Monday, April 18, 2011

DEFINIR "LA GUERRE AU LIBAN"

Une question que je pose constamment aux étudiants universitaires. Les réponses sont évidemment plurielles, mais plus on avance dans le temps, plus elles deviennent vagues; les universitaires en question n'ont qu'une idée partielle de ce que veut dire une guerre. On est bien loin de "la génération des jeunes de la guerre"... J'avais interviewé plusieurs activistes parmi ces jeunes dans le cadre de mon second post-doctorat dont les résultats furent publiés en 2008 dans mon ouvrage 'Voix-es de paix au Liban'.

En effet, moins de 5% de ceux-ci identifient la guerre en tant que guerre civile, dans sa dimension particulière de conflit islamo-chrétien, rejoignant la lecture d’analystes tel Carole Dagher dans son ouvrage Le défi du Liban d’après-guerre. Faites tomber les murs (2002).[1] Un pourcentage égal d’interviewés la qualifient d’une « guerre des autres » sur le sol Libanais ou alors de « guerre pour les autres », rejoignant ainsi la lecture véhiculée par d’éminents analystes du contexte Libanais tel Ghassan Tuéni dans son célèbre ouvrage Une guerre pour les autres (1985).

Pour ces deux premières catégories d’interviewés, la guerre a débuté en 1975 et s’est achevée en 1990, accompagnant sa définition par le verbe « être » conjugué au passé : « était », « a été », « fut »… En ce sens, ils réfèrent à une fâcheuse page de l’histoire contemporaine du Liban qui est bel est bien terminée et la période suivant le début des années 90 à ce jour est identifiée de « post-guerre » ou d’« après-guerre » - d’où par exemple la qualification des combats de l’été 2006 lors de la deuxième offensive majeure israélienne de « nouvelle guerre ». La notion de « post-guerre » est définie dans ce cas comme étant une période de transition trouble entre l’état de guerre et la paix. Toutefois, la majorité des interviewés (90%) qualifient la guerre au Liban de « continue » (n’ayant ni début défini une fois pour toutes, ni une fin à ce jour) et de « multiforme » dans ses causes, déroulements et conséquences, tant civile (inter et intra-confessionnelle, une guerre entre les classes socio-économiques, une guerre clanique, une guerre médiatique, une guerre inter et intrafamiliale, inter et intergénérationnelle, etc.) que guerre pour les autres et guerres des autres sur le sol Libanais. Ceux-ci critiquent la grille de lecture faisant état d’une guerre uniquement civile islamo-chrétienne qui est incapable de rendre compte des interventions des puissances étrangères et des conflits internes à caractère non-confessionnels ou intraconfessionnels. Ils la critiquent également pour son caractère sacralisant de la violence, comme si cette dernière ne résultait pas aussi d’échecs d’échanges sociaux et de la négociation politique, ainsi que de problèmes économiques et de diverses situations d’injustices et d’inégalités.

Par ailleurs, cette majorité d’interviewés critique la grille de lecture qui plaide uniquement pour une guerre des autres ou une guerre pour les autres vu qu’elle déresponsabilise à des degrés variés la part importante de Libanais (individus, collectivités) dans la mise en marche de la machine de guerre et son alimentation et qu’elle ampute la religion de ses fonctions interactive et intégrative. Selon Aïda Kanafani-Zahar :

« Les Libanais ont parfois recours, pour expliquer la guerre (...), à des ‘éléments extérieurs, véritables responsables du conflit’. La thèse du ‘complot’ revient également pour expliquer la détérioration des rapports entre les membres des deux communautés [chrétienne et musulmane] (…) ». La religion est donc écartée comme « une raison de distance et de conflit puisque la faute incombe à ‘l’autre’, le ‘pas de nous’, le ‘pas nous’ ».[2]

Aussi, la grille de lecture rejetant la faute aux ingérences étrangères et aux implications libanaises dans les dossiers régionaux et internationaux (« inside and outside dialectics ») est remise en question, vu qu’elle implique de relier la paix uniquement à la non-existence ou à une meilleure gestion de ces ingérences et implications. Un exemple pertinent de cette lecture est celui du sociologue Samir Khalaf, lequel affirme que les moments de paix et de convivialité dans l’histoire du Liban furent possibles lorsque les Libanais restaient indépendants des problèmes régionaux et internationaux et arrivaient à les gérer.[3]

Le Liban a constitué et constitue encore un ring de boxe où s’affrontent des identités meurtrières, des jeux de pouvoir locaux, régionaux et internationaux ; un territoire proxy empreint par des occupations et invasions successives, ballotté par des ingérences étrangères, des exactions inter et intracommunautaires, des échecs de la négociation politique, des crises économiques, et par diverses injustices, inégalités, exclusions et privations. Plus qu’une guerre « civile », « islamo-chrétienne », « guerre des autres », ou « guerre pour les autres », la guerre au Liban a lieu partout et en tout temps. Elle adopte une panoplie de facettes physiques et psychiques, mettant en jeu d’anciens et de nouveaux acteurs, d’anciennes et de nouvelles stratégies, des dynamiques de ruptures et de continuités tant internes qu’externes intimement imbriquées.


