle n'abatte jamais l'espérance, ton espérance qui t'a toujours soutenue et sauvée, toi et tous les Libanais, pleins de courage. Je te laisse avec un extrait du psaume 42 (41).

Je dis à Dieu, mon rocher: Pourquoi m'oublies-tu? Pourquoi dois-je marcher dans la tristesse, Sous l'oppression de l'ennemi?
Mes os se brisent quand mes persécuteurs m'outragent, En me disant sans cesse: Où est ton Dieu?
Pourquoi t'abats-tu, mon âme, et gémis-tu au dedans de moi? Espère en Dieu, car je le louerai encore; Il est mon salut et mon Dieu.
(N., Montréal)
Chère Pamela, Ton message m'a laissé "le coeur en paradoxe": très heureux d'avoir de tes nouvelles mais très malheureux à cause des nouvelles que tu donnais. (Quelle folie!) Je veux seulement te dire que je reçois ce que tu dis, en profondeur. De tout ce que j'entends au sujet de cette "terrible guerre", c'est à partir de tes yeux et de ce que tu en dis que j'essaie un peu de "comprendre" ce qui se passe, en tout cas de "compatir" à ce qui se passe. Dans cette guerre sans mesure où l'on tue des innocents par centaines... il y a tant d'injustifiable. Continue à écrire: ta parole est importante.
(J.M., Montréal)
Bonjour Pamela, Je sais plus quoi dire à un non-sens. Je suis bouleversée, c'est peu dire, je suis révoltée, je ne sais quoi en faire, je suis inutile, pas la peine de le dire. Je prie pour vous, je prie pour que cela cesse, le massacre de l'espoir, de la vie, de l'enfance, de l'amour ... Je prie pour encore sentir que nous sommes humains. Bises à toi et ta famille Que la montagne surplombe ton chagrin (M. et G., Montréal)
Ma chère Pamela,
Je te lis tous les jours et ne peux suivre qu'en toute impuissance la descente aux enfers que vivent le Liban et sa population. Ce qui arrive est inadmissible et encore plus l'attitude d'Israël et de son allié... les puissants n'ont vraiment que faire des vies humaines pour mener à bien leur plan. Je te garde dans mes prières, toi, Nicolas, Michèle et ta famille. Que les armes se taisent immédiatement! (F., Ottawa)

Liban: vous avez dit terroristes?
Grégoire Baillod, pour le Collectif citoyen Suisse-Liban, Genève
Mercredi 26 juillet 2006
Lutte contre le terrorisme: c'est ainsi qu'Israël justifie sa campagne de destruction massive du Liban depuis dix jours, réalisant sa promesse de ramener le pays du Cèdre «vingt ans en arrière» en le mettant à feu et à sang sans la moindre retenue. Lutte contre le terrorisme: une justification qui jouit d'une acceptation pratiquement sans bornes de la part de la communauté internationale depuis un certain 11 septembre... A tel point que l'on ne se pose même plus la question de savoir ce que l'on entend effectivement par terrorisme - il suffit apparemment d'être Arabe et armé pour répondre aux critères. Hezbollah, Hamas, Al-Qaida, même combat. Vraiment? Voici la définition que donne l'encyclopédie en ligne Wikipédia de terrorisme: «Le terrorisme est la réalisation, par une personne, un groupe ou un Etat, d'actions violentes destinées à produire sur la population civile un sentiment de terreur et de produire des souffrances supérieures aux objectifs requis par l'objectif du combat. Le terrorisme vise la population civile en général ou une de ses composantes, une institution ou les structures d'un Etat. L'objectif peut être d'imposer un système politique, de nuire à un système politique, ou d'obtenir la satisfaction de revendications, de causer des destructions à un ennemi ou de déstabiliser une société.» C'est à se demander si Israël n'a pas consulté cette encyclopédie avant de mener son attaque contre le Hezbollah, ou plutôt contre l'ensemble du Liban et de sa population civile. (Pour plus de détails troublants lire le reste de l'article «Terrorisme» de Wikipédia, et s'informer sur la création du Hezbollah en réponse à l'invasion israélienne du Liban en 1982).

C'est Israël le vrai responsable
LE MONDE 26.07.06 14h21 • Mis à jour le 26.07.06 14h21
par John Berger, Noam Chomsky, Harold Pinter et José Saramago.

