Tuesday, January 13, 2009

About Gaza's Massacre- Holocaust

Robert Fisk: Why do they hate the West so much, we will ask

Wednesday, 7 January 2009

So once again, Israel has opened the gates of hell to the Palestinians. Forty civilian refugees dead in a United Nations school, three more in another. Not bad for a night's work in Gaza by the army that believes in "purity of arms". But why should we be surprised?

Have we forgotten the 17,500 dead – almost all civilians, most of them children and women – in Israel's 1982 invasion of Lebanon; the 1,700 Palestinian civilian dead in the Sabra-Chatila massacre; the 1996 Qana massacre of 106 Lebanese civilian refugees, more than half of them children, at a UN base; the massacre of the Marwahin refugees who were ordered from their homes by the Israelis in 2006 then slaughtered by an Israeli helicopter crew; the 1,000 dead of that same 2006 bombardment and Lebanese invasion, almost all of them civilians?

What is amazing is that so many Western leaders, so many presidents and prime ministers and, I fear, so many editors and journalists, bought the old lie; that Israelis take such great care to avoid civilian casualties. "Israel makes every possible effort to avoid civilian casualties," yet another Israeli ambassador said only hours before the Gaza massacre. And every president and prime minister who repeated this mendacity as an excuse to avoid a ceasefire has the blood of last night's butchery on their hands. Had George Bush had the courage to demand an immediate ceasefire 48 hours earlier, those 40 civilians, the old and the women and children, would be alive.

What happened was not just shameful. It was a disgrace. Would war crime be too strong a description? For that is what we would call this atrocity if it had been committed by Hamas. So a war crime, I'm afraid, it was. After covering so many mass murders by the armies of the Middle East – by Syrian troops, by Iraqi troops, by Iranian troops, by Israeli troops – I suppose cynicism should be my reaction. But Israel claims it is fighting our war against "international terror". The Israelis claim they are fighting in Gaza for us, for our Western ideals, for our security, for our safety, by our standards. And so we are also complicit in the savagery now being visited upon Gaza.

I've reported the excuses the Israeli army has served up in the past for these outrages. Since they may well be reheated in the coming hours, here are some of them: that the Palestinians killed their own refugees, that the Palestinians dug up bodies from cemeteries and planted them in the ruins, that ultimately the Palestinians are to blame because they supported an armed faction, or because armed Palestinians deliberately used the innocent refugees as cover.

The Sabra and Chatila massacre was committed by Israel's right-wing Lebanese Phalangist allies while Israeli troops, as Israel's own commission of inquiry revealed, watched for 48 hours and did nothing. When Israel was blamed, Menachem Begin's government accused the world of a blood libel. After Israeli artillery had fired shells into the UN base at Qana in 1996, the Israelis claimed that Hizbollah gunmen were also sheltering in the base. It was a lie. The more than 1,000 dead of 2006 – a war started when Hizbollah captured two Israeli soldiers on the border – were simply dismissed as the responsibility of the Hizbollah. Israel claimed the bodies of children killed in a second Qana massacre may have been taken from a graveyard. It was another lie. The Marwahin massacre was never excused. The people of the village were ordered to flee, obeyed Israeli orders and were then attacked by an Israeli gunship. The refugees took their children and stood them around the truck in which they were travelling so that Israeli pilots would see they were innocents. Then the Israeli helicopter mowed them down at close range. Only two survived, by playing dead. Israel didn't even apologise.

Twelve years earlier, another Israeli helicopter attacked an ambulance carrying civilians from a neighbouring village – again after they were ordered to leave by Israel – and killed three children and two women. The Israelis claimed that a Hizbollah fighter was in the ambulance. It was untrue. I covered all these atrocities, I investigated them all, talked to the survivors. So did a number of my colleagues. Our fate, of course, was that most slanderous of libels: we were accused of being anti-Semitic.

And I write the following without the slightest doubt: we'll hear all these scandalous fabrications again. We'll have the Hamas-to-blame lie – heaven knows, there is enough to blame them for without adding this crime – and we may well have the bodies-from-the-cemetery lie and we'll almost certainly have the Hamas-was-in-the-UN-school lie and we will very definitely have the anti-Semitism lie. And our leaders will huff and puff and remind the world that Hamas originally broke the ceasefire. It didn't. Israel broke it, first on 4 November when its bombardment killed six Palestinians in Gaza and again on 17 November when another bombardment killed four more Palestinians.

