Saturday, November 11, 2006

Quel avenir pour le Liban?
Les séances de concertation entre les principaux leaders Libanais ont échoué!
Semaine du 13-19 novembre 2006

Nous avions encore espoir que nos fameux leaders puissent arriver à un compromis et que les séances de concertation aboutissent à une solution adéquate aux tensions socio-politiques internes. Illusion du moment...
Le samedi 11 novembre 2006, on annonça aux nouvelles du soir que le dialogue a échoué, que les cinq ministres chiites ont démissionné (alias Amal et Hezbollah), que le président du Parlement Nabih Berri s'est envolé vers l'Iran, que le premier ministre Fouad Siniora a refusé la démission des ministres chiites. En bref, c'est le début de la descente aux enfers au niveau interne (?!!).
Il est 7h du matin (heure de Beyrouth). Je n'ai pu fermer l'oeil de la nuit. Comment dormir dans de pareilles circonstances?
En ce moment, je lis une lettre d'Aram Ier, Catholicos Arménien: "Being Obedient to Our Common Calling" (publiée à l'occasion de la rencontre 'Asia-Middle East Dialogue between Religions', 12-14 novembre 2006, Antélias, Liban) et écoute en même temps les nouvelles sur Al-Jazeera. Le premier message regorge d'espoir et de points positifs: 'Lebanon, a country that has once again risen from the ashes of wars', 'that has provided hospitality to many religious communities, traditions and cultures' etc. Le second reflète à chaque minute une réalité conflictuelle, violente, horrifique: massacres à Gaza (Beyt Hanoun), veto américain à une résolution de l'ONU voulant dénoncer la violence perpétrée par l'armée et le gouvernement israéliens envers les Palestiniens, massacres en Irak, conflit en Somalie...
Je reviens à la lettre d'Aram Ier: 'The Middle East, which is the bridge between Asia, Europe and Africa, has, for centuries, facilitated passage and contact between these regions'.
De retour à Al-Jazeera: tensions au Pakistan, procès de Saddam Hussein, manifestations en Irak appuyant ce dernier...
Et de nouveau à la lettre d'Aram: 'Talking to one's neighbours leads us through a process of first, listening to them, then, understanding them and, eventually, accepting them as they are. All of our religions call us to love our neighbour, and they speak of love and compassion as the highest moral value. Love grows through active dialogue based on justice; it leads us to respect the other, acknowledge the dignity of our neighbour and recognize the right to life in its fullness for all people. Justice, peace and reconciliation are the fruit of love. The ability to love and be compassionate is a spiritual act, and it is our common responsibility to reclaim our moral, ethical and spiritual values in order to build peace with justice'.
Nos leaders ont-ils fait cet effort lors des séances de concertation? J'en doute fort... Quels que soient leurs intérêts et allégeances, leur priorité devrait être l'Unité nationale, une unité plurielle et pluraliste, une unité sans laquelle le pays est voué encore une fois, au gouffre de la guerre.
Quel avenir pour le Liban?
Nul ne peut le prédire... Mais il est grand temps que les leaders de notre pays délaissent les discours et les initiatives qui alimentent l'exclusion et les tensions. Il est grand temps également qu'ils s'occupent de problèmes internes cruciaux: la reconstruction matérielle, la reconstruction des coeurs, l'arrêt du fléau du chômage et de la fuite des jeunes et des investisseurs vers l'étranger, le polissage d'une réputation souillée pour des années - ou comment relancer le tourisme et l'industrie? -, les désillusions, désespérances, traumas de guerre, etc. Sauver le dialogue et traiter la maladie qui frappe le pays depuis des décennies, tout en combattant les exclusions, les injustices sociales, les fantasmes, les tabous...
-------------------------------------------------
TÉMOIGNAGE DE MICHÈLE CHRABIEH
Wednesday 15 November, 2006.
10h34 a.m.

