Thursday, August 09, 2007

Self media - War 2006 in Lebanon

L'irruption du "self-media"
dans la guerre de juillet 2006

(Août 2007)
------------------------------------------------------

L’icône et l’islam : Pamela Chrabieh

Émission Second Regard,

3 décembre 2006,

Radio Canada

Un reportage de Jean-Robert Faucher

Merci Robert et à toute l'équipe de Second Regard!

-----------------------------

De Philippe Martin:

'Voici la onzième édition des portraits de blogueurs, avec Pamela Chrabieh Badine'.

On peut trouver l'entrevue sur Dailymotion, Cent Papiers et YULBUZZ.

Merci à Philippe et Christian Aubry!

------------------------------------------------------

Que ne fut ma surprise de découvrir aujourd'hui une étude intéressante sur la guerre de l'information lors de l'invasion Israélienne du Liban en juillet-août 2006. Cette étude est intitulée: " Une illustration de la guerre de l'information: le conflit entre Israël et le Hezbollah de l'été 2006" (février 2007; auteurs: Martial Baudot, Etienne Delcroix, Benoit Huiot, Briec le Gouvello, Matthieu Osada). Je vous fais part ci-dessous d'un chapitre sur le "self-media" tiré de cette étude:
A. La première "bloguerre mondiale"
Vecteurs autant que créateurs d'information, les blogs ont, durant la guerre de juillet 2006, joué un rôle considérable en matière de perception et d'influence. A bien des égards, ils constituent l'élément novateur d'une "cyberwar" proche-orientale dont l'enjeu réside dans la maîtrise des représentations du conflit entre Israël et la branche armée du "Parti de Dieu" (Hezbollah). La guerre de juillet fut perçue par de nombreux commentateurs et journalistes comme "la première bloguerre mondiale", préfigurant de nouvelles formes d'affrontements (...). Bien que les premiers "blogs de guerre" ont vu leur apparition lors de l'intervention américano-britannique en Irak, c'est dans le cadre de la dernière guerre au Liban que l'on a pu observer une intense activité d'une "blogosphère" mobilisée autour de ce conflit armé.
La spécificité et la résonnance souvent importante du média que constitue le blog - et à fortiori le "blog de guerre" - résultent en grande partie de son caractère personnalisé, même intimiste ou narcissique. Témoin direct d'un événement marquant, soucieux de reproduire son propre "vécu" face à la situation exceptionnelle autant que dramatique que constitue la guerre, le "blogger de guerre" adopte généralement une ligne éditoriale jouant sur toute la gamme des émotions (colère, révolte, enthousiasme, espérance, empathie, altruisme...). Parlant volontiers à la première personne, il cherche le plus souvent à faire partager aux lecteurs ses propres perceptions du conflit, sur un mode d'écriture qui se rapproche parfois du journal ou de la chronique quotidienne.
Pour comprendre comment la blogosphère a pu jouer un rôle majeur dans le traitement informationnel de la guerre de juillet et dans la construction des perceptions face à cette dernière, il est nécessaire de rappeler tant les atouts techniques de ce média que la conception de l'information qui préexiste à son émergence et à son succès. Sur un plan technique, le blog offre des capacités importantes en matière d'exploitation de tous les contenus multimédia et permet une publication simple et rapide. Il constitue aussi bien un outil d'information que de communication, son contenu étant susceptible de recevoir des commentaires publiés instantanément par les internautes. Autant d'avantages techniques qui font de ce média un formidable vecteur en matière d'information.
Mais la résonnace des blogs s'explique également par l'approche spécifique de l'information qu'ils véhiculent. L'apparition des blogs peut en effet être considérée comme l'effet d'un certain scepticisme à l'égard d'une information de masse jugée partiale et trop "citoyenne". Une information laissant peu de place aux témoignages directs, au dialogue, aux ressentis personnels, souvent suspectée d'être inféodée à telle ou telle autre puissance ou idéologie.
On retrouve cette approche de l'information dans la blogosphère de la guerre de juillet, au travers des blogs Libanais ou Israéliens traitant du conflit. Cela ne signifie pas que ces "bloggers de guerre" proposent une information objective, imperméable à toute forme de manipulation de l'information ou de propagande partisane. Au sein de cette blogosphère, les aspirations au dialogue entre Libanais et Israéliens cohabitent avec des prises de position très marquées, très loin de l'approche informationnelle du blog comme espace de compréhension et de respect mutuel (...). Cette "guerre des blogs" inaugure une situation assez inédite dans la guerre de l'information: les "cibles" - amies, ennemies ou neutres - que sont les témoins directs du conflit armé, peuvent devenir de véritables acteurs sur l'échiquier informationnel, disposant d'une résonnance et d'une capacité de modification des perceptions non-négligeables. Les blogs Libanais ou Israéliens qui, par la rédaction à la première personne de chroniques de guerre quotidiennes ou la diffusion de photos très dures ou marquantes, ont clairement contribué à la "mise en scène" de la guerre, tout en poursuivant bien souvent des objectifs idéologiques précis. Cette véritable "force de frappe" médiatique et psychologique dont ont disposé des blogs Libanais ou Israéliens, caractérise un échiquier informationnel de plus en plus atomisé et diffus au sein duquel, par voie de conséquence, le risque informationnel est beaucoup plus difficile à maîtriser. Car il est évident que, lorsque de simples individus prennent des photos très dures des victimes des raids Israéliens au Liban, et que ces mêmes photos sont publiées sur les blogs Libanais les plus consultés, suscitant immédiatement des commentaires horrifiés, le coût est lourd en matière de perception pour les Israéliens. Et il est autant plus élevé quand, dans le même temps, les journalistes utilisent ces mêmes informations livrées par les bloggers, avec toutes les problématiques de validation de l'information que ce procédé implique.
Or, il suffit de quelques photos marquantes assorties de témoignages personnels pour rendre inopérante la politique d'influence d'un acteur, pour atteindre durablement son image et décrédibiliser son discours. Une situation périlleuse dans laquelle se sont retrouvées les autorités Iraéliennes, rapidement débordées par des opinions "bouleversées par les images récurrentes des dommages infligés à la population civile Libanaise". Malgré la diversité des lignes éditoriales des différents blogs, il semble qu'Israël a fait les frais de cette "bloguerre", impuissante face à la profusion d'images et de récits accréditant la thèse d'une offensive Israélienne menée sans considérations pour les civils Libanais (...).
B. La blosophère Israélo-Libanaise de la guerre de juillet:
(...) Du côté Libanais, les blogs n'ont pas tous le même contenu, adoptant des lignes éditoriales différentes et poursuivant des objectifs idéologiques variés. Certains ont adopté une tonalité anti-israélienne comme (...) 'Loubnan ya Loubnan', 'My Lebanon', (...), 'Peace4Lebanon' ou 'Lebanon Under Attack' (...). Mais certains bloggers Libanais, bien que dénonçant les raids Israéliens, ont cherché à établir une forme de dialogue entre Libanais, plaidant pour un retour à la paix, parfois même pour certains avec le voisin Israélien. Ces blogs, se voulant non partisans et insistant sur le devoir d'entraide et de soutien entre Libanais, ont quelque sorte assuré un traitement informationnel du conflit venant perturber les stratégies de persuasion des deux belligérants (...): 'Bloggingbeirut', 'Letters Apart', 'Pamela Chrabieh Badine', Chroniques Beyrouthines', 'Pour que le Liban vive'.
D'autres blogs Libanais, comme 'Lebanese Political Journal', 'Coups de coeur, coups de guere', 'The Beirut Spring', ont formulé de vives critiques à l'endroit du Hezbollah (...).
