Sunday, February 18, 2007

SAINT AUGUSTIN ET LE DIALOGUE DES CULTURES

UN MESSAGE D'ACTUALITÉ
Semaine du 19-25 février 2007


L’icône et l’islam : Pamela Chrabieh
Émission Second Regard,
3 décembre 2006, Radio Canada
Un reportage de Jean-Robert Faucher
Merci Robert et à toute l'équipe de Second Regard!
-----------------------------
De Philippe Martin:
'Voici la onzième édition des portraits de blogueurs, avec Pamela Chrabieh Badine'.
On peut trouver l'entrevue sur Dailymotion, Cent Papiers et YULBUZZ.
Merci à Philippe et Christian Aubry!
---------------------------------------------------

J'ai assisté la semaine passée à un colloque et une exposition de photos sur Saint-Augustin ('Africanité et Universalité') à l'Université Saint-Joseph à Beyrouth, Liban. Le colloque comprenait des présentations de l'ambassadeur Suisse au Liban, S.E.M. François Barras; le Doyen de la Faculté des Sciences Religieuses, le P. Louis Boisset; l'ambassadeur d'Algérie au Liban, S.E.M. Ibrahim Haci; le Pr. Otto Wermelinger, Professeur de patristique à l'Université de Fribourg en Suisse; M. Pierre-Yves Fux, Premier Conseiller auprès de l'Ambassade de Suisse à Téhéran. Les photographies de Michael von Graffenried étaient exposées à la crypte de l'église Saint-Joseph: 'Augustin en terre d'Islam'.
Cette exposition itinérante a débuté à Alger, Bibliothèque Frantz Fanon en Avril 2001, lors du premier colloque international sur le philosophe algérien Augustin qui s'est tenu à Annaba (Algérie).
"Le dialogue des civilisations, un thème institué par l’ONU, a marqué l’année 2001. Le président algérien Abdelaziz Bouteflika et M. Joseph Deiss, alors chef de la diplomatie suisse, avaient convenu d’organiser un colloque autour de saint Augustin (né dans cette région du globe). Ce colloque ne revêt pas un caractère religieux, mais scientifique et artistique autour de cette figure qui a rassemblé les deux grandes civilisations occidentale et orientale.À son tour, conçue à Fribourg et élaborée avec le Haut Conseil islamique, l’exposition qui a étayé visuellement le colloque a circulé depuis. Elle a d’abord clôturé l’année du dialogue qui a été organisée à l’ONU avant de se rendre vers d’autres villes européennes. Pour célébrer le 1650e anniversaire de la naissance de saint Augustin, même le gouvernement tunisien, en accord avec l’ambassadeur suisse, a voulu marquer, en 2004, la présence d’Augustin à Carthage, l’ancienne capitale de l’Africa Romana. Aujourd’hui elle est à Beyrouth pour témoigner du message universel et intemporel de l’évêque d’Hippone, dans ce berceau de la Méditerranée, grâce à l’engagement de plusieurs personnalités et institutions. La préparation de cette exposition a été une œuvre collective et c’est Otto Wermelinger, professeur de théologie et d’histoire de l’Église ancienne, et spécialiste augustinien, qui a été mandaté par l’université de Fribourg pour réunir des collaborateurs et d’autres spécialistes du monde entier afin de mettre sur pied cet événement. «En effet, depuis l’indépendance de l’Algérie (1962) et grâce à cette manifestation, confie Wermelinger, on a pu parler d’une Algérie préislamique. En retournant dans le bassin Méditerranéen, l’exposition fait découvrir la richesse et l’actualité de l’œuvre de saint Augustin, dans les mêmes termes, et avec les mêmes images et objets, pour offrir la référence d’un patrimoine commun d’autant plus riche et fécond qu’il serait partagé»" (Colette Khalaf, OJ, 19 février 2007).
Homme de paix ("Personne ne veut la guerre. Même ceux qui font la guerre veulent la paix". "Qui aime vraiment la paix aime aussi les ennemis de la paix"), Saint-Augustin fut un témoin de la rencontre de diverses cultures, synthétisant les apports de la culture gréco-romaine, païenne et chrétienne. Son oeuvre-carrefour mérite aujourd'hui d'être intégrée dans toute base des dialogues interreligieux et interculturel. Son africanité, sa romanité et son universalité constituent un repère marqué par le respect mutuel fondé sur les valeurs communes de l'unique famille humaine. En organisant cette exposition et un colloque au Liban, les organisateurs ont voulu perpétuer ce dialogue de paix.
