Wednesday, October 17, 2007

Third world war

Vers une troisième guerre mondiale?
Octobre 2007
--------------------------
"Alors que le président Poutine avait accordé, mardi, son soutien à l’Iran, dans le cadre du sommet des États riverains de la Caspienne, le président Bush a mis en garde, hier, contre une troisième guerre mondiale au cas où Téhéran se doterait de l’arme nucléaire" (OJ, 18 oct. 2007).
Une 'belle' nouvelle qui annonce un automne chargé de promesses de guerres non seulement locales (conflit intra-Palestinien, Israéliens et Palestiniens, Israéliens et Libanais, conflits intra-Irakiens, et possibilité de conflit intra-Libanais suite aux élections présidentielles) et régionales (Turquie et Kurdes, Iran-Syrie-Israël...), mais aussi internationales (États-Unis et Russie - dossier du bouclier anti-missile -, Iran - dossier nucléaire -, etc.).
A cet effet, les médias diffusent régulièrement des allégations - souvent non confirmées - afin de créer l'impression que tel ou tel autre État, groupe ou communauté se dotent ou fabriquent en secret des armes nucléaires, préparent un attentat terroriste, etc. En fait, toutes ces annonces tonitruantes de « guerre généralisée », de « choc des civilisations » découlent de l’appétit des médias pour « l’instantané, le sensationnel » et la « sinistrose ». A ce jour, et dans la plupart des cas, il a été prouvé que ces assertions sont dénuées de fondement et il convient de les prendre pour ce qu'elles sont: un élément de plus dans le processus mondial de propagande et de désinformation.
Est-il trop tard pour faire marche arrière? Peut-être pas... Tant aux niveaux locaux qu'international! Je fais partie de ceux et celles qui espèrent encore un meilleur avenir entre les êtres humains, empreint de paix et de convivialité. Une idéaliste? Peut-être... Mais comment survivre, vivre et assurer une continuité sans idéaux et sans une multitude d'actions sur le terrain en vue de l'incarnation de ces idéaux? Dans cette perspective, on comprend bien qu'il ne suffit pas de se contenter de prédire la fin de l'humanité pour se réveiller de notre torpeur collective et pour agir, même si certaines prédictions comme celles d'Albert Einstein sont empreintes d'une forme d'humour irrésistible - rappelons ses fameuses citations: " Je ne sais pas quelles armes seront utilisées pour la troisième guerre mondiale, si elle a lieu. Mais la quatrième se réglera à coups de massues"; et "Je ne sais pas s’il y aura la troisième guerre mondiale, en tout cas, si elle a lieu, il n'y en aura pas une quatrième".
Par ailleurs, on comprend qu'il ne suffit pas de blâmer Samuel Huntington pour sa fameuse vision du "choc des civilisations". Critiquer les failles de théories ne constitue qu'une étape dans le long chemin vers une humanité pacifiée. Une autre étape, encore plus importante, est d'oeuvrer sur soi, autour de soi et avec d'autres. Pas de panique et de 'Sauve qui peut' face à l'épouvantail de la guerre! L'heure est au dur labeur en vue de la construction de ponts et de de la création de "lieux" de convivialité entre les diversités.
-------------------------------------------
Beirut on October 16th, 2007: All roads do not lead to work
By Michèle Chrabieh in Beirut
Tuesday October 16th, 2007


October 16th, 2007, a memorable date thanks to our blistered feet! A forced “rally paper” Lebanese had to go through because of one surprise session/meeting the parliamentarians decided to summon.
For security reasons the country was shut down, mainly downtown Beirut and the roads leading to it. I spent my entire morning hunting for the street that will lead to work: from home to the port, to Manara, to Hamra, to Achrafieh, to Gemmayze and finally to Mar Mikhael. Security forces were scattered around “overcrowding” all possible exits to Downtown Beirut. When asked which way to go, they could simply respond: “the road is blocked and drive till the next intersection…”, and the next intersection was yet to come!
Hundreds of cars tried to make their way through a “bewildered” traffic in search for a parking spot. I found mine in Mar Mikhael (Saint Michael), my salvation indeed together with my flip-flops i.e. my jogging shoes for the day. Walking to work was a blessing, yet a path filled with Lebanese army soldiers searching purses and checking identification papers.
Such an interesting way of making us forget the most deep rooted problems Lebanon is facing today: swearing at the traffic, concentrating on your feet, on the blisters and on the cramps you’re having!

18 comments:

De Tadamon! Montreal said...

Qui est le terroriste? Débat critique sur le Hezbollah.

