Tuesday, August 08, 2006

CAN WE STILL SURVIVE THE WAR (LEBANON SUMMER 2006)?

LE TEMPS PASSE… LES MASSACRES SE POURSUIVENT…
POURRONS-NOUS ENCORE ENDURER L’ESCALADE MEURTRIÈRE?

(La carte du Liban, An-Nahar, 8 août 2006)

« Maman, s’il te plaît, ne t’endors pas », supplie Ali, 12 ans. Sa mère ouvre péniblement les paupières et soupire : « Je vais mourir... » Sa grand-mère a été tuée quand le missile a atteint le véhicule à bord duquel la famille fuyait les bombardements. (Paris Match)

Ce qui reste de la banlieue sud de Beyrouth

La journée d’hier fut des plus calamiteuses : tant au Sud du Liban que dans la Békaa et dans de ‘nouveaux’ quartiers de la banlieue Sud de Beyrouth. L’escalade est en cours… Ce 27e jour a été marqué par plusieurs destructions et massacres de civils :
- Chiyah (à Beyrouth) : trois immeubles totalement détruits dans un quartier résidentiel, et plus de 20 morts et 50 blessés. Le bilan pourrait encore être plus lourd. J’entends encore les cris d’un homme « Fatmé, Fatmé » qui demandait à la foule de faire silence en espérant entendre la voix de sa femme ensevelie.
- Brital (dans la Békaa): plus d’11 morts et 23 blessés.
- Chmestar (dans la Békaa) : 1 mort et 7 blessés.
- Nord de Tyr : au moins 5 morts.
- Ghaziyé (au sud de Saïda) : 14 morts sous les décombres d’un pâté de maisons.
- Ghassaniyé (au sud de Saïda) : 7 morts sous les décombres de leur maison.
- Kfar Tebnit (village au sud-est de la ville de Nabatiyé) : 5 morts et 4 blessés.
- El-Kfour (à l’ouest de Nabatiyé) : une femme et son enfant sont retrouvés morts sous les décombres de leur maison.
- Destruction du seul pont provisoire – construit à la hâte il y a deux semaines par l’armée libanaise - de Qasmiyeh au nord de Tyr qui constituait la seule voie praticable existant encore entre le Sud du Litani et le reste du pays.
- La route principale Beyrouth-Damas pilonnée pour la énième fois, ainsi que la route côtière reliant Naqoura à Tyr.
- Le Hezbollah aussi poursuit le lancement des roquettes et les violents combats terrestres à la frontière libano-israélienne se font plus intenses jour après jour. Hier, 5 soldats israéliens sont morts lors de combats à Houla, et un autre à Bint Jbeil.


De plus, les lignes d’attente aux stations d’essence se font de plus en plus longues et pénibles : au minimum 100 à 150 voitures sur chaque station, attendant pendant des heures quelques misérables litres – si disponibles - qui pourraient aider à se déplacer ne serait-ce que pour les urgences. La catastrophe humanitaire bat son plein. Le coordinateur humanitaire des Nations unies au Liban, David Shearer, a appelé hier l’armée israélienne à mettre fin à ses attaques contre l’infrastructure au Liban et à interrompre toutes les activités qui paralysent le transport des aides humanitaires aux déplacés. Peine perdue… Les convois humanitaires sont pour la plupart annulés. Sans compter le fait que plusieurs attaques de l’aviation israélienne se font proches des convois des Nations Unies. Aussi, les particuliers qui accueillent les réfugiés commencent à manquer de moyens. Dans un article de l’Orient-le-Jour (8 août 2006) intitulé « Les bons samaritains veulent de l’aide », des appels au secours sont lancés :

