Monday, November 20, 2006

The Road to Perdition? Ou l'asile des fous...

Semaine du 20-26 novembre 2006


Al- Haqq (Le droit)
Peinture à l'huile, par Pamela Chrabieh Badine (2005)
------------------------------------------

De Philippe Martin: 'Voici la onzième édition des portraits de blogueurs, avec Pamela Chrabieh Badine.
Ceci est la version intégrale'.
On peut aussi trouver l'entrevue sur
Dailymotion, Cent Papiers et YULBUZZ.

----------------------------------------------------

Dans son discours du 19 novembre 2006, le secrétaire général du Hezbollah Seyyid Hassan Nasrallah annonça la mobilisation des forces de 'l'opposition' (incluant le Hezbollah, Amal, le Courant patriotique Libre du Général Aoun, ainsi qu'une diversité de partis et courants politiques, tant laïcs que de confessions religieuses plurielles) et appela à des manifestations populaires en vue de l'implantation d'un cabinet d'union nationale ou des législatives anticipées. Jour après jour, le fossé s'élargit entre deux factions en elles-mêmes plurielles: la dite 'opposition' (al-mu'ârada) et le 'pouvoir' (al-sulta) ou l'actuel gouvernement ne comprenant plus les ministres chiites. Les accusations réciproques fusent quotidiennement à travers les médias: 'partisans de la Syrie et de l'Iran' versus 'partisans des États-Unis - et de facto d'Israël ', 'majorité' versus 'minorités', et chaque camp se qualifie de 'sauveur du Liban' versus les 'destructeurs de la nation' etc. Entretemps, c'est l'attente angoissante... Allons-nous avoir une torride période de fêtes (Noël et Nouvel-An)? Quand allons-nous dévier du chemin de la perdition? Comment reconstruire un pays et édifier une nation en l'absence d'un dialogue durable à tous les niveaux (celui des leaders, des institutions, des confessions, de la société civile, de la diaspora...)? Comment appliquer une véritable démocratie - encore faudrait-il définir ce que veut dire une 'véritable' démocratie dans le contexte Libanais - assurant l'équité, la justice et la liberté, en présence de monologues exclusivistes? En Palestine, les partis et courants politiques rivaux se sont mis d'accord sur la constitution d'un cabinet d'union nationale... Qu'en est-il du Liban, réputé pour être le pays le 'plus démocratique' dans le monde arabe et le 'plus convivial', dont la Constitution est basée sur le dialogue et la coexistence (al-'aych al muchtarak)? Le seul point positif dans tout ce grabuge est l'existence d'une diversité de partis et de courants, et non d'un seul parti ou d'une seule idéologie. Toutefois, le hic est la compétition féroce qui s'installe entre ces partis et courants, faisant fi des données régionales et internationales - voire des alliances qui se forment ou qui pourraient se former, des conflits pendants et de leurs impacts sur la situation interne -, faisant fi également de l'émigration massive des jeunes, de la crise économique, des bombes à fragmentation, de la guerre continue avec Israël, des ambitions de la Syrie, etc. Une autre forme de totalitarisme est entrain de s'installer... En fait, elle existe depuis des décennies: le totalitarisme des leaders du pays, du clanisme qui alimente leur pouvoir et qui en est alimenté en retour.

Le mercredi 22 novembre est le JOUR DE L'INDÉPENDANCE DU LIBAN. De quelle indépendance s'agit-il? Celle commémorant la 'fin' du mandat français en 1943? La 'fin' de l'occupation syrienne en 2005? L'occupation du Sud du Liban et les violations quotidiennes de la souveraineté Libanaise par Israël 'en route vers la fin'? Le jeu des grandes puissances sur le terrain Libanais - voire le 'laboratoire' - 'en route vers la fin'? Le pouvoir totalitarisant des Seigneurs de la guerre, leaders actuels du Liban, 'en route vers la fin'?

Sommes-nous réellement indépendants ou n'est-ce qu'une illusion? La réalité, c'est que nous vivons dans un asile de fous, un mauvais film de mafias locales, régionales et internationales qui s'entretuent et qui entraînent avec elles toute une population...