Dans le cadre de l'événement Choc culturel 2007 à l'Université McGill
>MERCREDI 17 OCTOBRE à 18h30Édifice Leacock, salle 232Université McGill, 688rue Sherbrooke OuestMONTRÉAL (Canada)

http://tadamon.resist.ca/index.php/post/902

Événement public animé par Tadamon! Montréal et le Groupe de recherche pour l'intérêt public (GRIP) de l'Université McGill dans le contexte de la campagne de contestation de la définition du Hezbollah comme groupe « terroriste » au Canada.

Présentations de: ----> Bilal Elamine: Originaire du Sud-Liban, vivant actuellement à Beyrouth, l'ancien rédacteur en chef de la revue Left Turn, Bilal Elamine, brossera un tableau du rôle actuel et historique du Hezbollah au Liban dans une perspective progressiste. Dans le cadre de sa présentation, Bilal Elamine traitera des événements récents qui sont d'une importance cruciale pour l'histoire du Moyen-Orient; il parlera de l'attaque du Liban par Israël en 2006, de la grève générale et des manifestations d'opposants de 2007 dans le contexte du rôle du Hezbollah dans la société libanaise.
----> Brian Aboud: Présentera la campagne de Tadamon! qui conteste la définition du Hezbollah comme « organisation terroriste » au Canada. Aujourd'hui le Canada est l'un des trois seuls pays au monde qui définit le Hezbollah comme une organisation « terroriste ». Les deux autres sont Israël et les États-Unis.

Projection de film: ----> A Summer Not to Forget:Film de la cinéaste libanaise Carol Mansour. Par ses images puissantes et dérangeantes, le film raconte l'histoire d'une nouvelle guerre faite au Liban: 1 200 personnes tuées, 4 000 blessés, un million de personnes déplacées, 78 ponts détruits, 15 000 maisons endommagées, 15 000 tonnes de pétrole répandues sur 80 kilomètres de littoral méditerranéen, 57 massacres collectifs, et bien plus. La réalisatrice Carol Mansour nous transporte dans la dure réalité d'une nation dévastée par la guerre et d'un peuple en état de siège.

Tadamon! Montréal s'efforce actuellement de contester la définition du Hezbollah en tant qu'« organisation terroriste », dont le mobile est clairement politique. Cette action a les buts suivants : * Élargir l'espace pour débattre librement et favoriser l'implication dans les luttes pour la justice au Moyen Orient sans crainte d'être persécuté ou étiqueté négativement; * Rendre moins vulnérables les migrantes et les migrants soumis au profilage racial et à des mesures d'immigration injustes, soi-disant « sécuritaires »; * Dénoncer la diabolisation des personnes qui résistent aux politiques pro-américaines visant à établir un « nouveau Moyen-Orient »; * Contester l'appui inconditionnel du gouvernement canadien à l'agression israélienne... Tadamon!

Montréal:Contester la définition du Hezbollah comme groupe « terroriste » au Canadahttp://tadamon.resist.ca/index.php/campaigns/de-listing-hezbollah Renseignements: * Tadamon! Montréal:http://tadamon.resist.ca / tadamon[at]resist.ca / 514 664-1036 * Groupe de recherche pour l'intérêt public (GRIP), Université McGill514 398-7432 / qpirg[at]ssmu.mcgill.ca

Anonymous said...

La rage gronde en Afrique et au Moyen-Orient, le terrorisme menace le monde et il nous faut apprendre à vivre dans l'incertitude, mais non dans l'indifférence. Il n'y a rien de plus grave que de ne pas lever le petit doigt pour empêcher - et non seulement critiquer ou dénoncer - les massacres perpétrés quotidiennement partout au monde. En ne faisant rien ou en ignorant de faire quelque chose, nous signifions que l'humanité est notre dernière priorité, ou du moins, que certains humains comptent davantage que d'autres.

Selon Roméo Dallaire, "Quand 80 % de la population du globe vit dans le sang, la boue et la misère, je comprends mal que le 20 % qui reste continue de vouloir se rendre sur la planète Mars".

Moi de même...

G.

Samir H. said...

Avez-vous lu ce nouveau livre de Guillaume FAYE: « AVANT-GUERRE » « Chronique d'un cataclysme annoncé »?
Il y défend la thèse suivante: La Troisième Guerre mondiale va éclater de manière imminente. Ses formes seront radicalement nouvelles, "archéofuturistes".

Elle sera la plus violente, la plus impitoyable, la plus dévastatrice que l'humanité ait jamais connue. Elle n'opposera pas des Etats entre eux, mais sera un choc titanesque de civilisations, de religions et de races, au cœur duquel il y a la reprise mondiale du djihad islamiste et de sa troisième offensive historique contre l'Europe, mais aussi le risque d'un conflit majeur dans la zone pacifique.

Les attentats du 11 Septembre ont été l'élément déclencheur de cette guerre, tout comme l'assassinat de Sarajevo entraîna la Première Guerre mondiale.