Le dernier épisode du conflit entre Israël et la Palestine s'est ouvert avec l'enlèvement à Gaza de deux civils, un médecin et son frère, par les forces israéliennes. Un incident mentionné nulle part, sauf dans la presse turque. Le lendemain, les Palestiniens capturèrent un soldat israélien, puis proposèrent d'en négocier l'échange contre un certain nombre de prisonniers palestiniens - ils sont environ 10 000 dans les prisons israéliennes.
Que l'"enlèvement" d'un soldat israélien soit considéré comme un scandale alors que l'occupation militaire illégale de la Cisjordanie et l'appropriation systématique de ses ressources naturelles - en particulier de son eau - par les forces de défense (!) israéliennes sont acceptées comme un fait certes regrettable mais objectif : voilà qui est typique de la politique du deux poids, deux mesures que l'Occident pratique de façon systématique devant ce qu'endurent, depuis soixante-dix ans, les Palestiniens sur des terres qui leur ont été allouées par des accords internationaux.
Aujourd'hui, les scandales se répondent ; des missiles artisanaux croisent en plein vol des engins autrement sophistiqués. Ces derniers vont généralement atteindre leur objectif dans des zones où les plus déshérités s'entassent en attendant ce qu'on appelait autrefois la Justice. Les deux sortes de missiles déchiquettent les corps de façon tout aussi horrible - qui, hormis les chefs militaires, pourrait l'oublier un seul instant ?
Chaque provocation et contre-provocation est montée en épingle et donne lieu à des leçons de morale. Mais les débats qui en résultent, les accusations et les serments ne servent qu'à détourner l'attention du monde d'une pratique militaire, économique et géographique à long terme dont l'objectif politique n'est rien moins que la liquidation de la nation palestinienne.
Cela doit être dit à haute et intelligible voix car ladite pratique, seulement exprimée à demi-mot et souvent exécutée secrètement, progresse rapidement ces jours-ci, et c'est un devoir, à notre avis, que de lui résister et de la dénoncer sans cesse et toujours pour ce qu'elle est.
John Berger est romancier essayiste ; Noam Chomsky est linguiste ; Harold Pinter est dramaturge et Prix Nobel de littérature 2005 ; José Saramago est écrivain et Prix Nobel de littérature 1998. Traduit de l'anglais par Gilles Berton.
Voici une liste de noms d'intellectuels juifs vivant en Israël ou ailleurs qui seraient certainement d'accord avec ce texte:Sami Shalom Chetrit,Shlomi Segal,Ishai Rosen Zvi,Neve Gordon,Goush Shalom,David Grosman,Michael Ben Yaïr,Ami Ayalon,Yehoudith Harel,Michel Warschawski,Yehuda Shenhav,Baruch kimmerling,Uri Avnery,Amira Hass,Ilan Pappé,Ran Hacohen,Meron Benvenisti,Ytshak Laor,Reuven Kaminer,Tanya Reinhart,Gidéon Levy,Doron Rosenblum....
Des rabbins orthodoxes ont manifesté à New York en signe de solidarité avec le peuple libanais:
De Paris à Perth, en passant par Tel-Aviv, des manifestants réclament l’arrêt de la violence
Plus de 2 000 personnes sont descendues samedi dans les rues de Paris afin d’exprimer leur solidarité avec le Liban. Les manifestants ont scandé des slogans réclamant « l’arrêt immédiat des bombardements israéliens sur le Liban », selon un reportage AFP. Répondant à l’appel de plusieurs associations et partis politiques, les manifestants ont arboré le drapeau libanais ainsi que le drapeau palestinien. Des pancartes réclamant « l’arrêt immédiat et sans conditions des bombardements » ont notamment été brandies. D’autres villes françaises ont aussi été le théâtre de manifestations de soutien au peuple libanais, notamment Lille, Lyon et Marseille. En Allemagne, quelque 3 500 personnes ont défilé à Berlin, dans le principal centre d’affaires de la capitale. Ils ont demandé la fin des affrontements au Proche-Orient et ont scandé des slogans dénonçant l’attitude israélienne : « Si nous, nous sommes des terroristes, qui êtes-vous alors ? » À noter que la communauté libanaise est forte de dizaines de milliers de personnes et qu’elle constitue une des principales communautés arabes à Berlin. Quelque 3 000 personnes ont en outre manifesté à Berne pour appeler à l’abandon de la violence contre les populations civiles au Liban. Elles ont aussi souhaité que les autorités suisses suspendent leur collaboration militaire avec Israël. À Bruxelles, 5 000 personnes ont manifesté en réaction au massacre de Cana. « Il semble que l’Europe et les responsables politiques internationaux ne veulent pas voir la vérité et ouvrir leurs bouches », a déclaré un imam de Bruxelles. « Nous demandons à l’UE de condamner cette agression de toutes ses forces et de mettre fin au conflit », a-t-il ajouté.À Tel-Aviv, une manifestation organisée par dix associations féministes sous le thème « Femmes pour la paix » a réuni samedi 1 500 personnes. Les manifestants ont brandi des pancartes sur lesquelles on pouvait lire : « Cessez de tuer, commencez à vous parler. » Même son de cloche à New York, où des femmes d’origine arabe ont tenu vendredi un sit-in devant le consulat d’Israël. Des rabbins orthodoxes, venus soutenir leur cause, arboraient les drapeaux libanais et palestinien, réclamant l’arrêt des violences. La capitale australienne Perth a par ailleurs été samedi le terrain d’affrontements entre des manifestants, venus soutenir la cause libanaise, et les forces de police australiennes. Une personne a attaqué la voiture du Premier ministre australien, John Howard. La police a procédé à l’arrestation de deux personnes. Par ailleurs, des milliers de personnes ont manifesté hier à Damas et Karachi en soutien au Hezbollah.Sur un autre plan, des habitants de Haïfa sont descendus dans les rues en signe d’appui à l’offensive israélienne au Liban (OJ, 31 juillet 2006).
Israël a annoncé une trêve de 48h, suspendant ses frappes aériennes au Liban-Sud « hormis tout endroit où se trouverait le Hezbollah ». En pratique, sur le terrain, c’est traduisible par ce qui suit : « nous frappons là où nous voulons et quand nous le voulons ». Une chose est de parler d’une trêve et une autre est de l’appliquer. Depuis peu de temps encore ce matin, les frappes aériennes reprenaient de plus belle, notamment dans la plaine de la Békaa près de la frontière syro-libanaise. Et les combats se poursuivent! Ce n'est pas terminé!! A suivre...