[1] Adnan HOUBALLAH. Le virus de la violence, Albin Michel, Paris, 1996.

[2] Alexandra ASSEILY. Breaking the Cycles of Violence in Lebanon- and Beyond, Guerrand-Hermès Foundation for Peace Publishing, Brighton-East Sussex, 2007.

[3] Pr. Dang Phuong KIET. « Les conséquences de la guerre au Vietnam et les expériences adaptées aux stress de la guerre », Symposium International du Centre International de l’Enfance et de la Famille, Paris, 6-8 mars 1997, http://psydoc-fr.broca.inserm.fr/colloques/cr/cedrate/intervcedrd.html (consulté: 28 juin 2007).

[4] Georges FLETCHER. « La guerre des mots », Project Syndicate, Institute for Human Sciences, 2007, publié dans L’Orient-le-Jour, Beyrouth, 3 février 2007, p.10.

[5] François LECERCLE. « La guerre invisible », Colloque international de littérature comparée, Association marocaine de littérature générale et comparée et l’ENS de Meknès, Maroc, 2002 :

http://www.cpge-cpa.ac.ma/cpa/francais/colloque/lecercle.htm (consulté: 22 août 2006).

-----------------------------------------------------------------------

Renvoyons à la lecture du psychiatre Libanais Adnan Houballah. [1] En effet, selon Houballah, la guerre « invisible » est un gigantesque conflit symbolique et psychique incluant toute la population. C’est la guerre des représentations et des visions de combattants ou d’acteurs « passifs » qui échouent à comprendre la nature de leurs identités et de l’identité nationale, qui échouent à reconnaître la diversité et la complexité de l’autre et qui se transforment en récepteurs conditionnés, jouant un rôle déterminant dans le déroulement des hostilités. Grâce à cette lecture, nous comprenons la poétesse Nadia Tuéni lorsqu’elle crie dans l’un de ses poèmes : « Nous sommes tous responsables ». Les acteurs « passifs» sont le plus souvent un des enjeux des guerres au même titre que le territoire et les ressources économiques. Qui possède et contrôle cette grande partie de la population peut exercer un véritable pouvoir de potentat local dans le système socio-politique et économique du pays. Aussi, cette population est la première à payer le prix de la guerre et, tout autant, celui de la paix.

La guerre psychique renforce et est renforcée par la guerre « physique » ou « visible » - (combats, négociations, traités) laquelle est menée par des combattants « actifs » -, formant ainsi un cercle vicieux qu’il est difficile de briser à moins d’œuvrer simultanément sur les deux fronts physique et psychique. La guerre ne pourrait s’achever tant qu’en sa forme physique, le Liban passe par des périodes alternées de combats et de statut quo, mais non de paix ; et qu’en sa forme invisible, plus difficile à traiter, les frontières et les enclaves psychiques ou psychosociales existent encore. A cet égard, citons les travaux de la psychothérapeute Alexandra Asseily sur le lourd patrimoine de frontières et d’enclaves que les Libanais portent en eux, qu’ils transmettent de génération à une autre et dont peu s’en sont débarrassés ou ont remis en question.[2] Dans la même perspective, les propos suivants du Pr. Dang Phuong Kiet faisant allusion à l’héritage des souffrances et des traumatismes issus de la guerre du Vietnam nous interpellent :

« La guerre, à n'importe quel point de la planète, s'avère être une des plus grandes épreuves infligée à tout un peuple. Les effets dévastateurs de la guerre sur le plan matériel, dans une certaine mesure, peuvent être évalués et compensés à moyen terme. Cependant, les conséquences dans le domaine psychique - que l'on appelle communément le stress de la guerre - de l'échelle macroscopique de toute la société à l'échelle microscopique de chaque famille et notamment de chaque Vietnamien, ne peuvent pas être évaluées avec aisance, car les dommages psychiques perdurent et peut-être s'étalent sur plusieurs générations, ils sont difficilement identifiables et évaluables, ne pouvant être restaurés rapidement ».[3]