L'Europe et la France se trouveront au centre de la ligne de front de ces conflits, dont les deux principales formes seront le terrorisme de masse et la razzia insurrectionnelle. Nous allons vivre simultanément une "guerre globalisée" et une guerre civile à forte connotation ethnique en Europe. Il faut nous attendre aussi à des actes de "giga-terrorisme", notamment nucléaire.

Face au formidable cyclone qui se lève, l'impréparation de la société occidentale est totale, analyse l' auteur: une classe politique aveugle ou indifférente; des intellectuels plus veules que jamais dans leur tour d' ivoire; une population autochtone émasculée et ahurie. Pourtant il ne faut pas désespérer: cette guerre totale qui se prépare et va embraser la planète sera non seulement un démenti cinglant au souhait américain de "fin de l'histoire" et de "nouvel ordre mondial" au XXI" siècle, mais l'unique moyen de refonder la civilisation européenne dans la douleur et d' opérer la reconquête de notre aire de civilisation.

Le Tribunal de l'Histoire prononcera bientôt son verdict...

----------------

Ouff....
Bien d'éléments de ce livre rappellent la vision de Samuel Huntington et celle des faiseurs de guerre!

Faysal A. Bentahar said...
This comment has been removed by the author.
Faysal A. Bentahar said...

Oui, Pamela, tout à fait, les faits s'acheminent vers une issue fatale, vers la seule issue que peut concevoir une dialectique de mort et de destruction. Peu à peu, tout se met en place pour le moment du clash, pour cette ultime spirale (Einstein: "Je ne sais pas s’il y aura la troisième guerre mondiale, en tout cas, si elle a lieu, il n'y en aura pas une quatrième"). Et tout cela ne trouve guère de résistance, la majorité des hommes étant affairés à gagner péniblement leur pain et à regarder en tant que spectateurs (aparemment non-concernés) le devenir meurtrier du monde.

"Mais comment survivre", tu te/nous demandes, comment "vivre et assurer une continuité sans idéaux et sans une multitude d'actions sur le terrain en vue de l'incarnation de ces idéaux? Dans cette perspective, on comprend bien qu'il ne suffit pas de se contenter de prédire la fin de l'humanité pour se réveiller de notre torpeur collective et pour agir". Agir... tu as tout à fait raison, mais comment agir ? Seule issue : commencer par soi, comme tu dis bien, un approfondissement d'une conscience de soi est tout à fait essentielle. Connais-toi toi-même (Socarates), la devise reste centrale.

Je ne sais si vous avez vu un chef-d'oeuvre du cinéaste français Alain Resnais, 'Mon Oncle d'Amérique. C'est un film à thèse sur les principes détérministes des comportements humains, avec la participation axiale du neuro-psychiatre Henri Laborit, dont les théories sont developpés.

Sans rentrer en détails (les livres de Laborit sont à la disposition de tous), le film s'acheve avec des images d'une ville ravagée par la guerre et avec ces paroles de Laborit: "On commence à comprendre par quel mécanisme, pourquoi et comment, à travers l’histoire et dans le présent se sont établi des échelles hiérarchiques de dominance. Pour aller sur la lune, on a besoin de connaître les lois de la gravitation. Quand on connaît ces lois de la gravitation, ça ne veut pas dire qu’on se libère de la gravitation. Ça veut dire qu’on les utilise pour faire autre chose.
Tant qu’on n’aura pas diffusé très largement à travers les hommes de cette planète la façon dont fonctionne leur cerveau, la
façon dont ils l’utilisent, tant qu’on ne leur aura pas dit que, jusqu’ici, ça a toujours été pour dominer l’autre, il y a peu de chances qu’il y ait quelque chose qui change."

Plus de temps à perdre, donc

Faysal A. Bentahar said...

Extrait de "La Colombe assassinée" (1983), de Henri Laborit

"La violence a changé progressivement de niveaux d’organisation pour s’exprimer. Alors que la violence interindividuelle a considérablement diminué, sous ses formes brutales du moins, sinon sous ses formes plus camouflées, alors que la violence à l’intérieur du groupe s’est de plus en plus verbalisée, et qu’il en est de même dans l’Etat, la violence entre les Etats s’est développée, le plus souvent d’ailleurs comme moyen interposé de lutte entre les blocs d’Etats. La plus grande efficacité des armes l’a rendue, sous cette forme, plus meurtrière, étendue du guerrier à toute la population, les blocs hésitant encore à s’affronter avec l’arme nucléaire.

