Friday, July 28, 2006

GUERRE DU LIBAN 2006: UNE RAFALE DE MASSACRES



NON! NON! NON!

28 juillet 2006

Non, les massacres n’ont pas arrêté… Il y a à présent près de 600 morts civiles et plus de 1800 blessés.
Non, les bombardements n’ont pas arrêté…
Non, des dizaines et des dizaines de villages au Sud du Liban n’ont pas été secourus faute de pouvoir y accéder…

Non, nous ne sommes pas libres puisque nous sommes emprisonnés, pris au piège du blocus israélien…
Non, le déplacement forcé de la population du Sud et celle de Beyrouth n’a pas arrêté. En fait, tout le peuple Libanais est formé actuellement de déplacés et de réfugiés, comme si nous étions condamnés à un éternel nomadisme…
Je suis en colère ! En colère !
Je revois constamment l’image de l’icône de Saint Elie qui massacre les prêtres de Baal et je me demande ‘quelle est cette justice ?’.
Dans sa lettre adressée au premier ministre canadien Harper, André Tremblay, un ami du Québec, souligne le fait que « l’avenir ne repose pas sur le crime et la barbarie » (http://societe2051.blogspot.com/). Malheureusement, cet ‘avenir’ est entrain d’être dessiné sur la base des crimes contre l’Humanité : au Liban, en Palestine, et dans tant d’autres lieux. De quelle Humanité pouvons-nous encore parler? De quel droit à la vie pouvons-nous encore parler? De ces beaux principes stipulés dans la Déclaration des Nations Unies de 1948 lesquels ne sont point appliqués, sinon sélectivement? De quelle dignité pouvons-nous encore parler ?
« Celle des habitants du Liban-Sud, qui n’ont plus comme maison, sinon comme village, qu’un vaste champ de ruines, pris au piège comme des bêtes, sans eau, cibles privilégiées des obus d’Israël ? Celle des réfugiés, totalement déracinés, entassés dans des écoles et autres bâtiments publics, qui n’ont pratiquement plus rien comme biens ? Celle des petits enfants vivant, chaque nuit, dans l’angoisse générée par le vrombissement des chasseurs israéliens, par les déflagrations des missiles, par le cri effroyable du béton soufflé en quelques secondes ? Celle des exilés, qui ont définitivement renoncé à l’espérance dans un pays damné ? Quelle dignité ? Celle de tout un peuple qui va à grands pas vers l’abîme ? » (Michel Hajji Georgiou, OJ, 28 juillet 2006)
----------------------------------------------------------

Friday 28 July, 2006.
9h47 a.m.
Friday 28 July, 2006.

It seems more like Friday the 13th. Lebanon is certainly jinxed. Rome confirmed it yesterday as “Condo the Terminator” decided that stopping the death toll was not the solution. Diplomacy should only come to pass when Lebanon’s “minor repairs” are amplified and when all the Lebanese aspire to become peripatetic or obscured in their country’s core. In the meantime, Lebanese are at odds in their escape route from genuineness. Some are enjoying their forced retreat in the mountains, others are reporting to work implementing baloney and gobbledygook chores, many are struggling to live to tell the tale of their newly adopted habitats and an interesting portion of the youth exhibit their worry and distress by demonstrating for peace and for the end of the Israeli aggression, and by providing for their homeless countrymen all sorts of aids from foodstuff to entertainment for kids. Finally, there are those who believe their Eldorado is elsewhere and any boat or any car across the border will do.
All in the hope that the beginning of a peaceful Lebanese chapter reaches us soon.

Michèle Chrabieh
Beirut, Lebanon

--------------------------------------------------------
Hear Our Cry! Enough Is Enough!

I am a citizen of Lebanon living in this biblical land. Currently being
one of those who is living and witnessing the ongoing horror in my
beautiful country, I am enraged, angered, sad, distressed and confused
as to what to do. I am sick and tired of people taking advantage of
my country, carrying out their own wars on my land, cleaning up their
dirty laundry at the cost of my fellow citizens. I am not a supporter
of any political party; I am with the land of "Milk and Honey" as the
Bible states. My rage is against Israel, Hezbollah, Bush's USA, Iran,
Syria and the previous Lebanese government.

How dare they, under selfish pretexts, which I do not even wish to
discern, exploit our country to settle their horrendous accounts.

Hezbollah claims to be defending its land. I used to admire that group
during the years when Israel had occupied the South, being the only
ones to defend the land. After the occupation, they should have joined
the Lebanese Army if they really intended to defend this land. They have
no right to compel the people of Lebanon to pay the price for their
selfish moves!

Bush (yes, Bush, not even Mr. Bush!) has declared himself as nothing
short of the next Messiah who has taken under his 'wings' the duty of
bringing justice to the world, stopping terror from the globe!!! What a
noble and kindred spirit! Shame on him! What right does he have to
violate the privacies of other countries? Before meddling
internationally, one should clean up the national disorder. What about
the homeless in the USA? What about the educational standards in a
number of public schools? What about the crime rates in the states? What
about substance abuse rates? What about tempered rights of children?
What about the youth landing home in coffins from Iraq?

