Friday, July 04, 2008

Peace process in Lebanon

Devons-nous attendre un processus de paix au niveau régional pour implanter la paix au niveau local?
Should we wait for a peace process at the regional level to implement peace at the local level?
هل ينبغي ان ننتظر لعملية السلام على المستوى الاقليمي لتنفيذ السلام على المستوى المحلي؟
-----------------------------------

Pourparlers syro-israéliens, syro-français, etc. Les 'ennemis' dialoguent et les frères se boudent... En effet, la situation interne au Liban reste tendue. A quand la nomination du cabinet ministériel d'unité nationale? Nul ne le sait. Certains oracles prédisent son avènement dans quelques jours, dans quelques semaines, voire dans quelques mois, et pourquoi pas, dans quelques générations... L'important dit-on qu'on ait élu un président de la république, et pour le reste, 'que les pastèques s'entrechoquent' (expression en arabe: batikh ykassir ba3do - بطيخ يكسر بعضه). A force d'attendre le train - dans ce cas, un processus de paix au niveau régional -, on finit par le louper en se concentrant sur le gâteau local à partager, vu la lassitude qu'entraîne une longue attente en décennies.
Entretemps, que faire?
A vous dire franchement, moi-même et beaucoup de connaissances et amis-es ne lisons plus les journaux, ne regardons plus les nouvelles du soir à la télé, n'entendons plus nos chers leaders marmonner et radoter les mêmes discours vides de tout contenu à caractère constructif. La lassitude de beaucoup de Libanais se situe à ce niveau, mais pas au point de baisser les bras. Au contraire, le fossé qui se creuse encore plus profondément entre la classe politique régnante et le 'commun des mortels' - du moins ceux qui ne les suivent pas - crée des espaces d'innovation en matière de construction du savoir sur la paix au Liban. Celle-ci n'est plus perçue dépendante sine qua non de la classe dirigeante, ni uniquement de dynamiques régionales et internationales, mais avant tout de la volonté du peuple Libanais. Soit chacun d'entre nous et tous ensemble construisons et continuerons à construire cette fameuse paix, soit le Liban sera damné.
Ce matin, alors que je retournais de l'université Saint-Joseph de Beyrouth à ma demeure, l'image du 'déluge' dans l'Ancien Testament me vint à l'esprit. Je voyais celui-ci advenir, emportant tout âme qui vive: les 'bons', les 'mauvais', les 'victimes', les 'bourreaux', les 'petits', les 'grands', les 'riches', les 'pauvres'... Pas d'arche de Noé, rien qui puisse subsister. En quelques secondes, tout ce que nous connaissons et avons connu aura disparu. Une explosion-extinction totale. L'humanité? Partie en fumée... Voilà la solution à laquelle je pensais pour un bref moment, tellement ma tête allait exploser de l'horreur à laquelle je m'abreuve quotidiennement: massacres, tueries, injustices, discriminations, etc. Toutefois, mon vagabondage dans la dimension de l'armageddon ne fut que ponctuel et je reprenai espoir en concentrant ma pensée sur le bon grain de l'humain: sa capacité de dialoguer, d'échanger, d'aimer... En dépit de la folie meurtrière...
Il serait vain d'attendre que la paix nous tombe du ciel, de nos voisins - proches et lointains - ou de nos 'patrons'. La paix commence en soi et autour de soi. Voici une citation du Dalaï Lama sur laquelle je nous convie à méditer:

"Responsibility does not only lie with the leaders of our countries or with those who have been appointed or elected to do a particular job. It lies with each of us individually.Peace, for example, starts within each one of us. When we have inner peace, we can be at peace with those around us."

المسؤولية لا تقع فقط على قادة بلدنا أو مع من كان معينا . إنها تقع على عاتق كل واحد منا . السلام ، على سبيل المثال ، يبدأ داخل كل واحد منا. عندما يكون لدينا السلام الداخلي ، فاننا يمكن ان نعيش في سلام مع الذين حولنا

6 comments:

P.Bernard said...

Livre annoncé depuis belle lurette. Lecture à "faire dresser les cheveux sur la tête", il semble...

Déconseillé aux coeurs tendres. Si vous passez à travers, j'aimerais avoir des commentaires.

http://www.ajm.ch/wordpress/?p=1113

June 26, 2008 : Traite orientale, les esclaves de l’Islam
Voir aussi (et surtout lire): La traite musulmane — au-delà de l’horreur
http://www.ajm.ch/wordpress/?p=1098

Bien à vous

Anonymous said...

Merci P.Bernard pour nous rappeler ces précieuses informations. On a tendance à oublier le néo-esclavagisme, partout au monde. Il faudrait bien sûr lutter pour les droits de l'Homme. Cela fait d'ailleurs partie du processus de paix. Et cela commence chez soi avant de voir chez les autres - pour revenir au beau témoignage de Pamela. Merci!

L.

Rabih said...

Je ne regarde plus les nouvelles car je suis écoeurée des mêmes discours creux comme tu l'as bien souligné Pamela.
A chaque fois qu'on me pose une question là-dessus, je réponds: lorsqu'ils trouveront une solution, je les écouterai. D'ici là, ce n'est que de la pollution auditive (noise pollution).
Mais après tout, je comprends de ton texte Pamela qu'il ne s'agit pas de les attendre à eux pour trouver la solution. Elle existe partout et chez chacun d'entre nous. Nous responsabiliser. C'est ce qu'il nous manque de faire. Du moins pour un bon nombre d'entre nous.

Rabiha said...

J'ai mal écrit mon nom tantôt: c'est Rabiha, et non Rabih.

Merci!

Pamela Chrabieh Badine said...

Bonjour P.Bernard, L., Rabiha et merci pour vos commentaires.
J'ai omis de raconter que j'ai donné un atelier sur la construction de la paix et le rôle de la jeunesse il y a deux jours à un groupe d'une trentaine de jeunes du monde arabe et de quelques pays de l'europe, et ce dans mon village d'origine - Bikfaya - au Liban, dans le cadre d'un camp d'éducation à la paix. Un des thèmes abordés fut la responsabilité individuelle dans la construction de la paix, étape cruciale pour une action collective.

Tadamon! Montreal said...

CKUT Radio: World Music | Immigration Tadamon! special edition: entire program is on-line for download...http://tadamon.resist.ca/index.php/post/1592
A special edition of World Skip the Beat, on CKUT Radio in Montreal, which explores music and song from around the world inspired by immigration, Diaspora and migration. Featuring music from all corners of the world, this special program offers unique and rare musical selections from diverse artists from Algeria, Canada, Cap Verde, Egypt, France, Ivory Coast, Jamaica, Lebanon, Peru, Slovakia and Spain. A special edition of World Skip the Beat produced by Dror Warschawski.