On peut alors se demander pourquoi ce n’est pas la forme de violence entre les Etats dont on parle le plus. Tous les moyens de communication de masse, avides de sensationnel, s’empressent de diffuser l’annonce des meurtres, des attaques à main armée gangstériformes, des viols, des prises d’otages, en leur accordant plus de place et d’importance qu’aux tueries, aux génocides, aux tortures qui sont perpétrés par les Etats, en guerre ou non. Les Etats seuls ont le droit de tuer, ils ont seuls droit au crime. Il n’y a guère qu’Amnesty International qui s’en occupe, et Menahem Begin est, comme elle, prix Nobel de la Paix. Il est possible que ce gonflement d’un type de violence en régression ait pour but de créer l’angoisse individuelle, qui cherchera alors refuge et protection dans l’Etat, sa police et ses lois. Dans certains cas parfois, on se doute qu’une opposition politicienne cherche à utiliser cette angoisse pour contester l’efficacité répressive d’un pouvoir étatique qu’elle a perdu. Le bon citoyen, bien sous tous rapports, qui tient plus encore à ses biens qu’à sa vie, accepte que la justice mette sous la même étiquette de «crimes» les atteintes à la personne et aux biens; tuer quelqu’un qui vous vole est un acte généralement pardonné du fait de la légitime défense. Un monde de petits propriétaires et de libres entreprises ne peut susciter qu’une justice de supermarchés. Peut-être cependant permet-elle d’éviter pis encore.

Si l’on se souvient de ce que nous avons écrit au début de cet ouvrage concernant les systèmes ouverts et les systèmes fermés, concernant ce que nous avons dénommé l’information-structure et l’information circulante, on s’aperçoit que toute violence résulte de l’affrontement de deux informations-structures, de deux systèmes fermés sur le plan informationnel, tentant d’établir leur dominance nécessaire à la réalisation de leur approvisionnement énergétique et matériel, lui-même exigé par le maintien des structures. De même on conçoit que, pour que disparaisse cet affrontement, il faut que ces deux structures fermées s’ouvrent par leur englobement dans une autre structure commune, permettant de trouver une synergie d’ensemble à leurs finalités.

Comme l’individu dominant, la nation dominante se considère dénuée d’agressivité. Mais comme l’individu dominant, elle a tendance à étendre son information-structure, son style de vie, considérant que tout le monde j doit l’accepter, l’admirer et le partager. Toute structure socio-économique différente de la sienne constitue, pour une nation dominante, une structure plus ou moins «barbare» ou au contraire concurrente et dès lors ennemie, et puisque la sienne lui a permis d’accéder à la dominance, les autres doivent l’imiter et accepter son «leadership». Elle a aussi tendance à étendre son emprise économique et à considérer que tous les biens matériels du monde lui sont dus, puisque c’est elle qui sait le mieux les exploiter techniquement. En échange, elle fournit son amitié, sa protection et quelques broutilles à consommer, sans jamais y perdre, bien entendu. Ceux qui n’acceptent pas cette soumission sont des hérétiques, des «méchants» qui doivent être punis, car ils menacent la paix du monde dont elle est gardienne. Toute contestation, tout essai de dégagement économique ou structurel déclenchent de sa part des représailles économiques ou guerrières qui sont toujours justifiées car elles défendent une cause juste, en général celle de la liberté. La liberté ne peut se concevoir évidemment que dans l’acceptation de sa dominance. Il semble résulter de ce schéma qu’aucun progrès vers la paix ne peut être envisagé tant que la communication sociale aura pour but, d’une part, de maintenir à l’intérieur d’un groupe humain la structure hiérarchique de dominance en ne diffusant que les jugements de valeur favorables au maintien de cette structure et, d’autre part, de refuser J’inclusion de ce groupe humain dans un ensemble englobant, sans possibilité pour lui de dominance ou de soumission."

Autres titres trés intéréssants du même auteur:

Du soleil à l’homme (1963)
L’homme et la ville (1971)
La Nouvelle grille (1974)
Éloge de la fuite (1976)
Dieu ne joue pas aux dés (1987)

Pamela Chrabieh Badine said...

Merci Faysal pour tes interventions. Je m'excuse de n'avoir répondu plus tôt, mais j'ai accouché il y a une semaine (le 20 octobre 2007). Notre fille à Nicolas et moi est nommée JANA. Je suis présentement en période de convalescence, donc je me remettrai à écrire d'ici quelques temps. Merci encore pour la patience de mes lecteurs et lectrices. A très bientôt !

Faysal A. Bentahar said...

Oh que c'est beau !!!
Une naissance, une vie... JANA
Je félicite ces deux parents, Nicolas et Pamela, qui apparement ne savent croire que en une seule chose : LA VIE
J'éspère que l'accouchement s'est bien passé pour toi Pamela, reposes-toi bien, entoutré de ta famille (j'imagine leurs joie)
Je suis trés ému. Bonne baraka à tous et que l'amour protège les pas de Jana
Salamat
F

Marchello said...

BRAVO Pamela Félicitation! J'espère qu'on aura droit à une photo. Jana, j'imagine que c'est comme Jeanne ou alors une signification bien spéciale....