Du côté Israélien, le blog 'Live from an Israeli Bunker' a bénéficié d'une audience particulièrement importante. Conçu par un jeune Israélien de 17 ans depuis un bunker de Haïfa, le blog adopte une posture plutôt pro-Israélienne (...). Il faut également citer le blog 'On the face ' de Lisa Goldman, journaliste israélo-canadienne vivant à Tel-Aviv, et cherche à établir un dialogue entre les différents acteurs du conflit (...).
Cette "bloguerre" Israélo-Libanaise constitue une véritable innovation dans le cadre de la guerre de l'information, dans le cadre spécifique des conflits armés. Si l'enjeu reste toujours le même - la maîtrise des perceptions-, il n'en reste pas moins que c'est la structure même de l'échiquier informationnel qui se trouve modifié, voire même révolutionné, par l'irruption de ces nouveaux acteurs que sont les bloggers; acteurs rencontrant une forte résonnance du fait parfois de leur qualité de témoins directs et de leur manière très personnalisée de diffuser ou de créer de l'information (...).
-------------------------------------------------------------
Pour plus de détails sur l'étude en question, consulter le document suivant en format pdf.
Consulter aussi:
- "Première bloguerre mondiale", article de 'Libération', 29 juillet 2006.
- R. Girard, La guerre ratée d'Israël contre le Hezbollah, Perrin, 2006.
- Pour une liste exhaustive des blogs Libanais: Open Lebanon et Lebanese Blogger Forum. Côté Israélien: Jblogosphere et Webster.
------------------------------------------------------------
Quel avenir pour le Liban ?
L’instauration d’un vrai dialogue interconfessionnel est-elle possible ?
Conférence organisée par la Chaire Islam, pluralisme et globalisation, Initiatives et changements ainsi que le Cercle interreligieux de Montréal, suivi d'une table rondele samedi 28 janvier 2006 à 14hsalle Z-110 du pavillon Claire-McNicoll.
Conférencier invité : Samir Khalil Samir de l’Université Saint-Joseph (Beyrouth).Capsule vidéo (format .mov ; 50 Mo)
Intervenants de la table ronde : Pamela Chrabieh (Université de Montréal), Ali Daher (UQAM), Sami Aoun (Université de Sherbrooke).
La population du Liban se remet encore difficilement de la guerre qui a déchiré le pays de 1975 à 1990. Depuis l’assassinat au printemps dernier de l’ancien premier ministre Rafiq Hariri, et le retrait des troupes syriennes, le Liban vit des turbulences qui laissent craindre la reprise des affrontements meurtriers. Quel avenir attend le Liban? La construction d’un vrai dialogue entre les personnes de confessions religieuses et de cultures diverses est-elle possible? Comment prévenir les violences identitaires?
Remarque: si la capsule vidéo ne peut être visionnée directement, consulter la page-web 'archives' du CERUM (Université de Montréal).
--------------------------------------------------------
Ci-dessous un article très intéressant pour mon collègue Aziz Enhaili, publié récemment par Europe 2020:
Les élections législatives de septembre 2007 et l’hypothèse d’un raz-de-marée islamiste au Maroc
01/08/2007
Résumé :
Contrairement aux inquiétudes de la classe politique traditionnelle du Maroc, l’action conjuguée de plusieurs facteurs et acteurs lors des élections législatives de septembre 2007 ferait en sorte que le raz-de-marée islamiste tant redouté n’aura pas lieu et donc l’islamiste Parti de justice et de développement ne pourra rafler la majorité des sièges à la Chambre des représentants.
Dans un contexte de crise économique et de mauvaise gouvernance, les islamistes ne cessent de renforcer leur position face à une classe politique traditionnelle vieillissante et en perte de vitesse. C’est pourquoi, en prévision des élections législatives de septembre 2007, les adversaires du Parti de justice et de développement (PJD) s’inquiètent d’un éventuel raz-de-marée islamiste déferlant sur le pays et permettant à ce parti de rafler la majorité des sièges.
Dans cette étude consacrée à l’analyse de ce pronostic alarmiste, nous partons d’une hypothèse contraire pour affirmer que l’action conjuguée de plusieurs facteurs ferait en sorte qu’il n’y aurait pas de raz-de-marée islamiste aux élections législatives de 2007. Par conséquent, ces consultations nationales ne feraient pas du PJD le parti majoritaire dans la Chambre basse du parlement.
I. CONTEXTE POLITIQUE ET ÉCONOMIQUE DU MAROC
Le PJD est le seul parti islamiste légal au Maroc. Contrairement à son puissant concurrent : le Groupe Justice et Bienfaisance (GJB) qui demeure non reconnu, ce parti reconnaît la légitimité religieuse de la monarchie. [1] Il est présent dans quatre niveaux des institutions politiques du pays : le parlement, les conseils régionaux, les assemblées préfectorales et provinciales, et les conseils municipaux et communaux. Lors des élections législatives de septembre 2002, ce parti a récolté 42 sièges dans une Chambre basse de 325 députés (13%). Il s’y est ainsi classé comme troisième parti et s’est imposé comme la principale force d’opposition.
Depuis ces élections, cette formation islamiste n’a cessé de renforcer sa position dans la société, d’élargir sa base et d’étoffer son membership. Ses congrès nationaux réguliers ont été l’occasion de renouveler, de rajeunir et de « féminiser » son leadership. En face, la classe politique traditionnelle s’est révélée plus que jamais divisée, sclérosée, anti-démocratique et incapable de se renouveler. Ses partis politiques demeurent plus que jamais tenus de mains fermes par des gérontocraties politiques déphasées par rapport à une société très jeune. En plus de cette rupture de générations, cette élite politique se trouve en porte-à faux avec ce qu’elle dit être quand son discours démocratique favorable à la circulation des ressources du pouvoir entre différents groupes sociaux, se trouve contredit par sa propre gestion autocratique et clientéliste des organisations politiques et sociales qu’elle contrôle. En cela, elle partage avec le régime une culture monarchique conservatrice des ressources du pouvoir et peu ouverte à la rénovation effective.
Après un exercice de près de dix ans d’un cabinet de « transition » qui avait soulevé en 1998 beaucoup d’espoir, [2] le pays n’a pas résorbé sa fracture sociale pour cause notamment de crise économique et de mauvaise gouvernance. Il se classe au 125e rang de l’Indicateur du développement humain (2002) des Nations unies. Près de la moitié de sa population âgée de 15 ans et plus est analphabète (49,3%). Plus du tiers de la population (34,5%) est pauvre, avec 14,3% vivant avec $2 par jour. [3] Les rangs des chômeurs, dont ceux diplômés des cycles supérieurs, ne cessent de se gonfler. L’approche un peu plus chaque jour de la date fatidique de 2010, date de la levée des barrières douanières avec l’Union européenne, est appréhendée avec angoisse. Plusieurs secteurs économiques du pays ont le sentiment qu’ils n’ont pas eu assez de temps et de moyens pour se préparer adéquatement à cette ouverture économique. Ils pensent qu’une fois encore ce sont les mêmes groupes sociaux, c’est-à-dire les gros joueurs économiques proches de la Couronne, qui auront plus d’atouts pour éviter le pire ; alors qu’eux se verront amputer de pans entiers de leurs secteurs d’activité, notamment dans le milieu du textile et du prêt-à-porter. Déjà, la concurrence chinoise dans ce domaine a fait du mal à ce secteur. En plus d’avoir raté son rendez-vous avec la croissance et le développement économique, ce cabinet de « transition » n’a pu engager le pays sur la voie d’une réelle démocratisation.
Ce sont ces contextes politique et économique de crise qui expliquent l’inquiétude des adversaires du PJD de le voir devenir parti majoritaire dans la Chambre des représentants au lendemain des élections législatives de 2007. Cette appréhension est également partagée par de nombreux observateurs internationaux en Europe comme aux États-Unis. [4] Mais plusieurs obstacles éloigneront la coupe des lèvres islamistes !