Lebanon limps…repressing more than ever its once worldwide praised eminence in our deepest collective unconsciousness and clinging to a collapsing stance; apparently it’s the most suitable state for our ruling class. The paralysis of our government, the transgression and violation of our constitution and the polemic surrounding the creation of an international court for the unmasking of Hariri’s assassin -former prime minister- shove us deeper in the aging giant political quicksand we seem to be incapable of saving ourselves from. Luckily, our heads are still visible even if they are on the verge of disappearing in the untamed mud albeit the years of war, death and destruction. We know we should be protesting but our lips are sealed daring only to curse our leaders and their questionable dialogue. Isn’t time we made use of our discernable heads and spoke up for the sake of our survival?

Michèle Chrabieh
Bab Idriss, Lebanon
-------------------------------------------------

Lebanon government talks collapse, showdown looms
November 11, 2006
REUTERS
BEIRUT - Talks to defuse Lebanon's simmering political crisis collapsed on Saturday after anti-Syrian leaders rejected demands from Hezbollah and its allies for a decisive say in government.
The failure of the week-long talks could mean Lebanon's deep political rifts will provoke confrontation on the streets of Beirut at a time of rising sectarian tension between Sunni and Shi'ite Muslims. Lebanese Christian Maronite leader Samir Geagea speaks to reporters after a rival political leaders' meeting in Beirut November 11, 2006. Talks to defuse Lebanon's simmering political crisis collapsed on Saturday after anti-Syrian leaders rejected demands from Hezbollah and its allies for a decisive say in government. (REUTERS/Mohamed Azakir)It could also complicate passage in government of a U.N. draft of the framework of a special court to try the killers of former Prime Minister Rafik al-Hariri. Lebanon received from the United Nations on Friday a draft document outlining the structure and legal framework of the tribunal. Prime Minister Fouad Siniora called a cabinet meeting for Monday to discuss the draft.
"We did not reach a result today and the session was ended without setting a date for a new session," Christian opposition leader Michel Aoun, a Hezbollah ally, told reporters after a fourth round of talks. Anti-Syrian participants confirmed the talks had failed but tried to ease fears the crisis would spill onto the streets. "I don't know who is spreading a climate of fear and tension as if something is about to happen. Nothing will happen," said Samir Geagea, leader of the Lebanese Forces, a Christian party in the anti-Syrian camp. There was no immediate word from Hezbollah on its next move. Shi'ite Hezbollah, which claimed victory in its war with Israel in July and August, has led calls for a change in the government dominated by anti-Syrians from the Sunni-led majority bloc in parliament.
DEADLINE
The pro-Syrian party has threatened mass demonstrations demanding new parliamentary elections unless more of its allies are admitted to the cabinet by mid-November. Hezbollah accuses Siniora of failing to back it during the war and of supporting U.S. and Israeli demands for the disarmament of its guerrillas. The majority coalition is willing to bring in Aoun but not to surrender a third of seats to the opposition. A third of ministers plus one can block motions in cabinet and automatically bring down the government by resigning. The United States and its allies in Lebanon are not keen to see Hezbollah, which Washington regards as a terrorist organisation, to have more influence over the government. Hezbollah and its Shi'ite allies have five ministers in Siniora's 24-member cabinet. Rival demonstrations by the pro- and anti-Syrian camps would further destabilise Lebanon and could degenerate into violence. Some anti-Syrian politicians said Hezbollah had tried but failed to offer its consent to pass the Hariri tribunal in return for a third of government seats. The 2005 killing of Hariri led to mass protests against Syria, which many Lebanese blamed for the assassination. Damascus denies any involvement. Under international pressure, Syria ended a 29-year military presence in its smaller neighbour in April last year and anti-Syrian politicians swept to victory in ensuing elections. A U.N. commission investigating the murder has implicated senior Lebanese and Syrian security officials.
----------------------------------------------