Yes, Israelis deserve security. Twenty Israelis dead in 10 years around Gaza is a grim figure indeed. But 600 Palestinians dead in just over a week, thousands over the years since 1948 – when the Israeli massacre at Deir Yassin helped to kick-start the flight of Palestinians from that part of Palestine that was to become Israel – is on a quite different scale. This recalls not a normal Middle East bloodletting but an atrocity on the level of the Balkan wars of the 1990s. And of course, when an Arab bestirs himself with unrestrained fury and takes out his incendiary, blind anger on the West, we will say it has nothing to do with us. Why do they hate us, we will ask? But let us not say we do not know the answer

-------------------------------------------------------------------------------------

Sur une autre note, un article de Aziz Enhaili que je vous recommande vivement:

Le ’11 septembre indien’ & la sécurité régionale du flanc sud de l’Asie centrale et de l’Asie du sud

Il y a sept ans, les attentats terroristes [1] qui ont ensanglanté le territoire américain, avaient été préparés dans les camps d’Al-Qaïda en Afghanistan, c’est-à-dire dans le maillon le plus faible du trio Inde-Pakistan-Afghanistan (IPA). Depuis, l’Occident a pris plusieurs mesures pour se prémunir par la suite de telles opérations terroristes de grande envergure. C’est ce qui a permis à un pays comme les États-Unis d’éviter d’autres attentats semblables à ceux du 11 septembre 2001. En revanche, d’autres pays dans le monde en ont fait les frais. Allant de l’Indonésie (Bali) à l’Extrême-Orient au Maroc (Casablanca) à l’Ouest, en passant notamment par la Tunisie (Jerba), l’Algérie (dont Alger), la Turquie (Istanbul), le Pakistan (dont Karachi), le Liban (Beyrouth), la Syrie (Damas), la Jordanie (Amman), l’Égypte (Charme el-Cheikh), l’Espagne (Madrid) et la Grande-Bretagne (Londres). L’Inde est à ce jour la dernière victime du déferlement de cette violence politique jihadiste.

Dans la nuit de mercredi 26 à jeudi 27 novembre, Mombay (ex-Bombay), capitale financière et métropole de l’Inde, est frappée d’un assaut jihadiste d’une ampleur sans précédent pour cette ville (dix attentats simultanés), avec plusieurs centaines de victimes.

Comme c’est de coutume chaque fois que l’Inde est frappée d’un nouvel attentat, Delhi a encore une fois pointé le doigt accusateur vers un pays voisin, c’est-à-dire le Pakistan. On a également pensé instinctivement au réseau d’Al-Qaïda. Il est fort probable que l’on aura dans un proche avenir une idée assez proche des motivations, des connexions et de l’identité des auteurs et du commanditaire de ces attaques terroristes.

Dans cet article, nous avons deux objectifs. Le premier consiste à décortiquer l’assaut terroriste de Mombay. Le second objectif est l’analyse de ses retombées sur l’avenir des relations indo-pakistanaises et donc sur la sécurité du flanc sud de l’Asie centrale et de l’Asie du sud, sans oublier son influence sur la nouvelle stratégie américaine dans cette région. Une telle analyse nous permettra donc de faire ressortir les objectifs politiques réels poursuivis par les « architectes » de ces attentats.

Pour la suite, cliquez ici...

ou http://www.europe2020.org/spip.php?article579&lang=fr



8 comments:

Anonymous said...

Plus de 1000 morts... Beaucoup d'enfants, de femmes... des civils qui payent le prix.
Un carnage et le conseil de sécurité de l'ONU n'est qu'un appareil impotent. La ligue arabe également. D'ailleurs, qu'ont-ils fait respectivement pour l'Irak? N'y a-t-il pas aussi des carnages continus?
Ayb... Shame on you... Shame on us all!

L.

Mel. said...

Interview- Extraits - Orient-le-Jour, 16 janvier 2009
Propos recueillis par Émilie SUEUR

Alain Dieckhoff, directeur de recherche au CNRS/CERI (Centre d’études et de recherches internationales), spécialiste de la politique et de la société contemporaine en Israël, revient sur le timing de l’opération israélienne contre Gaza et ses conséquences politiques pour l’État hébreu.