--------------------------------------

MARDI 21 NOVEMBRE 2006: ASSASSINAT DU MINISTRE LIBANAIS DE L'INDUSTRIE, PIERRE GEMAYEL

Le ministre libanais de l'Industrie, Pierre Gemayel, a été tué ce mardi dans un attentat dans la banlieue nord de Beyrouth (Jdeideh). Chrétien maronite, 34 ans, Pierre est le fils de l'ancien président Amine Gemayel (président du parti Kataeb) et le neveu du président de la République assassiné en 1982 Bechir Gemayel. A l'annonce de son décès, Beyrouth et ses environs furent frappés par des embouteillages monstres. Nous avons dû passer ma mère et moi plus de deux heures sur la route pour ramener ma soeur Michèle de son lieu de travail (au centre-ville de Beyrouth). Nul besoin de vous faire part de notre angoisse tout le long du chemin. L'armée Libanaise s'est déployée partout. Un deuil national a été décrété. De retour à la maison, nous attendons pour voir dans quel gouffre nous allons encore une fois être entraînés... Entretemps, des membres du parti Kataeb à Dbayeh, Kahale et dans d'autres régions dans les environs de Beyrouth manifestent dans les rues autour de feux allumés en brûlant des pneus.

-------------------------------

Mercredi 22 novembre 2006: jour de deuil national. Il est 9h30 du matin (heure de Beyrouth). Le convoi transportant le corps du ministre Gemayel est arrivé à Bikfaya, fief des Gemayel et mon village d'origine - le lieu dans lequel nous nous étions réfugiés durant les combats de l'été. Une foule de personnes transportent le cercueil... Les églises du village sonnent leurs cloches... Les banderoles blanches sont accrochées dans toutes les rues du village, symbole du décès d'un jeune. Que de fois j'ai vu dans ma vie des martyrs de la guerre et de la folie des hommes, chéris par leurs proches et emportés vers leur dernière demeure... Marche funèbre... Que de fois j'ai vu les larmes et j'ai pleuré... La mort du ministre Pierre Gemayel et celle de tant d'autres Libanais - des milliers et des milliers - durant toutes ces années de guerre, me rappellent constamment la mort actroce de mon beau-père Gebran, assassiné en Irak il y a deux ans. Pourquoi cette folie meurtrière? Qui sont les responsables? Y a-t-il une quelconque justice sur terre? Ces milliers de morts, de blessés, de disparus, de traumatisés.... Pourquoi toute cette violence qui ne rime à rien, absolument rien, et ne conduit qu'à la souffrance, la haine et à encore plus de violence?

Demain jeudi est également un jour de deuil national.

-------------------------------

Jeudi 23 novembre 2006: Une manifestation monstre au centre-ville de Beyrouth accompagne les obsèques (à la cathédrale Saint-Georges, dont la cérémonie est présidée par le patriarche des chrétiens maronites Mar Nasrallah Boutros Sfeir)de Pierre Gemayel. Des milliers de personnes provenant de toutes les régions du Liban se rassemblent depuis le matin dans la place des Martyrs. Le convoi transportant le corps du jeune ministre assassiné stoppa à plusieurs reprises du village de Bikfaya jusqu'au centre-ville de Beyrouth et le linceuil fut porté par la foule, baigné par les pétales de roses et le riz. L"enterrement aura lieu par la suite à Bikfaya.

-------------------------------

Vendredi 24 novembre 2006: Hier soir, quelques centaines de personnes - surtout des jeunes, partisans ou sympathisants du Hezbollah - ont spontanément manifesté contre le pouvoir en place dans quelques quartiers de Beyrouth. Le secrétaire général du Hezbollah Hassan Nasrallah a immédiatement appelé à mettre fin à ces manifestations. Aujourd'hui, les condoléances à Bikfaya se poursuivent. Demain samedi, le conseil des ministres devrait se réunir. 'L'opposition' ne semble pas se désister de ses revendications. Le pouvoir en place non plus. Nous craignons de plus en plus un conflit interne qui se traduirait en une guerre civile, sinon en des accrochages et une poursuite des attentats. Comment afficher un optimisme et une confiance en un meilleur avenir dans ces circonstances critiques? La crise économique s'intensifie et beaucoup de jeunes, surtout des chrétiens, émigrent. Je tente autant que possible de lutter contre le désespoir, mais ce n'est pas facile dans un contexte aussi explosif. Il suffit d'une étincelle... car les barils de poudre sont pleins à craquer!

Ce qui m'attriste profondément, en plus de voir un si beau pays dont l'histoire remonte à des millénaires sombrer dans les abîmes, est d'une part l'extrémisme de jeunes emportés par les mêmes idéologies colportées par les générations précédentes, et d'autre part le fatalisme d'autres jeunes qui abdiquent et qui quittent. Heureusement qu'il y a aussi des jeunes au Liban et au sein de la diaspora Libanaise, qui militent encore pour la paix, la liberté d'expression, les droits de l'Homme et la convivialité.