Lebanese parliament speaker leaves Beirut for Tehran
November 11, 2006
IRNA

Lebanese Parliament Speaker Nabih Berri left Beirut for Tehran on Saturday to attend interparliamentary meeting of the Asian countries to be held in Tehran. Asian interparliamentary meeting would be held every other year in one of Asian countries.The theme on the agenda of this year's meeting would be "peace".The meeting is to review regional developments such as current critical situation in Afghanistan, Iraq, Palestine and Lebanon as well as various plots hatched by Western countries under the so-called 'New Middle East Road Map'.A number of Lebanese parliamentarians arrived in Tehran on Wednesday to make coordination prior to the meeting.
-----------------------------------------------
Des étudiantes de l’Institut de psychomotricité de l’USJ présentent leur pièce de théâtre annuelle
« Imagine », ou l’aspiration à un meilleur lendemain
Imaginez un endroit, un jardin, où des gens venant de bords différents se réunissent par cette même volonté et ce désir de préparer un meilleur lendemain, un avenir où le mensonge n’aurait plus de place et où la vérité l’emporte sur l’imposture qui caractérise notre société d’aujourd’hui.Aussi chimérique soit-il, cet endroit a été créé par des étudiantes de l’Institut de psychomotricité de l’Université Saint-Joseph, l’espace de la représentation de leur pièce de théâtre annuelle Imagine, écrite et mise en scène par leur enseignante, Joëlle Haddad.« Les étudiantes ont voulu crier leur ras-le-bol de la situation actuelle et de l’insincérité des dirigeants dans le traitement des problèmes et des crises dans lesquels passe le pays, explique Mme Haddad. Des sujets qui peuvent paraître clichés, mais qui ne le sont pas, au moins pour ces jeunes filles, qui n’ont jamais eu l’occasion d’en parler. C’est un message qu’elles lancent également à leurs aînés, les appelant à les écouter. »Dans Imagine, les jeunes étudiantes se plaignent ainsi de la réaction des dirigeants, suite aux événements et attentats survenus au cours de l’année dernière, s’interrogeant sur l’importance des « condamnations, devant les larmes d’un père qui a perdu son fils ». L’émigration, la condition de la femme dans notre société, les relations entre les parents et leurs enfants, la guerre… autant de sujets évoqués par ces étudiantes et qui se répètent d’une pièce à l’autre.« Nous avons tendance à juger les jeunes sévèrement, déplore Mme Haddad. Ils ont besoin de parler de la guerre, voire des guerres du Liban. C’est la raison pour laquelle les étudiantes insistent à évoquer ces sujets dans cette pièce et dans celles qui l’ont précédée, puisqu’il s’agit de problèmes qu’elles rencontrent, qui les dérangent et qu’elles n’ont pas encore eu l’occasion de régler. Généralement, ces problèmes sont discutés dans les classes terminales, mais souvent les étudiantes atteignent leur dernière année universitaire sans les avoir pour autant abordés. Et si ces thèmes se répètent d’une année à l’autre, c’est parce que, tout simplement, ce sont des personnes différentes qui les évoquent. Le théâtre leur permet de s’exprimer, d’autant plus que sur scène, on peut dire des choses qu’on n’oserait pas évoquer dans la vie quotidienne. Ce que ces étudiantes font nécessite beaucoup de courage, parce qu’il ne faut pas