« Amine Tarabay a ouvert ses restaurants aux réfugiés fuyant les bombardements israéliens, mais ses réserves ont fondu et à son tour, il attend l’aide des organisations humanitaires, écrit Béatrice Khadige dans un reportage pour l’AFP. « Il ne me reste plus que des pommes de terre et des aubergines pour nourrir la quinzaine de familles qui ont trouvé refuge dans mes deux restaurants », confie le propriétaire des deux établissements, transformés en havre pour 70 déplacés, sur le littoral, à une vingtaine de kilomètres au sud de Beyrouth. « Je leur ai tout donné et il ne me reste plus grand-chose. J’ai besoin d’une aide d’urgence », dit-il, inquiet. «Seuls quelques sacs de nourriture me sont parvenus des villages voisins », assure-t-il. L’immense majorité a trouvé un abri dans des écoles, parkings et édifices publics, mais des centaines de bons Samaritains ont accueilli leurs concitoyens d’infortune dès le début de l’offensive d’Israël (…).« Nous habitons Ghobeiri, dans la banlieue sud de Beyrouth. Mon cousin connaissait Amine et c’est lui qui nous a fait venir ici », raconte Bassam Fadlallah, menuisier. Un autre cousin, Abbas el-Hage, plombier, l’a ensuite rejoint avec femme et enfants. Le provisoire permanent. Dans la grande salle des fêtes encombrée de matelas, habitent des familles fraîchement arrivées des environs de Tyr. Hajjé, 70 ans, a accueilli dans son deux-pièces les trois enfants de son frère Mahmoud, échappés de Aïta el-Chaab. « Nous mangeons du pain, du yaourt et des olives du jardin, raconte cette femme. Mais comme personne ne travaille, bientôt ce sera la famine. »Dans le camp palestinien de Bass, voisin de Tyr, Samar Chamma accueille trois familles depuis près de deux semaines. Ils sont 25 dans quatre pièces. « Nous partageons la nourriture, mais il nous faut de l’aide car nous n’avons plus grand-chose », dit-elle. Le porte-parole du Comité international de la Croix-Rouge (CICR), Roland Huguenin, explique que son organisation a commencé « à distribuer des colis alimentaires à tout le monde sans distinction ». « Ceux qui auraient été oubliés doivent se faire connaître, notamment auprès de la municipalité de leur village », explique-t-il. La générosité n’est toutefois pas unanime au Liban, car certains craignent qu’en accueillant des déplacés, le provisoire ne devienne permanent.Ainsi, une jeune Française, qui voulait recevoir dans son appartement du centre de Beyrouth des amis du Liban-Sud, a été menacée de se retrouver à la rue. « Mon propriétaire m’a clairement signifié que si je recevais ces amis, il annulerait mon contrat », raconte-t-elle à l’AFP en souhaitant garder l’anonymat ».

Le premier ministre israélien Ehud Olmert a affirmé hier « qu’aucune limitation n’est imposée à l’action de l’armée » au Liban et que l’offensive en cours se poursuivrait… Selon lui, l’armée israélienne « poursuit ses opérations de nettoyage »… « Nous sommes à présent dans un processus d’escalade. Nous allons frapper tout ce qui bouge chez le Hezbollah, mais nous allons aussi frapper des infrastructures civiles stratégiques », a déclaré un officier de haut rang, membre de l’état-major interarmes, au journal Haaretz.

Quel Liban va sortir de cette « opération de nettoyage », de ce cauchemar, s’il arrive à en sortir ?

Combien de temps encore pourrons-nous endurer?

28ème jour...

Le temps passe...

Et rien ne semble l'arrêter...


TÉMOIGNAGES D’AMIS-ES, DE LECTEURS ET LECTRICES


Tuesday 8 August, 2006.
10:45 a.m.

Yesterday, in that warm and humid late afternoon, Nadine’s enthralling and moving voice echoed in Achrafieh. Along with Rabih B.’s band, she sang for our homeland, for our martyrs and for our weeping but sturdy mothers before a hundred of refugees in one of our public schools. My friends and I were there out of curiosity but we ended up halting our tears and calming down our Goosebumps. All of a sudden, the “fumes of the darkness” surged behind the neighboring buildings and the music, the voices, the dancing, the applauses and the nods camouflaged the accompanying thunder. No one detected the latter or at least pretended not to, but my friends and I did question, mostly in silence, its target and casualties. Some dim-witted joke saved us from panicking, but I kept on contemplating and portraying horrifically the body count and the ensuing homeless Lebanese citizens: 10, 20, 30, 40, 50, 100, 200 or more. My apprehension was later confirmed as the Chiyah city’s massacre, among many others, did take place. No need to give away the minutiae. It’s all in the news, at least the local ones. Now, indeed we are founding our survival on our strength and will as we are aching for a “common” life. However, we ask ourselves, “Will we be able to endure it all and carry on”?

