Monday, April 30, 2007

Guerre du Liban : Olmert coupable

Israeli war report charges Olmert with 'severe failure'
Semaine du 30 avril-6 mai 2007

----------------------------------------------------
L’icône et l’islam : Pamela Chrabieh
Émission Second Regard,
3 décembre 2006, Radio Canada
Un reportage de Jean-Robert Faucher
Merci Robert et à toute l'équipe de Second Regard!
-----------------------------
De Philippe Martin:
'Voici la onzième édition des portraits de blogueurs, avec Pamela Chrabieh Badine'.
On peut trouver l'entrevue sur Dailymotion, Cent Papiers et YULBUZZ.
Merci à Philippe et Christian Aubry!
------------------------------------------------------

Le rapport intérimaire de la commission Winograd critique sévèrement le chef de Kadima, Haloutz et Peretz (OJ, 1er mai 2007)
Plus dures que ce que les fuites avaient laissé filtrer, le rapport de la commission d’enquête sur la guerre au Liban, rendu public hier, critique sévèrement le Premier ministre israélien Ehud Olmert. Celui-ci est notamment accusé par le président de la commission, le juge Eliahou Winograd, d’« échecs sévères dans l’exercice du jugement, de la prise de responsabilité et de la prudence ». Le Premier ministre est « responsable du fait que les objectifs de la campagne n’aient pas été clairement et soigneusement définis ». Le rapport intérimaire critique durement aussi le ministre de la Défense, Amir Peretz, qui « n’a pas demandé à l’armée ses plans opérationnels et ne les a pas examinés », et le chef d’état-major de l’époque, Dan Haloutz, qui a été accusé d’avoir « échoué dans l’exercice de ses fonctions ». En soirée, le Premier ministre israélien, qui a reconnu ses erreurs, a néanmoins affirmé qu’il ne comptait pas quitter son poste. Alors que plus de deux tiers des Israéliens sont favorables à sa démission, selon un sondage, M. Olmert a obtenu le soutien de Washington qui l’estime « essentiel » aux efforts de paix avec les Palestiniens.
Pamela: cela nous rappelle forcément la situation politique au Liban puisque le gouvernement actuel est appuyé par Washington alors que plus de la moitié du peuple Libanais demande un cabinet d'union nationale. Et les Israéliens ne font que clamer haut et fort que leur système est le plus démocratique et le plus libre au Proche-Orient? Quelle illusion...! Tout dépend comment on définit 'démocratie' et 'liberté'. Si c'est aux dépens de la volonté du peuple, et que ça nécessite également de massacrer les peuples voisins, à quoi bon alors cette 'démocratie' et cette 'liberté'. Pour ma part et pour la plupart des Libanais, nous sommes tellement heureux du rapport intérimaire de la commission Winograd, en attendant le rapport final et la prochaine démission d'Olmert et compagnie, et nous espérons qu'il y aurait un processus similaire au Liban pour juger tous les Seigneurs de la guerre ayant entraîné le pays à feu et sang voilà plus de trois décennies. Espérons aussi qu'un jour la responsabilité des 'voisins' tant Syriens (ci-dessous un article sur les détenus Libanais en Syrie) qu'Israéliens soit exposée au grand jour à un niveau international et que ces derniers soient jugés pour leurs crimes commis au Liban. Que dire aussi de la responsabilité de puissances internationales, et celle des États-Unis en premier lieu...?!!!!
--------------------------------------------------
Israeli war report charges Olmert with 'severe failure'
Premier has 'no intention' of resigning in wake of stinging criticism of conduct of 2006 war on lebanon
Compiled by Daily Star staff Tuesday, May 01, 2007
The much-anticipated interim report into the decisions of senior Israeli military and political officials to go to war in Lebanon last summer accused Prime Minister Ehud Olmert on Monday of a "severe failure" in his handling of the conflict, dealing a harsh blow that further weakened the embattled Israeli leader and his party.
The commission also charged that the Israeli Army "was not ready for this war," according to a statement released by the commission, headed by retired Judge Eliyahu Winograd.
The 232-page report, officially released at a 5 p.m. news conference in Jerusalem, says Olmert acted hastily in leading the country to war last July 12, without having a comprehensive plan.
The report cited a "severe failure in the lack of judgment, responsibility and caution."
"I have no intention of resigning," Olmert was quoted by Israeli television as telling members of his Kadima party after the report was released. A snap Israel Radio poll said 69 percent of the public believed he should quit.
Calls for Olmert's resignation were made by politicians across party lines even before the commission's results were made public.
"Failures will be remedied," Olmert swore after receiving a copy of the panel's findings.
In Lebanon, Hizbullah welcomed news of the report.
The report "confirmed the inability of the Israeli political and military leadership to make the appropriate decision in confronting Hizbullah during the summer war," said Sheik Hassan Ezzedine, Hizbullah's most senior political officer in Southern Lebanon.