Dans un article d'un jeune journaliste, Michel Hajji Georgiou (publié dans l'Orient-le-Jour, 25 novembre 2006), intitulé 'Ils veulent tuer la jeunesse', celui-ci rappelle les assassinats de Samir Kassir (45 ans) et de Gebran Tuéni (48 ans), et les lie à celui de Pierre Gemayel (34 ans), en les qualifiant 'd'élimination des élites', qui vise à 'rompre le contact avec les masses, à les provoquer, les déchaîner, les pousser à réagir instinctivement les unes contre les autres'. Cette anhililation systématique traduit certes la faiblesse des assassins 'face à ce qu'ils ne peuvent réduire au silence autrement que par la violence', mais également une 'volonté évidente de s'en prendre à l'espoir, de l'étouffer dans l'oeuf'. Non seulement on élimine des élites, mais on empêche aussi 'tout renouvellement potentiel de ces élites'. 'En d'autres termes, de liquider physiquement tous ceux qui pourraient un jour assurer la relève'. 'IL Y A UNE VOLONTÉ CRIMINELLE DE S'EN PRENDRE À LA NOUVELLE GÉNÉRATION, CELLE DONT L'ENFANCE N'A ÉTÉ QU'UN LONG DÉLUGE DE VIOLENCE, ET QUI EST APPELÉE MAINTENANT, DÈS À PRÉSENT, À DIRIGER LE PAYS, QUE CE SOIT AU SEIN DE LA SOCIÉTÉ CIVILE OU DU POUVOIR POLITIQUE STRICTO SENSU'. C'est donc empêcher le Liban de jouir d'un meilleur avenir - d'avoir un avenir tout court -, par tous les moyens.

'Il est temps que ce massacre prenne fin. Il est temps pour les élites libanaises, politiques et civiles, d’avoir d’autres options que l’émigration, ou le martyre, lorsqu’elles ont choisi de rester dans leur pays et de se mettre au service de leur société. Jusqu’à quand la jeunesse de ce pays doit-elle vivre dans le malheur, sacrifiée sur l’autel de la criminalité des régimes despotiques ?La relève est en danger. Si elle disparaît, le pays disparaît aussi. Ceci est un véritable cri d’alerte. La jeunesse de ce pays a déjà payé un trop lourd tribut. N’acceptons plus de la voir conduite à l’abattoir, de voir les parents pleurer leurs enfants. Cela suffit. Les Assassins n’arrêteront pas de tuer. Il faut les arrêter'.

--------------------------------------------------

TÉMOIGNAGES- TESTIMONIES

Friday November 17, 2006.
14h08

A herd of three to four million Lebanese sheep practically all followers of war criminals and nation assassins. Day after day, we witness an intensification of the allegiances they pledge to these killers mainly because their parents did so or because it serves their interests. So many brain cells wasted for so often repeated demagogical speeches and for the latest fad political parties are using, colors. We are now lost in a collective hypnosis or a collective suicide and definitely eye witnessing the demise of our homeland. So much anger and male hormones exploited for the destruction of a land; apparently the simplest and swiftest task undertaken by human beings. Erasing memories could be our only way out, a therapy that will create a new breed of revolutionaries fighting for a peaceful nation and genuine leaders. Still, the possibility of living the adverse catastrophic effects of such a treatment is present: Lebanese falling in the vicious circle of archaic adherence and voting for the same old godfathers we love so much.

Michèle Chrabieh
Bab Idriss, Lebanon.

-------------------------------------------------

Tuesday 21 November 2006.
8h21 a.m.


We shiver with the crumbling of the political situation, the enlargement of the trench between the two main Lebanese opposing governmental factions- i.e. the ruling party and the opposition-, the resonance of Hezbollah’s leader Hassan Nasrallah’s latest discourse and the subsequent downright materialization of the rumors of massive demonstrations. Yet, we look for our Lebanese roots, mingle with all sorts of Lebanese notwithstanding their origins, social classes and religions, we listen to Charbel Rouhana’s compositions with their down-to-earth language in Madina Theatre in Beirut Hamra’s street as well as to Ziad Rahbani’s jazz compositions in the Social Club of Achrafieh and we dance to our typical national folk dance, dabke—literally "stomping of the feet"- in our newly discovered Hamra’s leftist bar/restaurant, “Baromètre”, famous for its delicious Lebanese mezzeh. We latch on to our complex identity and to our Lebanese core with the greatest apprehension of loosing it all to satisfy the greed, interests and cruelty of our rulers, neighboring countries and the contemporary colonial power or “want to” be powers.