Michèle Chrabieh
Bab Idriss, Lebanon

-------------------------------------------------------------

Mon amour, mon Liban,

mon amour est meurtri

Son sang a coulé

noyant son coeur sous la pluie

Le cèdre brûle sous le feu profanateur

Le drapeau blanc s'est taché de noir, de terreur


Pour toujours mon amour,

ton âme sera en peine

Tu gardes les cicatrices,

ces traces inhumaines

D'un temps cruel qui t'a torturé, ravagé

Sous le regard du ciel,

bleu d'avoir tant pleuré


Ils ont cassé tes jambes,

ils ont broyé tes bras

Ils t'ont violé mon amour,

mais au nom de quoi

Ils ont tranché les veines,

qui allaient se jeter

Tout entre tes seins, vers la méditerranée


Mon Liban ils t'ont mis à genoux,

condamné

C'est la peine capitale,

c'est la mort sans arrêt

Tes fils marchent,

trop incertains de leur avenir

en espérant le meilleur et craignant le pire


Et Je caresse aujourd'hui ton corps dévasté

Je regarde la mer que le noir a aimée

Je pense à ces morts que la guerre a emportés

Je prie pour qu'un jour tu puisses retrouver la paix


La nuit est tombée sur les montagnes et les plaines

Il y a cet air d'espoir,

ma main dans la tienne Beyrouth,

Après tant d'horreur,

tu restes là dans mon coeur

Nuit et jour, nous chercherons le sens du bonheur


Charbel Mario Nader

------------------------------------------------------

Bonjour Pamela, la checklist que tu as mise sur ton site et qu'on a tous dans le coeur schématise bien ce qui se passe;. D'ici on a l'impression que le Hezbollah est bien peu touché, qu'il est au contraire renforcé, et que c'es le Liban et sa population civile qui est touché. À la liste, il faudrait ajouter les adultes tués, les vies détruites et la rage accrue. Je souhaite que se produise le miracle que tu attends et que vos montagnes soient épargnées. (J.G., Montreal)

-------------------------------------------------------


Hi Pam,
(...)
La semaine dernière, jeudi pour être exacte, j'étais
dans un café le coeur à cause des bêtises des gens de
ce monde, et j'ai eu besoin de demander à des
étrangers ce qu'ils pensaient "de la situation" au
Liban. Ayant un visage passa-partout, les gens ne
savent pas spontanément que je suis Libanaise, et
répondent donc plus sincèrement. Ce deux personnes,
Danielle et Robert, ont eu des réactions qui ont fait
couler des larmes sur mon visage. En gros, ce qu'ils
ont dit est que c'est "horripilant, affreux, que nos
coeur sont avec le Liban". Ils ont honte de la
position canadienne, et après quelques qualificatifs,
n'avaient plus de mots pour qualifier leur horreur et
leur désarroi.
Je leur ai donné ton blog.
Leur position est la position, comme tu dois déjà le
savoir, de la majorité des québécois, et je suis fière
d'être au moins dans un coin du monde qui ne veut que
la paix.
Si nous parlions d'enfants qui se chamaillaient et se
battaient sans cesse (que ce soit au Liban ou ailleurs
au monde), on leur dirait simplement de se séparer,
d'aller dans leurs coins et de revenir se parler qunad
ils se seront calmés. Le pire dans tout ça est que je
suis certaine qu'ils élèvent leurs enfants de la
sorte. Comment peut-on leur enseigner la discussion et
l'entente si on n'est pas capable soi-même de le
faire?
Je suis en traine de lire, entre autres, un livre
intitulé
"Dancing with a Ghost: Exploring Aboriginal Reality",
dans lequel il y a un passage que nous devrions
diffuser sur toute la planète:
"As soon as fighting stopped long enough for people to
listen with open hearts and minds, they were caught by
surprise, for they began to recognize values and
commandments which had always been their own. It was a
matter of ethical resonance, as if in seeing others
accurately they were also seeing images of
themselves."
Voilà, je suis là avec toi, j'ai le coeur très gros et
sans plus aucune confiance en nos sociétés.
(...) (Katia, Montreal)

------------------------------------------------------



ANNONCES



OUT AGAINST THE OCCUPATION:
Thursday August 10th, 8pm
Café Esperenza (5490 St. Laurent)
By Donation (a fundraiser for the Sanayeh Relief Center in Beirut)

SORTIR CONTRE L'OCCUPATION:
Jeudi 10 août, 20h
Café Esperenza (5490 St-Laurent)
Donations requises (une levée de fonds pour le Centre Sanayeh à Beyrouth)

Une soirée de film et discussion en solidarité avec la coalition pour le boycott de la World Pride à Jerusalem en 2006
Projection du film Zero Degrees of Separation, qui traite des relations de couples gais et lesbiens Palestinien-Israélien. Très bon documentaire!!!