The Winograd Commission report piled blame on the prime minister. "We impose the primary responsibility for these failures on the prime minister, the minister of defense and the [resigned] chief of staff. All three made a decisive personal contribution," the report said.
"The prime minister bears supreme and comprehensive responsibility for the decisions of his government and the operations of the army. His responsibility for the failures in the initial decisions concerning the war stem from both his position and from his behavior ... The prime minister made up his mind hastily, despite the fact that no detailed military plan was submitted to him and without asking for one," the statement said.
The Winograd Commission also assailed Defense Minister Amir Peretz in the interim report, saying he had failed in performing his duties and undermined government-level decision-making.
"His role as defense minister during the war weakened the government's abilities to meet its challenges," Winograd said in a segment of the report read out to reporters.
There has been widespread speculation that Peretz, a former trade boss who took the defense portfolio as part of a coalition deal with Olmert, could be forced to step down. Peretz, who heads the center-left Labor Party, is not expected to survive a party election scheduled for next month.
"The minister of defense did not have knowledge or experience in military, political or governmental matters. He also did not have good knowledge of the basic principles of using military force to achieve political goals. Despite these serious gaps, he made his decisions during this period without systemic consultations ... His serving as minister of defense during the war impaired Israel's ability to respond well to its challenges," the statement said.
Dan Halutz, who was Israeli Army chief of staff through the war, was criticized for entering the war "unprepared," and for failing to inform the Cabinet of the true state of the Israeli Army ahead of the ground operation. Halutz resigned in January.
"The army and the chief of staff were not prepared for the event of the abduction despite recurring alerts. When the abduction happened, he responded impulsively," the statement said of Halutz.
White House spokesman Tony Snow refused to comment on the report, calling the findings "obviously, internal investigations within the Israeli government." Snow did say that US President George W. Bush views Olmert as "essential" to Middle East peace efforts.
Bush "works very closely with Prime Minister Olmert and thinks that he's essential in working toward a two-state solution. The president remains committed to it," said Snow.
Senior Palestinian officials however expressed concerns that the report, by discrediting the Israeli premier, also threatened Olmert's ability to conduct peace talks with the Palestinian leadership.
"We view this as an internal Israeli matter," Palestinian negotiator Saeb Erekat said of Monday's report. "We want to continue making peace with the Israeli government. Having said that, we hope that this report and the findings of this report will not further complicate and hinder attempts to revive the peace process."
Deputy Prime Minister Azzam al-Ahmed of Abbas' Fatah movement said he expected Olmert's domestic woes to overshadow his dealings with the Palestinians. "The difficulties are expected to increase after the report," said Ahmed. "Even before the report, I had pointed out that there is no real Israeli peace partner, because there is no strong government in Israel."
Hamas spokesman Fawzi Barhoum went further, connecting the increased violence in the Occupied Palestinian Territories with the increased impotence of the Olmert Cabinet.
Israel "reflects [its] failure onto the Palestinians ... Perhaps the increase in aggression by Israel in the past days, in the West Bank and Gaza Strip, comes in the context of Israel's failure," Barhoum said.
The interim report focuses on decisions relating to the start of the war, with attention paid to the balance between a speedy resolution and an extensive mission and the decisions by top military and political officials.
The Winograd panel has not ruled out calling for Olmert or Peretz to step down in a final report due to be published in a few months and has hinted that it will publish recommendations on steps to be taken.
The summer 2006 war was sparked by the capture of two Israeli soldiers during a cross-border raid by Hizbullah. In 34 days of fighting, Israel failed to accomplish Olmert's publicly stated goals of getting the soldiers or destroying Hizbullah.
Up to 1,191 Lebanese, the vast majority civilians, were killed in the fighting, as were 119 Israeli soldiers and 39 civilians, according to official figures from the two sides.
- Agencies, with Haaretz
--------------------------------------------------

