Wednesday, August 16, 2006

PÉNIBLES RÉVEILS... GUERRE AU LIBAN 2006


16-17 août 2006

Il est 17h (heure de Montréal), Minuit (heure de Beyrouth).

Les jours et nuits se succèdent...

Pénibles réveils...

Le vertige, les maux de tête...

La nausée, l'angoisse du lendemain...

La douleur, le déchirement,

la peur de nouveaux combats sanglants,

ne me lâchent point...

Une enfance,

une adolescence,

et une vie de jeune adulte,

passées à attendre un meilleur avenir,

à travailler pour qu'il puisse advenir...

Péniblement, j'écris...

Pensées confuses...

Émotions chaotiques...

Finie la guerre?

Non...

Quelle guerre?

Celle-ci... L'autre... Toutes...

Mémoires meurtries qui se superposent, s'entrecroisent, se marient, s'entrechoquent...

Gagnants? Perdants?

Peut-être les deux,

peut-être rien...

Mais surtout,

ne pas oublier...

ne rien oublier...

-------------------------------------------------------------

TÉMOIGNAGES D'AMIS-ES, LECTEURS ET LECTRICES

Bonjour ! Pamela:
Tu ne te souviens probablement pas de moi, nous ne nous sommes croisés qu’une ou deux fois à l’Université. Mais je lis souvent ton blog et j'ai pensé que ceci pouvait t’intéresser :
"The Israelis told us it would be a cheap war with many benefits. ... Why oppose it? We'll be able to hunt down and bomb missiles, tunnels, and bunkers from the air. It would be a demo for Iran." - a U.S. government consultant with close ties to Israel, quoted by Seymour Hersh in his New Yorker article, "Watching Lebanon: Washington's interests in Israel's war."
Source : http://www.newyorker.com/fact/content/articles/060821fa_fact

Claude Rochon
Doctorant, sciences des religions (Montréal)

WATCHING LEBANON
Washington’s interests in Israel’s war.
by SEYMOUR M. HERSH
The New Yorker Magazine, Issue of 2006-08-21Posted 2006-08-14