II. LES OBSTACLES AU RAZ-DE-MARÉE ISLAMISTE REDOUTÉ AU MAROC
Il est vrai que ce contexte de double crise n’est pas à l’avantage de la classe politique traditionnelle. Cela dit, l’influence conjuguée de quatre facteurs importants ferait en sorte que le raz-de-marée islamiste redouté se révélerait plus une vue de l’esprit qu’une possibilité réaliste. L’impact prévisible de l’action de ces quatre défis sur les opportunités islamistes n’aura pas les mêmes retombées. Les trois premiers de ces facteurs sont hors du contrôle du PJD alors que le dernier le touche comme structure partisane. Ces facteurs sont la volonté royale, la réaction du « bloc » socio-politique anti-islamiste, la position de son frère-ennemi : le GJB, et la dynamique du PJD lui-même à l’approche des élections.
1. De la volonté royale et de quelques-uns de ses atouts
La monarchie marocaine contrôle les pouvoirs exécutif, législatif et judiciaire. Permettra-t-elle cette fois au parti islamiste de présenter ses candidats dans l’ensemble des circonscriptions électorales ou le persuadera-t-elle, comme en 2002, de faire preuve d’auto-retenue électorale, en limitant le nombre de ses candidatures et donc des éventuels sièges gagnés par le PJD ? Voudra-t-elle composer avec un parti islamiste puissant et majoritaire à la Chambre des représentants, advenant un hypothétique « raz-de-marée », ou préférera-t-elle priver les islamistes légalistes de leur victoire pour garder, à l’adresse du monde extérieur, une image d’un pouvoir en contrôle de la situation ? Mais que son choix se porte sur l’une ou l’autre de ces deux hypothèses, elle demeurera le dernier arbitre des élections et du remodelage à sa guise de la carte politique du pays. En contrôlant notamment le ministère de l’Intérieur, seul architecte des opérations électorales, son contrôle technique s’exerce à travers, entre autres, le modelage du type de scrutin et du découpage électoral ainsi que du seuil d’éligibilité adopté. Son contrôle du marché électoral renforce cette situation.
Au niveau du mode de scrutin, il semble que celui qui va être adopté sera le même que celui utilisé en 2002, c’est-à-dire celui proportionnel de liste avec le principe du plus fort reste. L’enjeu principal de ce type est essentiellement de faire porter le vote non sur des personnalités locales, fortes de la loyauté de réseaux de clientèle, mais sur les partis et favoriser ainsi l’émergence d’un système politique de partis. Son adoption est censée également pousser les petits partis à se regrouper dans des formations plus grandes et limiter ainsi l’éclatement du paysage partisan, situation qui est à l’avantage des islamistes. Tout comme les partis de la gauche gouvernementale, le PJD, un parti essentiellement de cadres, est favorable à ce type de scrutin car il offre à son élite politique deux avantages principaux. D’abord, contrairement au mode uninominal abandonné qui renforce les chances d’élection des notables, ce type de rechange est de nature à favoriser plus les membres de l’élite d’un parti, et donc du PJD. Ensuite, une fois élus, les membres de son aile parlementaire bénéficieront davantage de possibilités d’intégration institutionnelle et de mobilité sociale, renforçant ainsi un peu plus leur loyauté politique.
Au niveau du découpage électoral, le pouvoir dispose d’un levier d’importance. Il contrôle la date exacte du dévoilement des détails du découpage électoral définitif, l’architecture du découpage et son infrastructure sociologique. Pour un parti d’opposition comme le PJD, connaître le plutôt possible les détails du découpage est très important car une telle information stratégique est cruciale pour préparer sa campagne, connaître la socio-géographie de l’électorat et y adapter son discours électoral. Pour le découpage, la division du pays en circonscriptions plus réduites ou plus larges que celles de 2002 n’est pas un choix innocent. En divisant le pays en circonscriptions plus petites, le pouvoir pourrait rendre plus difficile la tâche d’élection des candidats d’un parti islamiste dont la surface financière n’est pas très importante. Ce facteur pourrait être un handicap important au moment du financement des campagnes électorales de 2007. Par crainte de représailles du pouvoir, la bourgeoisie pieuse pourrait ne pas apporter au PJD les fonds nécessaires pour combler ses besoins. Mais en découpant le pays en circonscriptions plus vastes que celles datant de 2002, la surface des électeurs à convaincre deviendra plus importante encore et exigera par conséquent un investissement plus conséquent en terme de ressources matérielles (locaux de campagne, argent, etc.) et humaines. Comme le PJD ne dispose ni d’armature territoriale à même d’encadrer l’ensemble du pays ni de ressources conséquentes, il lui sera très difficile de joindre le maximum des électeurs potentiels. Aussi, si on choisit des circonscriptions très vastes, la fourchette théorique des candidatures pjdistes se retrouvera inévitablement réduite. Devant une telle situation, les tensions s’exacerberaient au sein du parti entre les candidats à la candidature, encore plus pour les têtes de liste. Une fois la liste pjdiste ficelée, il y aura, par la force des choses, davantage d’appelés que d’élus. Les malheureux déçus pourraient, à leur corps défendant ou intentionnellement, faire le jeu des adversaires du parti islamiste. Ces derniers ne manqueraient pas cette occasion pour exploiter ces tensions internes au PJD et jeter de l’huile sur le feu. Toujours pour le découpage adopté, si le découpage compte plus de circonscriptions rurales qu’urbaines, le PJD, un parti qui s’est révélé en 2002 de profil urbain, verrait ses appuis potentiels largement fondre et une éventuelle majorité de sièges s’éloigner. Si en plus la technique du Gerrymandaring est encore une fois utilisée, l’opposition traditionnelle de l’électorat de circonscriptions urbaines sera « corrigée » par le collage de circonscriptions rurales dont le vote est traditionnellement loyaliste. Enfin, au non-enracinement de ce parti dans le monde rural, s’y ajoutent des facteurs socio-politiques liés à l’histoire même des campagnes, à la formation de leurs élites locales et à leurs rapports avec le centre politique. N’oublions pas que la stratégie adoptée par les rois Mohamed V ( -1961) et Hassan II (1961-1999) pour stabiliser le système politique était basée notamment sur l’alliance avec les élites locales du monde rural. [5] Cette alliance a permis aux notables locaux riches et puissants de faire des campagnes leur chasse gardée, et au pouvoir de faire échec aux visées « révolutionnaires » des classes urbaines montantes. Étant donné le lien organique de ces élites locales conservatrices avec la structure du pouvoir actuel et le renforcement très visible de leur puissance politique dans un monde rural marqué par plusieurs mutations sociologiques, dont le recul des propriétés foncières petites et moyennes au profit de grandes propriétés foncières passées aux mains de moins en moins de propriétaires terriens, [6] les tenants du statu quo politique et social dans les campagnes ne resteraient pas les bras croisés devant l’ascension de l’opposition islamiste. La paupérisation qui s’est de plus en plus renforcée serait de nature à réduire la marge de manœuvre de ces paysans pauvres avec ou sans terre qui seraient tentés de faire alliance avec cette nouvelle force d’opposition montante. Au niveau cette fois du seuil d’éligibilité, moins ce seuil atteindra les 10% des voix pour remporter un siège, plus le paysage politique sera émietté. L’adoption du seuil de 10% serait fatale pour de petits partis de gauche comme de droite. Ce seuil élevé favoriserait plus des partis comme l’Union socialiste des forces populaires (USFP) qui siège au gouvernement depuis 1998, ou le PJD. Un seuil égale ou inférieur à 5% serait d’un grand secours pour les petites formations et enlèverait virtuellement au PJD une somme supplémentaire de voix. Le marché de l’offre et de la demande électorales est un autre facteur qui pourrait nuire aux chances du PJD d’attirer le maximum de voix disponibles. D’abord, si la quantité des offres partisanes est virtuellement illimitée, puisque tout regroupement politique qui remplit les conditions légales exigées pourrait théoriquement se voir reconnu, la demande quant à elle se limite au nombre de voix disponibles sur le marché électoral. Si on retranche les secteurs qui traditionnellement portent leurs voix sur le même parti, la taille de l’offre électorale qui pourrait être captive pour le PJD se retrouve réduite. Si en plus de cela la structure du marché des partis politiques s’enrichit, comme d’habitude à l’approche des élections, par l’arrivée de nouveaux joueurs, les parts islamistes du marché électoral se réduiraient encore davantage. D’ailleurs, deux nouveaux partis à référentiel islamiste attendent leur agrément officiel. Leur arrivée éventuellement juste à temps ne serait pas de nature à rendre service à la stratégie électorale du PJD.
Au niveau politique, le régime politique pourrait le cas échéant mobiliser également son réseau territorial des collectivités locales, la Gendarmerie, les forces armées et son réseau des notables locaux disséminés à travers le pays, pour faire barrage au PJD.
2. Tout sauf le PJD
Le PJD devrait également compter avec une alliance de fait entre des forces sociales, politiques et sécuritaires « laïques » hostiles au projet islamiste. Ces forces pourraient être tentées au besoin de mettre tout en œuvre pour faire échec à la stratégie du PJD et stopper net son ascension électorale. D’éventuels attentats terroristes à l’approche des législatives porteraient à coup sûr un coup sérieux aux chances du PJD. Déjà au lendemain des attentats de 2003 à Casablanca des partis de la gauche gouvernementale flirtaient avec l’idée des sécuritaires d’interdire purement et simplement la formation islamiste. De plus, l’année 2006 a vu Nourredine Ayouch, un homme de publicité proche de la Couronne, fonder le groupe « 2007, Dabba » (2007, C’est maintenant). C’est en fait une association anti-islamiste qui comprend des intellectuels, de richissimes hommes et femmes d’affaires, des lobbyistes et des militants associatifs de divers horizons, mobilisés en vue des élections de septembre 2007, pour faire échec au PJD. Parions que plus le pays s’approche du jour électoral fatidique, d’autres cercles anti-islamistes feront leur apparition.
3. Le frère-ennemi GJB
Pour améliorer ses chances, le PJD aura fort à faire pour convaincre l’électorat islamiste de porter ses voix sur sa liste. Mais pour y arriver, il devra notamment venir à bout de la résistance d’un important mouvement islamiste comme le GJB qui demeure à l’extérieur des institutions politiques légales d’un régime dont il conteste la légitimité. En déclarant déjà son boycott des prochaines consultations de 2007, ce mouvement signifie au PJD qu’il ne va pas donner de consignes de vote en sa faveur. Comme le jeu électoral est à somme nulle, les gains de l’un sont des pertes pour l’autre. Dans ce contexte, le GJB ne pourrait se permettre de renforcer la position de son concurrent. Aussi, un appel en faveur du PJD pourrait être interprété comme une légitimation à posteriori d’un processus électoral considéré d’avance comme illégitime. Dans ces conditions, le PJD ne pourra pas, sauf en cas de miracle, faire le plein des voix islamistes.
4. Le PJD et sa cuisine
La cuisine interne de ce parti concerne quatre éléments qui pourraient nuire à ses opportunités électorales. D’abord, au niveau de son appareil politique, ses liens organiques avec l’association néofondamentaliste Mouvement Unicité et Renouveau (MUR) ne sont pas de nature à rassurer ses interlocuteurs laïcs et une partie de la population traumatisée par les dérives des salafistes marocains et leurs attentats terroristes en 2003 et 2007 à Casablanca. Pour rappel, son canard At-Tajdid avait défrayé la chronique locale en assimilant les terribles ravages du Tsunami dans le Sud-Est asiatique à un châtiment divin, pour, semble-t-il, mœurs dépravées. Plusieurs films et festivals artistiques marocains jugés islamiquement incorrects n’ont pas échappé à son courroux. Les concurrents du PJD pourraient se servir de cette relation organique ainsi que de liens troubles entre certains de ses militants et des salafistes pour semer le doute dans l’esprit de l’électorat sinon pour lui faire peur. À cet effet, ils disposent notamment de plusieurs relais et titres de presse. Ensuite, le deuxième élément qui pourrait nuire à la campagne pjdiste tient en la compétition pour les positions de pouvoir en son sein entre différentes personnalités. À preuve : les luttes feutrées au sein de sa direction entre les représentants du « courant » idéologue (Mostafa Ramid, Ahmed Raïssouni) et ceux du « courant » pragmatique (Saâdeddine el-Othmani, Lahcen Daoudi, Abdelillah Benkirane). Ces luttes ne sont pas de nature à souder les rangs pjdistes. Si l’on se réfère à cet effet à l’histoire contemporaine marocaine, on se rappellera aisément du destin d’un autre parti, dont le prestige, la légitimité, la puissance et la grandeur d’alors n’ont rien à voir avec une jeune formation comme le PJD. Cette formation n’est autre que le Parti de l’Istiqlal (PI) qui, à cause notamment des ambitions insatiables de pouvoir ou de prestige de personnalités fortes conservatrices comme de gauche parmi ses dirigeants, a fini par imploser, perdant ainsi toute possibilité de peser réellement sur le rapport des forces. Encore un autre facteur contraignant pour la marge du PJD réside dans le caractère porté sur le compromis de son nouveau chef Outhmani tout comme le type d’alliances privilégié ou les partis approchés par lui en prévision des élections législatives. Ces éléments pourraient être utilisés par certains cadres islamistes, éconduits au moment du choix des têtes de liste, comme un prétexte pour mener une fronde contre la direction, sinon aller voir ailleurs. La jeunesse de cette formation et donc son peu d’expérience en terme d’intrigues politiciennes pourraient lui jouer des tours. Une question se pose advenant une victoire pjdiste éclatante : cet appareil politique jeune serait-il capable de gérer l’explosion de sa croissance éventuelle ? En raison des limites intrinsèques du PJD, il serait présomptueux d’y croire.
***
Si on ajoute à tous ces facteurs endiguants le fait que la gauche chasse sur les mêmes terres que le parti islamiste, c’est-à-dire auprès de la classe moyenne urbaine, il serait très difficile pour le PJD de récolter plus de 25% de sièges (contre 13% en 2002).