oublier qu’en fin de compte, elles ne sont pas des professionnelles. Je ne fais pas de casting. Toutes les étudiantes sont les bienvenues. De même, il n’y a pas de premier rôle. La pièce est une tribune qui leur permet de faire parvenir leur message. »« Fachett khelek »En effet, dès la première scène, vous êtes fixés sur ce qui vous attend. « Ce n’est pas une pièce pour vous divertir, mais “la nfech khelkna” (crier notre ras-le-bol) », annonce solennellement une jeune étudiante.Riche en couleurs, en danses et chansons, Imagine raconte l’histoire de onze étudiantes en psychomotricité, qui souhaitent monter une troupe de cirque. D’une discussion à une autre, d’un passage comique à un autre tragique, les répétitions tardent à finir et les jeunes filles se demandent sur l’utilité de monter le spectacle et de le présenter. Elles décident enfin de se lancer dans l’aventure, aspirant à un changement. « Imagine qu’un galet soit le témoin errant que nous sommes passés, que nous sommes bien vivants. Imagine, si tu veux, que rien ne changera. Je sais qu’on a fait au mieux, le prochain, lui, pourra. N’imagine plus rien. Pendant que toi et moi parlons, je vois déjà nos mains s’emparer d’une étoile », répètent-elles en chœur, misant sur les nouvelles générations pour opérer le changement auquel elles – et tous – aspirent.Pourquoi le théâtre ? « À l’Institut de psychomotricité, le cours de théâtre a été introduit au cursus, il y a quatre ans, répond Mme Haddad. L’atelier de théâtre est obligatoire comme outil de développement personnel aux étudiantes de troisième année. Son but n’est pas de monter une scène, mais de donner aux étudiantes des exercices qui leur permettent de dépasser leur timidité et de gérer leurs émotions. Ces exercices les aident également à mieux se connaître pour mieux comprendre les autres, notamment les patients avec qui elles traiteront. Dans sa forme de spectacle, le théâtre leur permet de distinguer entre leur propre personne et le patient. Comme l’acteur qui doit travailler les différents rôles qu’il interprète sans pour autant fusionner avec ces personnages, les étudiantes doivent comprendre leur patient, mais elles ne doivent en aucun cas se confondre avec lui. Elles doivent comprendre sa souffrance, mais ne pas souffrir avec lui, sinon elles ne pourraient plus l’aider. Elles doivent faire un écart, mais celui-ci ne doit pas être inhumain. Et réaliser que leurs problèmes personnels ne doivent pas être impliqués dans la séance avec leur patient. »Et Mme Haddad de poursuivre : « La pièce de théâtre est optionnelle. Elle est ouverte aux étudiantes dans les différentes années. Pour la monter, je me base sur les idées que les étudiantes me soumettent. Elles m’exposent le sujet qu’elles désirent traiter et je monte le tout dans une pièce de théâtre, tout en gardant le fil conducteur. » Ne se lasse-t-elle pas de répéter les mêmes sujets ? « Non, parce qu’il ne s’agit pas d’un package. En fin de compte, je traite avec des individus qui posent le même problème avec leur façon d’être, leur manière et leur point de vue », conclut-elle. (OJ, 11 novembre 2006).
---------------------------------------------
Signature d’une convention pour la création d’un Centre Confucius au Liban
L’Université Saint-Joseph hébergera le premier centre culturel chinois du monde arabe