In the days after Hezbollah crossed from Lebanon into Israel, on July 12th, to kidnap two soldiers, triggering an Israeli air attack on Lebanon and a full-scale war, the Bush Administration seemed strangely passive. “It’s a moment of clarification,” President George W. Bush said at the G-8 summit, in St. Petersburg, on July 16th. “It’s now become clear why we don’t have peace in the Middle East.” He described the relationship between Hezbollah and its supporters in Iran and Syria as one of the “root causes of instability,” and subsequently said that it was up to those countries to end the crisis. Two days later, despite calls from several governments for the United States to take the lead in negotiations to end the fighting, Secretary of State Condoleezza Rice said that a ceasefire should be put off until “the conditions are conducive.”
The Bush Administration, however, was closely involved in the planning of Israel’s retaliatory attacks. President Bush and Vice-President Dick Cheney were convinced, current and former intelligence and diplomatic officials told me, that a successful Israeli Air Force bombing campaign against Hezbollah’s heavily fortified underground-missile and command-and-control complexes in Lebanon could ease Israel’s security concerns and also serve as a prelude to a potential American preëmptive attack to destroy Iran’s nuclear installations, some of which are also buried deep underground.
Israeli military and intelligence experts I spoke to emphasized that the country’s immediate security issues were reason enough to confront Hezbollah, regardless of what the Bush Administration wanted. Shabtai Shavit, a national-security adviser to the Knesset who headed the Mossad, Israel’s foreign-intelligence service, from 1989 to 1996, told me, “We do what we think is best for us, and if it happens to meet America’s requirements, that’s just part of a relationship between two friends. Hezbollah is armed to the teeth and trained in the most advanced technology of guerrilla warfare. It was just a matter of time. We had to address it.”
Hezbollah is seen by Israelis as a profound threat—a terrorist organization, operating on their border, with a military arsenal that, with help from Iran and Syria, has grown stronger since the Israeli occupation of southern Lebanon ended, in 2000. Hezbollah’s leader, Sheikh Hassan Nasrallah, has said he does not believe that Israel is a “legal state.” Israeli intelligence estimated at the outset of the air war that Hezbollah had roughly five hundred medium-range Fajr-3 and Fajr-5 rockets and a few dozen long-range Zelzal rockets; the Zelzals, with a range of about two hundred kilometres, could reach Tel Aviv. (One rocket hit Haifa the day after the kidnappings.) It also has more than twelve thousand shorter-range rockets. Since the conflict began, more than three thousand of these have been fired at Israel.
According to a Middle East expert with knowledge of the current thinking of both the Israeli and the U.S. governments, Israel had devised a plan for attacking Hezbollah—and shared it with Bush Administration officials—well before the July 12th kidnappings. “It’s not that the Israelis had a trap that Hezbollah walked into,” he said, “but there was a strong feeling in the White House that sooner or later the Israelis were going to do it.”
The Middle East expert said that the Administration had several reasons for supporting the Israeli bombing campaign. Within the State Department, it was seen as a way to strengthen the Lebanese government so that it could assert its authority over the south of the country, much of which is controlled by Hezbollah. He went on, “The White House was more focussed on stripping Hezbollah of its missiles, because, if there was to be a military option against Iran’s nuclear facilities, it had to get rid of the weapons that Hezbollah could use in a potential retaliation at Israel. Bush wanted both. Bush was going after Iran, as part of the Axis of Evil, and its nuclear sites, and he was interested in going after Hezbollah as part of his interest in democratization, with Lebanon as one of the crown jewels of Middle East democracy.”
Administration officials denied that they knew of Israel’s plan for the air war. The White House did not respond to a detailed list of questions. In response to a separate request, a National Security Council spokesman said, “Prior to Hezbollah’s attack on Israel, the Israeli government gave no official in Washington any reason to believe that Israel was planning to attack. Even after the July 12th attack, we did not know what the Israeli plans were.” A Pentagon spokesman said, “The United States government remains committed to a diplomatic solution to the problem of Iran’s clandestine nuclear weapons program,” and denied the story, as did a State Department spokesman.
The United States and Israel have shared intelligence and enjoyed close military coöperation for decades, but early this spring, according to a former senior intelligence official, high-level planners from the U.S. Air Force—under pressure from the White House to develop a war plan for a decisive strike against Iran’s nuclear facilities—began consulting with their counterparts in the Israeli Air Force.
“The big question for our Air Force was how to hit a series of hard targets in Iran successfully,” the former senior intelligence official said. “Who is the closest ally of the U.S. Air Force in its planning? It’s not Congo—it’s Israel. Everybody knows that Iranian engineers have been advising Hezbollah on tunnels and underground gun emplacements. And so the Air Force went to the Israelis with some new tactics and said to them, ‘Let’s concentrate on the bombing and share what we have on Iran and what you have on Lebanon.’ ” The discussions reached the Joint Chiefs of Staff and Secretary of Defense Donald Rumsfeld, he said.
“The Israelis told us it would be a cheap war with many benefits,” a U.S. government consultant with close ties to Israel said. “Why oppose it? We’ll be able to hunt down and bomb missiles, tunnels, and bunkers from the air. It would be a demo for Iran.”
A Pentagon consultant said that the Bush White House “has been agitating for some time to find a reason for a preëmptive blow against Hezbollah.” He added, “It was our intent to have Hezbollah diminished, and now we have someone else doing it.” (As this article went to press, the United Nations Security Council passed a ceasefire resolution, although it was unclear if it would change the situation on the ground.)
According to Richard Armitage, who served as Deputy Secretary of State in Bush’s first term—and who, in 2002, said that Hezbollah “may be the A team of terrorists”—Israel’s campaign in Lebanon, which has faced unexpected difficulties and widespread criticism, may, in the end, serve as a warning to the White House about Iran. “If the most dominant military force in the region—the Israel Defense Forces—can’t pacify a country like Lebanon, with a population of four million, you should think carefully about taking that template to Iran, with strategic depth and a population of seventy million,” Armitage said. “The only thing that the bombing has achieved so far is to unite the population against the Israelis.”
Several current and former officials involved in the Middle East told me that Israel viewed the soldiers’ kidnapping as the opportune moment to begin its planned military campaign against Hezbollah. “Hezbollah, like clockwork, was instigating something small every month or two,” the U.S. government consultant with ties to Israel said. Two weeks earlier, in late June, members of Hamas, the Palestinian group, had tunnelled under the barrier separating southern Gaza from Israel and captured an Israeli soldier. Hamas also had lobbed a series of rockets at Israeli towns near the border with Gaza. In response, Israel had initiated an extensive bombing campaign and reoccupied parts of Gaza.
The Pentagon consultant noted that there had also been cross-border incidents involving Israel and Hezbollah, in both directions, for some time. “They’ve been sniping at each other,” he said. “Either side could have pointed to some incident and said ‘We have to go to war with these guys’—because they were already at war.”
David Siegel, the spokesman at the Israeli Embassy in Washington, said that the Israeli Air Force had not been seeking a reason to attack Hezbollah. “We did not plan the campaign. That decision was forced on us.” There were ongoing alerts that Hezbollah “was pressing to go on the attack,” Siegel said. “Hezbollah attacks every two or three months,” but the kidnapping of the soldiers raised the stakes.
In interviews, several Israeli academics, journalists, and retired military and intelligence officers all made one point: they believed that the Israeli leadership, and not Washington, had decided that it would go to war with Hezbollah. Opinion polls showed that a broad spectrum of Israelis supported that choice. “The neocons in Washington may be happy, but Israel did not need to be pushed, because Israel has been wanting to get rid of Hezbollah,” Yossi Melman, a journalist for the newspaper Ha’aretz, who has written several books about the Israeli intelligence community, said. “By provoking Israel, Hezbollah provided that opportunity.”
“We were facing a dilemma,” an Israeli official said. Prime Minister Ehud Olmert “had to decide whether to go for a local response, which we always do, or for a comprehensive response—to really take on Hezbollah once and for all.” Olmert made his decision, the official said, only after a series of Israeli rescue efforts failed.
The U.S. government consultant with close ties to Israel told me, however, that, from Israel’s perspective, the decision to take strong action had become inevitable weeks earlier, after the Israeli Army’s signals intelligence group, known as Unit 8200, picked up bellicose intercepts in late spring and early summer, involving Hamas, Hezbollah, and Khaled Meshal, the Hamas leader now living in Damascus.
One intercept was of a meeting in late May of the Hamas political and military leadership, with Meshal participating by telephone. “Hamas believed the call from Damascus was scrambled, but Israel had broken the code,” the consultant said. For almost a year before its victory in the Palestinian elections in January, Hamas had curtailed its terrorist activities. In the late May intercepted conversation, the consultant told me, the Hamas leadership said that “they got no benefit from it, and were losing standing among the Palestinian population.” The conclusion, he said, was “ ‘Let’s go back into the terror business and then try and wrestle concessions from the Israeli government.’ ” The consultant told me that the U.S. and Israel agreed that if the Hamas leadership did so, and if Nasrallah backed them up, there should be “a full-scale response.” In the next several weeks, when Hamas began digging the tunnel into Israel, the consultant said, Unit 8200 “picked up signals intelligence involving Hamas, Syria, and Hezbollah, saying, in essence, that they wanted Hezbollah to ‘warm up’ the north.” In one intercept, the consultant said, Nasrallah referred to Olmert and Defense Minister Amir Peretz “as seeming to be weak,” in comparison with the former Prime Ministers Ariel Sharon and Ehud Barak, who had extensive military experience, and said “he thought Israel would respond in a small-scale, local way, as they had in the past.”
Earlier this summer, before the Hezbollah kidnappings, the U.S. government consultant said, several Israeli officials visited Washington, separately, “to get a green light for the bombing operation and to find out how much the United States would bear.” The consultant added, “Israel began with Cheney. It wanted to be sure that it had his support and the support of his office and the Middle East desk of the National Security Council.” After that, “persuading Bush was never a problem, and Condi Rice was on board,” the consultant said.
The initial plan, as outlined by the Israelis, called for a major bombing campaign in response to the next Hezbollah provocation, according to the Middle East expert with knowledge of U.S. and Israeli thinking. Israel believed that, by targeting Lebanon’s infrastructure, including highways, fuel depots, and even the civilian runways at the main Beirut airport, it could persuade Lebanon’s large Christian and Sunni populations to turn against Hezbollah, according to the former senior intelligence official. The airport, highways, and bridges, among other things, have been hit in the bombing campaign. The Israeli Air Force had flown almost nine thousand missions as of last week. (David Siegel, the Israeli spokesman, said that Israel had targeted only sites connected to Hezbollah; the bombing of bridges and roads was meant to prevent the transport of weapons.)
The Israeli plan, according to the former senior intelligence official, was “the mirror image of what the United States has been planning for Iran.” (The initial U.S. Air Force proposals for an air attack to destroy Iran’s nuclear capacity, which included the option of intense bombing of civilian infrastructure targets inside Iran, have been resisted by the top leadership of the Army, the Navy, and the Marine Corps, according to current and former officials. They argue that the Air Force plan will not work and will inevitably lead, as in the Israeli war with Hezbollah, to the insertion of troops on the ground.)
Uzi Arad, who served for more than two decades in the Mossad, told me that to the best of his knowledge the contacts between the Israeli and U.S. governments were routine, and that, “in all my meetings and conversations with government officials, never once did I hear anyone refer to prior coördination with the United States.” He was troubled by one issue—the speed with which the Olmert government went to war. “For the life of me, I’ve never seen a decision to go to war taken so speedily,” he said. “We usually go through long analyses.”
The key military planner was Lieutenant General Dan Halutz, the I.D.F. chief of staff, who, during a career in the Israeli Air Force, worked on contingency planning for an air war with Iran. Olmert, a former mayor of Jerusalem, and Peretz, a former labor leader, could not match his experience and expertise.
In the early discussions with American officials, I was told by the Middle East expert and the government consultant, the Israelis repeatedly pointed to the war in Kosovo as an example of what Israel would try to achieve. The NATO forces commanded by U.S. Army General Wesley Clark methodically bombed and strafed not only military targets but tunnels, bridges, and roads, in Kosovo and elsewhere in Serbia, for seventy-eight days before forcing Serbian forces to withdraw from Kosovo. “Israel studied the Kosovo war as its role model,” the government consultant said. “The Israelis told Condi Rice, ‘You did it in about seventy days, but we need half of that—thirty-five days.’ ”
There are, of course, vast differences between Lebanon and Kosovo. Clark, who retired from the military in 2000 and unsuccessfully ran as a Democrat for the Presidency in 2004, took issue with the analogy: “If it’s true that the Israeli campaign is based on the American approach in Kosovo, then it missed the point. Ours was to use force to obtain a diplomatic objective—it was not about killing people.” Clark noted in a 2001 book, “Waging Modern War,” that it was the threat of a possible ground invasion as well as the bombing that forced the Serbs to end the war. He told me, “In my experience, air campaigns have to be backed, ultimately, by the will and capability to finish the job on the ground.”
Kosovo has been cited publicly by Israeli officials and journalists since the war began. On August 6th, Prime Minister Olmert, responding to European condemnation of the deaths of Lebanese civilians, said, “Where do they get the right to preach to Israel? European countries attacked Kosovo and killed ten thousand civilians. Ten thousand! And none of these countries had to suffer before that from a single rocket. I’m not saying it was wrong to intervene in Kosovo. But please: don’t preach to us about the treatment of civilians.” (Human Rights Watch estimated the number of civilians killed in the NATO bombing to be five hundred; the Yugoslav government put the number between twelve hundred and five thousand.)
Cheney’s office supported the Israeli plan, as did Elliott Abrams, a deputy national-security adviser, according to several former and current officials. (A spokesman for the N.S.C. denied that Abrams had done so.) They believed that Israel should move quickly in its air war against Hezbollah. A former intelligence officer said, “We told Israel, ‘Look, if you guys have to go, we’re behind you all the way. But we think it should be sooner rather than later—the longer you wait, the less time we have to evaluate and plan for Iran before Bush gets out of office.’ ”
Cheney’s point, the former senior intelligence official said, was “What if the Israelis execute their part of this first, and it’s really successful? It’d be great. We can learn what to do in Iran by watching what the Israelis do in Lebanon.”
The Pentagon consultant told me that intelligence about Hezbollah and Iran is being mishandled by the White House the same way intelligence had been when, in 2002 and early 2003, the Administration was making the case that Iraq had weapons of mass destruction. “The big complaint now in the intelligence community is that all of the important stuff is being sent directly to the top—at the insistence of the White House—and not being analyzed at all, or scarcely,” he said. “It’s an awful policy and violates all of the N.S.A.’s strictures, and if you complain about it you’re out,” he said. “Cheney had a strong hand in this.”
The long-term Administration goal was to help set up a Sunni Arab coalition—including countries like Saudi Arabia, Jordan, and Egypt—that would join the United States and Europe to pressure the ruling Shiite mullahs in Iran. “But the thought behind that plan was that Israel would defeat Hezbollah, not lose to it,” the consultant with close ties to Israel said. Some officials in Cheney’s office and at the N.S.C. had become convinced, on the basis of private talks, that those nations would moderate their public criticism of Israel and blame Hezbollah for creating the crisis that led to war. Although they did so at first, they shifted their position in the wake of public protests in their countries about the Israeli bombing. The White House was clearly disappointed when, late last month, Prince Saud al-Faisal, the Saudi foreign minister, came to Washington and, at a meeting with Bush, called for the President to intervene immediately to end the war. The Washington Post reported that Washington had hoped to enlist moderate Arab states “in an effort to pressure Syria and Iran to rein in Hezbollah, but the Saudi move . . . seemed to cloud that initiative.”
The surprising strength of Hezbollah’s resistance, and its continuing ability to fire rockets into northern Israel in the face of the constant Israeli bombing, the Middle East expert told me, “is a massive setback for those in the White House who want to use force in Iran. And those who argue that the bombing will create internal dissent and revolt in Iran are also set back.”
Nonetheless, some officers serving with the Joint Chiefs of Staff remain deeply concerned that the Administration will have a far more positive assessment of the air campaign than they should, the former senior intelligence official said. “There is no way that Rumsfeld and Cheney will draw the right conclusion about this,” he said. “When the smoke clears, they’ll say it was a success, and they’ll draw reinforcement for their plan to attack Iran.”
In the White House, especially in the Vice-President’s office, many officials believe that the military campaign against Hezbollah is working and should be carried forward. At the same time, the government consultant said, some policymakers in the Administration have concluded that the cost of the bombing to Lebanese society is too high. “They are telling Israel that it’s time to wind down the attacks on infrastructure.”
Similar divisions are emerging in Israel. David Siegel, the Israeli spokesman, said that his country’s leadership believed, as of early August, that the air war had been successful, and had destroyed more than seventy per cent of Hezbollah’s medium- and long-range-missile launching capacity. “The problem is short-range missiles, without launchers, that can be shot from civilian areas and homes,” Siegel told me. “The only way to resolve this is ground operations—which is why Israel would be forced to expand ground operations if the latest round of diplomacy doesn’t work.” Last week, however, there was evidence that the Israeli government was troubled by the progress of the war. In an unusual move, Major General Moshe Kaplinsky, Halutz’s deputy, was put in charge of the operation, supplanting Major General Udi Adam. The worry in Israel is that Nasrallah might escalate the crisis by firing missiles at Tel Aviv. “There is a big debate over how much damage Israel should inflict to prevent it,” the consultant said. “If Nasrallah hits Tel Aviv, what should Israel do? Its goal is to deter more attacks by telling Nasrallah that it will destroy his country if he doesn’t stop, and to remind the Arab world that Israel can set it back twenty years. We’re no longer playing by the same rules.”
A European intelligence officer told me, “The Israelis have been caught in a psychological trap. In earlier years, they had the belief that they could solve their problems with toughness. But now, with Islamic martyrdom, things have changed, and they need different answers. How do you scare people who love martyrdom?” The problem with trying to eliminate Hezbollah, the intelligence officer said, is the group’s ties to the Shiite population in southern Lebanon, the Bekaa Valley, and Beirut’s southern suburbs, where it operates schools, hospitals, a radio station, and various charities.
A high-level American military planner told me, “We have a lot of vulnerability in the region, and we’ve talked about some of the effects of an Iranian or Hezbollah attack on the Saudi regime and on the oil infrastructure.” There is special concern inside the Pentagon, he added, about the oil-producing nations north of the Strait of Hormuz. “We have to anticipate the unintended consequences,” he told me. “Will we be able to absorb a barrel of oil at one hundred dollars? There is this almost comical thinking that you can do it all from the air, even when you’re up against an irregular enemy with a dug-in capability. You’re not going to be successful unless you have a ground presence, but the political leadership never considers the worst case. These guys only want to hear the best case.”
There is evidence that the Iranians were expecting the war against Hezbollah. Vali Nasr, an expert on Shiite Muslims and Iran, who is a fellow at the Council on Foreign Relations and also teaches at the Naval Postgraduate School, in Monterey, California, said, “Every negative American move against Hezbollah was seen by Iran as part of a larger campaign against it. And Iran began to prepare for the showdown by supplying more sophisticated weapons to Hezbollah—anti-ship and anti-tank missiles—and training its fighters in their use. And now Hezbollah is testing Iran’s new weapons. Iran sees the Bush Administration as trying to marginalize its regional role, so it fomented trouble.”
Nasr, an Iranian-American who recently published a study of the Sunni-Shiite divide, entitled “The Shia Revival,” also said that the Iranian leadership believes that Washington’s ultimate political goal is to get some international force to act as a buffer—to physically separate Syria and Lebanon in an effort to isolate and disarm Hezbollah, whose main supply route is through Syria. “Military action cannot bring about the desired political result,” Nasr said. The popularity of Iran’s President, Mahmoud Ahmadinejad, a virulent critic of Israel, is greatest in his own country. If the U.S. were to attack Iran’s nuclear facilities, Nasr said, “you may end up turning Ahmadinejad into another Nasrallah—the rock star of the Arab street.”
Donald Rumsfeld, who is one of the Bush Administration’s most outspoken, and powerful, officials, has said very little publicly about the crisis in Lebanon. His relative quiet, compared to his aggressive visibility in the run-up to the Iraq war, has prompted a debate in Washington about where he stands on the issue.
Some current and former intelligence officials who were interviewed for this article believe that Rumsfeld disagrees with Bush and Cheney about the American role in the war between Israel and Hezbollah. The U.S. government consultant with close ties to Israel said that “there was a feeling that Rumsfeld was jaded in his approach to the Israeli war.” He added, “Air power and the use of a few Special Forces had worked in Afghanistan, and he tried to do it again in Iraq. It was the same idea, but it didn’t work. He thought that Hezbollah was too dug in and the Israeli attack plan would not work, and the last thing he wanted was another war on his shift that would put the American forces in Iraq in greater jeopardy.”
A Western diplomat said that he understood that Rumsfeld did not know all the intricacies of the war plan. “He is angry and worried about his troops” in Iraq, the diplomat said. Rumsfeld served in the White House during the last year of the war in Vietnam, from which American troops withdrew in 1975, “and he did not want to see something like this having an impact in Iraq.” Rumsfeld’s concern, the diplomat added, was that an expansion of the war into Iran could put the American troops in Iraq at greater risk of attacks by pro-Iranian Shiite militias.
At a Senate Armed Services Committee hearing on August 3rd, Rumsfeld was less than enthusiastic about the war’s implications for the American troops in Iraq. Asked whether the Administration was mindful of the war’s impact on Iraq, he testified that, in his meetings with Bush and Condoleezza Rice, “there is a sensitivity to the desire to not have our country or our interests or our forces put at greater risk as a result of what’s taking place between Israel and Hezbollah. . . . There are a variety of risks that we face in that region, and it’s a difficult and delicate situation.”
The Pentagon consultant dismissed talk of a split at the top of the Administration, however, and said simply, “Rummy is on the team. He’d love to see Hezbollah degraded, but he also is a voice for less bombing and more innovative Israeli ground operations.” The former senior intelligence official similarly depicted Rumsfeld as being “delighted that Israel is our stalking horse.”
There are also questions about the status of Condoleezza Rice. Her initial support for the Israeli air war against Hezbollah has reportedly been tempered by dismay at the effects of the attacks on Lebanon. The Pentagon consultant said that in early August she began privately “agitating” inside the Administration for permission to begin direct diplomatic talks with Syria—so far, without much success. Last week, the Times reported that Rice had directed an Embassy official in Damascus to meet with the Syrian foreign minister, though the meeting apparently yielded no results. The Times also reported that Rice viewed herself as “trying to be not only a peacemaker abroad but also a mediator among contending parties” within the Administration. The article pointed to a divide between career diplomats in the State Department and “conservatives in the government,” including Cheney and Abrams, “who were pushing for strong American support for Israel.”
The Western diplomat told me his embassy believes that Abrams has emerged as a key policymaker on Iran, and on the current Hezbollah-Israeli crisis, and that Rice’s role has been relatively diminished. Rice did not want to make her most recent diplomatic trip to the Middle East, the diplomat said. “She only wanted to go if she thought there was a real chance to get a ceasefire.”
Bush’s strongest supporter in Europe continues to be British Prime Minister Tony Blair, but many in Blair’s own Foreign Office, as a former diplomat said, believe that he has “gone out on a particular limb on this”—especially by accepting Bush’s refusal to seek an immediate and total ceasefire between Israel and Hezbollah. “Blair stands alone on this,” the former diplomat said. “He knows he’s a lame duck who’s on the way out, but he buys it”—the Bush policy. “He drinks the White House Kool-Aid as much as anybody in Washington.” The crisis will really start at the end of August, the diplomat added, “when the Iranians”—under a United Nations deadline to stop uranium enrichment—“will say no.”
Even those who continue to support Israel’s war against Hezbollah agree that it is failing to achieve one of its main goals—to rally the Lebanese against Hezbollah. “Strategic bombing has been a failed military concept for ninety years, and yet air forces all over the world keep on doing it,” John Arquilla, a defense analyst at the Naval Postgraduate School, told me. Arquilla has been campaigning for more than a decade, with growing success, to change the way America fights terrorism. “The warfare of today is not mass on mass,” he said. “You have to hunt like a network to defeat a network. Israel focussed on bombing against Hezbollah, and, when that did not work, it became more aggressive on the ground. The definition of insanity is continuing to do the same thing and expecting a different result.”