Né en 354 à Thagaste (actuellement la ville algérienne de Souk Ahras), issu d'un mariage mixte et d'un milieu modeste, Augustin s'est converti au Christianisme en 386 à Milan avant de rentrer en Afrique pour y passer les quarante-quatre dernières années de son existence. Nommé évêque d'Hippone (aujourd'hui Annaba), il poursuivit une incessante activité catéchétique, politique et littéraire, entrecoupée de voyages à travers l'Afrique du Nord. L’Africain n’a jamais renié ses racines. Malgré ses multiples voyages, l’enracinement dans sa terre natale est demeuré un signe de son rayonnement universel.
Augustin fut un monument littéraire: 93 ouvrages formant un total de 252 livres. Les traductions de ses oeuvres sont nombreuses. Par exemple, les 'Confessions', oeuvre grand public, ont été éditées dans toutes les langues majeures de la planète, y compris en chinois, en coréen, en russe etc.
L'influence d'Augustin sur la pensée philosophique et religieuse ne s'est jamais démentie au fil des siècles. Des lecteurs célèbres comme Erasme, Luther, Rousseau ou Camus témoignent de la vitalité de son rayonnement. En Orient, ses oeuvres ne furent diffusées qu'à partir du 18e siècle. "Si la justice vient à s’effacer, que sont les royaumes, sinon de vastes brigandages?" disait saint Augustin. Quoi de plus actuel que ces mots qui resteront dans la mémoire collective?
«Augustin vivait dans un monde en mutation comme aujourd’hui. L’exposition montre à ce propos, parmi d’autres objets, un incunable et un CD-Rom que cinq siècles séparent, mais qu’une même maison d’édition bâloise a produit. L’élaboration d’une nouvelle édition sous forme de CD-Rom illustre l’actuelle vigueur des études augustiniennes. Par ailleurs, des centaines d’articles et de revues scientifiques consacrés aux sujets augustiniens sont produits chaque année», dit encore Wermelinger. Comme il s’agit de faire dialoguer les civilisations d’aujourd’hui avec cette grande figure de l’histoire, les légendes des panneaux sont rédigées en arabe, français et anglais. Parcourir l’exposition du regard est comme faire un brin de chemin avec l’évêque d’Hippone, redécouvrir ses idées et se réconcilier avec la vie intérieure.
En écho à ce parcours, la mosaïque exposée qui a servi d’emblème au colloque et à l’exposition avec les poissons de la Méditerranée et une inscription en forme de vœux «Pax et concordia sit convivio nostro» (que la paix et la concorde accompagnent notre rencontre). Le spécialiste d’Augustin, Otto Wermelinger, avait pensé immédiatement à la charte de la paix qu’on retrouve dans la Cité de Dieu avec ses dix définitions de la paix. Et où on trouve également Pax et Concordia: la paix des hommes, c’est leur concorde bien ordonnée" (Colette Khalad, OJ, 19 février 2007).
Charte de la Paix - De Civitate Dei XIX, 13 -:
- Ainsi donc, la paix du corps, c'est l'agencement harmonieux de ses parties.
- La paix de l'âme sans raison, c'est le repos bien réglé de ses appétits.
- La paix de l'âme raisonnable, c'est l'accord bien ordonné de la pensée et de l'action.
- La paix de l'âme et du corps, c'est la vie et la santé bien ordonnées de l'être animé.
- La paix de l'homme mortel avec Dieu, c'est l'obéissance bien ordonnée dans la foi sous la loi éternelle.
- La paix des hommes, c'est leur concorde bien ordonnée.
- La paix de la maison, c'est la concorde bien ordonnée de ses habitants dans le commandement et l'obéissance.
- La paix de la cité, c'est la concorde bien ordonnée des citoyens dans le comandement et l'obéissance.
- La paix de la cité céleste, c'est la communauté parfaitement ordonnée et parfaitement harmonieuse dans la jouissance de Dieu et dans la jouissance mutuelle en Dieu.
- La paix de toutes choses, c'est la tranquillité de l'ordre.
--------------------------------------------
Consulter la section des commentaires pour les nouvelles du Liban cette semaine!

31 comments:

From Tadamon! Montreal said...

Photostory: Solidarity in Solidere.

http://tadamon.resist.ca/index.php/?p=499

Photos by Mary Foster, Tadamon! Montreal.

In recent weeks and months Lebanon has faced major political upheaval, marked by massive street demonstrations, international political intervention and a national general strike. Lebanon's political opposition maintains an ongoing open-air demonstration in central Beirut, which commenced on December 1st, 2006, fueled by popular discontent toward the current national government. Vivid political debate in Lebanon and throughout the Lebanese Diaspora presents challenging political questions toward both the current government and political opposition regarding growing sectarian strife across an increasingly divided nation.

Rania (Metn, Liban) said...