Israel! Shame on you for using "God's Chosen People" as a slogan for
every inhumane action in the world! God's chosen people should be
setting examples for the rest of the world, not violating every single
humanitarian decree! What will you tell God about the innocent children
whose lifeless bodies are hanging out from their parents' cars as they
are fleeing your bombs? What will you tell the children whose parents
are lying dead in front of them with their intestines bulging out of
their bodies in front of their tiny innocent eyes? What will you tell
students when they find their schools completely destroyed and leveled
to the ground? How can you justify bombing ambulances and humanitarian
workers when they are selflessly and nobly trying to fulfill their
missions of evacuating people and caring for the wounded? How can you
hit
homes and not allow people to remove their dead from under the rubble?
THEIR DEAD! You took their lives, at least leave their dead bodies to
their families!

Syria and Iran! It pains my heart to see those two beautiful countries
who have throughout the history of mankind been pioneers in almost every
aspect of existence (long before the Western world had even woken up)
now taking a back seat in the vehicle of modernizing the world. There
exist noble people in those countries who have now been classified as
terrorists because of the dark leadership ruling them. If that is the
way they want their countries governed, they have every right to do so!
But keep Lebanon out of it!

We are not savages, we are not beasts! We are a civilized nation. We do
not accept to have others recklessly run our country. It is time that we
have a strong governing body that prioritizes the needs of its nation
above others.

What we are facing today is Hurricane Katrina and the last Tsunami
combined and then multiplied! Yes modern world, that is what we have!
There are around half a million refugees all around Lebanon having taken
shelter in schools, and yes, even on so-called safe "streets" sleeping
on sidewalks. Do we really understand what that means? 500,000 people
sleeping on the icy ground, with no blankets, no mattresses, nothing to
eat but a bite of bread once a day! Do we really know what it means to
have 200 people use 4 toilets and not have a single drop of water to
flush it? Do we? Let's just face the bare facts for a moment. We read
and hear the media say "war" and "refugees". Now, picture one of our
local schools with your entire family in it, with your newborn baby
crying for milk, with your young son shaking from fear not grasping why
he is sitting on the floor while his father or mother is bleeding to
death in front of him and the ambulance is not coming!

What would you do? Wouldn't you spit at the face of this unjust world?

Enough is enough! The Lebanese are a proud and noble nation, who after
30 years of destructive war caught up with the rest of the world and
proved to everybody that they can be the best in any professional
domain.

Let us be, let us help the world with our potentials, allow us to our
basic human rights so we can live and be able to welcome you on our
biblical land and share with you the "Milk and Honey" that God has
bestowed upon us.

Sarine Khatchikian
School Director
---------------------------------------------------------------

Il y a eu aujourd'hui une manif parmi tant d'autres de la part de juifs montréalais qui criaient, à qui voulait les entendre, de désarmer le Hezbollah et de laisser enfin Israel vivre dans la paix qu'elle mérite. Tout ça se passait derrière moi, de l'autre côté de la fenêtre de mon cubicule ici, au centre-ville de Montréal. Comment pouvons-nous croire qu'un jour les choses changeront si on s'amuse à constamment accuser l'autre de je ne sais quels méfaits?
Comment pouvons-nous espérer que les gens voudront véritablement la paix, la sainte paix
comme on dit ici?! Et moi qui suis témoin d'un moment sombre de l'histoire canadienne, un moment oû l'Amérique du Nord est devenu véritablement l'ennemi du reste de la planète, en accusant honteusement le reste de la planète d'être son ennemie.
Que faire? Que faire sinon espérer, et attendre, et penser très fortement à sa famille qui est là-bas, innocente comme tant de millions, et qui vit tout ça avec un courage dont j'espèrerais faire preuve si un jour je me trouve à leur place. Je suis avec toi Pam, et Nony, et Michèle (inchkatia!
que ça s'arrête), et tout le reste (Katia, Montréal)
-------------------------------------------------------