---------------------------------------------------

Have you seen the new Lebanon Crisis site yet?

Check out oneworld.net ad it is right up there at the top, with your piece for peter also included in the teaser. Please do pass on to all your group and anyone else...

Anuradha Vittachi

http://uk.oneworld.net/guides/lebanon/development

-------------------------------------------------------------

QUELQUES ARTICLES DE LA PRESSE

La guerre en question


À peine le canon s’est-il tu que se font entendre à grand fracas, ici et là, toutes ces rhétoriques de guerre, d’après-guerre ou seulement d’entre-deux guerres. D’un côté comme de l’autre, on revendique âprement la victoire, au terme d’un conflit qui ne fait funestement en réalité qu’un grand perdant, le Liban dévasté. Avec plus ou moins de bonheur, on s’efforce de préserver le moral des troupes ; mais c’est de morale qu’il est question aussi.Ce dernier mot choque tout particulièrement dans la bouche d’un Ehud Olmert invoquant devant la Knesset « l’obligation morale » de poursuivre en tout lieu et en tout temps, pour les liquider, les chefs du Hezbollah : procédé éminemment terroriste dont Israël, depuis des années, ne se prive pas d’user contre les chefs du Hamas palestinien. Son sens de la morale, Israël vient de le démontrer amplement, en tout cas, en écrasant sous les bombes des femmes et des enfants, en rasant des agglomérations entières, en s’acharnant sur les hôpitaux, les ambulances et les convois humanitaires. Ce n’est pas pour avoir perpétré des crimes de guerre, mais pour avoir manqué ses objectifs que le gouvernement Olmert risque aujourd’hui de tomber sous le feu des critiques internes. Nul d’ailleurs ne se fait d’illusions sur les valeurs démocratiques dont se targue l’ennemi : démocratie pour les Juifs, État juif même pour ses propres citoyens arabes, selon une formule célèbre. Mais il y existe indéniablement une opinion publique qui, en maintes occasions, a prouvé sa puissance et son efficacité. Cette opinion a massivement soutenu l’agression contre le Liban. Au vu des résultats, la voilà qui déchante, qui exige des comptes. Les déboires d’Olmert, Hassan Nasrallah s’en est félicité à juste titre dans son apparition télévisée de lundi. Tous les Libanais l’ont fait avec lui, dans leur conviction que ce n’était là que justice, et que le temps ne peut plus être aux boutefeux, mais aux leaders conscients de leurs responsabilités envers leurs peuples. À ces mêmes Libanais cependant, le chef du Hezbollah, se plaçant d’autorité hors d’atteinte de la moindre observation ou critique, a dénié leur droit d’interrogation, de questionnement sur le funeste enchaînement des évènements qui a conduit à l’apocalypse. Cet interdit, le chef de la Résistance l’a édicté au nom du respect dû au sang des martyrs : et c’était là une navrante maladresse de plus. Car on peut approuver ou non le monopole des armes détenu par le Hezbollah ; on peut s’émerveiller devant son haut degré d’organisation sociale, ses colossales ressources financières, sa promptitude phénoménale à réinstaller les déplacés du Sud dans des appartements de location, tout comme on peut méditer sur cette structure paraétatique prenant de vitesse, pour ne pas dire supplantant, l’État. Mais loin de tout esprit de polémique et au sortir de la guerre comme à la veille de celle-ci, ce n’est certes pas faire insulte au sang des martyrs que de demander, comme le font dans leur grande majorité les Libanais, la fusion au sein de l’État – et au seul bénéfice de celui-ci – du formidable potentiel d’héroïsme et de maîtrise de l’art militaire démontré, tout un mois durant, sur le champ de bataille. Et si, à son tour, la démocratie libanaise est loin d’être parfaite, il est absolument vital qu’elle continue de se distinguer par cette liberté fondamentale, précieuse entre toutes, reconnue au citoyen d’exprimer son opinion. De se poser – et de poser – des questions, dans des affaires aussi graves que la paix ou la guerre : un droit qui n’a guère droit de cité dans les modèles de société existant, par exemple, en Iran ou en Syrie.À Téhéran comme à Damas, c’est sous le signe de la confrontation ouverte et avec force discours qu’a été célébrée hier la singulière victoire du Hezbollah. Ouverte sur l’infini, sur une guerre de mille ans pour le président iranien Ahmadinejad, qui, pour faire pièce à George Bush, a prôné – vaste programme, on le voit – un Moyen-Orient débarrassé d’Israël et des États-Unis. Et ouverte plus modestement, pour la Syrie, sur une négociation de paix, comme l’a précisé de son côté le président Bachar el-Assad. Dans le climat actuel, l’accusation de collusion avec Israël portée contre le camp du 14 Mars a certes de quoi porter à l’inquiétude, même si elle ne fait après tout que rappeler le refus obstiné de Damas de toute stabilité libanaise qui ne découlerait pas de sa propre tutelle. Comble de l’ironie cependant, il y a dans cet exposé de la démarche syrienne, dans la récupération effrénée des exploits du Hezbollah à laquelle se livre le régime baassiste, de quoi faire sourire, devant tant d’aplomb, Nasrallah lui-même. La Syrie qui flétrit la mollesse des États arabes, qui ne leur demandera jamais de se battre à sa place, qui les somme de s’écarter, de ne pas gêner la marche des résistants, tout cela est du plus bel effet. Mais ce serait bien plus crédible si la Syrie se battait pour la Syrie, au lieu de le faire par procuration. Jusqu’au dernier Libanais.