Merci Pamela pour ce beau texte sur Saint-Augustin. Nous avons tellement besoin de ces paroles de paix, mais aussi, d'une paix incarnée dans notre quotidien.

Anonymous said...

Aucune solution à l'affrontement interne Libanais ne semble pointer. C'est comme si nous vivions suspendus dans les airs, ne sachant pas quand et sur quoi atterrir. A quand la véritable concorde entre Libanais? A quand la concorde entre tous les êtres humains, quelles que soient leurs identités, citoyennetés, croyances et appartenances?
S.

Marcel M. said...

N'adoptons ce raccourci que pour faire court: il y a deux manières de vivre, dans l'amour ou dans les peurs!
Pamela, vous lancez magnifiquement bien cette semaine en faisant plus pour la paix que beaucoup de beaux discours.

Marchello said...

Très beau texte, Pamela. St-Augustin; un géant dans la théologie. Déjà au 4e siècle, il clamait la paix et la justice comme les prophètes l'ont fait un millénaire plus tôt. On va peut-être finir par comprendre.

Amin R. said...

MESSAGE DE SA SAINTETÉ
J'ai beaucoup apprécié le texte de cette semaine, qui me rappelle le thème abordé par le pape Benoît XVI pour la célébration de la journée mondiale de la paix (1er janvier 2007): LA PERSONNE HUMAINE, CŒUR DE LA PAIX.
"Je suis en effet convaincu qu'en respectant la personne on promeut la paix et qu'en bâtissant la paix on jette les bases d'un authentique humanisme intégral. C'est ainsi que se prépare un avenir serein pour les nouvelles générations".
Commençons donc à nous respecter les uns les autres.

Anonymous said...

Un beau texte de Saint-Augustin sur la paix et la guerre:

"Quiconque observe quelque peu les choses humaines et notre commune nature, le reconnaîtra avec moi : de même que tous désirent la joie, il n'est personne qui n'aime la paix. Puisque même ceux-là qui veulent la guerre ne veulent rien d'autre assurément que la victoire, c'est donc à une paix glorieuse qu'ils aspirent à parvenir en faisant la guerre. Qu'est-ce que vaincre, en effet, sinon abattre toute résistance ? Cette oeuvre accomplie, ce sera la paix. C'est donc en vue de la paix que se font les guerres, et cela même par ceux qui s'appliquent à l'exercice des vertus guerrières dans le commandement et le combat. D'où il est clair que la paix est le but recherché par la guerre, car tout homme cherche la paix en faisant la guerre, et nul ne cherche la guerre en faisant la paix. Quant à ceux qui veulent que la paix dont ils jouissent soit troublée, ils ne haïssent pas la paix, ils désirent seulement qu'elle soit changée à leur gré. Ce qu'ils veulent donc, ce n'est pas qu'il n'y ait plus de paix, mais qu'il y ait la paix qu'ils veulent. Et finalement, même s'ils se séparent des autres par la rébellion, ils ne peuvent réaliser leur dessein qu'à condition de sauvegarder quelque apparence de paix avec leurs partisans ou conjurés. Aussi les brigands eux-mêmes, pour s'attaquer à la paix d'autrui avec plus de violence et de sûreté, tiennent-ils à garder la paix avec leurs compagnons".

La cité de Dieu, Livre 19 Chapitre 12 , p 117

Anonymous said...

"Il est rappelé que si Saint Augustin considère la paix comme un but ultime, il n’exclut pas pour autant la possibilité de recourir à la guerre, à la condition que celle-ci soit menée par le souverain et qu’elle ne constitue que la réponse à une injustice, ce qui amène à la notion de « guerre juste » actuellement utilisée par l’Administration américaine. L’idée de « paix perpétuelle » est, quant à elle, critiquée en raison de son caractère utopique".
Cf. La guerre sans la guerre. Essai sur une querelle occidentale
Stephen Launay - Paris, Descartes & Cie, coll. « Essai », 2003, 358 p.

W.

From Nahwa al-Muwatiniya said...

Dear NaaMists,
During Lebanon’s 16-year civil war, it is estimated that more than 100.000 were killed, another 100.000 left handicapped, 17.000 were missed or kidnapped, and up to one-fifth of the pre-war resident population, or about 900,000 people, were displaced from their homes, of whom perhaps a quarter of a million emigrated permanently.
Nahwa al Muwatiniya is organizing this series of Hiwar sessions under the theme
“No to Civil War!”
During this session four Lebanese NGOs: Helouwa, Gil, Leb youth and Lubnani w Bass will talk about the role of youth and NGOs in preventing a civil war.
Date & Time: Monday Feb. 19th, 2007 at 8:00pm
Place: Club 43- Gemayzeh- facing Doculand (Lebanon)

Faysal A. Bentahar said...