III. POUR NUANCER
Si la classe politique traditionnelle s’inquiète assez de la montée du PJD lors des prochaines élections législatives, il ne faut pas croire qu’il s’agit-là d’un parti tout-puissant ou dangereux pour la stabilité des institutions politiques nationales. L’enjeu pour le régime en place demeure encore l’évitement d’une victoire massive d’un parti, quelle que soit sa couleur, ou la formation d’une coalition homogène qui n’aurait pas besoin de l’appui de la Couronne. Ces deux situations pourraient affaiblir le pouvoir de négociation du Palais royal. Pour les autres partis, tout renforcement du PJD se fera à leurs dépens.
Dans ce pays, plusieurs garde-fous relativiseront toute éventuelle victoire islamiste sortie des urnes. Sans revenir sur la nature autocratique du régime et de ses alliances internationales qui font de la monarchie seul détenteur du pouvoir réel, on pourrait se contenter de deux éléments importants : le premier touche la révision constitutionnelle et le rôle de la Chambre haute du parlement ; le second la prérogative du choix du Premier ministre.
Pour que le PJD puisse réellement peser sur le cours des choses, il lui faudrait changer la Constitution. Pour piloter un tel chantier, il aurait besoin de la majorité des deux tiers des députés, majorité nécessaire pour toute révision constitutionnelle éventuelle (art. 98). Aura-t-il assez de force de caractère politique pour s’y engager ? Chose impensable avec un maximum de quart prévisible des sièges. Ses autres adversaires politiques, notamment l’USFP, voudront-ils lui laisser le leadership, eux dont le nom est lié notamment à la saga constitutionnelle depuis plusieurs décennies ? La monarchie gouvernante qui seule peut soumettre directement au peuple tout projet de révision (art. 97), voudra-t-elle d’une révision qui rognerait ses prérogatives ? Dans tous les cas de figure, la forme monarchique de l’État ne peut faire l’objet de révision (art. 100).
Pour la désignation du Premier ministre et sa charge de former le gouvernement, c’est une prérogative royale exclusive (art. 24). C’est pourquoi même si, dans l’hypothèse la plus heureuse, le PJD réussit à enregistrer une victoire électorale éclatante, Mohamed VI pourra, Constitution à l’appui, bouder le pjdiste el-Outhmani et charger, en toute liberté, un autre dirigeant politique ou une personnalité technocrate de former le prochain cabinet. Même si le roi chargeait el-Outhmani de former le gouvernement, il ne faudrait pas s’attendre à un changement de politique générale puisque la définition d’une telle politique relève au Maroc de la seule monarchie qui associe les différents membres du cabinet à sa gestion. En cas d’une surprise miraculeuse, la monarchie dispose d’un garde-fou supplémentaire en la qualité de la Chambre haute, où se retrouvent traditionnellement des notabilités loyalistes à la Cour. Cette Chambre peut dans certaines conditions censurer le gouvernement, prélude à sa chute. C’est notamment pour ces raisons et dans ces conditions qu’il ne faudrait pas s’attendre au moins à moyen terme à ce que l’ordre islamique règne dans ce royaume. En intégrant éventuellement le gouvernement à côté d’autres acteurs politiques, les islamistes permettraient l’intégration de nouvelles catégories sociales qui restent encore exclues du système politique et renouvelleraient ainsi la légitimité du régime. Mais une fois vaincus par l’immensité des défis à relever, ces islamistes loyalistes perdraient une partie de leur appui populaire.