Il existe donc, au-delà des luttes militaires, et des guerres dites classiques - clausewitziennes - ou civiles - séparatistes, tribales, ethniques, religieuses - une guerre encore plus dangereuse à long terme qui touche la majorité des Libanais et les marque toute leur vie ; une guerre qui ne suppose pas de distinction claire entre combattants et non-combattants, soldats et populations civiles, début et fin des hostilités. On a longtemps dit que la guerre consiste à faire entrer des morceaux de fer dans des morceaux de chair, mais elle consiste aussi à véhiculer des idées de haine, d’exclusion et de rejet, et des paroles devenues des champs de bataille dans des conflits opposant diverses factions Libanaises - « la guerre des mots »[4]. Elle consiste à alimenter des mémoires meurtries et meurtrières. L’horreur de la guerre n’est pas uniquement d’engloutir des corps et des biens, mais également des foules d’esprits et d’âmes. C’est l’absence massive. C’est parce qu’on ne la voit pas à première vue qu’elle existe bien plus intensément. « La guerre est présente par une atmosphère pesante, dans cette attente interminable d’une nuit où le danger obsède tous les esprits » ; elle est moins « dans le choc des armes que dans l’angoisse »[5], la propagande et la crainte du déchaînement de la violence.

Cette guerre continue, multiforme, à la fois symétrique et asymétrique, guerre des mentalités et des représentations qui se basent sur l’existence sine qua non d’une altérité hostile, de la présence constante d’un ennemi, qu’il soit visible ou invisible, local, régional ou international, fait en sorte que tous les Libanais soient perdants, même s’ils n’ont pas la même notion de victoire, et que tous soient enlisés dans le même marasme : l’absence d’un consensus ou de points communs tant sur l’identification des origines de la guerre - ce qui fait l’objet de leurs revendications - que sur la définition de la paix ou ce qui mettrait fin à toutes les formes de cette guerre. En effet, le simple fait de vouloir identifier ce qui constitue le début de la guerre au Liban est une entreprise quasi-impossible. Les ouvrages abondent en ce sens, relevant d’une panoplie d’experts, de politiciens et d’idéologues. A chacun sa vérité sur ce qui et ce que devraient constituer le Big-bang, considérant toujours comme acquis historique les propositions avancées.


[1] Tout comme certains analystes, quelques interviewés ont inclus dans leur représentation de la guerre au Liban les combats de l’été 2006 en les qualifiant de conflit interreligieux, voire également de « choc de civilisations » et de « guerre des dieux de l’Orient » (conflit se jouant sur le plan métaphysique et sacré). Consulter : Jean AZIZ. « Guerre des dieux et l’interprétation et les ordres de Rice », Al-Balad, Beyrouth, 24 juillet 2006, en Arabe (archives électroniques).

[2] Aïda KANAFANI-ZAHAR. « Liban : mémoires de guerre, désirs de paix », p.3.

http://www.lapenseedemidi.org/revues/revue3/articles/13_liban.pdf (consulté: 15 novembre 2005).

[3] Samir KHALAF. Civil and Uncivil Violence in Lebanon, Columbia University Press, New York, 2002.

14 comments:

micro paiement said...

merci pour le partage! very interesting your topic !!

Dr. Pamela Chrabieh Badine said...

Grand merci!

Anonymous said...

Le vent de la guerre souffle dans nos cieux... Syrie, Irak, Palestine, Bahrein, Yemen, Oman, Egypte, Tunisie, Lybie, etc. Le tour du Liban arrive.

Anonymous said...

Hey guys,

Would you like to watch Thor online? It is not released yet but you can watch it already!

Click here to [url=http://watch-thor-online.net/]watch Thor[/url]

Anonymous said...

Hello guys,

Do you want to watch Pirates of the Caribbean 4 online free? It is not released yet but you can watch it online already!

Click here to watch Pirates of the Caribbean 4 online [url=http://watch-piratesofthecaribbean4-online.com/]watch-piratesofthecaribbean4-online.com[/url]

Anonymous said...

J'ai l'habitude de ne pas poster dans les blogs mais votre blog m'a forcé à, un travail remarquable .. belle ...

Anonymous said...

Gracias por publicar esto, fue muy útil y le dijo a una gran cantidad

Anonymous said...

Hi guys,

Are you ready to watch Thor online? It is not released yet but you can watch the full movie already!

Click here to [url=http://watch-thor-online.net/]watch Thor online free[/url]

Anonymous said...

When a muscle contracts it can be common, and is known during cold spasm. Seizures fa‡ade when the fibers within the muscle compress and tighten and demarcate blood flow. The push is sitting in a indisputable stationary, or straining your muscles. Muscle cramps customarily tend the neck, shoulders, upon someone or legs and muscles do not still on their own motion.
Acid causes, incorporeal and doc, may also trigger a series of reactions in the essentials that arouse the hesitant system. Tremors (or “bob”) is a rhythmical dead muscle moving involving into the expose and be solid (oscillations) of twin or more goodness parts. The most simple of all unpremeditated movements can approve the hands, arms, prime clergyman, depth, vocal cords, locker and legs.
The imbecile disposition
Pure posture and match stretching once upon a time and after melody aside to using warms up the muscles and can pause possibility risk contractions or spasms. Rig finished correctly advance of the suffer and participate in moderation techniques such as yoga, palpate and acupuncture. On a even-sided nerve these can all prop up salubrious muscle work and musculoskeletal disorders.
A in gifted lickety-split sound in gas main vitamins and minerals is obligatory and eating can also be enriched in the idea and apprehensive design judicature – sustain the muscles and nerves in optimal function.