"Les témoignages sur ton site sont fort importants et je lis tout cela avec grand intérêt. Avec aussi des sentiments d'admiration pour le courage des Libanais et de tristesse devant la destruction et la lenteur des discussions autour du cessez-le-feu. Ces décisions des chefs d'État sont totalement incroyables et à mon avis inacceptables. Je comprends la colère de Kofi Annan suite aux frappes mortelles. Je lis sur Zenit que le Vatican a pour sa part déclaré qu'il faut avant tout le cesse-le-feu. Cela m'a confortée et les Canadiens sont de plus en plus choqués - du moins au Québec - des positions du 1er M. Harper qui est soutenu politiquement par les journaux anglais contrôlés, dit-on, par l'Establishement juif du Canada. Les prochaines élections seront intéressantes à suivre. Qui se souviendra? Bill Graham (libéral) et ancien ministre des affaires étrangères a fait une déclaration importante tout à l'heure, dénonçant les arguments du 1er Ministre. Je continue à réfléchir à tant de questions philosophico-politiques posées par la situation. Je me désespère de l'Absurdité du combat et des arguments politiques, en constatant que dans un monde aussi informé, et à même de se documenter et de connaître, la communication des savoirs et des opinions fondées sur des valeurs ne permet pas de favoriser la réflexion et une orientation sage des actions. Et je me dis que le Décalogue et les commandements de Dieu, livrés à Moïse, ne semblent pas embarasser ni Israël, ni les autres d'Occident qui ont oublié le "Tu ne tueras point" - Faire la guerre et détruire des pays, c'est donner la mort inévitablement. Une amie Libanaise et Arménienne, dont je t'ai parlé, est venue ici depuis les années 60 pour éviter les guerres à répétition. Elle me disait hier, alors que je lui parlais de la situation, je ne suis pas désespérée, je suis en colère. Et c'est bien le même sentiment que je ressens tout comme P. Bonne suite à ton travail, à tes informations. Au moins je puis te lire. Ca me réconforte un peu. Bises R. (Montréal)
Je te cite quelques extaits du Vatican sur la réunion de Rome:
Rome-Liban : « Une suspension immédiate des hostilités est possible : elle est donc un devoir » Déclaration du secrétaire du Saint-Siège pour les relations avec les Etats ROME, Jeudi 27 juillet 2006 (ZENIT.org) – Le Saint-Siège souligne les aspects positifs de la Conférence internationale sur le Liban qui s’est déroulée hier mercredi, à Rome, mais affirme avec force qu’il souhaite un cessez-le-feu immédiat. « Une suspension immédiate des hostilités est possible : elle est donc un devoir », a affirmé Mgr Lajolo, secrétaire du Saint-Siège pour les relations avec les Etats, dans un entretien accordé ce jeudi à Radio Vatican (cf. ci-dessous « Entretien » pour le texte intégral). Mgr Lajolo a participé à la Conférence en tant qu’observateur. L’absence d’accord sur un cessez-le-feu explique, selon Mgr Lajolo, le fait que de nombreux secteurs de l’opinion publique aient été déçus par cette rencontre promue par les gouvernements italien et américain. « L’unanimité des participants n’a pas été atteinte car certains pays soutenaient que l’appel n’aurait pas eu l’effet désiré et qu’il était plus réaliste d’exprimer l’engagement de chacun pour obtenir immédiatement la cessation des hostilités : engagement pris, et qui peut être de fait maintenu », a expliqué le secrétaire du Saint-Siège pour les rapports avec les Etats. « La position de ceux qui soutiennent qu’il faut avant tout créer les conditions pour que la trêve ne soit pas violée une nouvelle fois, est d’un réalisme seulement apparent : car de telles conditions peuvent et doivent être créées avec d’autres moyens que l’assassinat de personnes innocentes », a-t-il poursuivi. Mgr Lajolo explique que dans cette mesure l’on considère comme « problématique » le fait que la déclaration finale, rédigée par les représentants des Etats-Unis (la secrétaire d’Etat Condoleeza Rice) et d’Italie (le ministre des affaires étrangères Massimo D’Alema) se limite à « inviter Israël à exercer la plus grande modération ». « Une telle invitation revêt en soi une ambiguïté inévitable, alors que l’attention à la population civile innocente est un devoir précis auquel on ne peut pas se soustraire », a-t-il précisé. Mgr Lajolo souligne toutefois quatre points positifs de la Conférence. Tout d’abord « Le fait que des pays de différentes parties du monde, du Canada à la Russie, se soient réunis, conscients de la gravité de ce qui se passe au Liban, réaffirmant l’exigence qu’il retrouve au plus vite sa pleine souveraineté, et qu’ils se soient engagés à lui fournir leur aide ». Puis « La demande de constituer une force internationale, sous mandat des Nations Unies, qui soutienne les forces régulières libanaises en matière de sécurité ». En troisième lieu « L’engagement à fournir une aide humanitaire immédiate au peuple libanais et l’assurance d’un soutien à sa reconstruction avec la convocation d’une Conférence de Donateurs ». Et pour terminer « l’engagement pris par les participants, après la clôture officielle de la Conférence, de rester en contact permanent pour suivre les développements de l’intervention de la communauté internationale au Liban ».