From Nahwa al-Muwatiniya said...

Nahwa al Muwatiniya is pleased to invite you to join its Hiwar session on:

Is there any solution to salvage the Lebanese State?

Too many chiefs and not a single Indian: that's the state of the Lebanese union (or disunion) today. The Ta'ef Accord hasn't delivered the desired remedies for Lebanon's political ills. According to Mr. Abdo Saad of the Beirut Center for Research and Information, the State had effectively ceded some of its control to the benefit of the political elite from the various sectarian groups, rather than the other way around to benefit the State and its citizens.

Mr. Saad, a leading expert on electoral laws, proposes a solution to salvage the Lebanese State based on research and surveys he conducts at BCRI. In summary, he advocates the following four steps, which may be considered a departure from the main stipulations of the Ta'ef Accord, yet in line with the Accord's spirit of corrective provisions to improve governance:

1) Concentration of executive power within the office of the "Maronite" presidency.

2) Direct presidential elections by the people.

3) Abolition of sectarianism in the administration.

4) Empowerment of the Judicial branch in the government.

This Monday Na-aM lil Hiwar promises a very challenging discussion. Mr. Saad will give a detailed presentation of his proposal for governance that should concern every citizen. We are anxious to participate in the debate; will you join us?



Date & Time: Monday 5 November, 2007 at 8:30pm

Place: Tonga- Hamra- Sourati Street, close to Evergreen (For directions please call: 03-562478 or 01354466)

Pamela Chrabieh Badine said...

Merci Faysal et Marchello, de tout coeur!

Jana est tirée de l'expression en arabe "Jana al-'omr" qui veut dire "ce qui est produit dans la vie" (dans le sens des richesses produites).

From Nahwa al-Muwatiniya said...

Nahwa al Muwatiniya is pleased to invite you to join its Hiwar session on:

Cycling Against Mines

"FROM LAKE GENEVA TO THE DEAD SEA:
ARMIN KÖHLI'S NEW CYCLING CHALLENGE"

Armin Köhli is 38 years old. He works as Foreign Editor of the weekly magazine "WOZ" in Zurich. Both his lower limbs are amputated. He already enjoyed success at the following handicapped sport events:



ü Road and Time-Trial Swiss Championship, from 1997 - 2003: Gold (twice), Silver (five times) and Bronze (twice)

ü European championships 1999 Blois: Bronze medal in the road race, twice fourth, once fifth

ü Para-Olympics 2000 Sydney: 5th place in the road race

ü Victory in the race in Vassivière (F), Mably (F), Mulhouse, Frankfurt a.M.

Armin is now cycling for a cause, and is saying �NO, to Landmines�. His trip is taking him to Lebanon for three days.

This Monday he will be speaking in Tonga to discuss his cause and the motives behind doing what he is doing!

Date & Time: Monday 12 November, 2007 at 8:30pm

Place: Tonga- Hamra- Sourati Street, close to Evergreen (For directions please call: 03-562478 or 01354466)

From Tadamon! Montreal said...

français ci-dessous: As part of global actions against borders... No Border Camp: MontrealAt the Laval Immigration Detention Center. November 10th and 11th ------------------------------>SATURDAY, NOVEMBER 10thCabot Square, Metro Atwater11am: Free Community Lunch1pm: Buses Leave for the Laval Detention Center------------------------------> http://tadamon.resist.ca/index.php/post/971 To reserve a spot on the bus: nobordersmontreal@no-log.org On November 10th and 11th, immigrants, migrants, refugees, and allies will be gathering in front of the Laval Immigration Detention Center (officially named "Centre de prévention de l'immigration") to stand in solidarity with all those detained as a result of a racist and exploitive immigration system. The Laval Detention Center is a prison where at any one time there can be upwards of 100 immigrants held, including families with children. These walls unjustly seperate families and destroy lives. They are part of a world apartheid system that controls movement and displaces entire communities. The camp is the creation of an autonomous space where we will be holding workshops and engaging in collective discussions in order to contribute to movements fighting for dignity and justice. As we camp in front of the walls of the Laval Detention Center we are also standing in solidarity with struggles against similar walls; from the US-Mexico border to Palestine. Our organizing is rooted in support and solidarity with Indigenous struggles. We recognize that Turtle Island (the lands we know as Quebec, Canada and the US) is stolen land. As a part of a global movement against borders and for self-determination, we are demanding: * An end to detentions,* An end to racism and xenophobia,* Freedom of movement and Status for All! The Montreal No Border Camp is taking place in the context of actions against the US-Mexico border. November 9th is also the International Day against the Apartheid Wall. ---> How to get to Centre de prévention de l'immigration in Laval(200 Montée St-François, Laval): If your taking the Bus/Metro: Take orange line to Cartier metro. Then takebus 28 (direction; Sainte-Vincent-de-Paul). This bus passes directlyinfront of the detention center. For bus schedule visit:http://www.stl.laval.qc.ca/pa1/circuits/28Ea.shtm If your driving: Take Papineau north, cross the Papineau-Labelle bridge. At this point you will find yourself on Hyw 19 north, take the exit for Hyw 440 east, stay on the service road and exit Monteé St-François, turn right onto Monteé St-Francois and continue until 200 Monteé St-François. ---> What to bring with you (remember that its going to be Cold!): - Sleeping bag(s), blankets(if you have extra blankets and can bring them, please do so)- Tent- Rain Jacket- Lots of extra clothing, including sweaters and socks- Toque, scarf and mittens- Thermos (fill it with a hot drink before you come)- Bowl, spoon and cup- Drums and noise-makers ---> For More Information:call: 514-848-7583e-mail: nobordersmontreal@no-log.org * An initiative of: Peoples' Global Action, Montreal.Ici la Otra,Solidarity Across Borders.Projet Accompagnement Solidarité Colombie.No One Is Illegal, Montreal.Block the Empire, Montreal. * Endorsed by: Coalition Justice for Adil Charkoui.Immigrant Workers Center.Tadamon! Montreal.Northeastern Federation of Anarchist-Communists (NEFAC).Les Apartides Anonymes.