CONCLUSION
En examinant l’action conjuguée de plusieurs facteurs sur les chances électorales du PJD, cette analyse nous a permis de relativiser la portée d’un hypothétique « raz-de-marée » islamiste en 2007. Mais en attendant, et pour mettre toutes les chances de son côté, le PJD devrait soigner son image politique, à l’aide d’une campagne de relations publiques en direction de la monarchie, de la société civile et des puissances occidentales, États-Unis et France en tête, sans oublier le voisin espagnol.
----------------------
* M. Aziz Enhaili :
M. Aziz Enhaili est co-auteur de trois ouvrages collectifs, dont deux dirigés par Barry Rubin : Political Islam (Londres : Routledge, 2007) & Global Survey on Islamism (États-Unis, à venir). Il a également publié de nombreux articles dans des revues académiques spécialisées de la Méditerranée (Confluences Méditerranée ; Confronto) et du Moyen-Orient (Middle East Review of International Affairs ; Journal d’étude des relations internationales au Moyen-Orient).

[1] Mohamed Tozy, Monarchie et islam politique au Maroc (Paris : Presses de Sciences Po : 1999).
[2] Aziz Enhaili, « Une transition politique verrouillée (au Maroc) », Confluences Méditerranée, No. 31 (Automne 1999), pp. 57-75.
[3] Ces chiffres sont tirés du Rapport mondial sur le développement humain 2004. La liberté culturelle dans un monde diversifié, PNUD (Paris : Économica, 2004).
[4] Selon un sondage de l’Institut républicain international (International Republican Institute : IRI) sur les probables intentions de vote des Marocains en 2007, le PJD, avec 47% des votes, se place en pôle position (contre 17% pour l’USFP et 12% pour le PI). Cf. Aboubker Jamaï (et alt.), « Demain les islamistes », Le Journal hebdo, (no. 247, 18-24 mars 2006), at : .
[5] Rémy Leveau, Le fellah marocain défenseur du trône (Paris : Presses de la Fondation nationale des sciences politiques, 1985).
[6] Rémy Leveau, Le Sabre et le turban : l’avenir du Maghreb (Paris : François Bourin, 1993).

21 comments:

Anonymous said...

Impressionnante étude en effet. J'ai été la consulter. Près de 120 pages en format html. Merci Pamela.
G.

Anonymous said...

En tous cas, cette étude démontre l'importance du pouvoir que détiennent les internautes dans un monde chaotique et dont les frontières tendent à se diluer. Une forme de pouvoir du "peuple" face à des leaders et des puissances faisant fi des besoins et des intérêts de leurs populations.

G.

André Tremblay said...

Pamela,

Selon moi, s’il n’y avait eu que la « Presse Officielle », notamment la presse française contrôlée presque de part en part par les sionistes, pour nous informer de cette guerre unilatérale et sans merci menée par Israël, l’agression sauvage du Liban aurait été, et de beaucoup, plus meurtrière qu’elle ne le fut… Je crois que les blogues, notamment le tien, ont grandement influencé la couverture de l’invasion israélienne par les journaux et les diverses télévisions, particulièrement à compter de la deuxième semaine du carnage sioniste. En larguant leurs bombes sur les civils de Cana, Israël s’est littéralement tiré dans le front : le sacrifice de ces femmes, de ces enfants, de ces vieillards aura amorcé le véritable virage de la couverture médiatique de ce conflit. En ce sens, même si je n’aime pas employer de tels mots, force m’est de croire que ce sacrifice n’aura pas été vain…

Je le répète, ton blogue aura été d’une importance capitale dans la relation objective de ces tristes évènements. Nous ne t’en serons jamais assez reconnaissants !

André.

Pamela Chrabieh Badine said...

Merci André et à tous les blogueurs qui oeuvrent à tisser des liens au-delà des différences!

Siham Kh. said...