Issa GORAIEB (OJ, 16 août 2006)

-------------------------------------------------

Reportage - La délégation de l’Union européenne se rend à Haret Hreik
Louis Michel : Chaque fois que les populations civiles sont touchées, c’est injuste et inacceptable



Le miracle libanais, c’est sans doute ces milliers de citoyens qui n’ont pas attendu des garanties, et encore moins le déblaiement des routes ou des décombres pour se précipiter dans leurs quartiers, tenter de retrouver les restes de leurs maisons et cette terre qu’ils chérissent plus que leurs vies. La délégation de l’Union européenne, composée de Louis Michel, commissaire européen chargé du Développement et de l’Aide humanitaire, et de Paula Lehtomäki, ministre finlandaise du Commerce extérieur et du Développement, en visite au Liban, croyait se rendre dans des quartiers fantômes, où le silence des morts étouffe la moindre manifestation de vie. Mais ils se sont retrouvés, avec l’ambassadeur de l’UE Patrick Renauld, au milieu d’une cohue incroyable qui raconte mieux que les plus belles phrases la détermination des habitants à relever le défi et à rentrer coûte que coûte chez eux. Le spectacle était si étonnant, presque incongru, alors qu’hier encore, personne n’osait s’aventurer dans ces lieux, que les membres de la délégation en oubliaient de regarder les destructions pourtant impressionnantes.Dès le pont de la route de l’aéroport, coupé en deux avec un espace béant tout à fait surréaliste, les visiteurs ont un premier aperçu de la violence des bombardements. À Ghobeyri, les destructions semblent plus éparpillées. De temps en temps, un immeuble décapité, une ruelle recouverte de débris en tout genre, un centre commercial transformé en ruine. Mais à partir de Haret Hreik, le spectacle est terrible. Avant même de voir, les visiteurs sont assaillis par les odeurs : celle de la fumée âcre et piquante, et surtout celle des cadavres ou des morceaux de chair enfouis sous les décombres et qui ne veulent pas se faire oublier. La plupart des passants, des enfants, des femmes, dont certaines en tchador et d’autres en jeans et hauts moulants, des vieillards un peu blasés, portent des masques pour ne pas aspirer la poussière. L’air est lourd, chargé de microbes, mais les gens ne s’en soucient guère, tout à leurs retrouvailles avec leurs quartiers, leurs immeubles, leurs maisons. Dans les regards échangés, les accolades émues, il n’y a aucune tristesse, mais une sorte de soulagement et beaucoup de colère contre la sauvagerie des bombardements. Un vieux s’approche de la délégation et explique à ses membres que pendant toutes les années de guerre, aucun immeuble ne s’était effondré. Mais cette fois, ils sont tombés par dizaines, comme un jeu de cartes, tant les bombes utilisées étaient puissantes. Louis Michel et Paula Lehtomäki se mêlent à la population, écoutent ses doléances, mais personne ne demande une aide matérielle. Les habitants de la banlieue sud sont fiers de raconter aux journalistes que sayyed Hassan Nasrallah ne les laissera pas dans le besoin. Il leur évite même d’avoir à quémander pour obtenir un toit décent. « Il a promis de reconstruire les 15 000 habitations détruites et il tiendra parole, nous lui faisons confiance », s’écrie Ali, un petit garçon dans les bras.Ancien ministre des Affaires étrangères de Belgique et grand défenseur des droits de l’homme, Louis Michel ne peut cacher sa stupeur devant l’ampleur des dévastations. Devant le bâtiment d’al-Manar, entièrement détruit, il déclare aux journalistes que tout ce qu’il voit l’attriste énormément. « C’est inacceptable, dit-il. Mais c’est vrai pour les deux parties. Chaque fois que les populations civiles sont touchées, c’est terrible et injuste. Nous le dénonçons, nous le condamnons et nous pensons que seule une solution politique peut résoudre le problème. » Une journaliste d’al-Manar souhaite l’amener à condamner Israël, mais le commissaire européen ne veut pas se prononcer. Il rappelle qu’il a tenu à se rendre dans la banlieue sud pour mesurer sur le terrain l’ampleur des dégâts et pour être proche de la population, et que l’Union européenne a depuis le début appelé à une solution politique du conflit. M. Michel a précisé qu’il avait personnellement appelé au respect des règles humanitaires internationales, conçues pour limiter les effets d’un conflit armé sur les populations civiles. À mesure que la délégation progresse dans les rues encombrées de Haret Hreik, les destructions deviennent de plus en plus importantes. Le domicile de sayyed Mohammad Hussein Fadlallah est ainsi quasiment à terre, toute la partie gauche de l’immeuble s’est effondrée. Les lieux sont méconnaissables, même pour ceux qui y ont vécu pendant des années. La rue où se trouvait le bureau d’information du Hezbollah ne ressemble plus à rien : des immeubles défigurés, des échoppes détruites, des pans de rideau traînant dans les gravats. Impossible de s’y retrouver. Louis Michel, Paula Lehtomäki et Patrick Renauld préfèrent avancer à pied, malgré la poussière, la fumée et les odeurs. Ils sont suivis par un véritable cortège de curieux, de badauds et d’habitants souhaitant donner leur point de vue à ces diplomates européens. Parmi eux, des membres du Hezbollah discrets comme toujours, mais aux aguets. Ici, ils sont chez eux, au sein de leurs familles, dans leur environnement naturel. Seuls les visiteurs étrangers cherchent à les identifier, cependant pour la population, ils sont des leurs, mais aussi des héros. À l’approche de ce qu’on appelait le périmètre de sécurité, où se trouvaient les institutions sociales et politiques du Hezbollah, le spectacle est hallucinant. On a vraiment du mal à se rappeler qu’il y avait là plusieurs immeubles entourant une sorte de cour intérieure. Il n’y a plus que des pans de béton, des tas de gravats, des traces de sang séché et une poussière incroyable. Les diplomates européens écoutent les explications, hochent la tête, mais ont du mal à imaginer ce que devait être ce quartier. Ils n’ont qu’un commentaire : « Il fallait que ce conflit cesse. C’est la priorité, et c’est pourquoi il est indispensable de mettre en route une solution politique durable. » Auparavant, la délégation européenne s’était rendue dans un immeuble rempli de déplacés à Jnah pour distribuer des aides alimentaires aux familles. Ces aides font partie des 20 millions d’euros débloqués par l’UE pour un financement d’aide humanitaire d’urgence. Ce montant pourrait être augmenté jusqu’à atteindre les 50 millions d’euros. Tout en recevant les caisses, les familles n’ont eu qu’un mot à la bouche : « Nous voulons rentrer chez nous. » De fait, la plupart des familles commencent déjà à rassembler leurs maigres affaires. Dès qu’elles en auront les moyens, elles rentreront au village. Saada s’est même approchée de Louis Michel, et en lui parlant de son village Khiam, elle a éclaté en sanglots. Dans ces familles, le drame est devenu une habitude, certaines le vivent dignement, d’autres ne peuvent plus supporter toute cette pression. Mais ce qui est le plus évident, c’est la solidarité qui transparaît entre elles ainsi que leur appui à la Résistance. Plus qu’une formation, le Hezbollah est réellement devenu un peuple.