Le premier centre culturel chinois du monde arabe sera créé à Beyrouth et sera hébergé par l’Université Saint-Joseph (USJ). L’ambassadrice de Chine au Liban, Mme Liu Xianghua, au nom du Conseil international pour la langue chinoise (Hanban) et le recteur de l’USJ, le P. René Chamussy, ont signé hier, au rectorat de l’université, la convention relative à la création d’un Centre Confucius d’enseignement de la langue chinoise.La cérémonie était placée sous le haut patronage du ministre de la Culture, Tarek Mitri. Elle s’est déroulée en présence des hauts responsables de l’ambassade de Chine et de l’USJ, et notamment du Dr Antoine Hokayem, vice-recteur aux relations internationales de l’USJ.Les Centres Confucius sont partie intégrante du programme du gouvernement chinois, et sont donc des instituts à but non lucratif dédiés à la propagation de la langue et de la culture chinoises.Le nom de Confucius a été conféré à ces centres car ce philosophe et penseur a révolutionné l’éducation en Chine, voilà 2 500 ans, en y généralisant l’enseignement. Le Centre Confucius de Beyrouth s’ajoutera à un réseau de 80 autres institutions de ce type réparties dans le monde, principalement en Europe. Le ministère chinois de l’Éducation estime à plus de 30 millions les personnes inscrites à des cours d’apprentissage du chinois dans le monde, et ce chiffre est en constant progrès. Aux États-Unis, le chinois est la seconde langue la plus utilisée, après l’espagnol. Une rapide enquête a permis de constater qu’une forte demande d’apprentissage de la langue chinoise existe aussi au Liban, où six instituts privés d’enseignement de la langue chinoise opéraient.Le Centre Confucius de Beyrouth, hébergé par l’USJ, sera au service des communautés, entreprises, écoles, administrations publiques, ONG et médias au Liban et dans le monde arabe. Il a vocation à devenir un centre de référence et une antenne de diffusion dans le monde arabe, a souligné hier, au cours de la cérémonie de signature, le Dr Antoine Hokayem.Acupuncture, calligraphie...Ses programmes et activités couvriront non seulement la langue chinoise, mais aussi la médecine (acupuncture, massage chinois et phytothérapie), la politique et l’économie, la calligraphie et la peinture, les arts martiaux et la cuisine. Son enseignement accrédité offrira des certificats (HSK) aux professionnels, de l’enseignement des langues aux divers degrés de l’enseignement scolaire et universitaire ; ses programmes comprennent l’organisation de conférences économiques et politiques ainsi que différents services aux chercheurs, entrepreneurs, acteurs sociaux et intellectuels.Selon les statistiques disponibles au ministère libanais de l’Économie, la Chine, grâce à des progrès rapides effectués ces dernières années, se classe aujourd’hui au troisième rang comme partenaire commercial du Liban.Le recteur de l’USJ, le P. René Chamussy, n’a pas manqué de souligner, lors de la signature de la convention, l’avantage dont vont bénéficier le Liban et son monde universitaire, du fait de la création d’un Centre Confucius au Liban, d’autant que la Chine émerge en ce moment comme l’une des puissantes forces économiques dans le monde.L’USJ, qui compte cette année plus de 10 000 étudiants venus du Liban, mais aussi du monde arabe, a été choisie parmi six autres institutions d’enseignement supérieur pour héberger le Centre Confucius en raison de « sa longue expérience pédagogique et de ses programmes intensifs d’introduction aux pays de l’Est asiatique », a affirmé pour sa part, en parfait arabe, Mme Liu Xianghua, ambassadrice de Chine. « Par ailleurs, a-t-elle ajouté, les programmes du Centre Confucius pour les langues, la culture et les affaires aideront l’USJ et le Liban à maîtriser les défis et les opportunités d’un monde de plus en plus intégré et globalisé. »Pour sa part, le ministre de la Culture a parlé du Liban comme d’un « pont culturel », ou encore d’une « porte obligée » vers le monde arabe pour un pays comme la Chine, porteur d’un immense héritage culturel et d’importantes perspectives économiques.Outre l’ambassadrice de Chine, assistaient à la cérémonie de signature le conseiller commercial près l’ambassade de Chine, Yang Peipei, les troisièmes secrétaires Li Kunxian et Wang Ting ainsi que le représentant de l’agence chinoise d’information, Wang Xin.L’USJ était représentée notamment par le recteur Chamussy, le vice-recteur aux relations internationales, le Dr Antoine Hokayem, la coordinatrice du Centre Confucius, Mme Éliana Ibrahim, les vice-recteurs, le secrétaire général, les doyens de facultés et directeurs d’instituts, le directeur des relations internationales et la directrice du service de publications et communication de l’université. (OJ, 11 novembre 2006).