Quels sont les scénarios de l’après-crise pour Israël, notamment en cas d’affaiblissement notable du Hamas, voire de vide politique dans la bande de Gaza ?
R - « On ne peut pas exclure un scénario à l’irakienne. La situation est en effet extrêmement mouvante. Rien ne garantit que le Hamas ne devienne pas un acteur trop marginal pour contrôler la bande de Gaza. Une telle situation contraindrait Israël à rester dans la bande Gaza, à la contrôler de facto ou du moins une partie de ce territoire.
« Ceci serait le pire des scénarios pour les Israéliens. C’est pourquoi, pour plusieurs responsables israéliens, il vaut mieux une trêve consolidée avec un Hamas aux ailes rognées, mais qui contrôle toujours la situation, plutôt que l’anarchie qui laisserait les portes ouvertes à tous les groupes, y compris à ceux ayant une idéologie proche d’el-Qaëda, par exemple. Je pense que c’est l’une des raisons pour lesquelles le cabinet de sécurité israélien n’a pas fixé comme objectif à son opération le renversement du Hamas. Même si le Hamas a une posture intransigeante, il a su montrer, au cours des deux trêves depuis qu’il est au pouvoir à Gaza, qu’il peut tenir ses troupes. »

Anonymous said...

A propos du billet de Mel: le gouvernement israélien voit en Hamas une porte de secours, qu'on le veuille ou pas... S'il n'y a pas Hamas, il n'aurait plus de prétexte pour se surarmer et pour véhiculer le discours de victime perpétuelle attaquée par les 'terroristes'.

L.

From Al. said...

Lettre à l’ambassadeur d’Israël en France de l’historien André Nouschi (86 ans), qui fut combattant de la France libre. André Nouschi a été enseignant à l’université de Tunis, et il est professeur honoraire de l’université de Nice.

Le 3 janvier 2009

Monsieur l’Ambassadeur,

Pour vous c’est shabat, qui devait être un jour de paix mais qui est celui de la guerre. Pour moi, depuis plusieurs années, la colonisation et le vol israélien des terres palestiniennes m’exaspère. Je vous écris donc à plusieurs titres :comme Français, comme Juif de naissance et comme artisan des accords entre l’Université de Nice et celle de Haiffa .

Il n’est plus possible de se taire devant la politique d’assassinats et d’expansion impérialiste d’Israël. Vous vous conduisez exactement comme Hitler s’est conduit en Europe avec l’Autriche, la Tchécoslovaquie .Vous méprisez les résolutions de l’ONU comme lui celles de la SDN et vous assassinez impunément des femmes, des enfants ; n’invoquez pas les attentats, l’Intifada. Tout cela résulte de la colonisation ILLEGITIME et ILLEGALE. QUI EST UN VOL.

Vous vous conduisez comme des voleurs de terres et vous tournez le dos aux règles de la morale juive. Honte à vous : Honte à Israël ! Vous creusez votre tombe sans vous en rendre compte. Car vous êtes condamné à vivre avec les Palestiniens et les états arabes. Si vous manquez de cette intelligence politique, alors vous êtes indigne de faire de la politique et vos dirigeants devraient prendre leur retraite. Un pays qui assassine Rabin, qui glorifie son assassin est un pays sans morale et sans honneur.

Que le ciel et que votre Dieu mette à mort Sharon l’assassin.

Vous avez subi une défaite au Liban en 2006.Vous en subirez d’autres, j’espère, et vous allez envoyer à la mort de jeunes Israéliens parce que vous n’avez pas le courage de faire la paix.

Comment les Juifs qui ont tant souffert peuvent ils imiter leurs bourreaux hitlériens ? Pour moi, depuis 1975, la colonisation me rappelle de vieux souvenirs, eux de l’hitlérisme .Je ne vois pas de différence entre vos dirigeants et ceux de l’Allemagne nazie.

Personnellement, je vous combattrai de toutes mes forces comme je l’ai fait entre 1938 et 1945 jusqu’à ce que la justice des hommes détruise l’hitlérisme qui est au cœur de votre pays. Honte à Israël.

J’espère que votre Dieu lancera contre ses dirigeants la vengeance qu’ils méritent. J’ai honte comme Juif, ancien combattant de la 2ème guerre mondiale, pour vous.

Que votre Dieu vous maudisse jusqu’à la fin des siècles ! J’espère que vous serez punis..

André Nouschi

Professeur honoraire de l’Université

From Al. said...