Michèle Chrabieh
Bab Idriss, Lebanon.

-------------------------------------------------

The youngest Lebanese Minister joined the ranks of the heroes of Independence

Michele Chrabieh,
Beirut Wednesday 22 November 2006.


Lebanon’s Minister of Industry, Pierre Gemayel, was shot dead in broad daylight in Beirut northern suburb of Jdeideh on the eve of the Independence Day. His death follows the assassination of five other Lebanese prominent political leaders among which the former prime minister Rafic Hariri. Several Jdeideh residents, security and media sources said gunmen opened fire at his rented car through his side window using a silencer and aimed specifically at his head. He was rushed to the nearest hospital, Saint Joseph’s, where he was pronounced dead upon arrival and where one of his bodyguards died a couple of hours later. The local satellite television station LBC said a civilian witness was seriously wounded during this crime and was being treated at Saint Joseph Hospital. MP Saad Hariri, who was attending a press conference at the time of the assassination, accused Syria of killing all free Lebanese men as promised. The United Nations and the European Union, among many others, qualified this incident as a terrorist act aiming to destabilize Lebanon’s internal stability. Pierre Gemayel, 34, is the son of one of Lebanon’s former presidents, Amin Gemayel, and the nephew of the late president, Bashir Gemayel, who was murdered in 1982. In the premises of the hospital where he died, Amin Gemayel pleaded his son’s supporters to remain calm and focus on the cause for which Pierre as his uncle and many other family members became martyrs: a free and independent Lebanon. All festivities for the celebration of Lebanon’s Independence Day on November 22nd were cancelled paving the way for the mourning of a main leader in the Christian Phalange Party and another hero of Independence, the youngest Lebanese Minister, Pierre Gemayel.

-------------------------------------------------

ANNONCES ET NOUVELLES - NEWS

LEBANON: Images of War

A Multimedia Journey Through the 34-Day War in Lebanon & Its Aftermath

An evening featuring an interactive multimedia presentation on the recent war on Lebanon and its aftermath, with award-winning independent reporter Ana Nogueira of Democracy Now! & photojournalist Andrew Stern....

THURSDAY, November 30th.
Atwater Library 1200 Atwater. corner St. Catherine [Atwater metro]
Montreal (Canada)
Suggested Donation, 5-10$
Translation into En. Fr. & Arabic Available,
Childcare Provided


Interweaving still photography, audio and video, this event is a uniquely intimate look at the human cost of this 34 day conflict that took the lives of over 1300 people, wounded thousands more, and displaced over one million.... Democracy Now! correspondent Ana Nogueira and Redux Pictures photojournalist Andrew Stern traveled to Lebanon while the war raged, and stayed for five weeks post ceasefire to document the aftermath of the war. Their work takes us to scenes of horrific bombings in the southern suburbs of Beirut to the ruins of Southern Lebanon's Bint Jbail, Aita Chaab and Qana, from tobacco fields littered with Israeli cluster bombs to the oil-slicked Lebanese coastline. Featuring interviews with survivors and families of those not so fortunate, this event will provide a rare glimpse into the hearts of ordinary people whose lives have been changed forever, and ultimately reveals the steadfast determination of the Lebanese people to survive and rebuild their country in the face of unimaginable violence and national anguish.

Info: Tadamon! Montreal http://tadamon.resist.ca / 514 690 8499

Information on Presenters:

* Andrew Stern - Will present still photographs with audio collage, 23min Andrew Stern is a photojournalist committed to documenting critical social and political issues. His compelling imagery has been recognized for the intimate relationship he develops with his subjects, as well as the time he spends to immerse himself in a story. He has photographed in over 20 countries and his award winning work has appeared in The Guardian Weekend Magazine, Readers Digest, Harper's, The New York Times, Internazionale, Die Welt, La Jornada and many other publications both domestically and internationally. He is co-author of the book We Are Everywhere: The Irresistible Rise of Global Anti-Capitalism [Verso, 2003]. He has recently returned from covering the war in Lebanon and is based in New York City. For more Info visit: http://www.andrewstern.net

* Ana Nogueira - Will present a Video Documentary, 38 min. Ana Nogueira is a television journalist and media activist. She worked as a producer for Democracy Now! for four years and is now a correspondent for the award-winning daily news program. Ana is a founder of the New York City Independent Media Center and its newspaper, The Indypendent. She has been deeply involved in the growth of the Indymedia Network worldwide, believing that citizen journalism plays a critical role in helping us understand the tumultuous world in which we live. Download & view Nogueira's work

------------------------------------------------------

Bombes à fragmentation et attaque militaire israélienne 2006 au LIBAN.