Bonjour,
le 14 août fut un jour de commémoration de la fin des hostilités (invasion israélienne de l'été 2006) au Liban. Il faut se rappeler qu'un cessez-le-feu n'a pas encore été annoncé et que la reprise des combats est possible. Cette fois, Israël lancera une offensive encore plus destructrice. Attendons-nous au pire. Mais ne perdons pas espoir, surtout si les Libanais entre eux peuvent arriver à s'entendre, et si le processus de paix régionale puisse être amorcé de nouveau.
Merci pour l'article sur la bloguerre et pour la conférence sur l'avenir du Liban. Très élairants! Je me demande dans le cas d'une nouvelle offensive israélienne, les blogs libanais - du moins les pacifistes - pourront-ils encore une fois relever le défi d'une bloguerre tout en oeuvrant pour la paix? qu'en sera-t-il du côté des blogs israéliens? ou alors tous seront emportés par la logique du conflit?

From Ric Curnow said...

Dear Sir or Madam

Over the past week, activity in the Palestinian theatre has been difficult
to characterize, except perhaps for the absence of any remarkable
developments in movements towards peace, and for the ‘sameness’ of much that has come to pass.

Briefly:
-Israel’s President raised another quickly sidelined peace proposal
-More eminent international bodies (the Italian President, the UK’s House of Commons) suggested the ongoing boycott of Hamas and corresponding blockade of Gaza are counter-productive to peace and welfare, to more protests from Israel.
-The UN warned again of impending economic collapse in the Gaza Strip
-The Israeli Defence Forces continued their occupation and other activities, with correspondingly more deaths, injuries, arrests, and
disruptions in the lives and livelihoods of Palestinians.

On a more positive note:
-Israel, Egypt and the Hamas administration in Gaza succeeded in
coordinating the return to Gaza via Israel of all 6000 Gazans trapped in Egypt since June. Only those unprepared to travel through Israel remain in
Egypt
-120 Palestinian businesspeople are preparing to launch an ‘alternative’ political party to contest the next elections for the Palestinian Authority’
s Presidency and Legislature, in response to widespread disillusionment with Fatah and Hamas.

As always, I look forward to your comments and suggestions.

Ric Curnow
ANTI-BIAS Pty Ltd
+61 2 6100 3009
+61 406 375 579
6 Stokes Street Griffith ACT 2603 AUSTRALIA
ric.curnow@anti-bias.com
skype: ric.curnow

From Tadamon! Montreal said...

Radio Tadamon! Islamic Democracy and the War on Terror.
http://tadamon.resist.ca/index.php/post/826

Listen to an interview with the Washington editor of Harpers Magazine, Ken Silverstein, who recently published an article entitled, "Parties of God: The Bush doctrine and the rise of Islamic democracy", which examines the current democratic developments in the Middle East within the context of the U.S. supported War on Terror.

This interview touches on the case of the Muslim Brotherhood in Egypt, Hamas in Palestine and Hezbollah in Lebanon as examples the growing role of Islamic movements in democratic political systems in the Middle East. Silverstein addresses a rage of topics concerning the role of Islamic movements in Middle East, from the struggle for democratic reform, to the impacts of U.S. military policy in the Middle East on the establishment of democracy.

* View Ken Silverstein's article, "Parties of God: The Bush doctrine and the rise of Islamic democracy", online at:

http://harpers.org/archive/2007/03/0081425

* This interview was produced for Radio Tadamon! by journalist Stefan Christoff, for broadcast on CKUT Radio in Montreal & internet distribution through the Rabble Podcast Network & Electronic Lebanon...

De Jeannette Baillargeon said...

Bonjour tout le monde,

Un petit mot pour vous rappeler la tenue du FORUM SOCIAL QUÉBÉCOIS (FSQ) qui aura lieu du 23 au 26 août prochain à l'UQAM et dans le parc Émilie-Gamelin (métro Berri-UQAM). Un grand spectacle d'ouverture est prévu le 23 août au MEDLEY (il est nécessaire de s'inscrire pour y assister).



S’inscrivant dans la mouvance des Forums sociaux mondiaux qui ont eu lieu notamment à Porto Alegre (Brésil), Mumbai (Inde) et Nairobi (Kenya), le FSQ veut rassembler pendant quelques jours des milliers de personnes et d’organisations progressistes. Il se propose de créer un espace inclusif d’échanges, de discussions engagées, de réseautage, de participation citoyenne et collective ainsi que de constructions d’alternatives afin de promouvoir un développement durable, juste, égalitaire et harmonieux du Québec.



Il y aura un grand éventail d'activités : 315 ateliers de discussion, conférences, tables de controverse, groupes d'échange citoyen, films et documentaires engagés, spectacles, performances artistiques et espaces de création libre… Une assemblée des mouvements sociaux clôturera le tout.
Vous trouverez toutes les informations pour vous inscrire au Forum social québécois au www.er.uqam.ca/nobel/social//2007/.Le coût est de 20 $.

Pour toutes questions ou informations, contactez-nous sur notre courriel cprf@cooptel.qc.ca ou au téléphone 514-526-2673.

Louise Lafortune
pour le CPRF

De Tadamon! Montreal said...

Premier Forum social québécois, du 23 au 26 août 2007 à Montréal

Tadamon! Montréal animera un atelier
Samdi le 25 août à 11h, sous le titre:

Pourquoi contester l'existence de la liste Canadienne
des organisations «terroristes» ? L'exemple du Liban.

http://tadamon.resist.ca/index.php/post/838

Description: En 2001, le Canada a adopté une nouvelle législation anti-terroriste et établi une liste d'entités terroristes. Cette liste est utilisée pour promouvoir des intérêts politiques, stratégiques et économiques précis qui menacent les libertés individuelles et politiques. A partir du cas du Liban sur lequel le travail de Tadamon se concentre, nous tenterons de montrer comment le qualificatif de terroriste délégitime toute résistance à Israël et à l'impérialisme occidental dans la région, empêche un espace de débat libre et démocratique au Canada et marginalise les communautés soupçonnées de sympathie avec ces mouvements.

* Pour plus d'informations sur la campagne de Tadamon! pour contester la présence du Hezbollah sur la liste des organisations terroristes au Canada visitez:

http://tadamon.resist.ca/index.php/campaigns/de-listing-hezbollah

Tadamon! Montreal:
http://tadamon.resist.ca / tadamon[at]resist.ca / 514 664 1036

Anonymous said...

Salut Pamela! L'article de Mr.Enhaili est très éclairant! Enfin un peu de lumière sur une problématique assez chaude au Moyen-Orient, surtout qu'on est bombardé de tous les côtés d'informations tronquées ou biaisées sur les mouvements islamistes.

R.

Anonymous said...

Bonjour Pamela,

J’ai fermé temporairement (en ce moment, je ne peux pas dire pendant combien de temps) mon site : avant de redevenir actif, sous le même nom, dans la blogosphère je préfère régler les problèmes de santé (cœur) qui m’affectent depuis le début du printemps dernier. Je ne croyais pas que ce serait aussi long avant d’obtenir les traitements adéquats pour corriger ces troubles cardiaques, lesquels je n’ai jamais vus venir… Mais, listes d’attente obligent, semble-t-il !

Plus le temps passe et plus cette situation relative à ma santé me gruge. Pour le moment, Je préfère donc me concentrer sur mon dossier médical, dans l’espoir de faire avancer les choses, ne serait-ce que d’un mois ou deux… De plus, puisque je suis consultant et, qu’à ce titre, j’œuvre comme travailleur autonome, je me dois de maintenir mes contacts bien actifs, si je veux demeurer sur le marché… Dans ce milieu, cette jungle, on a l’oubli facile….