La vraie manière de faire du tort à l'ennemi, c'est de s'occuper de l'amour de l'Ami; par contre, si tu t'occupes à faire la guerre à l'ennemi, il aura obtenu ce qu'il voulait de toi et tu auras perdu, en même temps, l'occasion d'aimer l''Ami.

Alî Ben 'Abd-Allah al-'Imrani al-Hassani, dit Al-Jamal

Anonymous said...

Lebanon's politicians are adding new problems instead of solving old ones
Wednesday, February 21, 2007
(Daily Star, Lebanon) Editorial

Lebanese leaders have repeatedly quashed the hopes of their citizens, many of whom had mistakenly believed that their politicians were capable of solving problems instead of creating new ones. Most Lebanese citizens would undoubtedly like to heed the advice of the community and religious leaders who have urged them not to abandon their country by joining the thousands of their compatriots who have already fled. But their politicians give them little choice and even less hope that the local political situation, which has floundered in a state of turmoil for more than two years, will improve anytime soon.

The politicians have ignored the pleas of their citizenry, including those of mothers and students who have formed new groups to urge politicians to resolve their differences before Lebanon is plunged into civil war. Although both sides profess willingness to engage in dialogue, the two camps remain entrenched in their uncompromising positions.

Nearly four weeks ago, one London newspaper aptly described the crisis as a game of chicken in which neither side "has been willing to blink as the stakes keep rising higher." Since that article appeared in print, both the opposition and the ruling coalition have continued raising the ante in what was already a dangerous gamble. The opposition is now threatening to launch a new campaign of civil disobedience, a strategy which could deal a huge blow to every one of the country's institutions. Likewise, the Cabinet, which has lost six of its members and which about half the country views as illegitimate, is relying on badly stretched security forces to impose a false sense of order, while pressing ahead with a sweeping agenda and no clear mandate- a scenario that promises to create new problems further down the line. It seems that nothing can stop the two sides from their reckless politicking, which is pushing the country's fragile institutions beyond their breaking points. Lebanon's politicians, it seems, are hell-bent on frittering away the country's future.

And it is not only local players who are raising the stakes. Lebanon's power struggle is being played out in the context of a worsening regional crisis. Iran and the United States are conducting military operations in close proximity in the Gulf. Israel and the international community are increasing the pressure on the Palestinians and pushing them toward civil war. If the past six years are any indication of how things will evolve, external pressures such as these will only continue to build so long as US President George W. Bush remains in office. When their own leaders only act to add to this pressure, who could blame the Lebanese for wanting to pack their bags and leave?

Serge G. said...

Ces paroles de Saint-Augustin m'encouragent un peu à ne pas désespérer face à une situation très floue, complexe et sans issue à court terme. On a tellement besoin d'un long souffle, de la patience et de la persévérance pour venir à bout de la violence et de l'absence de concorde entre Libanais.

Anonymous said...

Hello Pamela! Keep up the good work!

L.

Anonymous said...

Dear Friends,

Please find an invitation to an event for Peace organized by Many NGO out of which The Moral Rearmament/lebanese Chapter being myself one of the co-organizers.

Your presence could be of helpful

Chers amis,

Prière de trouver ci-joint une invitation à une manifestation pour la Paix entre libanais,organisée par plusieurs associations dont le Rearmement Moral au Liban dont je fais partie.

Votre présence pourrait être utile.

Assaad Chaftari

---------------------------------

"Ila al-Salam, sirr! Towards Peace, walk!"
This is organised by many non-political groups concerned with peaceful avenues:
Saturday, February 28th at 6 pm
Al-Mathaf Museum (Lebanon)
Bring a candle in a cup of plastic + wear a white sign or white clothes.

C. Khoury said...

Voici un extrait de l'article de Nicole Hamouche sur le politologue Libanais Paul Salem (dans l'Orient-le-Jour du 22 fev.2007) - Très intéressant!!! :
"Le tribalisme et le confessionnalisme ne sont pas propres au Liban, constate le politologue. Le XXIe siècle lui-même est tribal et confessionnel alors que le XXe siècle laissait espérer que les institutions politiques et la modernité nous éloigneraient de ces schémas. Une attente qui apparaissait légitime au regard des évolutions dans les années cinquante et soixante. La globalisation a cependant paradoxalement conduit à un repli sur soi et à la résurgence de ces phénomènes communautaires. Le Liban, a fortiori, n’y a pas échappé puisqu’il est à la base ainsi construit. Paul Salem imagine cependant des voies de sortie de ce modèle, même si cela doit prendre une ou deux générations. Selon lui, le changement doit s’opérer dans le fond, dans les mentalités : c’est par « la littérature, l’art, l’éducation, la culture … » qu’il se fera. Il y a vingt ans déjà, Pharès Zoghbi voyait Le salut par la culture (1) et Bahjat Rizk (2) y voit, également en 2006, le préalable à tout ajustement politique. Car c’est d’un projet de culture dont on a besoin, le pluriculturalisme étant partie intégrante de notre identité. Or le Liban a été nourri à « la culture commerciale, point barre », assène M. Salem et « la faute n’incombe pas au système ou aux politiciens » ; c’est « la société elle-même qui est ainsi ». Ce n’est pas pour autant qu’une évolution ne peut être envisagée. Il n’y a pas de fatalité".