Présentation de HABBOUBA AOUN du Landmine Resource Center de Beyrouth sur les bombes à fragmentation israéliennes et leurs conséquences sur la population libanaise....

VENDREDI 24 NOVEMBRE à 20 heures
Centre Communautaire Musulman de Montréal [CCMM]
3300, Crémazie Est, coin Saint-Michel [Métro Saint-Michel], Montreal
Les dons sont bienvenus.
Joignez-vous à l'Association Al Hidaya de Montréal et à Tadamon! pour une présentation interactive de diapositives et un exposé par HABBOUBA AOUN du Landmine Resource Center de Beyrouth. Habbouba Aoun fait une visite au Canada cette semaine pour donner un aperçu et de l'information sur les conséquences des bombes à fragmentation israéliennes sur le Liban. Pendant sa visite au Canada, Mme Aoun s'est adressée à la presse nationale sur la Colline parlementaire à Ottawa et aux membres du Parlement canadien. Le présent événement à Montréal permettra aux Montréalaises et Montréalais ainsi qu'aux membres de la diaspora libanaise d'entendre le récit d'un témoin direct sur les effets dévastateurs des bombes à fragmentation israéliennes dans le contexte d'une campagne internationale en pleine expansion qui vise à interdire ces armes dans les guerres. Les représentants officiels de l'ONU estiment qu'Israël a largué jusqu'à un million de bombes à fragmentation miniatures pendant l'attaque de 2006, et que 40 % d'entre elles n'ont pas explosé au Sud Liban. Les centaines de milliers de ces bombes à fragmentation miniatures dont on a arrosé le pays constituent un danger mortel pour la population libanaise. Depuis le cessez-le-feu négocié sous l'égide de l'ONU le 14 août 2006, 156 personnes ont été victimes de munitions à fragmentation, 90 % d.entre elles étaient des civils et un tiers de ces personnes avaient moins de 18 ans.

* Visitez le blogue de Tadamon! Montréal sur les incidents concernant les bombes à fragmentation au Liban.
Pour en savoir davantage, veuillez contacter les organismes suivants:
* Centre Communautaire Musulman de Montréal: http://www.ccmmontreal.com / ccmm@ccmmontreal.com / 514 277 3999.
* Tadamon! Montréal: http://tadamon.resist.ca / tadamon@resist.ca / 514 690 8499
* Mines Action Canada: http://www.minesactioncanada.org
Avec l'appui des organismes suivants: Tadamon! Montréal, Association des jeunes libanais musulmans [AJLM], QPIRG [Quebec Public Interest Research Group] McGill, Mines Action Canada, Al Hidaya Association & Centre Communautaire Musulman de Montréal

------------------------------------------------------


Liban: Un rapport de l'ONU décrie les violations israéliennes
21 Novembre 2006
Edicom
Israël a commis des "violations flagrantes" du droit humanitaire lors de la guerre au Liban, selon la commission de l'ONU chargée d'enquêter par le Conseil des droits de l'homme. L'usage excessif de la force équivaut à une punition collective. Les trois experts mandatés le 11 août ont fait connaître leurs conclusions dans un rapport de 125 pages. Ils affirment qu'Israël "a recouru à la force de manière excessive, indiscriminée et non proportionnelle", lors de la guerre menée contre le Haezbollah au Liban du 12 juillet au 14 août."L'armée israélienne a fait un usage disproportionné de la force contre les civils" et "n'a pas distingué entre civils et militaires", comme le demande le droit international humanitaire, estime la commission. Elle ajoute que "l'usage excessif de la force, sans nécessité militaire, équivaut à une punition collective".

------------------------------------------------------

"We believe democracy begins with inclusive, educated, and engaged individual behaviour which, when nurtured and multiplied, will lead to the improvement of civil society and the betterment of our national, regional, and global future."


Within this month's series of Hiwar sessions under the theme "Corruption"
Nahwa al Muwatiniya presents " Illicit Wealth - Youths In Action"
During this session, we will discuss the role of youth in monitoring and fighting corruption, and in amending the Illicit Wealth law "154/99" allowing citizens to hold public servants accountable for their actions.

Youth in Action is a project that aims to educate young Lebanese about the various laws that address the accumulation of illicit wealth among politicians and public servants. 128 youths from all backgrounds, the same number of MP's in Lebanon, will be brought together from various universities and NGO's to attend within groups one of 6 "1-day workshops" designed to help youths acquire the necessary skills to play an effective role in lobbying for the enforcement of these laws.