D’ici à ce que la situation redevienne à la normale, si normale il y a, je compte bien continuer à fréquenter régulièrement ton blogue : je le trouve très bien fait et absolument intéressant, tant par la variété des sujets que tu traites que par la qualité des textes que tu y publies.

Bon dimanche,

André Tremblay.

Pamela Chrabieh Badine said...

Merci André et en te souhaitant une bonne et rapide guérison. Prends bien soin de toi! C'est cela l'important!

Anonymous said...

Merci, Pamela.

Puisque tes conseils sont toujours empreints d'une grande sagesse, je vais suivre celui-ci à la lettre.

Je continuerai à te lire régulièrement quand même.

Bonne journée,

André.

siham said...

Plus de cent jours ont passé depuis le déclenchement des combats au nord du Liban entre l'armée Libanaise et le groupe Fateh el-Islam. Chaque jour on nous dit que ces combats vont s'achever, ce qui n'est pas le cas. On voit bien qu'il ne s'agit pas d'un groupuscule isolé, et d'un autre côté, notre armée n'est pas assez bien équipée. Lorsqu'on compare avec la donation américaine à l'armée Israélienne de 30 milliards de dollars, et la dette accordée à l'armée Libanaise de 200 millions avec une restriction sur le type d'armes et la quantité... Lamentable...
Politique de deux poids deux mesures qui se poursuit inlassablement. Que dire aussi des infractions aériennes et maritimes de l'armée Israélienne sur le territoire Libanais? là aussi la résolution 1701 de l'UN n'est pas appliquée à la lettre. C'est comme si cette résolution ne s'adresse qu'au Liban en cas d'infraction de sa part et excuse les actions des voisins.
Comment faire pour lutter contre cette politique de deux poids deux mesures? Sommes-nous en mesure, en tant que peuple Libanais, de faire quelque chose qui puisse changer la donne régionale? et comment le faire avec une classe politique locale corrompue et à la solde des puissances régionales et internationales?

Pamela Chrabieh Badine said...

Merci Siham pour ton commentaire. A mon avis, tout commence par soi-même. Nous avons l'obligation de faire notre propre ménage dans nos maisons, que ce soit à titre individuel que collectif, pour ensuite élargir à un niveau national. Une nouvelle "nahda" (Renaissance - Révolution), mais cette fois, elle ne devrait pas seulement s'appuyer sur les initiatives de quelques instances et élites, mais sur les visions et les actions de chacun d'entre nous, au Liban et ailleurs. Un projet utopique? Pas nécessairement, mais certainement à long terme et difficile. En tous cas, nous n'avons pas d'autre choix, à moins d'abdiquer et de laisser la place à la folie meurtrière...

Faysal A. Bentahar said...

Bonjour Pamela,

j'ai lu l'article de Mr Enhaili et je dois avouer que je ne comprends pas qu'une étude soit dédié à contredire "les pronostics alarmistes" (sic) qui annoncent un "raz-de-marée" du parti islamiste lors des prochaines éléctions législatives au Maroc (7 septembre 2007) et ceci en se servat des trois arguments qui suivent:
1. La monarchie pourrait l'êmpecher ("elle demeurera le dernier arbitre des élections et du remodelage à sa guise de la carte politique du pays. (..) En divisant le pays en circonscriptions plus petites, le pouvoir pourrait rendre plus difficile la tâche d’élection des candidats d’un parti islamiste dont la surface financière n’est pas très importante. Ce facteur pourrait être un handicap important au moment du financement des campagnes électorales de 2007")
2. Le tout sauf PJD: une eventuelle alliance de tous les autres factions politiques contre les islamistes
3. La concurrence vis-à-vis d'autres partis islamistes
4. Les propres equilibre interne au sein du PJD

Les deux derniers arguments me paraissent totalement gratuits: si on est dans une démocratie (ou soyons sincères, si on feind d'y être) la question de la concurrence et des equilibrages internes ne se pose plus, elle fait partie du jeu, elle est commune à toutes les autres factions, rien de singulier à cela chez le PJD.

Le premier argument ("la monarchie saura détourner le résultat") est une claire démonstration de l'irréalité des éléctions démocratiques, du simulacre accablant que l'on nous veux faire passer comme réalité, de l'injustice qu'un pouvoir peut appliquer de manière à contraindre la volonté réele d'un peuple.

Le deuxième argument ("tout sauf PJD") est sincèrement absurde, étant donné que si on connait un peu le peuple, si l'on sort des cercle élitistes de la pensée politique, on retrouve que ce type de tactiques diabolisantes ne sont que contreproductives: le peuple connait les gens du PJD, il les connait je dirais mieux que les autres, il les connaît parceque le PJD a travaillé depuis des années à aider les plus démunis (et il y en a), contrairement à la majorité des autres partis politiques qui ont joué ce jeu que lorsqu'il en avait besoin, à savoir: avant les précedentes éléctions.

J'aurais bien préféré une étude nous montrant, directement et sans complaisance, le simulacre de ces éléctions, le grand mensonge qui s'y prépare, l'immense dépense que cela va nous supposer sans que rien de réel soit mis en marche. Au lieu de cela, une étude pour tranquiliser à ceux qui ont peur des islamistes. Pourquoi avoir peur d'eux? Moi je n'en suis pas un, je suis même à l'extrême opposé, mais pourqoui avoir toujours peur d'eux, peur qu'ils arrivent au pouvoir? Ne serait-ce mieux qu'ils le fassent et l'on puisse comprendre, d'une fois pour toutes, qu'il ne pourront pas changer le monde d'un seul coup, qu'il auront à subir les même contradictions que les partis qui sont aujourd'hui au pouvoir?

En tout cas, voilà pourquoi je n'aime pas la politique. C'est toujours un mensonge qui se répand (avec ses impéccables logiques et raisonements) partout, qui contamine tout sans rien résoudre, bien au contraire !

Face au déséspoir exprimé par Siham et à la belle réponse de Pamela, je citerais un passage du Prophète, de votre mais aussi notre confrêre Khalil Gibran (curieusement, toujours vivant, parmi nous...)

"Une femme dit, Parle nous de la Souffrance.
Il répondit :
Votre douleur est l'éclatement de la coquille qui enferme votre entendement.
De même que le noyau doit se fendre afin que le coeur du fruit se présente au soleil, ainsi devrez-vous connaître la Souffrance.
Si vous saviez garder votre coeur émerveillé devant les miracles quotidiens de votre vie, votre douleur ne vous paraîtrait pas moins merveilleuse que votre joie;
Vous accepteriez les saisons de votre coeur, comme vous avez toujours accepté les saisons qui passent sur vos champs,
Et vous veilleriez avec sérénité durant les hivers de vos chagrins.
Une grande part de votre douleur a été choisie par vous.
C'est la potion amère avec quoi le médecin en vous guérit votre moi malade.
Faites confiance, alors, au médecin, et buvez son remède calmement et en silence.
Car sa main, si lourde et si rude soit-elle, est guidée par la tendre main de l'Invisible,
Et la coupe qu'il vous tend, bien qu'elle brûle vos lèvres, a été façonnée d'une argile que le Potier a imprégnée de Ses larmes sacrées."

Pamela Chrabieh Badine said...

Merci Faysal pour ton message. Je le ferai acheminer à Mr.Enhaili. Et merci aussi de nous rappeler ces profondes paroles et ô combien de sagesse pour Gebran Khalil Gebran. Si l'on apprécie les merveilles de la vie autant qu'on met du poids sur nos souffrances, le monde irait mieux.