De Tadamon! Montreal said...

Dans le cadre d'actions internationales contre les frontières... Campement contre les frontières, MontréalAu centre de détention pour immigrantEs de Laval -------------------------------->SAMEDI le 10 NOVEMBRERassemblement au Square CabotMetro Atwater11 heures : soupe populaire13 heures : départ en autobus vers le centre de détention--------------------------------> Pour réserver une place dans l'autobus, écrivez à:nobordersmontreal@no-log.org http://tadamon.resist.ca/index.php/post/971 Les 10 et 11 novembre prochain, des immigrants, des migrants, des réfugié-es et leurs allié-es se rassembleront devant le Centre de détention pour immigrantEs à Laval (connu officiellement sous le nom du Centre de prévention de l'immigration) pour agir en solidarité avec toutes les personnes détenues à cause d'un système d'immigration injuste et raciste. Le Centre de détention de Laval est une prison dans laquelle peuvent être détenus jusqu'à 100 immigrantEs à la fois, y compris des familles et des enfants. Les murs de cette prison brisent des familles et détruisent des vies. Ce sont des murs qui font partie intégrante d'un système global d'apartheid, basé sur le contrôle des populations et le déplacement forcé de communautés entières. Le Campement contre les frontières se veut un espace autonome de partage, d'ateliers et de discussions collectives, dans le but de contribuer aux mouvements qui luttent pour la justice et la dignité. Les 10 et 11 novembre prochain, alors que nous camperons devant les murs du Centre de détention de Laval, nous agirons aussi en solidarité avec des combats de partout contre des murs semblables, de la frontière Mexique-USA jusqu'au mur en Palestine. Notre travail se veut en solidarité avec les luttes des communautés autochtones. Nous reconnaissons que le Québec, le Canada et les États-Unis sont des pays dont l'histoire est basée sur le vol des terres autochtones. Dans le cadre d'un mouvement global contre les frontières, nos revendications sont les suivantes: * La fin des détentions;* La libre circulation pour tous et toutes;* Non au racisme et à la xénophobie;* Un statut pour toutes et tous! Le Campement contre les frontières, Montréal a lieu dans le contexte d'actions contre la frontière Mexique-USA. Le 9 novembre 2007 marque aussi la Journée internationale contre le Mur de l'Apartheid. ---> Pour se Rendre au Centre de Prévention de L'Immigration à Laval (200 Montée Saint-François à Laval): Si vous prenez l'autobus ou le métro: prenez la ligne orange jusqu'à lastation de métro Cartier. Prenez ensuite l'autobus 28 en directionSt-Vincent-de-Paul. Cet autobus passe devant le Centre de détention. Pour un horaire, visitez le site:http://www.stl.laval.qc.ca/pa1/circuits/28E.shtm Si vous êtes en auto (à partir du centre-ville de Montréal) : prenez la rue Papineau vers le nord, traversez le pont Papineau-Labelle. Vous serez alors sur l'autoroute 19 nord. Prendre la sortie pour accéder à la 440 Est, demeurez sur la voie de service et prenez la sortie Montée Saint-François. Tournez à droite sur la Montée Saint-François et continuez jusqu'au 200 Montée Saint-François. ---> À Amener avec vous (il va faire froid!): - sac(s) de couchage, couvertures(les couvertures supplémentaires sont les bienvenues)- une tente- manteau imperméable- tuque, mitaines et foulard- thermos (préparez une boisson chaude avant de partir)- bol, cuiller et tasse- tambours, crécelles, choses pour faire du bruit... ---> Pour Plus D'Information:tél.: 514 848 7583courriel : nobordersmontreal@no-log.org * Le Campement contre les frontières est une initiative du: Réseau de l'Action mondiale des peuples (AMP), MontréalIci la Otra.Solidarité sans frontières.PASC: le Projet accompagnement solidarité Colombie (PASC)Personne n'est illégal, Montréal.Bloquez l'empire. * Le campement contre les frontières est endossé par les groupes suivants: La Coalition Justice pour Adil Charkaoui.NEFAC: Fédération des communistes libertaires du Nord-Est.Centre des travailleurs et des travailleuses immigrant-es (CTI).Tadamon! Montreal.Les Apartrides Anonymes.