Les familles de Libanais détenus en Syrie interpellent les Nations Unies et le gouvernement
01 Mai 2007
IRIN

Les activistes libanais exhortent les Nations Unies et le gouvernement libanais à accroître la pression sur Damas pour que le régime syrien divulgue les dernières informations concernant les quelque 600 Libanais détenus dans les prisons syriennes depuis les années 1970.
Alors que les familles des détenus manifestent pour la troisième année consécutive devant le siège des Nations Unies, à Beyrouth, les activistes demandent aux Nations Unies que l’affaire des détenus portés disparus soit prise en compte lors de la mise en oeuvre d’une série de résolutions du Conseil de sécurité, qui exige de la part de la Syrie le respect de la souveraineté du Liban. « Depuis l’assassinat de [l’ancien Premier ministre] Rafik Hariri, les Nations Unies enquêtent sur l’ensemble des meurtres perpétrés au Liban. En conséquence, une enquête internationale indépendante devrait être menée sur les cas des prisonniers disparus », a déclaré Ghazi Aad, le président de l’organisation non gouvernementale Solide (Soutien aux Libanais détenus en exil). « Les autorités libanaises ne sont pas en mesure de régler ce problème, tout comme elles ne sont pas parvenues à honorer les engagements pris auprès des citoyens », a-t-il poursuivi. Au cours des 15 années de guerre civile qui ont ravagé le pays, quelque 17 000 personnes ont été portées disparues. La Syrie est intervenue au Liban en 1976, un an après le début de la guerre, et le pays du cèdre a été de facto dirigé par les forces syriennes en 1990, à la fin de la guerre.
Depuis le retrait des forces de Damas du Liban, conformément à la résolution 1559 adoptée par les Nations Unies en avril 2005, 643 prisonniers auraient été incarcérés dans des prisons syriennes, selon l’ONG Solide. Ghazi Aad et d’autres activistes poussent les Nations Unies à reconnaître que l’application de la résolution 1559 - qui exige le retrait de toutes les forces étrangères du Liban - par la Syrie demeurera incomplète tant que Damas ne fournira pas des renseignements sur les prisonniers libanais portés disparus et qu’elle est supposée détenir. Par le passé, les gouvernements libanais, sous mainmise syrienne, niaient l’existence de prisonniers libanais en Syrie. En 1995, Beyrouth a promulgué une loi stipulant que toute personne disparue pendant la guerre civile était officiellement morte. En outre, la Syrie a également nié, à plusieurs occasions, détenir des ressortissants libanais dans ses prisons. Cependant, en 2000, des détenus libanais ont été libérés, après avoir été enlevés au Liban et passé plusieurs années en prison. « Dépêchez-vous » Sur la dernière photographie que Violette Nassif a de son fils Johnny, ce dernier est vêtu d’un t-shirt sur lequel est écrit « Dépêchez-vous ». Cette image hante Mme Nassif depuis 17 ans, lorsque le jeune caporal de l’armée libanaise a été enlevé puis emprisonné à Damas, avec quelque 150 autres soldats, après la victoire syrienne sur l’armée libanaise en 1990. Des larmes coulent sur le visage de Violette Nassif lorsqu’elle se souvient des années d’efforts vains pour, dans un premier temps, retrouver son fils qui aurait maintenant 34 ans s’il était toujours en vie, puis essayer de le ramener au Liban. « Après la disparition de Johnny, en 1990, j’ai cherché son corps pendant des semaines, à la morgue, dans les hôpitaux et dans les prisons. Puis, des amis en Syrie m’ont annoncé qu’il avait été transféré à Damas », a confié Mme Nassif, alors qu’elle se trouvait à l’extérieur des bâtiments des Nations Unies à Beyrouth. En novembre 1990, un mois après la disparition de son fils, Violette Nassif a reçu un télégramme de la part d’un officier de l’armée libanaise annonçant que Johnny et cinq autre Libanais n’étaient pas morts, mais emprisonnés en Syrie. Quatre ans plus tard, Mme Nassif est finalement parvenue à rendre visite à son fils, incarcéré dans la prison centrale de Damas. Elle l’a revu deux ans plus tard, pour la dernière fois. Puis, en 2001, un ancien détenu libanais a déclaré à Violette Nassif avoir été dans la même prison que Johnny et lui a annoncé que son fils était encore en vie. Portée par l’espoir de revoir un jour son fils, Violette Nassif manifeste devant le siège des Nations Unies, attendant des informations qui ne viennent jamais. « Le gouvernement nous a abandonnés, en conséquence, une enquête indépendante internationale doit être menée. Cela fait maintenant deux années que nous manifestons. S’attendent-ils à nous voir mourir aussi? Pourquoi ne recherchent-ils pas leurs soldats portés disparus? », a-t-elle déploré. Les responsables syriens ont annoncé qu’ils mèneraient leur propre enquête afin de retrouver les quelque 800 Syriens disparus au Liban. « Les crimes commis par le Liban sur les citoyens syriens ont été pour la plupart motivés par la haine politique, dans le but de diviser le Liban en de petits états dévoués aux gouvernements d’Israël », a dit, l’année dernière, le député Faysal Kalthoum, porte-parole du Comité National pour les Syriens disparus au Liban, au quotidien syrien Tishrine. Ghassan Moukheiber, député libanais et président de la Commission parlementaire des droits de l’homme, a déclaré la semaine dernière que la commission étudierait tous les dossiers des Libanais disparus en Syrie, en Israël et en Libye. « Il est grand temps que nous nous penchions sur cette question humanitaire et morale afin de dévoiler la vérité sur ceux qui sont toujours en vie et sur ceux qui ne le sont plus », a-t-il conclu.
------------------------------------------------------
By Charles Batach