----------------------------------------------------------------
Please find below a press release we have sent yesterday on the oil spill thathas hit our coast.
Salam, Wael
War in Lebanon Brings About the Biggest Environmental Catastrophe in the Historyof the Country:15,000 ton Oil Spill from Jiyyeh Power Plant Hits Most of the Lebanese Coast Beirut, July 27, 2006 - The escalating Israeli attack on Lebanon did not only kill its civilians and destroy its infrastructure, but it is also annihilating its environment. Last week a 15,000 ton oil spill resulted from the Israeli airraid on the Jiyyeh power plant South of Lebanon. The power plant has 6 fueltanks. Four of them have burned completely, while the fifth one, which is alsothe main cause of the spill, is still burning. The Lebanese ministry ofenvironment is worried that the sixth tank, which is underground and so farintact, is going to explode and increase the magnitude of the problem. The oil slick appeared for the first time last week on the once beautiful beachof Ramlet El-Beida in Beirut, which is (or now used to be) the only public beachin the Lebanese capital. Upon this finding, several environmental activistsalerted the media on the spill, which in turn has mobilized the municipality ofBeirut and the Ministry of Environment. After a few days of investigation itbecame obvious that more than 100km of the Lebanese coast, from Jiyyeh in theSouth to Chekka in the North has been hit by this oil spill. This is definitely one of the worst environmental crisis in Lebanese history,declared a group of local environmental NGOs working on this issue (1). Just forthe sake of comparison, in 2003 a 50 ton oil spill in the North was a huge blowto the Lebanese coastal environment. The current spill is 300 times bigger, andthere is a big possibility that more oil will go into the sea. These NGOs added that the Mediterranean marine environment will suffertremendously for several years from this spill. The Lebanese coast is a veryimportant site for fish spawning and sea turtle nesting, including the greenturtle, which is an endangered species in the Mediterranean. During the month of July, turtle eggs start to hatch and all baby turtles willneed to reach deep waters as fast as possible. With the oil slick in their waybaby turtles will have no chance of making it. Also, Blue Fin Tuna, which is avery important commercial species in the Mediterranean and which has been undersevere stress from over-fishing, are present in the Eastern Mediterraneancoastal water in this period of the year. The oil spill, of which part of it hassettled on the sea floor, will threaten the blue fin tuna and other fish speciesspawning areas. Another important impact of the spill is the effect on tourism in the future.The Lebanese coast is an important tourist destination, and after the war ends,Lebanon will need every source of income to rebuild its infrastructure. Now thebeautiful Lebanese white beaches are covered with a black layer and the smell offuel can be smelled a good distance in land, rendering them toxic and useless. This oil spill is bigger than what the local authority can handle and urgenthelp is needed from outside, declared the NGOs. The Ministry of Environment hasorganized a team to follow on this issue, and have requested help from theUnited Nations Environmental Program and the Regional Marine Pollution EmergencyResponse Center for the Mediterranean (REMPEC). The Ministry of Environment inKuwait has also promised to send equipment and expertise to help in the cleanup. “We are in constant communication with the Ministry of Environment, and asLebanese NGOs we are ready to help in the clean up when the necessary equipmentarrive.Nevertheless, the constant Israeli air raids will make the operation verydifficult, and an immediate cease fire is needed if we want to save Lebanon andits environment (2),” concluded the NGOs.
For more information:
Wael Hmaidan, mobile: +961-3-506313
Notes to editor:
(1) The Lebanese environmental NGOs include: Bahr Lubnan Association,Union of Professional Divers, and Green Line Association; which are prominentlocal Non-Governmental Organizations known for their work in protecting theMediterranean Sea in Lebanon.
(2) Other Environmental impacts of this war include air pollution and chemicalspills due to the targeting of industrial factories, fuel bunkers, and otherflammable structures; the use of depleted uranium in Israeli bombs, and the hugewaste and sanitary crisis resulting from the 750,000 refugees in Lebanon, whichcan lead to water pollution and the spread of diseases.
Wael Hmaidan
Campaigner,
NGO Manager and Environmental Policy Advisor
tel: +961-3-506313