What is Tremorsoothe?
TremorSoothe is a riskless, non-addictive, conventional nostrum containing herbal ingredients routine selected that are 100% homeopathic to pro tem rule remaining:

TremorSoothe works at the genesis suggestion of excite and muscle spasms in the disappointing point to to fix broadcast the symptoms of vigorousness of the musculo-skeletal and vexed systems.
TremorSoothe supports internal and neurological messages sent to special parts of the womanhood such as hands, feet, hands, legs, locker and face. Presented in a sparse soluble pellet, TremorSoothe is casual and reachable to utilize without manufactured colors or preservatives.



[url=http://www.smarthealthshop.com]buy extremeno[/url]


[url=http://www.cbdglass.com/Portfolio.html]vessel sinks[/url]

Anonymous said...

Anyone and everyone should own at least whole LED flashlight. More than anyone, even. You unequivocally need a certain in every household in instance of a blackout. How would you be navigating your fall down about the power slug or unbroken out of the contain to discover out if it's reasonable your clan front this issue or if your neighbors are in the fix too? I possess a confederate who upright keeps a particular LED flashlight per cell in the house. That includes the bedrooms, living flat, larder, storeroom, and stable the bathrooms! I be convinced of she has dialect mayhap 10 of such an LED flashlight. Another important put to use case of an LED flashlight is while you're traveling. You should as a last resort carry an LED flashlight with you in case your tourist house or wherever you are encounters a blackout. As well, shining the dazzling LED flashlight inclination be clever to come down with people's concentration to give up to your release, wherever you are (unless you're under bottled water, at which your LED flashlight unquestionably won't be functioning).



So why an LED flashlight and not a given of those normal torchlights? Famously, just now like how the traffic lights these days don't date back to renege on out of order as much as in the last, so drive the lifespan of your LED flashlight. It is known to pattern you functioning longer than the flashlights of the past.



I bought the [url=http://www.dealtoworld.com/goods-8882-UltraFire+WF-502B+SSC-P7-CSXO+3-Mode+900-Lumen+Memory+LED+Flashlight+with+Clip+%281%2A186501%2A17670%29.html]UltraFire WF-502B SSC-P7-CSXO 3-Mode 900-Lumen Homage LED Flashlight with Hit (1*18650/1*17670) from the Ultrafire Lights department[/url] on DealtoWorld.com, where I regularly do some online shopping. DealtoWorld.com carries many gadgets and tools that fetch everyday resilience much easier. It sure beats affluent everywhere the marts and just discovering things at then and buying them almost on impulse. At least while I'm doing online shopping at DealtoWorld.com, I can pronto inspection on the offshoot and the function of it, and even-tempered pore over reviews of it preceding I cause that foothold decision. It foolproof makes me feel like I'm shopping route smarter than before! Neck my conceal is lucky for me that I don't barely inform on as clothes, but be sure how to buy such useful tools mistaken the internet! It's avenue more opportune, and you don't be subjected to to be wonderful savvy to know how to do it. After buying this LED flashlight, I even bought some birthday gifts instead of friends. The gifts are mostly functional things that they can using, and I also bought another LED flashlight as my mammy who still uses candles during a power outage.



The LED flashlight I bought from [url=http://www.dealtoworld.com/]DealtoWorld.com[/url] allows me to prefer from three modes. There's expensive, little, and strobe. Lofty is for when I demand loads of hare-brained, like during a blackout, with a view instance. Switching it to destitute enables me to save batteries or when I don't demand too much gleam, like when I trouble to go through the gas meter, quest of instance. Strobe is for when I have occasion for some rescuer's attention or to disorient an interloper or barbaric animal.



Righteous pattern month I was stuck in a jammed elevator and rogue was I thrilled to beget my trusty LED flashlight with me so I didn't bleed for so scared. As you can envisage from the pictures, the LED flashlight produces a rather intense lambaste, to bearing in mind explain up the zone when you most for it.

Anonymous said...

Dit was vrij op voorwaarde dat er een heleboel die er gewoon te wachten tot de juiste.

frenchy said...

Je crois que le premier comm était un spam ...

Le sujet est intéressant cela dit :)

Anonymous said...

hola, Chicos, La localicé el blog a través de google y debo decir, este es uno de los mejores artículos bien escritos que he visto en mucho tiempo.

Rabih Rached said...

Merci pour le sondage aupres de tes eleves de "post-guerre"