SPEAKERS:
Rania Merhej, Carla Antar, Nada Khalil, Sara Mourad, Miled Assaf, Jay Loschky

Date & Time : Monday 20 November, 2006 at 8:00pm
Place: Club 43 –Gemayzé- facing Doculand (Lebanon)

Nahwa al-Muwatiniya, www.na-am.org, 05-950-952

-----------------------------------------------------

Sous-munitions au Liban: Tsahal aurait fauté

AFP, 20 Novembre 2006

L'armée israélienne a tiré cet été au Liban des milliers de bombes à sous-munitions, contrairement à un ordre donné par le chef d'état-major, le général Dan Haloutz, affirment les médias israéliens. La première chaîne publique de la télévision israélienne a affirmé dimanche soir qu'une commission d'enquête a été chargée d'établir les raisons pour lesquelles cet ordre du général Haloutz n'a pas été appliqué par certaines batteries d'artillerie durant le conflit avec le Hezbollah en juillet et août.Le site internet du journal "Yédiot Aharonot" a de son côté précisé que cette révélation provenait "d'un rapport d'enquête interne de l'armée de terre, indiquant que l'artillerie israélienne a utilisé ces bombes en contradiction avec les directives du général Haloutz".
Comme des mines antipersonnelles, ces bombes à sous-munitions sont composées d'un conteneur principal qui libère en l'air plusieurs centaines de petites bombes sur une large zone. Celles-ci n'explosent pas nécessairement lors de leur impact, faisant ainsi planer une menace durable, à la manière d'une mine antipersonnelle.Dès le 5 septembre, l'ACRI (Association for Civil Rights in Israel), principale association israélienne de défense des droits de l'Homme, a réclamé du conseiller juridique du gouvernement Menahem Mazouz, également Procureur de l'Etat, qu'il ouvre une enquête sur l'utilisation cet été par l'armée israélienne de bombes à sous-munitions, "y compris au niveau politique". Dispersion dans la nature: Selon le quotidien "Haaretz", l'armée a répandu au Liban au moins 1,2 million de sous-munitions. Le secrétaire général de l'ONU Kofi Annan a dénoncé l'utilisation de ces bombes par l'armée israélienne et demandé à l'Etat hébreu de révéler leur emplacement.

------------------------------------------------------

Stop Sectarianism Campaign

Awareness campaign on sectarianism


Background:Since 1920, Lebanese society has been structured according to religious confessions or sects. Within a country of 10,000 km², we have over 17 official religious sects. Sectarianism is intertwined in our daily life, and has been so for years, officially and in society. Most official positions are based on religious denominations. Sectarianism was one of the main factors leading to the civil war, but even today, everybody still thinks along religious lines and divides people into sectarian groups. The topic was always a taboo subject, until the “Spring Revolution” of 2005. With this movement, the creation of civil society groups brought together people from every religion, and made it clear to many that civil society-led initiatives could effectively make a difference. The campaign:The campaign focuses on the ridiculous/harmful side of sectarianism/confessionalism and its excesses in our every day life. Generously conceived for AMAM by a multi-confessional creative team of like-minded people from the H&C Leo Burnett agency, the campaign is bound to make you both laugh and think. The tone, which is innovative, provocative, funny and straight to the point, will most certainly generate debate and provoke much-needed thinking about the reality of how far confessionalism dictates our every day social behaviour. Like us, you think confessionalism is a plague which has been eating away at this country for as long as one can remember. Like us, you also think this country, despite all its flaws and complexities, remains a place like no other, one we should cherish, support & believe in. Like us, you have surrendered to the Lebanese spell, and have vowed to always keep trying, in your own way, to make things better. Like us, you are a believer in the unique richness and potential found in the Lebanese pluri-confessional make-up. We hope you like this campaign. If you do, and wish to support us for other citizenship-building awareness campaigns of this kind, please get in touch.
Thank you.

http://www.05amam.org/

-----------------------------------------------

The Berkeley Electronic Press is pleased to announce a special issue of its peer-reviewed electronic journal, the Muslim World Journal of Human Rights(MWJHR), located at http://www.bepress.com/mwjhr.

This issue examines Post-September 11th Developments in Human Rights in the Muslim World. A table ofcontents and additional information about the special issue follow below.

ARTICLES

Shadi Mokhtari "Human Rights in the Post-September 11th Era: Between Hegemony and Emancipation".

Cyra A. Choudhury "Comprehending 'Our' Violence: Reflections on the Liberal Universalist Tradition, National Identity and the War on Iraq".