Anonymous said...

Croisons-nous les doigts Pamela pour les prochaines élections présidentielles au Liban, reportées finalement pour le 23 novembre. Nous craignons que d'ici là il y ait du grabuge, ou alors par la suite un conflit interne, mais personnellement, je reste positif.
Et Mabrouk pour Jana!
G.

De Tadamon! Montreal said...

Projet d'éducation populaire Montréal/Moyen-Orient.* Novembre 2007. Tadamon!, FNEEQ et l'ASSE presentent... http://tadamon.resist.ca/index.php/post/986 Une initiative d'éducation populaire issue des luttes sociales contre le racisme, la guerre et l'occupation, du Moyen-Orient à Montréal. * Mercredi le 14 novembre, à 10 heures, à l'UQÀMDans le cadre des activités de l'Université populaireà Montréal (UPAM) et de la grève étudiante.Au local J-1120 (pavillon Judith-Jasmin). * Mardi le 20 novembre à 12h30, au Collège de Maisonneuve.Une présentation du Comité de mobilisation de la Société générale desétudiants et des étudiantes du Collège de Maisonneuve (SOGÉÉCOM). * Mardi le 20 novembre à 12h30, au Collège MarianopolisPrésentation du Département "Third World Studies" du Collège Marianopolis. * Mardi le 27 novembre à 11 heures, au Cégep de Saint-LaurentUne présentation du Comité de mobilisation de l'Associationétudiante du Cégep de Saint-Laurent (AÉCSL). * Mercredi le 28 novembre à midi, au Collège Marie-Victorin.Une présentation du Comité de mobilisation du Syndicatétudiant du Collège de Marie-Victorin (SECMV). * Mercredi le 5 décembre à 12h30, au Cégep de Sherbrooke.Une présentation du Comité de mobilisation de l'Associationétudiante du Cégep de Sherbrooke (AÉCS). La soi-disant "guerre au terrorisme" affecte des régions entières du Moyen-Orient et le gouvernement canadien y joue un rôle important tant au niveau politique qu'au niveau militaire. Cette initiative vise donc à accroître la connaissance du rôle qu'a le Canada au Moyen-Orient. Ces ateliers, qui s'inscrivent en solidarité avec les luttes actuelles du mouvement étudiant québécois, ont également pour but de développer des stratégies de résistance face à la guerre et au racisme, ici et ailleurs. Le gouvernement canadien appuie ouvertement les politiques d'occupation et autres mesures coloniales mise de l'avant par l'État israélien en Palestine. En 2006, le gouvernement Conservateur a signifié son appui sans faille à l'offensive israélienne contre le Liban (dans laquelle de nombreux Canadien-nes sont mort-es), en affirmant qu'il s'agissait d'une "réponse mesurée". Dans le contexte actuel du Moyen-Orient, le Canada est loin d'être neutre. Tadamon! Montréal, l'Association pour une solidarité syndicale étudiante (ASSÉ) et la Fédération nationale des enseignants et des enseignantes du Québec (FNEEQ), avec l'appui du Groupe de recherche en intérêt public du Québec (GRIP) organisent pour novembre 2007 une série d'ateliers portant sur l'implication du Canada au Moyen-Orient. Le mois de novembre 2007 marque également le 60ème anniversaire du partage de la Palestine, moment charnière dans l'histoire de la dépossession du peuple palestinien, qui continue aujourd'hui encore. Ces ateliers visent à décortiquer les raisons politiques, économiques et militaires derrière la participation du Canada à la «guerre au terrorisme», tout en construisant dans les milieux étudiants une solidarité avec les luttes populaires et anti-coloniales au Moyen-Orient, luttes que l'État canadien contribue à faire taire. L'appui du Canada aux politiques d'apartheid de l'État israélien, son endossement de l'offensive israélienne contre le Liban en 2006, sa complicité tacite avec l'occupation de l'Irak ainsi que son rôle militaire majeur en Afghanistan placent le gouvernement canadien au premières lignes d'une guerre internationale qui attaque de plein fouet le droit à l'autodétermination des peuples du Moyen-Orient. * Les points centraux de ce projet d'éducation populaire sont les suivants... 1. Présentation d'un-e membre de l'Association pour une solidarité syndicale étudiante (ASSÉ) à propos du rôle du mouvement étudiant québécois dans le contexte des luttes de solidarité internationale, en particulier la lutte contre l'Apartheid israélien et pour l'autodétermination du peuple palestinien. 2. Illustrer des exemples actuels ou passés de la complicité canadienne vis-à-vis le colonialisme au Moyen-Orient, comme l'appui du Canada à la création d'Israël en 1948 et celui à l'attaque de 2006 contre le Liban. Faire des liens entre ces réalités et le fait que le Canada est un pays colonial, établi sur des terres volées aux Autochtones. 3. Décrire les réalités de l'Apartheid israélien et ses impacts sur la population du Liban et de la Palestine. Établir des parallèles entre l'histoire de l'Apartheid sud-africain et l'idéologie néolibérale dominante, qui creuse un fossé entre la majorité de la richesse mondiale et la majorité de la population mondiale, à travers un système que l'on peut qualifier d'apartheid global... 4. Présenter deux campagnes actuelles visant à créer des liens de solidarité avec des luttes anti-coloniales au Moyen-Orient, soit (1) la campagne pour un boycott de l'État israélien et (2) la campagne pour contester le fait que le Hezbollah, en tant que groupe politique libanais, figure sur la liste des entités terroristes du gouvernement canadien. Pour plus d'information, voir ci-dessous: * Tadamon! Retrait du Hezbollah de la listehttp://tadamon.resist.ca/index.php/campaigns/de-listing-hezbollah/lang-pref/fr/ * Tadamon! Boycott, désinvestissement et sanctions contre Israël http://tadamon.resist.ca/index.php/campaigns/boycott-divestment-and-sanctions-against-israeli-apartheid Tadamon! Montréal:514 664 1036 / tadamon[at]resist.ca / tadamon.resist.ca