------------------------------------------

Voici un site où l’on peut trouver la lettre de Ralph Dfouni publiée sur mon blog il y a quelques jours avec des réactions-commentaires poignants :
http://www.voir.ca/blogue/billet.aspx?iIDBillet=2215&iIDBlogue=8#reactions
Ces guerres qui polluent l'ère.
De tout temps elles furent présentes. Mais en somme-nous aujourd'hui rendu à la suffocation mondiale. Ce n'est pas impossible. Le corps planétaire est gravement malade, et d'y dissocier les guerres comme facteur aggravant serait une erreur.On le voit de plus en plus, que la proximité des guerres tente par les médias, à se racourcir. Oui, c'est mon voisin qui aujourd'hui reçoit des bombes, et demain ce sera sûrement moi. La gangraine du pied gauche s'étendra-t-elle jusqu'au pied droit. Je ne suis pas à Beyrouth mais c'est l'horreur pour nous tous.Solidairement vôtre.
Johanne Brodeur
24 juillet 2006
Ces guerres qui polluent l'ère. ( Suite )
C'est dans cet esprit que j'ai composé cette pensée:Notre bonheur réside en le bien-être du plus grand nombre.
Johanne Brodeur
24 juillet 2006
...
Il y avait longtemps qu'un texte ne m'est rentré dedans de la sorte.J'ai senti mes tripes se tordrent, mes yeux se remplir, mon cerveau s'embuer, mes mains trembler.Je suis sous le choc, j'ai peur, je suis triste,je déteste et j'aime à la fois. Pourquoi ne s'est-il pas fermé la gueule et pourquoi n'a t'il pas crié plus fort?Pourquoi m'oblige-t'il à regarder et pourquoi ne l'a t'il pas fait avant?Bordel...
Patrick Lemay
24 juillet 2006
---
Question d'humanité!
Tout à fait d'accord que le conflit au Liban n'est qu'un élément de la destruction lente du monde. Tout comme les terroristes ne sont pas que des "méchants" musulmans, mais aussi des dirigeants de toutes les civilisations, de toutes les religions, qui créent la peur. Dans les médias (La Presse entre autres), on ne parle que de l'évacuation des Libanais-Occidentaux, et de la récation des Libanais de Montréal, sans mentionner que des millions de Libanais au Liban, (êtres humains n'est-ce pas?)y restent dans la guerre. Comme si la vie des touristes avait une valeur supérieure à celle des Libanais. Ridicule! Des gens meurent mais on les compte comme s'ils étaient des choses, alors que c'est un drame lorsqu'un touriste d'ici meurt. La vie humaine n'a pas de valeur, tous les êtres sons sensés être égaux! Bref, peut importe la raison de la catastrophe, la guerre ou le changement dans le monde... personne n'est épargné au bout du compte. Au Canada on se sent protégé, distensié par rapport aux événements du reste du monde, mais pourtant nous ne sommes pas à l'abris d'autres terreurs: naturelles, climatiques, ou humaines.
Marie-Lise Rousseau
24 juillet 2006
----
Bon retour
Salut Steve, Je ne vois pas comment tu aurais pu mieux signaler ton retour sur ton blogue. Je désespère plus que jamais devant le bulletin de fin de soirée, qui nous montre -mais pour combien de temps encore- un Liban troué de toutes parts par les roquettes. Je connais beaucoup de Libanais d'origine qui doivent désespérer encore plus, d'ailleurs. Cette lettre que tu viens de publier est importante dans cet appel qu'elle lance à tous ceux qui vivent, comme moi, cette guerre via les médias. Tous les reportages se ressemblent, c'est vrai, car ce chemin de roc et de terre, défiguré par les cratères d'obus, pourrait tout aussi bien se trouver en Irak, en Afghanistan ou entre deux foyers de guerre civile en Afrique. Je ne peux qu'être d'accord avec le propos de Ralph Dfouni: la race humaine, telle qu'on la connaît, verra sa fin arriver par sa propre faute et par cette couardise que nous avons tous de ne pas reconnaître l'existence réelle de ce qui s'en vient. Oui, nous avons peur. L'auteur dit que sa plume n'est pas celle de Desjardins, mais ses mots sont cependant si forts, si personnels et vrais, que son message louvoie à travers les clichés pour me toucher en plein coeur.Les prophètes de malheur, généralement, on les tasse ou on passe notre chemin devant eux: sont fous anyway, who cares? Mais comme ils semblent se multiplier et, de surcroît, sains d'esprit, je vois bien mal comment on peut continuer plus longtemps à ignorer leurs alertes.Arrêtons d'avoir peur, ouvrons les yeux et essayons de faire quelque chose avant que tout nous pète dans les mains.Merci beaucoup, Steve, je souhaite que La Presse ait le courage de publier la lettre de Dfouni, car ce dernier verbalise des idées qui flottent dans l'air du temps sans se poser nulle part. Je suis peut-être naïve, mais je trouve que ce serait un bon début. Essaye, toi, de faire bouger les masses! C'est gros, une masse, et c'est tellement épais.
Violaine Ducharme
25 juillet 2006
-----
Trop près, trop loin
Ce texte est cru et touche droit là où il le devrait... C'est peut-être même trop intelligent pour qu'on puisse y réagir ou commenter... Peut-être surtout est-ce trop près de M. Dfouni et trop loin de nous, dans le confort de nos salons, pour qu'on puisse avoir une réaction juste et appropriée...
Matthieu Paquette
25 juillet 2006
--------------------------------------------

Je rappelle aussi le lien suivant : http://www.donatelebanon.com/

Voici également un message qui nous arrive de notre ami Marc Dfouni de Montréal :
« On a fini d’organiser un concert avec Patrick Watson et Lhasa. J’ai attaché le communiqué et le flyer. Si tu peux encourager tes ami(e)s de montréal à venir, ça sera sympa (tu peux leur forwarder le communiqué de presse et le flyer)… »