Chrystie Flournoy Swiney "Racial Profiling of Arabs and Muslims in the US:Historical, Empirical, and Legal Analysis Applied to the War on Terrorism".

Schmitz "Yemeni Reflections on Guantanamo and American Efforts for Political Reform in the Arab World".

Jasmin Zine "Between Orientalism and Fundamentalism: The Politics of Muslim Women's Feminist Engagement".

FROM THE FIELD

Clive A. Stafford Smith "Getting Your Friends in Trouble".

ABOUT THE MUSLIM WORLD JOURNAL OF HUMAN RIGHTS

Muslim World Journal of Human Rights is the first academic forum dedicated to the discussion of the various human rights debates facing the Muslim world. The journal features articles examining human rights issues related not only to Islam and Islamic law, but equally those human rights issues found in Muslim societies that stem from various other sources such as socio-economic and political factors, as well as the interaction and intersections of the two areas. The journal serves as a forum to bridge the gap between academia and human rights practice. To that end, it includes a regular "From the Field"section featuring notes from practitioners and field researchers, and seeks to draw more Muslim world voices into the debate on human rights in the Muslim world. Recent articles concern such topics as Women's Sexual Health and Rights in Senegal, Islam and Gender Justice, Domestic Violence in Indonesia, Extension of Shari'ah in Northern Nigeria, and Human Rights in Islamic Malaysia Perspectives.

Editors:

Mashood Baderin, University of the West of England

Mahmood Monshipouri, Quinnipiac University

Lynn Welchman, School of Oriental and African Studies

Shadi Mokhtari, Osgoode Hall Law School (managing editor)

-----------------------------------------------------

Conférence Présence musulmane Montréal
MÉDIAS et RELIGIONS


Nos médias font-ils suffisamment de place aux religions, celles que l'on croyait disparues et celles issues de l'immigration récente? Et quand ils en parlent, dans quel but : informer ou provoquer? Deux invités s’interrogent - et nous interpellent - sur un sujet de grande actualité.

Conférenciers invités :

- Jean Pichette, professeur à l'École des médias, Faculté de communication de l'UQAM

- Lamine Foura, licencié en sciences islamiques, Université d'Alger, candidat à la maîtrise en sciences des religions, Université de Montréal

Lieu : UQÀM – 315, Ste-Catherine Est, Pavillon R, Sciences de la gestion, salle RM-120
(Métro Berri-UQAM) (Montreal)
Horaire : Le vendredi 24 novembre de 19h00 à 21h30.

---------------
La mort : De l'angoisse à la sérénité – Conférence (RAPPEL)

Comme le mois de novembre est le mois des morts, le Carrefour Marguerite-Bourgeoys invite toutes les personnes qui se laissent interpeller sur le sujet de la mort à la conférence La mort : De l'angoisse à la sérénité.

Quand ? Le vendredi 24 novembre 2006 à 13 h 30
Où ? Au Centre Saint-Pierre, à la salle Laure-Gaudreault (Montreal)
Conférencier invité : Richard Guimond, o.p.
Coût : 2$
Info et inscription : 514 527-1871

--------------------------------------------------------

NATIONAL COUNCIL ON CANADA-ARAB RELATIONS
CONSEIL NATIONAL DES RELATIONS CANADO-ARABES

News Release For Immediate Release
NCCAR Condemns Assassination of Lebanese Cabinet Minister
Ottawa, November 23, 2006 -
As Lebanon mourns the death of Lebanese Industry Minister Pierre Gemayel and bids him farewell today, the National Council on Canada-Arab Relations (NCCAR) extends its deepest condolences to the Gemayel family, the people and government of Lebanon and Lebanese Canadians. "NCCAR was shocked to learn of the assassination of Pierre Gemayel and condemns this heinous act," said NCCAR Spokesperson Samah Sabawi. "The assassination of Mr. Gemayel is a stark reminder that there are forces at play bent on destabilisation of the country as it recovers from the devastating results of this summer's attacks by Israel." NCCAR urges Canada to support Lebanon's efforts to maintain national unity and calm. We strongly believe that peace is the essence of progress and prosperity in Lebanon and the Middle East.