C. Khoury said...

Voici un extrait de l'article de Nicole Hamouche sur le politologue Libanais Paul Salem (dans l'Orient-le-Jour du 22 fev.2007) - Très intéressant!!! :
"Le tribalisme et le confessionnalisme ne sont pas propres au Liban, constate le politologue. Le XXIe siècle lui-même est tribal et confessionnel alors que le XXe siècle laissait espérer que les institutions politiques et la modernité nous éloigneraient de ces schémas. Une attente qui apparaissait légitime au regard des évolutions dans les années cinquante et soixante. La globalisation a cependant paradoxalement conduit à un repli sur soi et à la résurgence de ces phénomènes communautaires. Le Liban, a fortiori, n’y a pas échappé puisqu’il est à la base ainsi construit. Paul Salem imagine cependant des voies de sortie de ce modèle, même si cela doit prendre une ou deux générations. Selon lui, le changement doit s’opérer dans le fond, dans les mentalités : c’est par « la littérature, l’art, l’éducation, la culture … » qu’il se fera. Il y a vingt ans déjà, Pharès Zoghbi voyait Le salut par la culture (1) et Bahjat Rizk (2) y voit, également en 2006, le préalable à tout ajustement politique. Car c’est d’un projet de culture dont on a besoin, le pluriculturalisme étant partie intégrante de notre identité. Or le Liban a été nourri à « la culture commerciale, point barre », assène M. Salem et « la faute n’incombe pas au système ou aux politiciens » ; c’est « la société elle-même qui est ainsi ». Ce n’est pas pour autant qu’une évolution ne peut être envisagée. Il n’y a pas de fatalité".

De Tadamon! Montreal said...

LIBAN: Ressources, informations et mise à jour de Tadamon! Montréal
http://tadamon.resist.ca/index.php/?p=501

Dans les dernières semaines et mois, le Liban a vécu des boulversements politiques majeurs, marqués par des manifestations massives, des interventions politiques internationales et une grève générale nationale. L'opposition politique au Liban continue son occupation à ciel ouvert dans le centre-ville de Beyrouth, débutée le 1er décembre 2006, alimentée par la grogne populaire contre le gouvernement national actuel.

L'opposition politique au Liban a mobilisé des centaines de milliers de personnes qui accusent le gouvernement du Premier ministre Fouad Siniora de promouvoir des politiques économiques néo-libérales néfastes et d'agir en collusion avec les puissances occidentales, dont les États-Unis. Les débats politiques intenses au Liban et à travers la diaspora libanaise soulèvent des questions politiques difficiles tant pour l'actuel gouvernement que pour l'opposition politique concernant les conflits sectaires grandissants partout dans cette nation de plus en plus divisée.

La lutte de pouvoir actuelle présente des questions alarmantes et essentielles concernant l'identité politique d'une nation qui se remet encore de l'assaut israélien de 2006 qui a fait plus de 1300 morts et qui a laissé le pays en ruines. Des milliers de personnes sont toujours déplacées et en deuil de l'attaque israélienne qui a attiré une forte condamnation partout sur le globe.

Tadamon! Montréal continue d'organiser à Montréal afin de construire une solidarité avec des voix qui appellent à la justice économique et sociale au Liban tout en soulignant ces même luttes ici en Amérique du Nord. Des membres de Tadamon! ont récemment voyagé au Liban et observé les manifestations et le sit-in de l'opposition qui se poursuivent aujourd'hui.

Les voix libanaises qui s'élèvent en opposition aux conflits sectaires internes, aux interventions externes qui divisent et aux violations israéliennes du Liban continueront d'être soulignées dans le travail de Tadamon!. Tadamon! est actuellement concentré sur deux campagnes politiques importantes: notre participation directe dans le mouvement international grandissant visant à imposer boycott, désinvestissement et sanctions contre l'état colonial d'Israel et une campagne dirigée sur le gouvernement canadien afin d'exiger que le mouvement libanais Hezbollah soit retiré de la liste canadienne d'organisations "terroristes".