Si vous avez besoin de la traduction du reste du texte, fais le moi savoir...

Remy

An evening of film and discussion in solidarity with The Coalition to Boycott World Pride Jerusalem 2006

While Montreal’s GBLT community celebrates DiverCite and hosts the Out Games and its associated International Gay and Lesbian Human Rights Conference, some prefer to ignore Israel’s current undeclared war on Lebanon and Palestine. Even as people flock to celebrate “Love Without Borders”, at this year’s World Pride in Jerusalem (August 6th - 12th) LGBT people in Lebanon and Palestine and their families and communities are occupied with surviving the military onslaught and doing relief work. Helem Beirut, a Lebanese based LGBT group scheduled to participate in the Out Games Human Rights Conference, was not able to attend due to Israel’s blockade and attacks. Meanwhile, Helem Beirut’s office has turned into the Sanayeh relief center, one of the many relief centers for one million Lebanese refugees displaced by the current attacks.

This year, there’s a global movement to boycott Jerusalem World Pride 2006 as part of the international boycott of, and divestment from Israel. World Pride is a global event that attempts to bring together sexual minorities from all over the world in order to protest the continued discrimination and violence. We strongly condemn holding World Pride in a city beleaguered by violence and conflict, and where a theme of "Love without Borders" belies a reality of separation, ubiquitous borders, destruction of homes and livelihoods, land theft, gross human rights violations, and the apartheid policies of Israel.

We ask Montreal’s Queer and Trans communities and allies to join us for a night of solidarity with all people of Lebanon and Palestine. The evening will include a discussion of the current situation and queer and trans responses to the war and a screening of Elle Flanders’ film “Zero Degrees of Separation”.

Zero Degrees of Separation is a feature-length documentary examining the situation of gay and lesbian Palestinian-Israeli couples contending with the realities of occupation.

Une invitation de QPIRG McGill
This invitation is sent to us by QPIRG McGIll
Quebec Public Interest Research Group at McGill University


Ils manifestent contre la guerre, mais le cœur n’y est pas
Les pacifistes israéliens ne font plus recette
Ils agitent encore des banderoles et scandent des slogans, mais le cœur n’y est plus. Les pacifistes israéliens veulent mettre fin à la guerre au Liban, mais ils ne font plus recette et plus personne ne leur prête attention, rapporte Jonathan Saul, de Reuters, dans une dépêche datée de Tel-Aviv.« Nous nous rendons compte que nous ne sommes pas consensuels », admet à regret Uri Even-Chen. « Tout le monde somnole », déplore ce programmeur informatique de 36 ans en manifestant à Tel-Aviv avec une poignée d’autres convaincus.Les sondages montrent qu’une immense majorité d’Israéliens adhère à la guerre menée par leur pays au Liban. Les morts, les dégâts et la panique semés par les roquettes du Hezbollah dans le nord d’Israël n’ont fait que les conforter dans leur résolution.Les pacifistes rament à contre-courant alors qu’ils étaient des centaines de milliers à descendre dans les rues en 1982 lorsqu’Israël avait envahi une première fois le Liban.Ce week-end, ils n’ont réussi à rassembler que 2 000 personnes à Tel- Aviv, dont une bonne partie étaient des militants communistes ou anarchistes.« La majorité de ceux qui s’opposent à la guerre est issue de la gauche radicale », explique Amit Ramon, un ingénieur de 42 ans.Les pacifistes réclament un arrêt immédiat des hostilités au Liban, ainsi qu’un échange entre les détenus libanais en Israël et les deux soldats israéliens capturés le mois dernier par le Hezbollah.Yaël Dayan, militant pacifiste en vue, s’est fait siffler en réclamant à la tribune le retour de tous les soldats israéliens envoyés au Liban.« Il n’y a pas d’opposition politique structurée à la guerre. Celle-ci est fondamentalement perçue comme une réponse légitime à une agression extérieure », souligne l’analyste Mark Heller.Les pacifistes sont outrés de voir que même un mouvement comme La Paix maintenant soutient la campagne militaire au Liban. Sans parler du Meretz, mouvement politique traditionnel des « colombes », dont le silence devant cette guerre est éloquent.Nombre de pacifistes en veulent au ministre travailliste de la Défense Amir Peretz, un leader syndical considéré comme une colombe avant la nouvelle guerre du Liban.« Il veut passer pour un héros et cela nous fait souffrir », confie Yoav Bar, un militant pacifiste de 51 ans. Alors qu’Israël s’apprête à accentuer son offensive contre le Liban, l’opposition au conflit ne paraît toujours pas avoir le vent en poupe.« Si le bilan s’alourdit, on se posera des questions sur la sagesse de la tactique utilisée, mais je ne crois pas que cela va pousser les gens à se dire que la guerre était une erreur », estime l’analyste Cameron Brown.Toutefois, à Haïfa, un étudiant de 23 ans, Yoni Yeheskiel, pense que l’opposition à la guerre va s’amplifier : « Nous avons encore du mal à nous faire entendre, mais ce qu’Israël fait au Liban est choquant, et l’opposition à la guerre va se développer. »