The National Council on Canada-Arab Relations is a non-partisan, non-governmental organisation dedicated to improving ties between Canada and the Arab world.
For more information: www.nccar.ca

--------------------------------------------------


LETTRE DE CONDOLÉANCES A LA FAMILLE GEMAYEL
Date:
Thu, 23 Nov 2006 09:13:26 -0500
Montréal, le 22 novembre 2006 jour de notre indépendance. Au nom des Anciens du Collège Notre-Dame de Jamhour du Canada, nous tenons à présenter à la famille Gemayel nos plus sincères condoléances. La perte de Pierre Amine Gemayel n'est pas seulement une perte pour sa famille mais c'est surtout une énorme perte pour tout le Liban et les libanais à travers le monde. J'ai eu la chance de connaître Pierre personnellement. Sa simplicité, son patriotisme, sa sincérité, et sa foi en un Liban fort, independent et démocratique étaient symboliques. Les criminels qui ont essayé par leur acte perfide de détruire un jeune symbole de notre cher Liban, se sont trompés encore une fois. Notre message est clair. Notre réponse à ces actes est basée sur notre conviction et notre foi inébranlable en un Liban fort, indivisible et éternel. Parce que nous, Libanais du Liban et de la diaspora, nous n'enterrons pas nos morts. Leur présence est à jamais dans nos coeurs. La longue liste de Rafic, Bassel, Samir et Gebran sur laquelle s'est greffé Pierre, est un rappel incessant de leur sacrifice ultime pour notre Patrie. Les millions de libanais à travers le monde partagent notre vision: De grâce laissez nos enfants vivre en paix .
Donald J. Eddé MD
Président Anciens Jamhour Canada (AJC)
Président Union Maronite du Canada

7 comments:

Christian Aubry said...
This comment has been removed by a blog administrator.
Christian Aubry said...

Le Canada a appris hier la terrible nouvelle de l'assassinat de Pierre Gemayel. Encore une fois, les armes de terreur et de mort ont parlé. Les simples citoyens du monde ne peuvent pas faire grand chose, surtout si leurs États-nations n'arrivent pas à vous aider. Cependant, nombre d'entre eux ressentent parfaitement l'injustice, la gravité, l'horreur et l'extrême absurdité de votre situation. Même si c'est futile car intangible, sachez qu'ils pensent à vous et qu'ils souhaitent que cesse le calvaire du Liban et de son peuple.

Merci, Pamela, pour ton travail de témoin sensible. Ton blogue est une voix intelligible s'élevant au-dessus du vacarme. Cette voix représente pour moi l'humanité qui persiste, malgré tout, dans le coeur des Libanais.

ursule said...

Pamela,

Je me permets d'emprunter les propos de Christian Aubry avec qui je suis complètement d'accord.

En espérant de tout coeur que la situation ne dégénère pas d'avantage, mes pensées vous accompagnent, toi, ta famille et tous tes proches.

Amitiés,

André Tremblay,
Québec, Québec.

Philippe Martin said...

Bonjour Pamela, je me joins à Chistian et André suite à cette nouvelle bouleversante. Je repense à cette phrase que tu avais dite ou vous les jeunes de votre génération en aviez assez de toute cette violence. De tout coeur avec vous.

Pamela Chrabieh Badine said...

Merci Christian, André et Martin pour vos commentaires. Effectivement, plusieurs Libanais-es de ma génération en ont assez de toute cette violence qui n'en finit plus de marquer nos vies. Espérer encore la paix? Oui, en dépit du fait que la situation actuelle ne présage rien de bon. Jeudi 23 novembre 2006: jour de deuil national, jour d'enterrement de Pierre Gemayel. Des manifestations sont prévues à Beyrouth, mais on n'a aucune idée comment et en quoi elles pourraient dégénérer. Croisons-nous les doigts!
Merci encore

Jean-François said...

Ce que les médias rapportent, à Montréal, c'est que les Libanais ont peur, et même peur de désigner des suspects pour ne pas mettre le feu aux poudres. C'est bien compréhensible. Mais c'est triste aussi parce que ça montre le pouvoir de l'intimidation sur la démocratie, d'une intimidation qui a les moyens de ses prétentions. Alors continue à t'exprimer, Pamela, c'est sans doute le premier acte de résistance.

ursule said...

Pamela,
Monsieur Donald J. Eddé MD,
Président Anciens Jamhour Canada (AJC),
Président Union Maronite du Canada,
Libanaises et Libanais,

{{ « Les millions de libanais à travers le monde partagent notre vision: De grâce laissez nos enfants vivre en paix » }}.

Ces mots de monsieur Donald J. Eddé sont aussi partagés par beaucoup d'entre nous, Québécois mais, aussi, « Libanais » de coeur. Oui, de grâce, qu'on vous laisse, vous et vos enfants, vivre en Paix !

André Tremblay,
Québec, Québec.