Scarlett HADDAD (OJ, 16 août 2006)

---------------------------------------------------------

12 000 salariés de l’industrie déjà de facto au chômage et 15 000 employés de restaurant en passe de les rejoindre
Pas encore de licenciements massifs, mais des milliers d’emplois sont désormais menacés

La guerre n’a pas seulement détruit des vies humaines, des infrastructures et des usines, mais aussi des emplois. Des milliers de salariés sont déjà de facto au chômage. Et pour la plupart des observateurs de l’économie libanaise, en l’absence d’une solution politique claire et définitive, le nombre de chômeurs continuera d’augmenter, sous l’effet des plans de restructuration et des fermetures d’établissements.«Un mois après le début de la guerre, on ne note pas de mouvement de licenciements massifs », note Albert Nasr, directeur du centre de recherche économique de la CCIAB. « Les établissements qui n’ont pas été complètement détruits ont réduit leur échelle de production. Les salariés sont donc en situation de chômage technique, mais ils conservent leur emploi pour l’instant, précise-t-il, ajoutant qu’en période de guerre, il y a une solidarité qui se crée ou se renforce entre employeurs et employés. Les patrons n’ont recours aux licenciements que lorsque les pertes deviennent insupportables », affirme M. Nasr. Pour éviter d’en arriver là, certaines entreprises ont payé des demi-salaires, d’autres ont demandé à leurs salariés de prendre leurs congés annuels. D’autres enfin leur ont proposé d’aller travailler quelques mois à l’étranger, dans des sociétés partenaires.Ghassan Ghosn, secrétaire général de la CGTL, confirme le constat de M. Nasr : « Aujourd’hui, la plupart des entreprises assument leurs responsabilités et ne licencient pas. » Avant de nuancer : « Il existe cependant quelques rares compagnies qui profitent de la situation pour licencier sans raison valable. » Pour illustrer ses propos, il cite l’exemple de la BCTC, la société responsable des services du port de Beyrouth. « Vingt jours après la fermeture du port, 270 à 300 salariés ont été déjà licenciés, soit les deux tiers des effectifs de l’entreprise », s’indigne-t-il.L’industrie et le tourismefortement touchésMême si aucun secteur n’a été épargné, ce sont les salariés de l’industrie et du tourisme qui paient le plus lourd tribut.Dans un entretien accordé à L’Orient-Le Jour, le ministre de l’Industrie, Pierre Gemayel, indique que « les destructions d’usines ont ainsi mis 12 000 salariés au chômage, soit 8 % des effectifs du secteur ». Mais lorsqu’une usine est détruite, c’est toute la chaîne de production qui est touchée. Les fournisseurs de matières premières ou d’emballages, les sous-traitants et les distributeurs perdent de nombreuses commandes. Ils sont donc amenés, au mieux, à réduire leur production et leurs effectifs, au pire, à déposer leur bilan. Dans les deux cas, de nombreux licenciements en résultent. « Quant aux usines qui sont encore sur pied, la guerre va les inciter à délocaliser leur production, supprimant ainsi des emplois au Liban », souligne M. Gemayel.En effet, certains chefs d’entreprise commencent déjà à envisager cette option. « Nous sommes en train d’étudier la possibilité de transférer notre site de production à l’étranger », affirme par exemple Mohammad Arayssi, PDG de l’entreprise libanaise de produits cosmétiques Natural. « Certains clients avec lesquels nous étions sur le point de conclure de gros contrats ont renoncé à toute alliance avec nous, préférant se tourner vers des entreprises localisées dans des pays plus stables », explique-t-il. Le Liban est ainsi redevenu un pays à risques pour les investisseurs nationaux et étrangers. Le flux d’IDE (investissements directs à l’étranger) à destination du pays va sans doute se tarir après la guerre, faisant perdre à l’économie de nombreux emplois potentiels.Avec l’industrie, le secteur touristique a été particulièrement affecté par la guerre. « Le secteur tourne au ralenti, à 20 % de ses capacités », estime Pierre Achkar, président du syndicat des hôtels. « Si dans le secteur hôtelier, il n’y a pas encore eu de licenciements massifs, assure-t-il, les complexes balnéaires, qui emploient 4 000 salariés pour la saison, ont licencié l’écrasante majorité de leurs effectifs. » Même s’il est vrai que dans ce dernier cas, il s’agit d’emplois saisonniers qui auraient en tout cas pris fin en octobre.Les restaurants, qui réalisent jusqu’à 70 % de leur chiffre d’affaires pendant la saison estivale, ont également beaucoup perdu. Le président du syndicat des restaurants et cafés, Paul Ariss, qualifie la situation de « dramatique ». « Sur les 6 000 restaurants que compte le Liban, entre 1 000 et 1 500 seront amenés à fermer à cause de la guerre, mettant ainsi au chômage jusqu’à 15 000 salariés, soit le quart des effectifs du secteur », estime-t-il. En effet, les pertes des restaurateurs s’accumulent. Après celles dues aux attentats de 2005 et aux conférences de dialogue successives au centre-ville, celles de la guerre de 2006 sont un peu la goutte d’eau qui a fait déborder le vase. « Les restaurants sont très endettés et les banques n’accordent plus d’extensions de crédit », déplore M. Ariss.L’agriculture a aussi été particulièrement touchée par la guerre, la plupart des surfaces cultivables du pays se situant au Sud et dans la pleine de la Békaa. Mais l’impact sur l’emploi est difficilement mesurable, d’une part, parce que 95 % de la main-d’œuvre du secteur est constituée d’ouvriers journaliers, d’autre part, parce qu’une grande partie de ces ouvriers sont étrangers, et qu’ils ont fui le pays avec le début du conflit.Quant à l’avenir de l’emploi, il dépendra, pour la plupart des économistes, de la solution politique qui sera apportée au conflit. Si elle est durable « les investissements pourront reprendre au lendemain de la levée du blocus. Sinon, si l’incertitude perdure pendant un an par exemple, ce sera comme si la guerre avait continué. Il n’y aura pas d’investissements ni d’embauches », conclut Albert Nasr.La fuite de la main-d’œuvre étrangère devrait tirer les salaires à la hausse« Environ 100 000 travailleurs étrangers ont quitté le pays après le 12 juillet », estime l’économiste Marwan Iskandar. Selon lui, le Liban va faire face à une pénurie de main-d’œuvre, notamment dans le secteur des BTP (bâtiments et travaux publics) et celui des employés de maison. « Le Liban s’est ainsi retrouvé dans la situation d’une économie fermée, ne pouvant compter que sur la main-d’œuvre locale », analyse Albert Nasr, directeur du centre de recherche économique de la CCIAB. Cela a évidemment eu un impact sur le marché du travail, tirant les salaires de certains métiers à la hausse. L’exemple typique de cette situation est celui de Sukleen, où les salaires offerts aux Libanais ont notablement augmenté. « Il s’agit cependant d’un cas isolé, nuance M. Nasr, puisque Sukleen a un contrat avec l’État et dispose d’une marge suffisante lui permettant de relever les salaires. Ce qui n’est pas le cas de toutes les entreprises" (Line Rifaï, OJ, 16 août 2006).

--------------------------------------------------

ANALYSE
Le Liban fait face à un redressement difficile


Grâce à l’aide financière promise par les riches pays du Golfe, le Liban devrait pouvoir reconstruire rapidement l’infrastructure détruite par l’offensive israélienne même si, avec un secteur privé en ruines et un fort taux de chômage, le redressement sera difficile, rapporte une dépêche de l’AFP.« Je pense que tout dépendra de la fin du conflit. Je ne crois pas qu’il soit déjà fini », a commenté Khaled Zaïdan, chargé de la gestion des titres à la BankMed.« Si l’issue est un véritable processus (de paix), le conflit n’aura provoqué qu’un fléchissement », ajoute-t-il. Mais l’essor économique sera lié au niveau de confiance dans le fait que la guerre ne recommencera pas, dit-il.De son côté, l’économiste Kamal Hamdan estime à près de trois milliards de dollars les pertes directes infligées à l’économie par l’offensive israélienne, dont un tiers aux infrastructures et le restant à l’immobilier (logement et locaux commerciaux).Les pertes indirectes, provoquées par le manque à gagner subi par le secteur du tourisme et l’arrêt du secteur industriel, pourrait dépasser les deux milliards de dollars, a-t-il ajouté.« Pour la seconde année consécutive, il n’y aura pas de croissance positive. C’est très préoccupant pour un pays comme le Liban qui souffre de graves déséquilibres macroéconomiques et financiers », dit-il.Depuis la fin de la guerre civile en 1990, la dette publique s’est accrue à 38,8 milliards de dollars, soit 170 % du produit national brut (PNB).Certains éléments permettent cependant aux économistes de garder espoir.Le système bancaire dispose toujours de liquidités. La Banque centrale, soutenue par des injections de capitaux koweïtiens et saoudiens, détient toujours de solides réserves de monnaies, après avoir consacré un milliard de dollars pour soutenir la livre libanaise durant l’offensive.De plus, avec la cessation des hostilités lundi, les actions et obligations sont reparties à la hausse. La valeur phare Solidere, qui gère le patrimoine immobilier du centre-ville de Beyrouth, a bondi de près de 5 % en une seule séance.Si les services ont énormément souffert, la reprise pourrait venir du secteur de la construction, avec l’aide à la reconstruction des logements et des infrastructures.Le roi Abdallah d’Arabie saoudite, allié économique traditionnel du Liban, a promis 500 millions de dollars d’aide et le Koweït 300 millions.Mais si le Liban se trouve malgré tout en meilleur état qu’au sortir de la guerre civile de 1975-1990, selon M. Zaïdan, la reconstruction nécessitera de gros efforts de la part de la communauté internationale.« On ne pourra régler le problème avec des bouts de ficelle. Le Liban a besoin d’un programme de type “plan Marshal” », dit-il, en référence au programme américain qui avait permis à l’Europe de se relever après la Seconde Guerre mondiale (OJ, 16 août 2006).