Concert bénéfice pour aider la population libanaise
POUR DIFFUSION IMMÉDIATE - Le 3 août prochain, un concert bénéfice mettant en vedette Patrick Watson et Lhasa de Sela sera présenté à la SAT (Société des arts technologiques) afin de venir en aide à la population libanaise qui se trouve depuis le 12 juillet dernier au centre d'une guerre aussi soudaine que destructrice. Les billets sont en vente à la SAT (30$ par billet). Tous les fonds amassés iront à la Croix Rouge.
Cette initiative est le fruit d’un groupe d’amis montréalais. Ralph Dfouni, en vacances au Liban auprès de la famille et des amis, était enfermé dans son appartement suite aux bombardements et tentait d'écouter de la musique via Skype, jouée par son ami Patrick Watson qui avait installé, ici à Montréal, un ordinateur à côté de son piano. Lorsque Ralph en a discuté avec Nicolas Fonseca, un des organisateurs du concert bénéfice, ils ont décidé de mettre quelque chose en marche pour apporter un moment de répit à plus de personnes et amasser par la même occasion des fonds pour aider la population. Avec la participation de la SAT, ce projet est devenu possible. Par son implication, la SAT souhaite aussi ajouter son soutien aux familles libano-québécoises qui participent grandement à l'expression de la culture francophone d'ici, précise Monique Savoie, présidente-fondatrice de la SAT.

Le concert sera ensuite rediffusé en différé dans quelques salles à Beirut afin que les Libanais puissent bénéficier d'un moment de répit musical. Le 3 août, démontrons notre solidarité et donnons à un maximum de Libanais quelques heures de bonheur, leur faisant oublier momentanément la peur, l'incertitude, la violence et la tristesse qui sont leur quotidien depuis plus de deux semaines, commente Patrick Watson.
Une nouvelle guerre au Proche-Orient et le recul structurel du Liban ne rapprocheront personne de la Paix. Le potentiel que représentait le nouveau Liban qui était en émergence avant le 13 juillet 2006, un pays multiculturel et multiethnique, un lieu de libre pensée avec des valeurs humanitaires, qui avait besoin de la communauté internationale afin de solidifier ses nouvelles assises ne nous rapprochait-il pas davantage de cette Paix? indique Ralph Dfouni.
Il y a déjà eu trop de morts, trop de destruction, trop de violence. Déjà plus de 800 000 Libanais sont aujourd'hui sans maison, vivant dans des abris temporaires ou de fortune. Une véritable crise humanitaire, économique et écologique se profile à l'horizon. L'heure est à la solidarité et à la mobilisation. L'heure est aussi venue de dire NON à l'agression de ce peuple qui partage tant de valeurs avec nous et de sensibiliser nos élus à l'importance de prendre position.

Le concert aura lieu le jeudi 3 août 2006 à 20h00 à la SAT, qui est située au 1195 boulevard Saint-Laurent. Les billets seront vendus à la porte.
-30-
contacts:
organisation:
Nicolas Fonseca, nicolas@goodco.ca, tél. (514) 678-4277.
Marc Dfouni, info@donatelebanon.com, tél (514) 577-6000. http://www.donatelebanon.com/

SAT: Hugues Monfroy, hmonfroy@sat.qc.ca, tél. (514) 844-2033. www.sat.qc.ca

(ps : je n’ai pas pu publier le flyer, je m’en excuse d’avance. Des problèmes techniques)
-------------------------------------------------------