-----------------------------------------------
ORIENTATIONS pour la SOLIDARITÉ MONTRÉALAISE avec le LIBAN suite à l'attaque israélienne de 2006
Tadamon! [Solidarité! en arabe], est un collectif d'activistes pour la justice sociale. Basé à Montréal, il fournit appui et solidarité aux mouvements de justice économique et sociale au Liban. En se basant sur la délégation 2006 de Tadamon! au Liban et sur les efforts d'organisation menés à Montréal contre l'appui du gouvernement Conservateur à l'assaut militaire israélien contre le Liban, Tadamon! a déterminé de nouvelles priorités pour les mois à venir.
-----> DÉLÉGATION 2006 de Tadamon! au liban. En juillet 2006, avant l'attaque d'Israël, des membres de Tadamon! se sont rendu au Liban. La délégation a travaillé au Liban avant, pendant et après l'attaque, en produisant des reportages indépendants concernant la situation politique, sociale et économique actuelle au Moyen-Orient. Ces reportages ont été diffusés par plusieurs médias en Amérique du Nord et au Moyen-Orient. Cette délégation visait aussi à rencontrer et à créer des liens avec des groupes et des organisations impliqués dans des luttes pour la justice sociale et économique au Liban, dans le contexte néo-colonial qui sévit au Moyen-Orient sous prétexte de Guerre au Terrorisme ». Durant l'assaut israélien, la délégation a travaillé côte à côte avec des activistes de la base qui réagissaient à la crise.
----> Tadamon! RÉAGIR Montreal aux attaques ISRAÉLIENNES: Le 12 juillet 2006, le Liban fut la cible d'une attaque militaire de grande envergure de la part de l'État Israélien. Israël a bombardé le Liban alors qu'elle menait simultanément une campagne militaire dans la bande de Gaza, en Palestine; ces deux attaques ont été menée sous le prétexte de libérer des soldats israéliens détenus par les résistants palestiniens. Au Canada, le gouvernement a soutenu sans réserve les actions criminelles d'Israël, qui ont finalement coûté la vie à plus de 1 200 personnes au Liban, blessé des milliers d'autres, déplacé quelque 900 000 personnes et détruit des centaines de bâtiments résidentiels, laissant des milliers de personnes sans abri. Le soutien fournit par le Canada à la campagne militaire israélienne n'a connu aucun ralentissement alors que les bombes continuaient à tomber sur le Liban en Août, démolissant l'infrastructure civile nationale, dont les pistes d'atterrissage de l'aéroport international de Beyrouth, toutes les autoroutes principales, les principales centrales électriques, les tours de télécommunication, les stations de télévision, tous les principaux ports de mer, des commerces, entrepôts et usines, etc. Les bombardements ont en outre causé un important déversement de pétrole et éparpillé, partout dans le sud du pays, des centaines de milliers de bombettes non explosées qui continuent à tuer et blesser des innocents.
TADAMON! a concentré ses efforts sur deux aspects essentiels du travail politique d'urgence : faire campagne, en solidarité avec les peuples libanais et palestiniens, contre l'appui du gouvernement canadien à l'agression militaire israélienne; et soutenir le Centre d'aide Sanayeh à Beyrouth, un projet de la Coalition Samidoun, dans ses efforts d'assistance de première ligne et dans son travail médiatique de base.
-----> Tadamon! - Construire la SOLIDARITÉ avec le Liban Après la guerre, Tadamon! a défini trois priorités politiques pour guider ses efforts au Québec et au Canada dans les mois à venir. [1] Soutenir la reconstruction par la base au Liban: Tadamon! poursuivra ses efforts pour tisser des liens avec les initiatives de base qui luttent pour une plus grande justice sociale au Liban, tout en soutenant l'assistance de première ligne et le travail de reconstruction, à commencer par les besoins des plus pauvres (dont les travailleurs migrants et réfugiés) et non pas les projets de reconstruction néolibéraux qui, en fonction des intérêts stratégiques et économiques de ceux qui sont déjà socialement et économiquement privilégiés, visent à renforcer la richesse, le pouvoir et les alliances extérieures de ces derniers.