Ric Curnow said...

Dear Sir or Madam

-Israel recently released 250 prisoners, mostly Fatah-linked militants, to
bolster the legitimacy and authority of Palestinian Authority President
Abbas. However, the number of prisoners who remain in Israeli jails(together with the hundreds arrested since the releases in July were announced) still tops 11,000. They, their
representatives, and other human
rights organizations are increasingly vocal about their treatment and
ongoing detention.

-Momentum generated by the US peace conference initiative faltered this
week as, publicly at least, Israeli PM Olmert and PA President Abbas seem unwilling to agree on terms on which they are prepared to move peace processes forward. Nor has momentum been helped by Israeli Defence Minister
Barak continuing to hold out on easing travel restrictions in the West Bank, as was widely promised by his PM Olmert two months ago.

-On a more positive note, a fourth meeting between Israeli Foreign Minister Livni, and PA caretaker Prime Minister Fayad produced a commitment and some
practical movement towards improving economic and social links between their
two peoples.

-Social and economic conditions in the blockaded Gaza Strip continue their rapid decline. Some relief was in evidence this week, when Israel relaxed its blockade, permitting hundreds of foreigners and Palestinians with
foreign residency (including some university students) to exit the
territory. Thousands of others in similar circumstances were not included,
and remain trapped.

As always, I look forward to your comments and suggestions.


Ric Curnow
ANTI-BIAS Pty Ltd
+61 2 6100 3009
+61 406 375 579
6 Stokes Street Griffith ACT 2603 AUSTRALIA
ric.curnow@anti-bias.com
skype: ric.curnow

Pamela Chrabieh Badine said...

Siham, tes voeux furent exaucés, du moins concernant les combats au nord du Liban. Hier dimanche le 2 septembre, ceux-ci furent décisifs et le groupe Fateh el-islam fut démantelé. Juste pour te dire qu'il ne faut pas perdre espoir, même si la situation est des plus difficiles. La lutte n'est quand même pas terminée puisque le grand danger vient des Libanais eux-mêmes et de leur capacité à se mettre d'accord ou alors de s'entretuer... Prochaine étape: les élections présidentielles entre septembre et octobre. Selon les analystes du contexte Libanais, il s'agira d'une étape cruciale dans l'histoire actuelle du Liban: soit celui-ci entamera un chemin de reconstruction véritable, soit il sera dépecé!

Anonymous said...

Le Monde. Article paru dans l'édition du 07.09.07.

Les islamistes sont les favoris des élections au Maroc

Les Marocains se rendent aux urnes, vendredi 7 septembre, pour élire les 325 députés de la prochaine Chambre des représentants. C'est le deuxième scrutin législatif depuis l'accession au trône de Mohammed VI, en 1999, et, pour la première fois, les islamistes du Parti de la justice et du développement (PJD) devraient, selon les enquêtes d'opinion, arriver en tête.

En dépit de cette percée attendue du PJD, la campagne électorale aura été particulièrement terne. Pas de débats télévisés entre les candidats. Pas de passion. Le score des islamo-conservateurs et le taux de participation constituent les principaux enjeux d'un scrutin qui laisse la population largement indifférente. Les autorités marocaines misent, devant la menace d'une abstention élevée, sur le battage fait, ces derniers jours, à la radio, à la télévision et sur le terrain, pour que soit dépassée la barre des 50 % de participation. Un taux inférieur serait interprété comme un désaveu à l'égard du pouvoir et achèverait de discréditer les partis politiques.

Si le PJD part nettement favori à cette élection, il ne devrait toutefois pas y avoir de "raz-de-marée islamiste" au Maroc. Le découpage électoral, le mode de scrutin retenu (proportionnelle à un tour) et la multiplicité des formations en lice (trente-trois) favorisent l'émiettement des voix et devraient empêcher tout parti d'obtenir la majorité en sièges à la Chambre des représentants. Le vainqueur devra composer avec d'autres partis pour constituer un gouvernement.

L'actuel cabinet de Driss Jettou, un technocrate sans étiquette politique, est formé de cinq partis politiques de gauche et du centre droit, à commencer par les deux grands partis traditionnels que sont l'Istiqlal (nationaliste et conservateur) et l'Union socialiste des forces populaires (USFP, gauche). L'un et l'autre se sont alliés au Parti du progrès et du socialisme (PPS, ex-communiste) pour former une alliance, la Koutla. Mercredi, ces trois partis ont réaffirmé leur solidarité et prévenu que, quels que soient leurs scores respectifs au soir du 7 septembre, ils resteraient ensemble dans la majorité, ou ensemble dans l'opposition.

C'est ce côté "auberge espagnole" que dénonce Nourredine Ayouch, président de "2007 Daba", une ONG qui tente, depuis des mois, de mobiliser les Marocains pour ces élections. "Il n'y a plus d'idéologie. Les gens ne comprennent plus où se situe la droite, où se situe la gauche. Les repères sont brouillés. Aucun parti n'ose se dire conservateur. Tous se disent libéraux. Résultat : les gens ne croient plus à la politique", déplore-t-il.

Dans l'ensemble, les Marocains reprochent aux partis traditionnels de n'avoir pas tenu leurs promesses ni résolu les principaux problèmes que sont la pauvreté, le chômage, les crises du système de santé et de l'éducation. La politique de grands travaux entreprise ces dernières années à travers le royaume n'a pas encore eu de retombées directes sur les plus pauvres. Elle crée des emplois, mais ne s'adosse pas à un système d'enseignement et de formation performant. Or, aujourd'hui encore, plus de la moitié de la population marocaine est analphabète et 340 000 élèves quittent le collège chaque année. C'est l'un des reproches majeurs faits à l'USFP, qui détient depuis 2002 le ministère de l'éducation nationale.

Autre dossier sensible : la justice. Ce portefeuille est, lui aussi, actuellement détenu par l'USFP. Mise à niveau de l'appareil judiciaire, renforcement des effectifs, indépendance de la justice. Le chantier est loin d'être terminé, et les attentes de la population dans ce domaine sont élevées.

Dans ce contexte, le PJD bénéficie de son statut d'opposant "vierge" à qui on doit "donner sa chance", d'autant qu'il a fait de la lutte contre la corruption son cheval de bataille. "Beaucoup d'électeurs qui ne sont pas islamistes se disent : "Etant donné l'offre actuelle, je vais voter PJD''. Ils font ce choix pour des raisons conjoncturelles", souligne Mohammed Madani, professeur de sciences politiques à la faculté de droit de Rabat-Agdal.

Dans l'ensemble, les programmes des partis ne sont guère éloignés les uns des autres, surtout en matière économique. Seule une alliance de trois partis de gauche a placé la question de la réforme de la Constitution au coeur de son programme politique. Jeudi, lors d'un meeting électoral à Rabat, l'un des dirigeants de cette coalition, Abderrahmane Benameur, également président de l'Association marocaine des droits humains (AMDH), a qualifié de "limitées" les prérogatives actuelles du gouvernement. M. Benameur a dénoncé le "gouvernement de l'ombre" qui dépend du Palais royal et réclamé que le premier ministre "soit issu de la majorité gagnante", alors que la Constitution actuelle laisse le souverain totalement libre de son choix.

Florence Beaugé

Dora Ali said...

Thanks for sharing!!http://www.afu.ac.ae/en/announcements/