-----------------------------------------------

Cabinet approves troop deployment in South today

Compiled by Daily Star staff

Thursday, August 17, 2006

BEIRUT: Lebanon's Premier Fouad Siniora vowed Wednesday that the army deployment in the South would end a "mentality of statelets" and make state forces the only armed presence in Lebanon, helping protect the country from regional conflicts. In a televised speech, Siniora addressed the Lebanese, calling on them to rally behind the government and the army as the sole forces in Lebanon.
"In the face of the attacks, you were and still are standing tall. Your resistance is an example for heroes. Your endurance a model for courage.
"You stood together in the face of Israel's murder, so now is not the time to divide. It is the time to rise to the challenges ahead and to big decisions, together," he said.
"There will be a single state ... with the sole decision-making power, there will be no dual authority," he said.
Siniora said: "There will be no more mentality of statelets, factional programs."
In a reference to Hizbullah, he stressed: "No one inside this country or out has the right to take the people and the nation to wherever he chooses."
"Lebanon will no longer be drawn into any regional or international plans," he added. "We will send the troops to the South. We want the strong state with the strong army. There will be no land in Lebanon which is prohibited to the army. There will be no weapons but those of the army."
Speaking of the Shebaa Farms, Siniora said: "The government is more determined than ever to liberate the Shebaa Farms. This has been our main effort for the past year and we call on Syria, our sister country, to present the necessary papers to the UN and demarcate the borders with Lebanon." As to compensation, Siniora said that "the government, with the aid of Arab and international agencies and states will stand up to its responsibilities and ensure that all the people's properties and rights be returned to them." The premier ended his speech with a pledge there would be a democratic free state of Lebanon. "The attacks that Lebanon has faced drives us even more to hold onto our unity. We are going to build a state. Lebanon will rise again." Siniora's speech came after the Cabinet unanimously decided to deploy the army to South Lebanon in line with a UN resolution that halted fighting between Israel and Hizbullah on Monday.
"The Lebanese Army will be sent to the south of the Litani River early Thursday and to the areas of Hasbaya and Marjayoun," Information Minister Ghazi Aridi said after a Cabinet session that had been twice delayed.
The issue of Hizbullah's disarmament was set aside, with the meeting focusing on the deployment of the army, Aridi said.
But a senior Israeli Foreign Ministry official said Wednesday that the state would be forced to launch a fresh offensive against Hizbullah if the group was not disarmed.
"The army is charged with imposing its authority on the region. It will not permit the presence of any armed group in the area," Aridi said. Any arms found in the area will be taken by the army, he added.
Hizbullah's top official in South Lebanon, Sheikh Nabil Kaouk, said the resistance welcomed the Lebanese Army's deployment in the South.
"Just like in the past, Hizbullah had no visible military presence and there will not be any visible presence now," he said.

A high-ranking Lebanese Army official told The Daily Star Wednesday the military was "conducting a series of movements over the past two days, gathering troops in preparation to send them to the South." UNIFIL also confirmed the pending army deployment and subsequent pullout of Israeli troops.
"The mechanism and geographical area of the first Israeli withdrawal from South Lebanon, and the first Lebanese deployment was agreed," UNIFIL political affairs officer Richard Morczynski told reporters after a meeting between UNIFIL, Lebanese and Israeli officials.
"There was a long and constructive meeting, and we were working hard to get the resolution implemented," Morczynski said. It was the second such three-way session at the UN force's headquarters in Naqoura since Resolution 1701 was adopted over the weekend.
Morcynski said the 2,000-strong UN Interim Force in Lebanon was moving into outposts in Southern Lebanon as the Israeli forces withdrew after a 34-day conflict with Hizbullah.
In other developments, Turkish Foreign Minister Abdullah Gul and his French counterpart Philippe Douste-Blazy arrived in Beirut Wednesday for talks on the implementation of Resolution 1701.
According to governmental sources, the talks were to focus on the details of the international force to be deployed along the Blue Line.
Douste-Blazy, on his fourth visit to Lebanon since the outbreak of hostilities between Israel and Hizbullah last month, called on Israel to lift its "air, land and sea siege on Lebanon." The French minister also said the Lebanese government's seven-point plan had been "taken into consideration in Resolution 1701," and that France "backs the return of the displaced to their hometowns." However, Israeli Deputy Prime Minister Shimon Peres said Israel would maintain its blockade on Lebanon, but allow civilian cargo to enter the country.
Douste-Blazy provided more details of his France's intended contributions to the international force for South Lebanon.
"The French Army, under the context of the UNIFIL, will be aiding the Lebanese Army to deploy in the South and see the Israeli Army's withdrawal from the Southern Lebanese territories ... there are 200 French troops currently working in the UNIFIL and 1,700 French troops on a boat heading to Beirut." France is expected to lead the expanded UN force, but said it would not commit to sending soldiers without guarantees that Hizbullah will disarm.
Gul, who met with his Lebanese counterpart Fawzi Salloukh, Speaker Nabih Berri, Siniora and MP Saad Hariri, said he had discussed Turkey's participation in the UN force.
Siniora had telephoned Turkish Prime Minister Recep Tayyip Erdogan and requested that Turkey join the international force, Gul added.


Speaking at a news conference alongside Gul, Salloukh said the Shebaa Farms are part of the Lebanese territories "and are an undetached part of UN Security Council Resolution 1701." Gul will set to travel to Israel Thursday for continued talks on "achieving a peaceful solution to the crisis." - With agencies, additional reporting by Leila Hatoum and Nafez Qawas

-------------------------------------------------------

A war with neither victor nor vanquished?

By Philip Abi akl

The Daily Star

Thursday, August 17, 2006


No sooner had the United Nations Security Council issued Resolution 1701 than Hizbullah's leader, Sayyed Hassan Nasrallah, declared a "strategic and historic victory" in the resistance's month-long fight with Israel, saying it was due to Hizbullah's achievements, the people's steadfastness and the government's unified stand.
Nasrallah said he hoped the Security Council had adopted the seven-point proposal of Premier Fouad Siniora as a solution to the crisis, praising the council's "courageous step" to put the Shebaa Farms under international tutelage before returning it to Lebanon.
Israeli Prime Minister Ehud Olmert said Resolution 1701 was a diplomatic victory for Israel, while Vice-Premier Shimon Peres said Israel had achieved the goals for which it had launched the war. However, the UN resolution is no longer a victory for anyone since the outcome of the war reflected a semi-victory and semi-defeat for both sides.
In fact, Israel failed to occupy the area south of the Litani River or to prevent the resistance from launching rockets from the area. At the same time, Hizbullah failed to prevent Israel from destroying Lebanese infrastructure, industry and residential areas.
Political analysts have said neither side achieved a victory since Israel was able to pound the regions it wanted to pound and made incursions where necessary, while the resistance withstood the enemy for a month and shattered the aura of invincibility surrounding the Israeli Army.
On a political level, the war may end up toppling Olmert's government and lead to early elections and the establishment of an investigative committee into the way in which the war was carried out. It might also bring about changes in Israel's military leadership, which politicians accuse of failing in the war.

---------------------------------------------------

Environnement
Une menace sanitaire inattendue : l’amiante en suspension dans l’air


Durant la guerre, les morts, les blessés et la destruction sont de toute évidence omniprésents dans l’immédiat, mais les dégâts environnementaux sont ceux qui auront l’effet le plus durable. Un article de l’experte en biochimie Arne Jernelöv rappelle ce fait, évoquant la question désormais très connue de la marée noire causée par le bombardement israélien sur la centrale de Jiyeh, mais aussi une autre pollution, d’autant plus grave qu’elle a un impact direct sur la santé humaine : la dispersion de l’amiante dans l’air. Cette matière, cancérigène quand elle est respirée, aurait été libérée dans l’air après la destruction des habitations dans les composantes desquelles elle était abondamment utilisée (OJ, 17 août 2006).

COMMENTAIRE - Dispersion alarmante de l’amiante dans l’air due à la destruction des immeubles
La guerre du Liban et l’environnement
Par Arne Jernelöv

Dans toute guerre, comme celle du Liban, l’attention se porte en priorité sur les morts, les blessés et les personnes déplacées. Mais les conséquences des dommages portés à l’environnement et aux infrastructures vont encore se faire sentir longtemps après la fin des hostilités. Les infrastructures peuvent être reconstruites dans un temps bien plus court que celui qu’il faudra pour restaurer l’environnement ou pour qu’il se restaure de lui-même. Dans le cas du Liban, les deux sont étroitement liés, car l’essentiel des dommages portés à l’environnement provient de la destruction des infrastructures.Dans la plupart des guerres modernes, les marées noires causées par des nappes de pétrole constituent l’atteinte la plus visible à l’environnement, aussi c’est celle que l’on remarque le plus. Avant le déclenchement de la guerre, les plages libanaises étaient parmi les plus propres de la Méditerranée. Beaucoup sont maintenant recouvertes de pétrole. C’est une mauvaise nouvelle pour une espèce rare de tortue de mer qui pond ses œufs dans le sable de ces plages, précisément à cette période de l’année. Plus de 100 000 tonnes de pétrole se sont répandues dans la mer.Naturellement, les réservoirs de pétrole ne sont pas la seule cible et les régions côtières ne sont pas les seules à être frappées, mais il est bien trop tôt pour évaluer les dégâts entraînés par la dispersion dans la nature d’autres produits chimiques moins visibles. Les nappes phréatiques resteront sans doute contaminées durant une longue période. Plus l’environnement est sec, plus le problème est sérieux.Les bombes ne mettent pas seulement le feu aux bâtiments, mais aussi à la végétation et aux arbres. Le nombre de feux de forêts et de broussailles est bien plus élevé que lors d’un été normal. C’est d’autant plus grave qu’il n’y a guère de moyens pour les combattre, car les pompiers essayent avant tout de sauver les vies humaines. Aussi, les forêts et les broussailles continuent-elles à brûler et les cèdres, le symbole du Liban – au même titre que l’aigle à tête blanche est celui des USA – risquent l’extinction. Un écosystème unique est en train de disparaître.Selon des informations que l’on trouve davantage sur Internet que dans la presse, à bout d’espoir, des médecins libanais ne parvenant pas à identifier les blessures causées à leurs patients par les frappes aériennes israéliennes les ont décrites à leurs collègues dans le monde entier pour leur demander de l’aide. Certaines de ces blessures ressemblent à des brûlures du second degré recouvrant une grande partie du corps, mais les poils restent intacts, ce qui est inhabituel pour des brûlures dues au feu ou à la chaleur. On a suggéré que des produits acides ou alcalins se trouvaient peut-être dans les bâtiments détruits par les bombardements.D’après cette théorie, ces produits se seraient dispersés après la chute des bombes ou des missiles, mais ne proviendraient pas de leur ogive. Néanmoins, cette conclusion n’a rien de définitif. Il suffit de se souvenir du « syndrome de Golfe » qui a frappé les soldats américains après le conflit de 1991 et de la controverse sur son origine pour comprendre qu’il n’est pas aisé de répondre à ces questions et qu’il y faut beaucoup de temps. En ce qui concerne la santé, la pollution la plus grave est directement liée à la destruction des infrastructures : c’est la dispersion de l’amiante dans l’air. Comme dans beaucoup de pays chauds, l’amiante est employé dans les appartements et les immeubles pour assurer l’isolation thermique. C’est une pratique habituelle depuis des décennies et la plupart des bâtiments qui ont été construits ou restaurés après les bombardements israéliens de 1982 en contiennent en quantité.Lorsqu’elles sont dispersées dans l’air par les bombes et les missiles, les fibres d’amiante sont inhalées avec les autres poussières. L’équipement de protection qu’un personnel spécialisé est tenu de porter dans l’Union européenne et aux USA lors de la démolition, de la reconstruction ou de la réparation de bâtiments contenant de l’amiante souligne le risque de fibrose pulmonaire et de cancer du poumon encouru par les Libanais qui inhalent la poussière des maisons et des bâtiments bombardés. Les compagnies américaines ont dû verser des milliards de dollars d’indemnisation à leurs ex-employés qui travaillaient avec l’amiante. Le Liban n’a pas les moyens de verser de telles sommes. Ce ne sera là que l’un des prix qu’auront à payer les victimes, longtemps après l’arrêt des combats, pour tous les dégâts causés à l’environnement. *Arne Jernelöv est professeur de biochimie environnementale, professeur honoraire, ancien directeur de l’Institut international pour l’analyse des systèmes appliqués à Vienne et expert auprès de l’ONU en matière de catastrophes environnementales.©Project Syndicate, 2006. Traduit de l’anglais par Patrice Horovitz.