Attacks on key bridges reduce lifeline to thin strandsIsrael attempts to pressure lebanese officials into accepting cease-fire conditionsBy Osama Habib Daily Star staffSaturday, August 05, 2006

BEIRUT: The destruction of four bridges linking Beirut to the North early Friday is seen as another attempt by the Israeli forces to tighten the economic siege on war-ravaged Lebanon.
Since the war started on July 12, the Israelis have imposed a tight land, air and naval blockade on Lebanon to pressure the government to accept Israel's conditions for a cease-fire.
To make matters worse, Israeli warplanes have hit all the main highways leading to the Syrian border, the last vital routes to that country.
Heavy trucks that used to cross the Lebanon-Syria border on a daily basis carrying merchandise and agricultural items are rarely seen on the roads these days.
These trucks became the favored targets for Israel, which claims they may be carrying missiles to Hizbullah fighters.
Nasri Khoury, the president of the Lebanese-Syrian High Commission, said very few truck drivers were willing to risk their lives in Lebanon.
"Syria agreed to supply Lebanon with fuel oil from its strategic reserve but the problem is that delivering these shipments to the Lebanese government by truck is too dangerous. That's why we asked the Lebanese government to secure UN escorts for these caravans," Khoury told The Daily Star.
The Israeli warplanes have not spared Syrian and Lebanese farm workers, either.
On Thursday, an Israeli air strike killed at least 33 farm workers in Northern Lebanon, prompting the remaining Syrian laborers to flee Lebanon.
"The Israeli warplanes have destroyed several trucks carrying agricultural items. No one dares drive a van if it is covered," Khoury said.
Lebanon is still receiving some aid from Saudi Arabia, Jordan and other countries through Beirut's airport. The Israelis occasionally allow UN ships to unload urgent material and medications at Beirut Port.
But there is growing concern that the systematic destruction of vital bridges and roads that link the North to the South will make it almost impossible to deliver these items to areas under heavy bombardment.

--------------------------------------------------

BIKE FOR PEACE

Dear Lebanese and Peace Lovers,

The situation in our country is deteriorating daily. Rather than playing the role of victims and watching our dear country being destroyed, we call on you to take ACTION and prove your love of PEACE by cycling.

Starting Monday 14th of August, the first of a series of non-violent peace biking actions will take place through the streets of Beirut.

Gathering will take place at ‘Cyclo Sport’ in Gemayzeh at 4:30pm.

Note:
Please wear WHITE, and refrain from carrying any flags other than the Lebanese.

Bikes are available for 4000 lb only, but try to bring your own if possible to ensure maximum number of bicycles available.



For further info please contact:
Bachir : 03 743265
Sonya : 03 760891
Gilbert : 03 227673

Sahar Frangieh
Program Coordinator
Nahwa al-Muwatiniya
961-3-738457
Beirut-Hazmieh

-----------------------------------------------

Rythmes de la Résistance:

Un concert bénéfice pour le Centre de Secours Sanayeh à Beyrouth, Liban

DIMANCHE le 13 août 2006

La Sala Rossa 4848 St. Laurent

Portes 20h00

15$ à la porte & 12$ pré-vente

Tadamon! Montréal, en collaboration avec des musiciens et artistes locaux, vous présente un grand concert bénéfice en solidarité avec le peuple du Liban.... Tous les fonds amassés seront envoyés au Centre de Secours Sanayeh qui travaille au coeur de Beyrouth en fournissant de l'aide humanitaire aux milliers de réfugiés libanais déplacés à l'intérieur du pays, dans les centres de refuge, tout en fournissant des informations essentielles par le biais des médias indépendants, et à l'organisation de l'action politique contre la complicité de la « communauté internationale ». Actuellement au Liban, environ 1 million de personnes ont été déplacées, ainsi que 2000 personnes ont été blessées et 1000 autres tuées depuis le début de l'assaut militaire israélien sur le pays.