* Lisez les détails complets des campagnes actuelles de Tadamon! à:

Retirer le Hezbollah de la liste
http://tadamon.resist.ca/index.php/?page_id=419

Boycott, Désinvestissement et Sanctions contre l'apartheid israélien
http://tadamon.resist.ca/index.php/?page_id=420

Pour vous impliquer ou pour appuyer Tadamon! n'hésitez pas à nous contacter!

Tél: +1 514 664 1036
Courriel: tadamon[at]resist.ca
Web: http://tadamon.resist.ca

From Tadamon! Montreal said...

LEBANON: Information Resources & Update from Tadamon! Montreal.
http://tadamon.resist.ca/index.php/?p=501

In recent weeks and months Lebanon has faced major political upheaval, marked by massive street demonstrations, international political intervention and a national general strike. Lebanon's political opposition maintains an ongoing open-air demonstration in central Beirut, which commenced on December 1st, 2006, fueled by popular discontent toward the current national government.

Lebanon's political opposition has mobilized hundreds of thousands of people, who accuse the government of Prime Minister Fouad Siniora of promoting harmful neo-liberal economic policies and political collusion with western powers including the U.S. Vivid political debate in Lebanon and throughout the Lebanese Diaspora presents challenging political questions toward both the current government and political opposition regarding growing sectarian strife across an increasingly divided nation.

The current power struggle in Lebanon presents alarming and essential questions regarding the political identity of a nation still recovering from the 2006 Israeli assault which left over 1300 dead and much of the country in ruins. Thousands remain displaced and in mourning from the Israeli attack which drew powerful condemnation from throughout the globe.

Tadamon! Montreal continues to organize in Montreal in an effort to build solidarity with voices calling for social and economic justice in Lebanon, while attempting to highlight these ongoing struggles in North America. Members of the Tadamon! collective in Montreal recently traveled to Lebanon and witnessed first-hand the ongoing opposition demonstrations and sit-in in December 2006.

Lebanese voices opposing internal sectarian strife, divisive foreign intervention and Israeli violations of Lebanon will continue to be highlighted in Tadamon!'s work. Tadamon! is currently focused on two major political campaigns, our direct participation in a growing international movement to enforce Boycott, Divestment and Sanctions against the colonial state of Israel, and a campaign directed toward the Canadian government to demand that the Lebanese movement Hezbollah, be removed from the Canadian list of 'terrorist' organizations.

* Read the full details on Tadamon! current campaign online at:

De-listing Hezbollah in Canada:
http://tadamon.resist.ca/index.php/?page_id=419

Boycott, Divestment and Sanctions Against Israeli Apartheid:
http://tadamon.resist.ca/index.php/?page_id=420

To get involved or to lend your support to Tadamon! please don't hesitate to contact us!

Tel: +1 514 664 1036
Email: tadamon[at]resist.ca
Web: http://tadamon.resist.ca

De Pauline Boilard said...

Bonjour à tous!

Pour celles et ceux qui ne seraient pas au courant de cette série
de conférences sur la méditation à travers 5 traditions religieuses,
voici l'agenda en pièce jointe.

À propos de la méditation dans l'islam, la personne ressource
annoncée, Monsieur Shahram Nahidi, est la nême personne
qui vient d'offrir deux soirées dans le cadre des cours à l'Institut
des Dominicains à Montréal.
En plus, il nous a introduit dans une mosquée de sa tradition
chiïte, mardi soir. Avec le groupe de 15 participants à cette
visite, je suis très heureuse de l'expérience. Cet homme a une
expérience de foi profonde, au quotidien, comme dans les
principaux tournants de sa vie.

Une première causerie sera présentée par le prof. Yvon Théroux, professeur d'université en Sciences Humaines, sur la méditation chrétienne inspirée de John Main.

Certaines dates sont encore à préciser, vous serez informés.
Fraternellement, Pauline, m.i.c.

D'Offre-Joie said...

campagne pour la paix


vendredi 23 fev 2007 sur le parvis du musee national a beyrouth de 19h a 21h
offrejoie , l'association pour la paix civile au liban et l'association des libanais kidnappes et des disparus organisent un sit in pour la paix refusant de glisser vers des consequences dramatiques qu'aucun des responsables n'a pu regler, cette semaine notre attention va vers ce a quoi la guerre peut nous emmener: les disparus

de meme samedi 24 fev un collectif d'associations appelle a un sit in sur le parvis du musee de 18h a 19h30 pour la paix

soyons nombreux pour temoigner de cette volonte

Svp information a faire circuler


" حتى لا تتكرر... معاناة فقدان الأشخاص والخطف"