----------------------------------------------------

D’amour ou de raison

Même Saddam Hussein, au fond de sa prison, doit être ravi d’être Saddam Hussein. Et pas Bachar el-Assad. Mise en quarantaine par la totalité ou presque de la communauté internationale (l’excellent Frank-Walter Steinmeier a enfoncé le clou ces deux jours) ; quasi infantilisée par un Iran qui s’en débarrasserait lestement à l’instant même où primera l’un (ou plusieurs) des nombreux intérêts nationaux ou régionaux de Téhéran, à commencer par ces discussions consenties hier sur la suspension de l’enrichissement de son uranium (on verra bien le 22…) ; rabrouée publiquement par les Arabes, il y a à peine quelques jours, de Beyrouth même ; à la merci imminente d’un incorruptible Belge, le très Lucky Luke Serge Brammertz, et, surtout, rendue folle d’avoir été dépossédée à jamais de la carte libanaise, la Syrie d’Assad a lancé avant-hier un tonitruant chant du cygne, dont l’effet premier et immédiat a été de renforcer et de blinder l’Alliance du 14 Mars – la majorité. Si tant est que cette majorité en avait besoin puisqu’elle a été – du moins publiquement, officiellement et collectivement – admirable dans sa gestion d’une guerre dont elle n’avait pas été prévenue et qu’elle n’aurait jamais accepté d’entamer ; une majorité qui, elle, aurait attendu l’attaque israélienne au lieu de la provoquer, puisqu’elle aurait eu l’exclusivité pour elle du droit international. Mais la question n’est pas là : par la voix d’un de ses députés phare, Hussein Hajj Hassan, le Hezbollah a répondu hier à Bachar el-Assad, et sans ambiguïté aucune : « Le Hezbollah n’adopte pas les propos d’Assad relatifs au mouvement du 14 Mars. Ce mouvement n’est pas un agent stipendié d’Israël ni de l’Amérique. » Les bras dudit Assad, qui s’est un peu trop vite arrogé la victoire des autres, et, dommage collatéral, ceux d’Émile Lahoud, ont dû leur en tomber. Même si Hussein Hajj Hassan a dû, pour des raisons facilement compréhensibles, démentir par la suite ses propos.Comme chacun des partis libanais qui, à un moment ou à un autre dans l’histoire de ce pays, a abattu l’atout américain, français, saoudien, syrien, avant de revenir vers l’intérieur, le Hezb a joué, lui aussi, sa carte étrangère, l’iranienne en l’occurrence ; et, lui aussi, un jour ou l’autre – et la phrase du député de Baalbeck est un signe extrêmement positif – se rendra compte, pour mille et une raisons, pour tellement d’impératifs, que seule la libanaise d’entre ces cartes lui permettra, sur le long terme, de gagner. Que seul le respect d’un agenda libanais lui permettra, comme aux partis chrétiens, sunnites ou druzes, de pérenniser son existence.Cette guerre 06 a fait se poser aux Libanais, à tous les Libanais, avec mille fois plus de régularité qu’avant, une question d’une perversité folle, modulable à souhait, mais dont la réponse recèle, infiniment plus qu’autre chose, l’antidote dont ce pays a urgemment besoin. Est-ce que je peux vivre avec ce chiite qui a élevé le martyre au rang d’art de vivre et qui se moque de tout à part de jouer au héros contre Israël, à part de faire les sacrifices que le richissime Iran ne fera jamais ? Est-ce que je peux vivre avec ce sunnite qui ne pense qu’à jouer au trictrac, amasser des dollars, squatter le neuf-dixième des postes de l’État et faire plaisir au roi d’Arabie ? Est-ce que je peux vivre avec ce maronite qui serait prêt à vendre sa mère pour la présidence, qui ne veut qu’un Liban-Paris, un Liban-Londres ou un Liban-Monaco, qui se moque de tout ce qui touche de près ou de loin à l’arabité, à toute espèce de cause à part la sienne ? Est-ce que je peux vivre avec un 8 Mars prosyrien, pro-iranien, qui ne veut vivre que sous la tutelle de Damas ? Est-ce que je peux vivre avec un 14 Mars qui fait du commerce avec le sang de Rafic Hariri, qui ne veut vivre qu’en recevant Condie Rice ou Saoud el-Fayçal ou Philippe Douste-Blazy ?Ces questions-là, plus ou moins idiotes, plus ou moins cancérigènes, ont été, plus ou moins haut, plus ou moins clairement, rabâchées, ressassées, mal digérées, et personne, absolument personne, n’y a échappé. Et aujourd’hui, parce qu’il est le seul à posséder encore ce privilège qu’ont abandonné tous les autres partis libanais – les armes –, la réponse doit d’abord venir du Hezbollah – ensuite des autres. Celle assénée hier, encore une fois malgré le démenti, par le député Hajj Hassan à Bachar el-Assad, ce témoignage de solidarité avec une équipe qui a fini par ne plus le lâcher une seconde durant sa guerre, est bienvenue, formidable même, nécessaire. Mais pas suffisante. Et celles données par les autres n’arrivent pas, on le voit, à convaincre Hassan Nasrallah et ses hommes.Les deux ou trois prochaines séances de dialogue place de l’Étoile ou au Sérail ou n’importe où ailleurs devront être uniquement consacrées à la rédaction de ce pacte social, de ce contrat de mariage, qui définira comme une Bible, comme un Coran, la nature du Liban de l’après-12 juillet, sa culture somme de toutes les cultures, sa mission, et, surtout, ce oui je veux vivre avec le chiite/le sunnite/le maronite.Pour cela, il faut trois choses.Un. Qu’on cesse de se leurrer, et on le voit bien aujourd’hui avec ce qui se passe à l’intérieur de l’État hébreu : si le Hezbollah désarme, Israël, et en grande partie grâce à sa débâcle de juillet, ne touchera plus à un cheveu du Liban. C’est cette séquence qui est la bonne, et aucune autre, surtout pas celle qui veut qu’Israël ne menacera pas le Liban tant que perdureront les armes du Hezb. Qu’on cesse de se leurrer : malgré toutes les boucheries, les massacres et autres crimes de guerre commis par les généraux israéliens, l’État hébreu n’a pas utilisé plus de 10 % de sa capacité de nuisance. Désarmer. Perdre son privilège, mais gagner mille fois plus : l’assurance d’un Liban pluriel et pérenne. À moins que ce ne soit pas cela qui l’intéresse.Deux. Qu’on cesse de se leurrer, et on le voit bien aujourd’hui, le Libanais a besoin de concret : si la majorité se décide à présenter au Liban un programme, dût-il être aussi gros et chargé que tous les bottins du monde, détaillant concrètement chaque étape de la construction de cet État de droit et des institutions, passant nécessairement par une réforme en profondeur de tout, à commencer par celle des mentalités, le Hezbollah désarmerait bien plus vite, et les Libanais reviendraient bien plus vite de l’étranger. Ou éviteraient de s’y rendre. À moins que ce ne soit pas cela qui l’intéresse.Trois. Même avec l’admirable (encore une fois, et son discours d’hier à la nation a été presque parfait) Fouad Siniora aux commandes, l’État libanais a besoin d’un sérieux rééquilibrage. Qu’on cesse de se leurrer : sans chrétiens au Liban, il n’y a plus d’exception libanaise, il n’y a plus de Liban, au mieux une cohabitation ultradifficile, au pire un Irak. Et cela, tout le monde le sait, tout le monde se le répète, tout le monde devrait y réagir avant qu’il ne soit trop tard. Sans un chef de l’État-arbitre, impartial, calme, fort, très fort, libanais, capable de rassurer les trois communautés, rien ne pourra se faire. L’urgence du départ d’un Émile Lahoud qui ne sert plus à rien sauf à retarder encore plus une possible résurrection du Liban n’a jamais été aussi énorme. La responsabilité est générale, à commencer par Michel Aoun, qui devrait au plus vite nommer et appuyer un candidat qui réunisse toutes les qualités requises aujourd’hui.Un nouveau pacte social est définitivement incontournable. Il serait plus fort, pour défendre ce pays, que toutes les armées du monde.Ziyad MAKHOUL (OJ, 17 août 2006)

-------------------------------------------------------

La Finul confirme la mort de 4 combattants du Hezbollah, tués par Israël mardi
Un flot incessant de voitures encombre les routes du Sud