* Centre de Secours Sanayeh, Beyrouth, Liban. http://www.sanayehreliefcenter.blogspot.com

* Coalition Samidoun Coalition, Beyrouth, Liban. http://www.samidoun.org

Performances par:

* La Banda de Gaza: Un ensemble de 6 musiciens, incluant le violon, la contre basse, percussion, guitare, piano & accordéon.... La Banda de Gaza est dirigée par Iqi Balam qui nous amène des lyriques politiques chargés de mordant au groupe de rythmes musicaux de l'Amérique Latine, percussion Africaine et style moderne. http://www.labandadegaza.org

* Bande de Hassan el-Hadi: Hassan el-Hadi est un compositeur et un chanteur accompli aussi bien qu'un joueur impressionnant d'Oud. À l'origine de Marrakech au Maroc, où une diversité de la musique et de la culture marocaines fusionne, l'exécution d'el-Hadi's tirera l'inspiration des chansons libanaises traditionnelles. http://www.hassanelhadi.net

* Stefan Christoff sur le piano et Yasser Shoukry sur la percussion: La première exécution d'un duo musical qui fusionne l'improvisation classique sur le piano et les rythmes arabes de percussion.

* DJ Pas Auf: Tournant une collection de chansons et de rythmes musicaux de Moyen-Orient, l'Asie du Sud et plus loin encore....

Présentations de:

* Membres de Tadamon! Montréal au sujet de l'actuelle situation sur le plancher au Liban et de la croissance du mouvement de solidarité avec le Liban à Montréal. Cette présentation inclura également de l'information au sujet de la délégation de Tadamon! qui est récemment revenue du Liban. Cette délégation a voyagé au Liban cet été de 2006....

Pour avoir des informations, Tadamon! Montreal: tadamon[at]resist.ca / 514 690 8499 / http://tadamon.resist.ca

4 comments:

ursule said...

Pamela,

Ces « Élus », ils n'ont qu'une idée en tête: TUER.

André.

nnb said...

Depuis le 16 Juillet ,date programmee de mon retour au Liban je suis bloque aux US ,"terra incognita" s'il en faut pour moi a part la residence de ma fille que j'etais venu visiter pour la naissance de son fils qui ne sera pas libanais(les femmes libanaises grace a Siniora et ceux qui l'ont precede ne peuvent donner leur nom a leurs enfants!)Lebanese abroad y pourvoira j'espere .Dans ma solitude ou je passe les heures a la passoire des minutes
je gere l'ennui en me morfondant sur les gabegies de notre dernier pouvoir installe ,loin des syriens ,
depuis bientot 18 mois que n'a t il pense a envoyer son armee au Sud qu'en ce jour ou l'ONU lui presse le pas .N'aurait il pas mieux valu de le faire hier au lieu de pleurer aujourd'hui? Je remarque que courage et carnage sont deux termes qui se ressemblent ,d'ailleurs le courage des uns provoque le carnage des autres .On lit quelque part dans la bible "qu'il y a un temps pour toute chose" mais il faut croire que ce n'est pas notre livre de chevet,la bible, d'ailleurs ses proselytes ne nous laissent pas de chevet .La particularite d'un deplace est de ne
pas disposer de chevet .On peut s'en querir aupres des 400.000 refugies que le maitre de Moukhtara avait renvoye de chez eux lors de notre derniere guerre .Actuellement mute en Tetradecamartien il se complait dans la Signorance .Pauvre de nous et Pauvre Liban ! Pamela ,continue ton blog c'est ainsi que nous ressusciterons .A bientot

Annie-Claudine said...

Je pense à toi ma chérie, à Michèle et je te lis chaque jour. On dirait que j'entend tes pleurs jusque dans ma chambre et que je sens un peu de toute l'horreur dont tu as plus que ta dose.

Finalement je n'arrive pas à prier car c'est pas dans mon caractère mais je crois que si je t'envoie une tonne d'énergie ça compte aussi hein ?

Je t'embrasse très fort ma belle X X X

Anonymous said...

Merci pour ce joli blog, j'ai l'honneur de visiter mon blog de : MENUISIER :

http://menuisier.blogspot.com