« Who ever tries to annihilate the will of one of the communities of the country is trying to annihilate Lebanon » Michel Chiha.1

Lebanon is composed from 18 different communities which are confessional entities. No single community forms a dominant majority. Each community is a minority. The constitution develops a regime based on confessional democracy where every confession is attributed a key position in the state as a symbol of its power and its influence. In order to prevail over other communities, each of them formed lines of alliances with foreign countries. As a consequence the independence of Lebanon became fragile, sensible to external influences that weakened its state and contributed in activating internal conflicts that led into civil war.
Lebanon became divided into two parts. The power of the state vanished. The republic found itself without a president, in a condition where existed simultaneously two prime ministers in each part of the country acting as the legal head of the state. The demarcation line that divided Beirut into two parts embodied this conflict between the communities and their different views on the living. Major public spaces that reflected the space of dialogue and democracy were destroyed. Public life became non existent. Democracy was perverted. Separation became the condition of living. Spaces of Barriers were formed.
The project takes as a starting point this condition of living (illustrated by the composition of Bar_riers), as well as the particular composition of the population. It aims to activate a process of contamination between them by inserting internal spaces of common use or shared spaces that have no predefined form “a priori”. The purpose of this choice is to define forms for future public spaces that derive from the specific use of the common spaces by the communities, instead of imposing imported forms of public space into which they have to fit in.
The space that result from such a composition functions as a labyrinth in which is simulated the condition of total loss (Bars are 436 meters long) in order to create an interiority (polygonal forms) that activates the contamination between the different communities.

1-Michel Chiha is considered the “father of the Lebanese constitution”- Rf: D.Ammoun, Histoire contemporaine du Liban, Fayard, Octobre 1997. page 304-305.

19 comments:

Charbel said...

Hello Pamela, je suis effectivement content que ce rapport ait dénoncé l'échec d'Olmert et compagnie, mais en même temps, et comme tu l'as bien dit, il faudrait qu'ils soient jugés pour leurs crimes et non pas pour leur échec politique et militaire (ou le fait qu'Israël n'a pas pu remporter de victoire!).

Anonymous said...

Il faut que le gouvernement Libanais exige des compensations financières et le jugement des meurtriers. Mais je pense que c'est un rêve trop beau pour être incarné dans la réalité, vu que plusieurs 'leaders' chez nous et ailleurs suivent les directives des États-Unis et on sait très bien que ces derniers appuient Israël (leurs intérêts sont communs à plusieurs niveaux).

G.

Wadih said...

Il paraît que le rapport 'secret' -remis uniquement à Olmert et les autres concernés - n'est pas disponible au grand public car il y a des informations pouvant nuire aux intérêts nationaux d'Israël, et il y a des implications directes de puissances régionales et le lien avec les États-Unis.

Anonymous said...