متابعة لحملة " وحدتنا خلاصنا"،

وتذكيراً بما قد ينتج عن أي فتنة من عواقب سلبية على حياتنا اليومية،

وتسليطاً على احد جوانب المعاناة المستمرة والمتجسدة بمعاناة أهالي المخطوفين والمفقودين،

ورفضاً لأي شكل من أشكال التقاتل والعنف،

وإبعادا لشبح الحرب الأهلية والداخلية،

ولأجل السلام،

ولأن الصمت أبلغ من الكلام،

تذكر جمعية فرح العطاء ولجنة أهالي المخطوفين والمفقودين في لبنان والمؤسسة اللبنانية للسلم الأهلي الدائم بالمآسي التي قد تنتج عن أي فتنة أو تقاتل داخلي، وتسلط الضوء على المعاناة المستمرة لأهالي المخطوفين والمفقودين في لبنان، وتنبّه إلى أن أي تجدد لأي فتنة قد يؤدي إلى تجدد آلام اجتماعية يعصى حلّها على أي كان فتستمر المعاناة من دون حلول .

لـذا

تدعو جمعية فرح العطاء ولجنة أهالي المفقودين والمخطوفين في لبنان والمؤسسة اللبنانية للسلم الأهلي الدائم إلى وقفة صمت وإضاءة شموع :

- على درج المتحف الوطني

- مساء الجمعة 23/2/2007 ما بين الساعة السابعة والتاسعة.

وتدعو المجتمع الأهلي والمدني إلى المشاركة للتنبيه إلى خطر نرفضه، مذكرين أن الصمت المطلوب يرمز إلى ما يطبع غياب المخطوفين والمفقودين ووجع أهاليهم المستمر، ويتوجه إلى الضمائر والقلوب لتذكير المسؤولين بوجوب اجتراح الحلول وتخطي التحديات و السلبيات والانقسامات والأزمات.

كما تدعو وسائل الإعلام كافةً، إلى المساعدة على متابعة تسليط الضوء على هذه الحملة تداركاً لأي خطر قد يفتك بمجتمعنا.

شاكرين تعاونكم

لجنة أهالي المخطوفين والمفقودين في لبنان المؤسسة اللبنانية للسلم الأهلي في لبنان



جمعية فرح العطاء

From Nahwa al-Muwatiniya said...

Expressions of Citizenship
A Night of Roof-Top Jazz, featuring 'Half Life'
March 2nd 2007, starting 8:15 pm
Crown Plaza, Hamra (Lebanon)
Tickets at 20 US (Open bar drinks)
Proceeds will go to citizenship projects in Lebanon

For more information visit our website www.na-am.org

Associated Press said...

Nations Seek to Ban Cluster Bombs
February 23, 2007
Associated Press
OSLO, Norway -- Representatives from 48 nations launched on Thursday a global effort to ban the use, production and stockpiling of cluster bombs by the end of next year despite the opposition of several major military powers. A draft declaration obtained by The Associated Press said the weapons -- which can linger on former battlefields for years -- cause "unacceptable harm." It calls for a treaty banning them by 2008, despite concerns that some countries would not agree to act that quickly.Norway hopes the treaty would be similar to one outlawing anti-personnel mines, negotiated in Oslo in 1997. "Our hope is to get as many countries as possible to join, and it will remain open," Norwegian Foreign Minister Jonas Gahr Stoere told The Associated Press in an interview. The U.S., China and Russia oppose the ban and did not send representatives to the two-day conference. Australia, Israel, India and Pakistan also did not attend. Cluster bombs are small devices packed with high explosives and loaded into artillery shells, bombs or missiles. When the larger munition explodes, it scatters hundreds of the mini-explosives -- called bomblets -- over large areas.
A percentage of these bomblets typically fail to explode immediately, but may still detonate if they are picked up or struck -- endangering civilians, often children, years after conflicts end.
The draft declaration calls for a treaty that would "prohibit the use, production, transfer and stockpiling of those cluster munitions that cause unacceptable harm to civilians."
The treaty, the declaration said, should also create a framework for helping victims of cluster bombs, clearing the munitions and "destruction of stockpiles of prohibited cluster munitions."
It also urged countries to consider banning such weapons before the treaty takes effect. Norway, which is spearheading the initiative, has already done so. Austria announced a moratorium on cluster bombs at the start of the conference. "This is a critical juncture," Steve Goose of Human Rights Watch told delegates. "Let us hope this meeting will be remembered as the meeting where a large number of countries decided that cluster munitions are not just another weapon." Goose called cluster bombs "a humanitarian disaster waiting to happen" because they continue to kill long after a conflict has ended.
The Cluster Munition Coalition, an advocacy group, said the weapons have recently been used in Iraq, Kosovo, Afghanistan and Lebanon.
The U.N. has estimated that Israel dropped as many as 4 million of the bomblets in southern Lebanon during last year's war with Hezbollah, with as many 40 percent failing to explode on impact.
Activists say children can be attracted to the unexploded weapons by their small size, shape and bright colors or shiny metal surfaces. As many as 60 percent of cluster bomb victims in Southeast Asia are children, the Cluster Munition Coalition said.
The U.S., Russia, China, India, Pakistan and Japan say the weapons can be dealt with under the existing 1980 U.N. Convention on Conventional Weapons.
"I would not exclude any other process. That is not the point of this meeting," Gahr Stoere told AP. "But we see that progress in the CCW has stopped. If this meeting energizes that, we would be glad."
Some countries attending the meeting, including Germany, France, and Britain, have also expressed skepticism about a cluster bomb process outside the existing U.N. convention from 1980. However at the start of the meeting, Germany's statement was seen as a signal that its patience was wearing thin. It demanded progress at a new round of U.N. arms talks in November or a new approach. Gahr Stoere said advocates should push for a treaty even without the support of big countries such as the U.S. and China.
"I think we learned from the experience from the anti-personnel mine campaign in the '90s that if we were to wait for those countries to take the lead it will be a long wait," he said at a news conference.
The minister said future talks would define what weapons should be classified as cluster munitions and how to help countries plagued by them.
"The technical part of defining them is not rocket science. The political part might be harder," he said.