La Force intérimaire des Nations unies au Liban (Finul) a confirmé hier la mort de quatre membres du Hezbollah, tués par l’armée israélienne dans un des trois incidents de violation de la trêve mardi dans le sud du Liban. « Un échange de coups de feu a eu lieu entre les Forces de défense d’Israël et le Hezbollah dans le secteur de Hadata mardi après-midi », a indiqué la Finul dans un communiqué. « Les patrouilles de la Finul arrivées sur les lieux peu après ont vu quatre corps de membres du Hezbollah tués qui ont été emportés dans une ambulance », a-t-elle précisé.Un porte-parole militaire avait en effet annoncé la veille que des soldats israéliens avaient tué « au moins trois combattants du Hezbollah ». Il avait néanmoins situé l’accrochage « dans le secteur de Rajmin », localité qui n’apparaît pas sur les cartes libanaises car Israël n’utilise pas les mêmes appellations topographiques que le Liban. Le Hezbollah avait par ailleurs démenti la perte de quatre hommes.Le communiqué de la Finul a souligné d’autre part qu’un char israélien a tiré un obus hier vers un village libanais par-dessus la frontière, « sans provoquer de riposte ». Lors du troisième incident signalé par la Finul, un appareil israélien a violé l’espace aérien libanais. De très nombreux survols de drones et chasseurs israéliens ont été de plus signalés par des correspondants de l’AFP, notamment au-dessus de la Békaa et de Jezzine.Le communiqué de la Finul a aussi indiqué que l’armée israélienne a pour sa part retiré « un certain nombre de chars et de bulldozers blindés du territoire libanais au cours des dernières 24 heures ». Le village de Aïtaroun a d’autre part été déclaré zone militaire par l’armée de l’État hébreu. Les civils sont ainsi interdits d’accès au village, jusqu’à nouvel ordre.Embouteillages monstresPar ailleurs, les Libanais ayant fui leurs maisons durant l’offensive israélienne ont continué hier à emprunter le chemin du retour. Mais un habitant de Teir Harfa a été abattu par un franc-tireur israélien.« Au moins 60 % des déplacés ont quitté les centres et régions d’accueil depuis lundi », a indiqué d’autre part à l’AFP Astrid van Genderen Stort, porte-parole du Haut-commissariat de l’ONU aux réfugiés (HCR) au Liban. D’autre part, « environ 40 000 personnes réfugiées en Syrie sont rentrées au Liban depuis lundi et 20 000 à 30 000 ont pu atteindre leur village dans le Sud, selon nos estimations. Mais beaucoup sont toujours en route, coincés dans les bouchons », a-t-elle ajouté.Ces retours en masse ont provoqué la quasi-paralysie du réseau routier, fortement endommagé par les raids israéliens. Hier, le trafic était toujours aussi congestionné que les jours précédents et il fallait près d’une heure et demie pour effectuer le trajet Beyrouth-Damour, contre 20 minutes d’ordinaire, a rapporté un témoin à l’AFP. Mardi, il fallait douze heures pour rallier Tyr, au sud, depuis Beyrouth, contre une heure environ en temps habituel et six heures lundi, ont rapporté des voyageurs.Le HCR poursuit pour sa part ses comptages et espère avoir une idée « plus claire » de la situation d’ici à la fin de la semaine, a ajouté Mme Van Genderen Stort. Elle a poursuivi en précisant que « les estimations sont très difficiles dans le sud du pays car beaucoup de gens sont coincés sur les routes. En outre, des pères de famille se rendent au Sud pour vérifier l’état de leur maison avant de se réinstaller puis repartent en sens inverse chercher leur famille ».Ces retours massifs ont poussé les autorités et notamment l’armée libanaise à attirer l’attention des habitants du Sud sur les dangers que peuvent représenter les obus qui n’ont pas explosé ainsi que les objets suspects. Le village de Zaoutar a déploré la mort d’un homme à cause de l’explosion d’une bombe à fragmentation.Parallèlement, les fouilles se sont poursuivies dans la banlieue sud de la capitale et dans le sud du pays afin de sortir des décombres les corps des victimes gisant encore sous les gravats. La Croix-Rouge libanaise a ainsi découvert 16 corps dans les localités de Taïbé et Adeïssé (OJ, 17 août 2006).

-------------------------------------------------

84 % des Israéliens sont mécontents du gouvernement
Peretz ordonne une enquête sur la conduite de la guerre


Le ministre israélien de la Défense, Amir Peretz, a ordonné hier une enquête sur la façon dont l’armée de son pays a mené la guerre au Liban contre le Hezbollah.« Peretz a informé le chef d’état-major Dan Haloutz de la création d’une commission d’enquête », a déclaré à l’AFP un représentant du ministère.La commission, dirigée par l’ancien chef d’état-major israélien, Amnon Lipkin Chahak, et composée de trois généraux à la retraire, se penchera sur la préparation de l’armée et sa conduite durant l’offensive militaire contre le Liban. Le ministre israélien de la Défense lui a demandé de rendre un rapport provisoire dans les trois semaines.Le gouvernement et l’armée sont l’objet de vives critiques en Israël sur leurs hésitations et leur échec à écraser le Hezbollah. Deux tiers des juifs israéliens étaient favorables à la création d’une commission d’enquête d’État sur la conduite de la guerre contre le Hezbollah au Liban, selon deux sondages publiés hier.De 67 % à 69 % des personnes interrogées sont en faveur d’une commission d’enquête, selon ces sondages publiés respectivement par les quotidiens Maariv et Yediot Aharonot. 28 % sont de l’avis opposé et le reste sans opinion.La popularité du Premier ministre, Ehud Olmert, et du ministre de la Défense, Amir Peretz, a fortement chuté selon les deux sondages. Seuls 40 % des personnes interrogées se disent satisfaites de la conduite des affaires par M. Olmert, contre 77 % au début de la guerre en juillet, selon le sondage du Maariv.Seules 28 % se disent satisfaites de la gestion des affaires par le ministre de la Défense, un ancien leader syndicaliste.Le second sondage traduit la même tendance : 84 % des sondés se disent mécontents de la conduite des affaires par le gouvernement.Le chef d’état-major Dan Haloutz n’échappe pas à ces critiques : 52 % des sondés se disent insatisfaits, contre 44 % d’avis contraire, selon le sondage du Maariv.Le prestige du général avait été affecté par la révélation mardi qu’il avait vendu des actions peu avant le début des combats au Liban le 12 juillet et une chute de 8 % de la Bourse de Tel-Aviv qui s’en est suivie.Une commission d’enquête d’État, présidée par un juge, avait été créée après la Guerre d’octobre 1973 pour examiner l’impréparation de l’armée et une autre après les massacres de Sabra et Chatila perpétrés en septembre 1982 au Liban alors que l’armée israélienne occupait Beyrouth.La première, la commission Agranat, avait mis en cause le commandement militaire sans sanctionner pour autant la direction politique du pays.La seconde, la commission Kahane, avait considéré que les responsables israéliens avaient une « responsabilité indirecte » dans les massacres et elle avait contraint à la démission le ministre de la Défense d’alors et futur Premier ministre, Ariel Sharon.Les sondages ont été réalisés par des instituts indépendants auprès de 500 personnes représentatives de la population juive (80 % de la population globale) avec une marge d’erreur de 4,5 % (OJ, 17 août 2006)

6 comments:

Anonymous said...
This comment has been removed by a blog administrator.
Sylvie Paquette said...

Bonjour Pamela,
je suis très soulagée de te savoir rentrée au pays... quel pays ? Ton pays d'adoption, car le tien, tu le gardes en toi, blessé et meurtri.
J'espère que ceux que tu as laissés là-bas pourront bientôt relever la tête et réapprendre à vivre.
On parle souvent, dans le cas des soldats, de choc post-traumatique. Cela est aussi vrai pour celles et ceux qui, comme toi, ont vu les atrocités de près. Je me demande même si ce n'est pas pire pour ceux qui, comme toi, sont sortis de l'enfer. Ceux qui restent sont encore pris avec la survie au quotidien. Toi, et tous ceux qui sont revenus, vous avez maintenant le temps de ressentir les émotions qui ont été occultées au plus fort des conflits. Dur choc à encaisser; une vie à vivre avec des souvenirs de guerre...
Quand Israël, les États-Unis ou d'autres tentent ainsi d'éradiquer le "terrorisme", ils le font naître à mon avis. Combien de jeunes ayant vu les leurs tués se diront maintenant que la seule voie est le Hezbollah ? Un groupe, pour ce que j'en sais, qui aura maintenant l'air d'un sauveur en octroyant des fonds à chaque famille pour la reconstruction. Mais derrière ce geste humanitaire, n'est-ce pas la Syrie et l'Iran qui prennent encore ton Liban en otage. Quelle misère ! Pourquoi certains, petites gens, petits groupes ethniques ou pays entiers dans ce cas-ci sont-ils les pions d'une partie d'échecs se jouant à leurs dépens?
Aujourd'hui, alors que - Dieu merci - les combats ont cessé, je me dis que rien n'est réglé tant que des humains voudront dominer d'autres humains au nom de leurs droits. Mais où est le devoir d'humanité ?
Prend du temps pour te reposer et récupérer physiquement avec ton mari. Pour guérir de tout ça, c'est l'entreprise d'une vie je crois... et j'en suis désolée.
Bon courage, j'espère te voir bientôt au hasard d'un couloir à la Fac.
Sylvie P.

brigetoun said...

contente de te relire. Remarquable l'article d'Issa Garaieb et passionnant (excuses moi je pense que sur place c'est plus fort) le reste qui n'est pas diffusé ou mal chez nous

Anonymous said...

photo files of [url=http://www.mpcforum.com/member.php?1395314-Scooty419] nude video clips[/url] All nude celebs .

Anonymous said...

graphics of [url=http://vampirediariesonline.com/forum/member.php?action=profile&uid=4111] nude pics[/url] Non nudes .

Anonymous said...

So good topic really i like any post talking about Ancient Egypt but i want to say thing to u Ancient Egypt not that only ... you can see in Ancient Egypt Ancient Egyptian Gods and more , you shall search in Google and Wikipedia about that .... thanks a gain ,,,