Je suis juif, et aujourd'hui j'ai honte.
publié le jeudi 8 janvier 2009
Serge Grossvak

Quelle honte, quel désespoir de voir ceux qui ont tant souffert, qui ont été tant terrorisés n'engendrer de leur passé qu'un abomineux dédain pour l'âme humaine !
Je suis juif et j'entends ces bruits, ces bombes, ces souffrances qui hurlent. C'est l'histoire qui me revient pour m'éclater à la face. L'histoire que mes parents m'ont légué pour honnir la guerre honteuse. Je suis juif et je vois le sang, le sang qui coule sous les bombes comme à Guernica. Je suis juif et je sais la révolte désespérée contre l'étouffement et la famine du ghetto de Varsovie. Je sais l'indifférence absolue qui précédait, comme à Gaza.
Je suis juif et je suis frère de racine et d'histoire de ces hommes d'Israël. Ces fils de victimes adossant aujourd'hui l'armure des bourreaux. Quelle honte, quel désespoir de voir ceux qui ont tant souffert, qui ont été tant terrorisés n'engendrer de leur passé qu'un abomineux dédain pour l'âme humaine !
C'est à désespérer. Est-ce la victoire posthume d'Hitler que cette sauvagerie distillée ? Est-ce sa victoire que ce reniement de l'humanisme ? Ah ma mère ! Je me souviens lorsqu'enfant tu me fis l'apprentissage de ce gardien d'immeuble qui vous avait averti, il était communiste, puis de ces religieuses vous extrayant d'un Paris devenu trop dangereux. Ah ma mère ! Je me souviens de ce poème d'Aragon où le résistant arménien avait pour derniers mots « vive le peuple allemand » devant les Nazis qui allaient l'achever. Ma mère, où se cache aujourd'hui la dignité de nos frères d'Israël ou de notre famille aveuglée de haine et de conquête ? Ma mère, il était dur de naître en portant les souffrances de vos vies, mais les enfants d'aujourd'hui vont devoir affronter bien pire : la honte !
Gaza martyr, Liban martyr, Jenine martyr et rien d'autre ne vibre dans leur âme qu'un énervement et une volonté de soumettre ! Que leur demeure t il de sens humain ? N'auraient ils plus qu'un Bush dans les os ?
Les Palestiniens perdent leurs chairs, leur sang, leur terre.
Les juifs perdent leur âme, aveuglément engagés derrière l'État d'Israël.
L'horreur s'ajoute à l'horreur sans jamais permettre qu'émerge une étincelle d'intelligence. L'intelligence, la bonne intelligence…. La Paix ! Cette Paix qui en tout lieu du monde a la même science : celle du respect partagé. Cette Paix de Kant pour tous les peuples de la terre.
Ce respect est honteusement dénié en affamant, en occupant, en excluant, en dominant. Ce dénie qui légitime la rage et fait monter les haines. Ce dénie qui rend impossible la fin des armes et des souffrances. Ce dénie qui nous plonge dans un massacre récurent où la vie n'a plus la valeur d'une vie.
Le respect, c'est le Droit, partout dans le monde. Le respect, c'est Israël entrant dans la Loi du monde, comme tout le monde. La Loi du monde délimite des frontières depuis 40 ans. Au-delà de ces frontières rien n'est à régenter, à occuper. Des frontières où commence la liberté des autres. Des frontières, tout simplement, comme partout dans le monde. Des frontières pour que monte le respect, premier pas, tout premier pas des humains.
Pour que demain les peuples partagent leurs rêves et que les frontières soient une invitation amicale aux rencontres.
Serge Grossvak 07/01/09

From Al. said...

REFERENCE POUR L'ARTICLE PRECEDENT dans
http://www.france-palestine.org

Fayçal said...

Voici un passage de (sur)vie, émouvant de par sa vérité. Ça se passe en Cisjordanie, mars 2007. Face aux barrages, face aux murs, face à l'absurde, on voit les palestiniens contourner le cantonnement. Mais les soldats israéliens arrivent. C'est là qu'un homme se met à parler. Tout est dit... et par conséquent, il n'y a plus grande chose à dire.

(poignante phrase de fin, "allez les enfants, allons nous en")

voici le lien:
http://contreinfo.info/article.php3?id_article=2503

Amitiés

Pamela Chrabieh Badine said...

A tous mes lecteurs et lectrices, je me trouve actuellement au Caire et ce jusqu'au samedi 24 janvier 2009 pour le colloque du groupe arabe de dialogue islamo-chretien. Je ne sais pas si nous aurons le temps de faire un tour en ville...

Je me reconnecterai au blog une fois de retour au Liban.

Merci encore pour vos messages, commentaires et salutations.