A quant la paix tant dans notre pays que dans la région? A quand?
De notre vivant? C'est tellement compliqué que je me demande pourquoi je suis née dans cette période-ci de l'histoire... Mais bon, tant que je suis vivante et en bonne santé, je ne peux demander plus. Il y a tellement de personnes qui ont tout perdu. Je regardais un documentaire sur les camps de réfugiés palestiniens au Liban. Un vieillard témoignait de son expérience. Il avait été chassé de sa terre par les israéliens en 1948 et depuis ce temps vit dans la pauvreté et le désespoir. Verra-t-il un jour sa terre? Selon lui, c'est trop tard, du moins pour sa situation. Et d'ailleurs sa maison et son terrain de plantations furent rasés et on y construisit des maisons pour les colonies israéliennes. Quelle injustice!

L.

AndrosMeister said...

Pamela,

Et toutes ces morts inutiles...ces blessés, ces déplacés... Olmert aura beau reconnaître ses erreurs devant ses pairs, en ce qui me concerne, il demeure un des êtres parmi les plus répugnants actuellement à la solde de Washington. Olmert ne fait preuve d'aucun regret, d'aucune morale face aux meurtres qu'il a froidement planifiés, puis ordonnés.

Il ne faut pas s'imaginer qu'il paiera pour ses crimes: le juge étant à Washington, il y a conflit d'intérêt, car on ne peut à la fois être juge et partie.

L'été dernier, une bonne partie de la communauté internationnale a bien tenté de condamner les massacres qu'Israël a commis sur le territoire libanais. Mais, à chaque fois, les « élus sionistes » ont joué la carte de l'antisémitisme, de la persécution, du pauvre peuple opprimé. Aussi longtemps que la langue de bois primera sur la vie humaine, que ce soit celle des Libanais ou celle des Palestiniens, la condamnation de ce peuple guerrier et prétentieux ne saura pas s'incarner. Et dans quelques mois, une ou deux années tout au plus, Israël recommencera ses guerres d'occupation. Et dire, qu'en plus, ils sont dotés de l'arme nucléaire, arme que leurs amis américains leur ont fournie.

Quel désastre. Que de vies inachevées. Que...

Je m'arrête, j'en aurais trop à dire...

André.

Marchello said...

Franchement Pamela, Olmert coupable, ça vous en fait une belle jambe ça. Tellement absurde.

Anonymous said...

En tous cas Olmert lui, ne semble pas flancher à ce jour et refuse de démissionner. Seul le ministre du travail l'a fait il y a deux jours. Un des piliers de son propre parti, Kadima, la ministre des Affaires étrangères, Tzipi Livni, a conseillé Olmert de démissionner et annoncé sa candidature à sa succession à la tête de Kadima. Cette annonce publique s’ajoutait à la démission d’Avigdor Yitzhaki, chef du groupe parlementaire de Kadima. Pas assez toutefois on dirait ....
Ah oui et j'ajoute: selon les sondages, 65 à 73 % des Israéliens seraient favorables au départ d'Olmert.

L.

Anonymous said...

Le Parlement israélien se réunit aujourd’hui jeudi à Jérusalem en session extraordinaire pour examiner la crise politique dans laquelle est plongée le pays. À Tel-Aviv, une manifestation est organisée pour appeler M. Olmert à la démission.

L.

Pamela Chrabieh Badine said...

Attendons donc les résultats des tensions internes en Israël.

Entretemps, les tensions au sein du Liban ne semblent pas s'apaiser. Et à la nouvelle rendue publique il y a deux jours que le Liban possède une grande réserve de pétrole et de gaz naturel, voilà de quoi attiser une avalanche de nouveaux problèmes... Et l'on se demande pourquoi le gouvernement américain ne fait que défendre notre gouvernement? Sûrement pour des intérêts stratégiques militaires dans la région - vu que le Liban est voisin d'Israël - et des intérêts financiers. Selon The Economist, la réserve de pétrole des États-Unis se tarira d'ici 12 ans. Alors que celle de l'Irak et des pays du Golfe d'ici 100 ans...

AndrosMeister said...

Pamela,

Avec ces réserves de pétrole chez vous, à la fin de son mandat, G. W. Petroleum Bush va s'autoproclamer président du Liban: sa soif de pétrole ne connaît pas de limite...

J'ai hâte de connaître le sort que réserve à monseigneur Olmert le retour à la vie civile...

Bonne journée,

André.

Pamela Chrabieh Badine said...