Anonymous said...

Merci Pamela pour toutes ces informations très utiles et intéressantes. Et merci encore pour le texte sur Saint-Augustin.

R.

From Nahwa al-Muwatiniya said...

More than 500 participants… 41 sessions… 41 speakers…

"1 year of Na-aM lil Hiwar"

Dear friends and Supporters,

Nahwa al Muwatiniya is pleased to invite you to a special "Na-aM lil
Hiwar" session on Monday, February 26, at 8:30PM at Club 43 (Gemmayze, Lebanon)

Nahwa al Muwatiniya has been organizing regular Monday sessions of "Na-aM lil Hiwar" for almost a year. More than 45 speakers have
participated in these sessions with more than 300 participants
attending.

Come and celebrate this special first anniversary of "Na-aM lil Hiwar" with a host of speakers, and explore with them their thoughts on dialogue and many of the issues currently plaguing Lebanon.

We look forward to seeing you!

Nahwa al Muwatiniya Team

De Présence Musulmane Montréal said...

Jeudi le 8 mars 2007

Journée internationale de la femme

Conférence Présence musulmane Montréal

Être musulmane en Occident : entre mythes et réalités

Les images de la femme musulmane soumise aux diktats patriarcaux et les contre-images de la musulmane « mais libre » sont-elles des modèles représentatifs du vécu et des aspirations des femmes de confession musulmane, en particulier celles vivant en Occident?

Table ronde proposant témoignages de femmes d'horizons différents exprimant leur point de vue sur ces représentations courantes, l'adéquation de celles-ci à leur mode d'appartenance à l'islam, leur cheminement et leur vision du monde.

Panélistes invitées

Asmaa Ibnouzahir - chercheure en nutrition internationale, membre de Présence musulmane, d'origine marocaine

Fatima Seedat - doctorante en études islamiques, d'origine sud-africaine, intervention en anglais

Nadia Zouaoui - journaliste pour Radio-Canada, documentariste, d'origine algérienne.

Date : jeudi le 8 mars 2007

Horaire : 19h à 21h

Lieu : Université du Québec à Montréal, détails à venir

Admission : 5 $, prix de soutien : 10 $

Pour plus d'information

Téléphone : 514.43.40.PMM (434.0766)

Courriel : infomtl@presencemusulmane.org

Site Web : http://www.presencemusulmane.org

T.Hajj said...

Nous rêvons tous de la paix, mais c'est à nous de l'édifier. Cette concorde dont parle Saint-Augustin, elle ne va pas nous tomber du ciel. Je crois que chacun peut commencer dans son propre entourage: sa famille, son lieu de travail, son école, son université, son cercle d'amis, son quartier...

Anonymous said...

молодая порнуха http://free-3x.com/ подростковый секс онлайн free-3x.com/ мастурбация школьница онлайн [url=http://free-3x.com/]free-3x.com[/url]

Anonymous said...

Rather amusing message

Anonymous said...

thanks for this tips

Anonymous said...

thanks for this tips

Anonymous said...

buy targeted facebook friends fb fans how to increase fb likes fans facebook free facebook likes
facebook fans promotion facebook fans
add facebook fans quickly get fans on facebook [url=http://1000fbfans.info]facebook fans promotion [/url]