[2] Faire campagne contre l'Apartheid Israélien Tadamon! appuiera les initiatives de la base visant à isoler Israël internationalement pour mettre au défi, à long terme, la capacité qu'a l'État hébreux de commettre impunément des crimes de guerre, et pour contester son rôle de puissance impérialiste dominante dans la région. Cela inclue un soutien actif à la campagne de boycott, désinvestissements et sanctions menée par la Coalition contre l'Apartheid israélien (basée à Toronto) en réponse à l'appel lancé par plus de 170 associations, organismes et syndicats de la Palestine et de la diaspora palestinienne, et auquel a déjà répondu une coalition d'organismes libanais.
[3 Contester la définition du Hezbollah comme groupe terroriste » au Canada: Le Canada est l'un des trois pays au monde qui désignent Hezbollah comme organisation « terroriste ». Les deux autres sont Israël et les États-Unis. Tadamon! s'efforcera de remettre en question cette définition du Hezbollah comme « organisation terroriste », qui a clairement un mobile politique, dans le but de :
* Ouvrir des espaces pour discuter librement et favoriser l'implication dans les luttes pour la justice au Moyen-Orient sans crainte d'être persécuté ou étiqueté négativement;
* Réduire la vulnérabilité des migrants et migrantes qui sont soumis-e-s au profilage racial et aux mesures injustes, soi-disant sécuritaires », en matière d'immigration;
* Dénoncer la diabolisation de ceux et celles qui résistent aux politiques proaméricaines pour un « nouveau Moyen-Orient »;
* Défier l'appui inconditionnel du gouvernement canadien à l'agression israélienne.
----> Tadamon! - Projets en cours:
L'émission de radio: En mai 2006, TADAMON! a commencé la production mensuelle d'une émission de radio d'une heure, diffusée à Montréal le premier mardi de chaque mois entre 17h00 et 18h00 sur les ondes de CKUT 90.3FM. L'émission est aussi téléchargée sur Internet pour rediffusion par des radiodiffuseurs communautaires et publics. Radio Tadamon! met l'emphase sur les luttes pour la justice sociale, par le biais d'entrevues, de documentaires, de montages audio et de reportages sur des enjeux ignorés par les médias privés et d'État.
Site Internet: Tadamon! entretient un site Internet pour faire valoir des informations et des perspectives qui sont marginalisées par les médias de masse au Québec et au Canada. Le site de Tadamon! comporte un suivi des violations du cessez-le-feu imposé par l'ONU, et qui sont pratiquement ignorées par les grands partis politiques et les institutions médiatiques en Amérique du Nord. Le site de Tadamon! portera également une attention particulière aux initiatives de demandes d'indemnités de guerre suite aux destructions massives subies par le Liban, et pour tenir Israël responsable de ses crimes.
* Suivi des incidents liés aux bombes à fragmentation au Liban depuis la mise en application du cessez-le-feu
* Commentaire par le montréalais Hassan el-Akhras, dont la famille entière a été tuée par Israël
----> IMPLIQUEZ-VOUS! Tadamon! invite la participation et l’implication de quiconque se reconnaît dans ses principes d’unité et désire travailler. Pour discuter de votre éventuelle implication, que ce soit comme membre du collectif, dans le cadre de campagnes ou de projets particuliers ou bien en tant que bénévole occasionnel, n’hésitez pas à entrer en contact avec nous.
Tél. 00 514 690 8499

3 comments:

Anonymous said...

Excellent blog Pamela. Thanx

Marchello said...

Surtout lâche pas Paméla, pendant l'attaque Israélienne tout le monde attendaient et suivaient ton blog. Maintenant ça continue mais de manière plus subtile. À moi, et probablement plusieurs autres, tu nous a fait connaître plus profondément ce pays et ce conflit.

Marchello

Concerta Prescription Information said...

My name is Irene Pak and i would like to show you my personal experience with Concerta.

I am 60 years old. I have been taking concerta for three days now. So far it is wonderful. I was previously on ritalin for 2 months, and felt like I was on rollercoaster. I would go from jittery to severly depressed and crying. After changing to concerta three days ago, I feel like myself again, only with much more energy focus and concentration. I am sure hoping this will continue. I am on 36mg.

I have experienced some of these side effects-
mild headache, dry mouth, some affect on sleep

I hope this information will be useful to others,
Irene Pak