Le Premier ministre doit partir, affirme Netanyahu
« Olmert à la maison ! », réclament quelque 150 000 manifestants à Tel-Aviv (jeudi)

« Vous avez échoué, rentrez chez vous ! » Le message adressé hier par quelque 150 000 manifestants dans les rues de Tel-Aviv est on ne peut plus clair : le Premier ministre, Ehud Olmert, et le ministre de la Défense, Amir Peretz, doivent démissionner. Dans la foule, se trouvaient aussi bien des juifs religieux que des colons, des laïcs, des représentants de familles endeuillées par la guerre de l’été contre le Liban et des associations de soldats réservistes. Tous appelaient les deux responsables à tirer les conséquences du rapport accablant pour le pouvoir établi par la commission Winograd sur la guerre de l’été. Côté politique, le chef du Likoud, Benjamin Netanyahu, qui s’était jusqu’à hier refusé à réagir au rapport Winograd, a également appelé M. Olmert à démissionner.

(OJ,vendredi 4 mai 2007)

AndrosMeister said...

Pamela,

Ce qui me rend malade (le terme est faible...) dans cette demande populaire pour que Ehud Olmert et que le ministre de la défense, Amir Peretz, démissionnent, c'est qu'on ne le demande pas parce qu'ils ont fait une guerre injustifiée et injustifiable au Liban, mais parce que cette guerre a été perdue par Israël.

Alors, on peut normalement en déduire que le peuple israélien est, dans son ensemble, un peuple de guerriers et que, à la première occasion, comme des loups sauvages, ils aggresseront de nouveau le Liban, ils continueront de massacrer le peuple palestinien et que, dès qu'ils auront réussi à s'inventer un prétexte à coucher dehors, ils bombarderont l'Iran. Ce dernier, ils le bombarderont avec l'arme nucléaire: ces « Élus » ne prendront pas la chance de subir une autre humiliation...

André.

Anonymous said...

Je suis d'accord avec Androsmeister.
C'est malheureux et même inadmissible au 21e siècle, mais c'est la fâcheuse réalité de nos voisins - la plupart...! Restent quelques pacifistes...

G.

Fabien Torres said...

Laïcité et confessionnalisme dans le monde arabe

Dans son Imaginaire et son Actualité

Le jeudi 10 mai 2007 à 19:30

Chaire Islam, Pluralisme et Globalisation
3333 Queen-Mary, 4e étage
Montreal (Canada)

Conférence donnée par
Fadi Hammoud, Journaliste d'origine libanaise spécialisé dans les affaires du Moyen-Orient
et Noomane Raboudi, Docteur en études arabes et islamiques contemporaines.

Pour plus de renseignements, veuillez contacter Fabien Torres au 514 388 1798

Pamela Chrabieh Badine said...

A ceux et celles qui se trouvent au Liban cette semaine, je vous convie à une table-ronde à laquelle je participe: "Mémoire de guerre, identité et réconciliation", le samedi 12 mai 2007, de 5h à 7h pm, au campus des Sciences Humaines de l'USJ (près du centre culturel français), 8e étage. Cette table-ronde est organisée par l'Institut d'études islamo-chrétiennes de l'Université Saint-Joseph de Beyrouth, en partenariat avec la Chaire de recherche du Canada en Islam, Pluralisme et Globalisation de l'Université de Montréal (Québec, Canada). Les trois autres participants-es sont des amis et collègues: Patrice Brodeur, Alexandra Asseily et Wadih al-Asmar.
Nous vous attendons!

Raya said...

A propos des colloques et des tables-rondes sur des problematiques urgentes comme la memoire de la guerre et la reconciliation... J'ai rencontre un journaliste bien connu au Liban hier qui m'a carrement dit que la presse ne couvre que des evenements importants, et donc incluant des leaders politiques, religieux ou des representants de partis politiques traditionnels. C'est tellement dommage... Tant que l'importance n'est pas accordee a toute initiative de paix provenant de divers acteurs de la societe, je me demande comment celle-ci va evoluer.

Anonymous said...

Je seconde Raya. D'ailleurs, rarement l'on trouve des talk-shows a la tele invitant des acteurs de la societe n'ayant pas de liens avec les partis politiques traditionnels. Comme s'il n'existait que ce visage du Liban. On retrouve ce phenomene dans plusieurs societes.

G.

Anonymous said...

Courage Pamela!
Ne vous laissez pas faire!

L.

Billy said...
This comment has been removed by the author.