Une cellule de crise regroupant 60 associations devrait voir le jour incessamment
Un millier de plats chauds assurés chaque jour par les volontaires d’Offre Joie et de l’USJ
Par Anne-Marie EL-HAGE (OJ, 28 juillet 2006)
Au-delà des différends politiques ou communautaires, au-delà de la polémique suscitée par l’enlèvement par le Hezbollah des deux soldats israéliens suivi de l’offensive de l’armée de Tsahal au Liban, la solidarité s’organise au pays du Cèdre, menée par les associations. Désormais, on ne se suffit plus de faire parvenir aux sinistrés les produits de première nécessité. Des chaînes se créent pour leur assurer quotidiennement des repas chauds, accompagnés de salades. Dans l’attente d’une centralisation de ces initiatives par une cellule nationale de crise qui regrouperait une soixantaine d’associations œuvrant sur le terrain, et qui devrait voir le jour dans les prochaines 48 heures sous le slogan « Notre union est notre salut », les volontaires se démènent corps et âme pour faire parvenir l’aide alimentaire aux déplacés. « Zoom in » sur une poignée de volontaires durant leur journée au service des autres. Des volontaires de l’association Offre Joie et de l’Université Saint-Joseph qui unissent leurs efforts, parfois au péril de leur vie, pour assurer 1 000 repas chauds quotidiennement et les distribuer aux réfugiés logés dans les écoles.Dans la cuisine de la faculté de management hôtelier de l’USJ, trois chefs et plusieurs étudiants se sont mobilisés pour la bonne cause. Ils mettent la touche finale au plat du jour qui sera distribué à plus d’un millier de personnes pour le déjeuner : un ragoût de pommes de terre à la sauce tomate accompagné de riz et d’une salade de chou.Il est 9 heures du matin. Les deux chefs Maroun Chédid et Camille Boulot sont à pied d’œuvre depuis 6 heures du matin déjà. Ils seront rejoints, vers 11 heures, par le chef Joseph Yammine qui prendra la relève pour leur permettre d’aller à leurs travaux respectifs. Le ragoût dégage déjà son parfum odorant. Le riz mijote encore dans les fours industriels de la cuisine. L’on s’accorde une rapide pause-café. Assistés de leurs étudiants, les chefs vident la nourriture dans des conteneurs alimentaires d’une capacité de 50 portions chacun. L’on travaille dans la bonne humeur, rapidement, en silence. L’on s’exécute avec précision.Motivés jusqu’au boutLes étudiants, une quinzaine au total, se répartissent les tâches au fil de la journée : l’équipe du matin assiste les chefs, remplit et couvre les récipients, les enveloppe de papier cellophane et fait la vaisselle. L’équipe de l’après-midi lave, découpe, épluche les légumes et prépare les ingrédients pour le lendemain. Chacun donne de son temps en fonction de ses disponibilités. Mais Dunia, Rani, Magali, Maya, Raymond, Judy, Marc et bien d’autres volontaires parmi les étudiants sont fortement mobilisés et assurent une présence quotidienne. « J’en tire une satisfaction personnelle, observe Maya, et je poursuivrai mon action jusqu’au bout, d’autant que j’acquiers de l’expérience et du savoir-faire. » Rani, qui n’en est pas à sa première expérience en tant que volontaire, met en valeur la cause humanitaire comme motivation principale. Une motivation qui lui apporte, à l’instar de la majorité des bénévoles, une satisfaction personnelle.Le directeur de l’Institut de gestion d’entreprises (IGE) de l’USJ, Philippe Fattal, qui n’hésite pas à mettre la main à la pâte, lui aussi, explique les modalités de collaboration de l’université avec l’association Offre Joie : « Nous mettons nos volontaires, notre cuisine et notre savoir-faire à la disposition d’Offre Joie. « L’association, qui a eu l’autorisation du rectorat d’entreposer les aides et les vivres dans certains locaux de l’USJ, notamment à la faculté de médecine et dans les sous-sols de la faculté des sciences humaines, nous envoie toutes les matières premières et nous nous chargeons de la préparation des plats et de leur emballage pour que la chaleur soit conservée et qu’ils résistent au transport », indique-t-il.À midi, tout est fin prêt. L’équipe de volontaires de l’USJ n’attend plus que les vans d’Offre Joie, mais elle s’attaque déjà à la vaisselle et à la préparation des ingrédients pour le lendemain.Midi trente, les volontaires d’Offre Joie arrivent avec deux minibus pour transporter la nourriture. La fatigue se lit sur le visage des jeunes qui ont passé la nuit à vider les camions d’aides envoyés par le prince Turki ben Saoud, grâce à l’intervention de M. Riad el-Assaad, à la frontière nord du pays, à Arida, avant de charger les marchandises dans des camionnettes. Mais ils redoublent d’efforts pour embarquer les conteneurs et repartir aussitôt vers 6 centres d’accueil situés à Achrafieh, Clemenceau, Hazmieh et Mansourieh. « Qu’importe notre fatigue, observe Jalal Ghossein, responsable de la distribution des vivres au sein d’Offre joie. L’essentiel est que ces aides soient distribuées de manière équitable à un maximum de réfugiés. »
Manque de coordination
D’un établissement à l’autre, d’un étage à l’autre, d’une salle de classe à une autre, Élio, Jalal, Nabil, Mohammad et les autres bénévoles, dont de nombreuses femmes, portent les conteneurs encore chauds et se démènent pour que chaque réfugié reçoive son repas, accompagné d’une salade. Les portions sont généreuses. Les jeunes bénévoles se soucient du degré de satisfaction des réfugiés. « Rien que l’arôme qui se dégage de votre ragoût donne envie d’y goûter », leur répond une dame avec gratitude, réfugiée à l’école Saint-Vincent-de-Paul des sœurs de la charité à Clemenceau. Deux garçonnets expriment tout bas le souhait de manger des frites, provoquant l’hilarité générale, alors que d’autres femmes expriment à demi-mots leur honte de recevoir l’aumône. Mais les volontaires d’Offre Joie les mettent rapidement à l’aise, par un mot gentil, par un geste affectueux. L’on s’enquiert des quantités de pain disponibles. L’on encourage les enfants à aller manger. Une jeune volontaire promet à une fillette de venir la faire jouer si elle s’alimente correctement. « Nous leur organisons des jeux et des activités éducatives. Il faut bien les occuper », explique-t-elle avec le sourire.Ce jour-là, une autre association s’était chargée, sans avertir, de distribuer de la nourriture dans cette même école. Les volontaires d’Offre Joie, après avoir effectué les contacts nécessaires, se dirigent alors, chargés de la nourriture restante, vers l’école Amiliyé de Bir Hassan, qui regroupe des centaines de réfugiés. L’arrivée du minibus provoque la ruade générale, car les réfugiés n’ont pas mangé de repas chauds depuis quelques jours, même s’ils ne manquent pas de produits de première nécessité.« Il est indispensable que la cellule nationale de crise soit rapidement créée pour que tous les réfugiés soient pris en charge à égalité et que les erreurs de ce genre ne se répètent pas », observait hier Melhem Khalaf, fondateur d’Offre Joie. « Il est aussi indispensable que davantage de bénévoles se présentent, notamment parmi les réfugiés, car nos volontaires sont à bout et ne tiendront jamais le coup », indiquait également Mohammad Hamadé, président de l’association.Il est déjà 16 heures. Les bénévoles d’Offre Joie sont épuisés. Mais ils sont heureux d’avoir réussi à porter assistance à plus d’un millier de réfugiés. Il est grand temps pour eux d’aller déjeuner et de prendre un peu de repos avant de reprendre leur harassant boulot.Dans la cuisine de l’IGE, les volontaires préparent encore les ingrédients pour le repas du lendemain. Ils envisagent d’augmenter les quantités pour répondre aux besoins d’un plus grand nombre de réfugiés et espèrent préparer des desserts, très prochainement.Le tandem Offre Joie/USJ travaille de pair dans la plus grande harmonie. Il reste à espérer que cette coordination s’élargisse rapidement à toute la société civile, dans l’intérêt national.
Pour se mettre en contact avec la cellule de crise, contacter la hotline au 04/538308.