Du REMO (Univ. de Montreal) said...

Conférence
Religion en politique : rabbins à la défense des droits des Palestiniens
lundi 19 novembre 16h00




Conférence publique

Religion in Politics : Rabbis for the Palestinians’ Human Rights

Le Centre d’études des religions de l’Université de Montréal et le Réseau des études sur le Moyen-Orient invitent :

Le rabbin Arik W Ascherman, directeur général de Rabbis for Human Rights, Jerusalem.


Diplomé de l’Université Harvard et du Hebrew Union College, il occupe le poste de rabbin à la société Hillel en Californie avant de s’établir en Israël. Il est impliqué dans l’organisme Rabbis for Human Rights depuis 1995.

La conférence sera donnée en anglais.

Le 19 novembre, 16h00
Pavillon Claire McNicoll
Salle Z240
2900 Chemin de la Tour

Pour toute information, s’adresser à coordination-cerum@umontreal.ca

Faysal A. Bentahar said...

Vidéo De Poche & L'Yeux Ouverts

ont le plaisir de vous convier à la

Première Mondiale du film documentaire :

après la guerre
c’est toujours la guerre

réalisé par Samir Abdallah - 90 mn. novembre 2007

lundi 26 novembre 2007 à 20h30

au Cinéma les 3 Luxembourg
67, rue Monsieur le Prince 75006 Paris
M° Luxembourg ou Odéon

dans le cadre du festival
Proche-Orient : que peut le cinéma?
www.quepeutlecinema.org

Merci de confirmer votre présence
en appelant au 06 80 63 39 65

avec le soutien de la Région Ile-de-France
Wide Shot Productions (Liban)
Cinesoumoud

après la guerre
c'est toujours la guerre

un film documentaire de Samir Abdallah (90 mn)

Un carnet de route tourné au Liban pendant et après la guerre de 33 jours de l'été 2006.
Parti pour Beyrouth avec une délégation internationale de solidarité, le réalisateur rejoint ses amis journalistes libanais qui vont lancer un nouveau journal, Al Akhbar (Les Nouvelles) pendant le siège israélien du pays.
Après le cessez le feu, il descend avec eux dans le sud pour une enquête sur les bombes à sous-munitions qu'Israël a larguées par millions dans les derniers jours de la guerre.
Au-delà des destructions et des odeurs de la mort, et même si “après la guerre c’est toujours la guerre”,
ce qui frappe le visiteur, c’est avant tout, la formidable énergie de vie d’un peuple debout et fier.

Production Vidéo De Poche/L'Yeux Ouverts, 2007

avec le soutien de la Région Ile-de-France
Wide Shot Productions (Liban)
Cinesoumoud

Contact :
frontieres@hotmail.com
Tel: 06 80 63 39 65