7 comments:

Judith said...

Resalut Paméla

N'arrête pas d'écrire, tant que tu le peux. De te lire chaque jour me rassure mais n'empeche mon inquiètude de s'emplifier. Je vois l'horreur à la télé et je ne peux imaginer que c'est seulement une parcelle de ce que tu vois. Tu as toute une force morale ma chère de revivre une seconde fois cet enfer, ainsi que tout ceux qui la vive et la revive encore. Je continue d'espérer que tout s'arrête et que la vie (de quel vie peut-on parler en ce moment?) reprenne son cours. bon, je vais attendre de tes nouvelles, de vos nouvelles. Tiens bon! Je suis avec toi!!

Judith

Carole said...

Chère Pamela, je comprends ta colère, je ressens la même. Je suis gênée et j'ai honte de ce pays le Canada et du pantin Harper. Je suis québécoise et souverainiste aujourd'hui plus que jamais! Le Canada ne reflète en rien les valeurs des gens du Québec. Nous regardons et écoutons les infos à la télé, nous sommes devant des monstres de la désinformation ça fait peur! Les juifs montréalais pro-guerre manifestent,les juifs étasuniens parlent de la résurection d'Israel en citant des versets de la bible! Nous, nous sommes convaincus que le Liban est victime d'un complot et c'est pourquoi la conférence à Rome n'a rien donnée. Les états-unis et leur état satellite (Israel) mènent le monde. Quel désastre pour la race humaine!Malgré la colère et la révolte intérieure je continue de prier pour que le ciel nous vienne en aide dans ce monde de fous! Continue d'écrire ça libère mais surtout ca nous rassure de te savoir en VIE! Affectueusement...

Chroniques Blondes said...

Pamela, oui, continue d'écrire. Te savoir vivante et en colère est signe de force et de courage.

Anonymous said...

Chère Pamela:

Je suis devenue une assidue à tes commentaires, et je ne peux que sentir de la rage et de la tristesse en écoutant les nouvelles du Liban. De la rage de savoir que l'injustice des hommes peut mener tout un peuple a la destruction et á la misère, de la rage de savoir que les grandes puissances jouent leur jeu d'échec avec des enfants et des innocents, de la rage parce que une fois de plus la raison du plus fort est toujours la meilleure. Je suis triste de voir que l'effort des Libanais déployé pendant 15 ans, pour reconstruire un pays et le faire surgir de parmi les ruines, se voit réduit á la destruction la plus féroce.
Comme disait Katia l’autre jour, j’ai eu la chance ou la malchance de quitter le Liban il y a bien longtemps, mais mon cœur bât très fort, saigne ou se réjouit rien qu’en pensant aux braves Libanais qui sont resté pour défendre notre pays. Je t’embrasse très fort et embrasse toute ma famille qui maintenant est la tienne.
Maha Badine Boulé/Venezuela

Anonymous said...

Keep up the good work. thnx!
»

Anonymous said...

I like it! Good job. Go on.
»

Anonymous said...

pchrabieh.blogspot.com is very informative. The article is very professionally written. I enjoy reading pchrabieh.blogspot.com every day.